Tag

Eddy de Pretto

Browsing

Jeudi et vendredi, le Printemps de Bourges 2022 nous a concocté un festival aux petits oignons. Les stands de nourriture y étaient pléthore et les saveurs nombreuses. Quelle est la recette d’un excellent moment ? On vous donne le menu musical, à arroser d’un cocktail de notes.

Doux et Sucré

Polo & Pan

Le vendredi, le W et le Palais d’Auron ont décidé de cohabiter pour offrir aux festivaliers, majoritairement jeunes mais pas que, une des folles soirées dont l’évènement a l’habitude. Sous l’immense tante, l’électro a la part belle. Il s’agit pourtant de chiller, le temps est bon, le soleil au beau fixe, la fête et douce et aussi savoureuse qu’un cocktail qui monte à la tête et propose son lot de saveurs à la douceur indéniable. Polo & Pan et sa danseuse pailletée est de ceux là. Un set au décors minimaliste mais aux notes qui font mouche. Les tubes de cette machine huilée défilent alors que la foule éméchée ondule en se pressant au premier rang. Les jeux de lumières viennent parfaire le tout et le W devient un cadre chauffé à bloc qui sent les effluves d’une plage tropicale.

Miel de Montagne

Venus remplacer Jacques contraint d’annuler sa venue en dernière minute, Miel de Montagne a ajouté sa touche de chanson française à une édition aux couleurs tricolores.  Le set simple et très attendu a permis au 22 de se dégourdir les jambes pour l’une des dernières performances de la journée. Au programme, convivialité, instruments léchés (comme les doigts plein de miel), lâché prise et raffinement.

Charlotte Fever

Le Printemps de Bourges c’est aussi l’occasion de faire de belles découvertes côté pro. C’est d’ailleurs dans cet espace qu’officie le duo Charlotte Fever et ses riffs percutants. Le groupe français offre une atmosphère rétro dans un live qui sent bon la boule à facettes et les paillettes. De la chanson française oui, mais avec une énergie festive qui invite à la danse. Les notes se distillent, aussi euphorisantes que des bulles de champagne. Printanier, le set nocturne est pourtant gorgé de soleil. Deux voix : l’une masculine, grave aux accents à la Gainsbourg, l’autre féminine, aérienne et aigüe se répondent à l’infini chantant l’amour en général et l’amour d’une époque où la scène française rayonnait. Comme les Pirouettes avant eux, le groupe redéfini cette période musicale, prend le plis de la légèreté, fait vibrer la nostalgie et la modernise. Un temps fort de Bourges emprunt d’une fièvre nommée Charlotte (à la fraise).

Charlotte Fever - Printemps de Bourges - 2022
Charlotte Fever au Printemps de Bourges 2022 – Crédit photo : Louis Comar

Relevé et Salé

Aimé Simone

Le jeudi, pas de surprise Aimé Simone relève la sauce. Seul sur scène, le chanteur déchaîné n’a rien à envier à un Machine Gun Kelly et autre Yungblud. Armé de ses très nombreux tatouages, de son look américain et d’une fougue sans faille, le frenchie revisite le rock alternatif made in America. Comme un bon burger, le bonhomme dévoile une musique qui se déguste par couches successives, le tout en tapant juste dans les tendance. Le 22, sous le charme bondit au gré des interpellations du musicien survolté.  Rien n’arrête la tornade Aimé Simone. Pour preuve, chacune de ses performances fait un effet boeuf, celle-ci n’échappe pas à la règle. Elle sera tout le reste du Printemps de Bourges dans toutes les bouches.

Eddy de Pretto

Il y a cinq ans, Eddy de Pretto était un jeune chanteur qui débutait sa carrière en tant qu’Inouï au 22. Il confiera d’ailleurs le jeudi lors de sa conférence de presse y avoir été pour la première fois confronté au monde pro de la musique à la Prairie. S’il confiait à cette même occasion refuser d’être le drapeau de toute une communauté, ses paroles frappent toujours juste te fort. C’est d’ailleurs sûrement pour ça qu’en cette journée le W est plein à craquer. Le set passe à toute vitesse « On a une heure ensemble Bourges » lance-t-il jouant très rapidement son classique  » Fête de trop ». Son fameux « danse » lance une assemblée qui n’attendait pas l’autorisation. Les deux albums défilent d' »A tous les bâtards » à « Culte », il scande « Random » avec la même force que sur son album. « Kid » fait office d’hymne, repris par une foule qui en connait chaque note et ne prend pas le temps de parler. Alors que tous reprennent ses mots « Virilité abusive », Bourges frémit. « Merci Bourges… » déjà ? Voilà la pincée de sel qui pimente une fête qui n’est certainement de trop.

puissant et Pimenté

Deluxe

Le vendredi soir, la fête est folle et les paillettes pourraient lui manquer. C’est sans compter sur les fous furieux de Deluxe. Avec les titres particulièrement hot et une fougue scénique indomptable, la troupe soulève le W, l’entrainant dans une fête qui passe les frontières. Pour parfaire sa performance, le groupe, ne se donne aucune limites. Parmi ses astuces un jeu de pyrotechnie qui sort directement de sa trompette. La chaleur devient tropical alors que la foule ondule. Certains en profitent pour parler à des inconnus et leur demander des conseils de drague. Emmener l’heureuse élue à ce concert pourrait bien être une réponse acceptable.

Sopico

Etoile montante du rap français, Sopico a su fédérer en un clin d’oeil un public d’adeptes. Au MaMA festival déjà, le bonhomme avait su se faire remarquer. Il faut dire que loin de se contenter d’un rap urbain et classique, il le revisite à sa sauce, s’osant à jouer de la guitare sur les planches. Toujours est-il que c’est au Palais d’Auron que le musicien a posé ses valises. Sopico aime à interpeller son public ne perdant pas une seule occasion de l’inviter à danser, lorsqu’il demande qui a écouter « Nuage » son premier album, les réponses ne se font pas attendre. Chaque note propulse un peu plus les spectateurs contre la barrière qui sépare le public de la scène. Un début de soirée prometteuse pour un artiste qui se crée ici une nouvelle aura et donne à son style hybride une sincérité aussi touchante que relevée.

OETE

S’il était un nom attendu parmi les Inouïs du Printemps de Bourges, c’est bien celui d’Oete et qu’importe s’il ne remporte pas en fin de course la compétition, c’est bien lui qui offre l’une des plus belles performances de cette 46ème édition sur la scène du 22. Vêtu de paillettes et aidé de sa pianiste, le chanteur a toute la grandeur de ses idoles Daniel Darc et Christophe à qui il dédicacera d’ailleurs un titre.  C’est sur « HPV » qu’il entre en scène. « La tête pleine » single en puissance qui transpercera rapidement les ondes et les coeurs et très vite interprété. Porté par une force tangible, le diamant brut Oete ondule, tord son corps au gré de ses notes. Le monde cesse alors d’exister, concentré en un rayon lumineux porté sur la scène.  La conclusion sur un titre écrit  » à 17 ans », son premier où il chante se « Liberté chérie » met des larmes dans tous les yeux de l’assistance. La grandeur de la chanson française pourrait bien renaître à travers ces 4 lettres, soyez en avertis !

A mère et egagé

Cats on Trees

Tôt en cette journée du jeudi, Cats on Trees répondait aux questions de quelques journalistes. L’occasion de revenir sur leur parcours d’anciens Inouïs qui les mène aujourd’hui sur la scène du W. Mais également l’occasion de parler du décors sublime que le duo a préparé pour sa tournée. Cadre onirique aux méduses volantes qui ont été réalisées par la main du chanteur jusqu’au soir du nouvel an alors que les invités étaient dans le salon en train de trinquer à ce début de soirée. Entre les miroirs présents sur scènes, et ce set concentré pour pouvoir jouer de tous ses cadres, le moment prend une tournure hautement poétique. Au milieu de son épopée, Cats on Trees en profite pour faire passer ses messages bienveillants. C’est notamment le cas pour le titre « She was a girl » joué très vite en début de concert. Inspiré par le documentaire « Petite fille » disponible sur Netflix, il parle de transidentité alors que la violence du rejet rencontrée à l’école par cette petite fille a touché les musiciens. Un concert donc qui sait sublimer son propos pour mieux éveiller en douceur les consciences.

Clara Luciani

Habituée du Printemps de Bourges, Clara Luciani y occupe une place de choix. Après un Palais d’Auron quelques années plus tôt la voilà propulsée au W. Toute sourire, celle à qui l’on doit le titre féministe « La Grenade » ne boude pas son plaisir, à tel point qu’il devient hautement transmissible (et pour le coup nul besoin de porter un masque, tout le monde souhaite l’attraper). Entre danses et moments de pure chanson française, la musicienne acquière à sa cause une salle qui ne demande qu’à vibrer. On pense aux « Fleurs » avec elle. Le titre printanier à la légèreté et à la douceur enivrantes font rayonner les effluves du printemps sous l’immense chapiteau. Sa musique est une arme détonante alors que ce concert offre une « Sainte Victoire » qui frappe au « Coeur ».

Majeur.e.es

majeur.e.s
majeur.e.s

Le Printemps de Bourges est aussi l’occasion de mettre en avant des initiatives engagées et nécessaires pour faire évoluer le monde de la musique.  C’est le cas avec Majeur.e.es, qui crée le premier annuaire de l’industrie musicale réservé aux femmes, aux personnes trans et non binaires. le but premier de l’opération ? Permettre aux recruteurs de trouver des candidat.es en se basant sur leurs compétences. Si tout le monde peut avoir accès au site, les hommes cis eux, ne peuvent pas y créer un profil pour s’y faire repérer. Aidées par de nombreux organismes dont le CNM, les deux créatrices  mettront à disposition cet outil à compter du mois de mai 2022. D’ici là, les pré-inscriptions sont possibles. Une nouvelle façon pertinente de valoriser les profils et permettre une meilleure inclusion professionnelle.

 

ENGAGE.ES

Engagé·e·s !
Engagé·e·s !

Toute la semaine, la toute nouvelle maison de la culture a fait la part belle à l’engagement dans la musique. Pour se faire, le lieu a choisi de proposer une expo aux couleurs des albums emblématiques des artistes qui ont défilé au Printemps de Bourges au cours de ces 46 éditions. De Brigitte Fontaine à IAM en passant par Mickey 3D ou même Francis Cabrel, nombreux sont ceux à avoir portés haut et fort des messages de lutte anti-racistes, féministes, pro droits LGBT+ sur les scènes du festival et dans leurs albums. Les spectateurs ont pu y découvrir gratuitement pochettes, partitions et autres dédicaces…

Acide et garage

Lime Garden

Il y a encore peu la tornade Wet Leg débarquait dans le monde semant un vent de rock féminin, moderne et révolutionnaire sur son passage. Quelque part dans son sillon, le phénomène Lime Garden pourrait bien faire les mêmes ravages. C’est le vendredi soir au 22 que les furies débarquent pour devenir l’une des plus belles perles de ce printemps 2022. Avec des titres entraînants entre riot et guitares qui donnent une sérieuse envie de danser, les musiciennes redéfinissent un rock féminin qui prend de l’ampleur. « Sick & Tired » a tout pour percuter les esprits et ce n’est pas le live qui fait mentir leur talent. Impossible de ne pas se laisser prendre au jeu de ce jus sur-vitaminé aux agrumes effervescentes. On se retrouve à danser, arrêtant tout pour mieux apprécier le cocktail proposé.

Lime Garden - Printemps de Bourges - 2022
Lime Garden au Printemps de Bourges 2022 – Crédit photo : Louis Comar

LIFE

Et d’un nouvel opus pour LIFE. Le groupe anglais qui a bien failli ne pas jouer en cette journée du vendredi pour cause de problème d’avion, s’offre une conquête indiscutable du 22. Ceux qui avaient déjà ouvert pour IDLES, plongent la petite salle dans un bain garage rock aux accents post-punk qu’il est bon écouter. Un premier jet franchement engagé, allant jusqu’à dénoncer la politique de Trump, laisse place à un second opus bien plus à fleur de peau qui parle autant de santé mentale que de la place du père célibataire. Sur scène, ces thématiques existent dans une ambiance aussi festive que sur le fil du rasoir. Avec des enceintes montées à font, difficile de ne pas perdre de vue les enjeux du Printemps de Bourges pour mieux se perdre dans un ton corrosif qui explose en des rythmiques qui touchent au punk, celui même qui manquait à la musique actuelle. Discutant volontiers avec un public en forme malgré l’heure tardive, le groupe dévoile ses titres et prend le temps de les expliquer. Le 22 est une cave révélatrice des plus grands talents. Le rock y a toujours une place maîtresse, celle d’un joyau qui se renouvelle enfin. LIFE sera la plus belle claque internationale rencontrée à Bourges depuis les excellents PWR BTTM, vus ici quelques années plus tôt.

Last Train

Ancien Inouï, le groupe de Jean-Noël Scherrer est un habitué du Printemps de Bourges. La formation rock est aussi des plus attendues sur le festival. C’est le vendredi soir que débarquent les compères pour clôturer la soirée rock du 22. Grosses guitares et énergie décuplées sont de la partie et promettent un moment de rock suave. La formation a bien grandi, du rock spontané qui coulait de leurs rythmiques avec une énergie adolescentes, les voilà aujourd’hui plus précis, heureux d’étirer à l’infini leurs rythmiques, de reconstruire en live un rock jusqu’au-boutiste. Forts de leur Olympia de Paris, les copains sont de retour sur les terres qui les ont vu devenir de grands artistes. Alors la bande ne lésine pas sur son plaisir, fait saturer ses guitares, offre des solos et ses plus gros succès. La salle est pleine et déborde presque, la chaleur est aussi palpable sur scène que côté foule. La voix du chanteur, reconnaissable entre toutes résonne dans les airs. Last Train a gagné en maturité et en précision, sans pour autant changer son fusil d’épaule, ils sont devenus des maîtres sur scène et apportent au rock français une sincérité troublante, qui n’a d’égal que leur envie d’offrir une performance perfectionniste où les instruments dominent.

 


Jok'air - Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 J2 : Le débat d’entre deux jours

Un printemps de Bourges sans pluie n’en serait pas un selon l’adage populaire. Cette édition…

Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 J1 : L’ADN de la scène française avec Dutronc & Dutronc et Gaëtan Roussel

Le Printemps de Bourges et de retour ! En ce 19 avril 2022, le festival…

Coup de cœur: PWR BTTM du punk en robe au Printemps de Bourges

Le Printemps de Bourges, coïncide avec la renaissance de la nature. Avec lui vient la…

Affiche les nuits secrètes 2018 AULNOYE-AYMERIES

Le Festival des Nuits secrètes fait parlé de lui chaque année pour sa programmation et son ambiance. L’édition 2018 ne devrait rompre la tradition.

 

Une première salve d’artistes promettait déjà un festival hors norme avec en tête d’affiche Alt-J, Shaka Ponk, Vitalic ODC live, Rone, Lomepal, Petit Biscuit, Juliette Armanet, Panda Dub Circle Live, Meute, Gaël Faye, Agar Agar, etc.

 

Mais le festival d’AULNOYE-AYMERIES nous gardait jusqu’à hier soir encore bien des secrets.

Pour leur première conférence de Presse parisienne, le festival a choisi le Ground Control, ancien hangar de la SCNF qui rappelle l’ancienne usine d’ogive, transformée par la ville en espace de musique moderne et qui accueille la scène de l’Eden pour l’occasion, pour divulguer les nouveau noms:

 

 

Alors laissez vous tenter par les Nuits Secrètes. En plus d’artistes de haute volée, c’est un festival des plus accueillant, où toute la ville est en fête du 27 au 29 juillet 2018 à AULNOYE-AYMERIES.

Et en bonus les parcours secrets: le principe est simple, on monte dans un bus et on sait pas où l’on va et qui on va voir. Notre rédac chefe, se souvient encore de prestations dans un église, au bord d’une piscine ou dans une grange.

 

Feu! Chatterton 2018

Feu! Chatterton: Quelques verres et un moment en studio plus tard ( Reportage)

Nous sommes le 5 février 2018 et c’est un grand jour. Le groupe de Feu!…

MaMA Festival jour 2: flâner à Pigalle de découvertes en découvertes (reportage)

Jour 2 du MaMA Festival dans le quartier de Pigalle ce 19 octobre. La température…

Les Nuits Secrètes 2017 dévoilent leurs mystères

Les Nuits Secrètes d’Aulnoye-Aymeries reviennent pour une 16ème édition les 28,29 et 30 juillet. Le…

 

 

 

Affiche MaMA Festival 2017
premières annonces du Mama Festival

Sortez vos agenda! Du 18 au 20 octobre, vous êtes pris puisque c’est à ce moment là que se déroulera le Mama Festival. Le quoi? Demanderont certains qui ne suivent pas.

Le Mama festival et les professionnels de la musique

 

Le Mama Festival c’est le rendez-vous incontournable de la musique à Paris. Déjà parce que ce grand rassemblement permet aux professionnels d’assister à des conférences passionnantes et variées sur des thématiques allant des financements et valeurs à la musique et synchro en passant par les outils numériques. Au programme pour parler en chiffres ce sont 80 conférences, débats et ateliers donnés par 240 intervenants devant quelques 5345 professionnels de 56 nationalités différentes. Les chiffres, ça parle quand même vachement.

 

Le Mama festival pour ses spectateurs

 

Oui mais le Mama festival s’adresse aussi aux passionnés de musique, fans, spectateurs. Revenez, vous êtes aussi concernés! Le quartier de Pigalle à Paris se transforme en festival géant puisque 10 de ses salles seront investies par l’événement. Sont concernés la Boule Noire, la Cigale, la Machine du Moulin Rouge, le Bus Palladium, les Trois Baudets, le Carmen, le Backstage by the Mill et le Théâtre de l’Atalante qui abriteront plus de 120 concerts.

Les chiffres c’est bien un peu mais qui est programmé?

 

 

Excellente question, certainement la meilleure. Les premières annonces avaient déjà été faites et elles faisaient plaisir puisqu’on retrouvait sur scène Chapelier Fou, Chelou, Lysistrata ou encore l’excellent Mat Bastard qui nous faisait un coucou ici.

La deuxième vague d’annonces met tout autant l’eau à la bouche puisqu’on y retrouve que du bon et que comme tu es une personne de bon goût tu vas adorer. Ainsi Camille, ALB, Chilla, Dani, DELV!S, Jabberwocky, Kiddy Smile, M.A Beat! ( dis le à haute voix…) ( ce sont les chouchous des Inoïus de Bourges), Mai Lan, Norma, Sarah Mc Coy, Paupière, Théo Lawrence and the Heart ou encore Sandor sont d’ores et déjà programmés. Du beau monde pour une festival qui fait la part belle à des salles variées dans l’un des meilleurs quartiers de Paris.

Et les places dans tout ça ?

 

 

Le Mama c’est un festival, qui dit festival dit pass. Les pass 1 jour vous permettent d’accéder à une quarantaine de concerts à la date de votre choix à partir de 18 euros, un prix tellement raisonnable qu’on se croirait en 2005. Il est également possible de se procurer un pass 3 jours à partir de 47 euros. Pour se faire, il suffit de se rendre sur le site officiel du Mama festival très vite. Plus on attend et plus les tarifs augmentent.