Author

Julia Escudero

Browsing

Dans le cadre de la onzième édition du Champs Elysées Film Festival était projeté le premier long métrage de Max Walker-Silverman, A Love Song, porté par Dale Dickey et Wes Studi. Passé par Sundance en début d’année, quel écho ce film prenant place en plein Colorado a t-il réussi à émettre ?

      A LOVE SONG : De quoi ça parle ?

A love song afficheDans un camping de l’Ouest rural, une femme attend seule l’arrivée d’un amour de jeunesse, peu sûre des intentions de celui-ci et intimidée par les siennes. Avec Dale Dickey et Wes Studi, lauréat d’un Academy Award (prix honorifique de l’Academy, 2019), A Love Song est un long métrage lyrique qui signe les débuts du scénariste et réalisateur Max Walker-Silverman.

A LOVE SONG : EST CE QUE C’EST BIEN ?

Un paysage désertique. Une caravane. Son occupante au visage buriné. Une litanie faite de pêche, décorticage et dégustation d’écrevisses, d’observation des étoiles et d’écoute attentive du chant des oiseaux. Durant une bonne partie de A Love Song, il n’y a presque rien d’autre que Faye (excellente Dale Dickey, Winter’s bone, True Blood) à l’écran. Le monde extérieur n’existe pas sauf à travers des fulgurances absurdes comme un facteur qui n’a pas de courrier à apporter ou bien encore une famille de cow boys laconiques faisant passer leurs messages par l’intermédiaire de leur petite sœur. Le silence n’est rompu que par le chant des oiseaux ou bien encore ce poste de radio qu’elle tourne tous les matins et dont la chanson qui en émerge est censée lui apporter du répondant, un message pour la journée. Sinon, à part ça Faye attend. A en perdre la notion du temps. Qu’attend elle ? On ne l’apprend qu’au moment d’une invitation d’un couple de campeuses voisines. Faye attend l’arrivée de Lito ( Wes Studi, Danse avec les loups, Le dernier des Mohicans, Hostiles), un amour de jeunesse censée la retrouver au bord de ce lac ou ils partirent en excursion scolaire il y a de cela presque un demi siècle…

Wes Studi et Dale Dickey dans A Love Song de Max Walker-Silverman

C’est bien sur à ce moment là qu’A Love Song révèle tout son propos, fait de non dits, de silences, de délicatesse, de regards, de sentiments, de souvenirs… Il y a quelques chose de véritablement touchant à voir les personnages de Dale Dickey et Wes Studi arpenter les abords de ce lac du Colorado, en cherchant leurs mots et en se réapprivoisant. Ne sachant pas quoi se dire car il y aurait trop de choses à dire. Les deux personnages sont veufs et ont essayé de vivre avec leurs deuils respectifs, avec plus ou moins de réussite. Peu importe ce qu’il peut advenir de ce séjour au bord du lac, les personnages en ressortiront grandis, que ce soit à l’évocation des réminiscences d’un passé bien révolu ou encore en s’appropriant de nouveau son image. A Love Song est un film sensible, émouvant, authentique sur deux vieilles âmes renouant ensemble, loin, très loin des standards des romances proposées par le cinéma US. Pour un premier long métrage, Max Walker-Silverman dévoile un réel talent pour filmer les sentiments et annonce une suite de carrière prometteuse. Un vrai plaisir de cinéma tout en émotions !


COMA

COMA de Bertrand Bonello : Un film à la croisée des rêves

Le 24 Juin dernier, Bertrand Bonello a présenté son dernier film Coma en avant-première lors…

Après Sundance, The Miseducation of Cameron Post s’offre le Champs-Élysées Film Festival

Lundi 18 Juillet 2018 au Publicis des Champs-Élysées, Sophie Dulac accueille sur scène les très…

How to talk to girls at parties en ouverture du Champs Elysées Film Festival 2018 : Do More Punk To Me!

Mardi 12 juin 2018 se déroulait dans la salle du Gaumont Marignan la cérémonie d’ouverture …

 

Big Thief - La Cigale - 2022
Big Thief à La Cigale – Photo : Louis Comar

Big Thief. Deux mots qui s’installent dans les esprits pour ne plus jamais en sortir. Il faut, il est vrai, rentrer dans un univers dense qui touche autant à la lumière qu’à l’obscurité pour se perdre entièrement dans le pays des rêves dessiné par Adrianne Lenker et ses trois compères. Un Monde peuplé de dragons et de montagnes, de folk, de rock et de country. Et c’est bien dans ce parfait pays qu’invitaient nos inséparables les 5 et 6 juin à la Cigale de Paris après un périple où rodaient des trôles sous forme de reports et d’embuches. Conte d’un moment magique.

 

Le quatuor et la Cigale

Il était une fois, la Cigale de Paris. En ce 6 juin, c’est la seconde fois que Big Thief prend d’assaut la salle parisienne. La veille, tout n’avait pas été rose. Buck Meek, guitare et chœur du groupe manquait à l’appel. Un problème d’avion avait contraint le cœur de la formation à ne pas pouvoir rejoindre son public parisien.  Cette absence s’était lourdement fait sentir. Adrianne Lenker, perdue sans l’un des siens, dessinait alors un concert à consonance acoustique, d’une timidité palpable. Les traits étaient alors beaux mais la composition sentait l’absence, le manque. 1 heure 10 de set avait alors été interprété pour un moment qui, pour tout autre groupe aurait déjà touché les étoiles. Sauf que le groupe qui volait bien plus hauts, là où trainent les « U.F.O.F » de son brillant album folk du même nom,  pouvait mieux faire. En cette deuxième journée, il suffit donc d’une note, une seule pour se retrouver couvert de poussière de fée et savoir qu’enfin le meilleur concert de l’année, la claque qui devait transporter avait été donné.

Les portes du paradis

C’est le très mélancolique « Terminal Paradise » qui ouvre le bal. La veille celui-ci clôturait le débat. L’occasion de reprendre l’affaire où elle avait été laissée ? Composition d’Adrianne Lenker en solo, chef d’œuvre à fleur de peau également présent sur « U.F.O.F », le bijou a d’emblée la grâce des plus grands. Le son grandiose, parfaitement maîtrisé, touche droit à l’âme. Le voyage paradisiaque débute enfin, reste à se laisser prendre par la main. « Flower of blood » suit. En live, la formation prend un accent rock, ses guitares se font acides, elles sonnent. La voix elle, touche au sublime. De l’apaisement qui masse les esprits est crée une armée. La salle d’ailleurs s’éveille. La veille, le silence y était religieux, personne ne voulait déranger notre héroïne, plongée dans l’envie de bien faire malgré les circonstances. Quelques mots seulement avaient d’ailleurs été adressés à l’assemblée un « Merci » timide, bien longtemps après l’entrée au pays imaginaire et un vague « Buck ne peut pas être là ». Et puis rien.

La chanteuse avait déjà prévenu sur son Instagram, chaque concert ne peut être identique, il s’agit d’un art vêtu des humeurs de celui qui le crée. Cette fois-ci, le monde a tourné. Buck,  plus bavard que sa comparse, ose s’adresser à la foule qui réagit à chaque note et leur précision. En musique, bien souvent, l’émotion prime. Ce qui fait les plus grands n’est pas tant la maitrise mathématique d’un instrument mais bien une sensibilité à fleur de peau. En ça, chaque album de Big Thief est magistral.  Une montagne de sentiments taillés dans une pierre précieuse. La mélancolie est certes là mais elle affronte une lumière sauvage et percutante.  Alors pour mieux chasser ses démons, pour mieux croire au pays des dragons, Adrianne Lenker donne de la voix, elle la pousse avec précision. Quelque part dans l’assistance, on évoque Porridge Radio. Et si l’autre formation excelle aussi, si ses musiciennes transportent aussi, Big Thief, eux empruntent plus de faisceaux. La troupe change de peau, des écailles d’un dragon rock, du planant d’un vaisseau spatial à la chaleur country d’une montagne idéalisée. Porridge Radio touche aux douleurs, parle aux angoisses. Big Thief apaise et dès « Black Diamonds » que l’on retrouve sur « Capacity », la salle semble partager un moment bienveillant, autour d’un feu de camp qui sait, avec quatre amis.

S’envoler dans les hauteurs

Ce soir, il ne faut pas attendre longtemps pour découvrir en live l’immense « Masterpiece » qui porte si bien son nom. Suave et délicat, le titre sublime ses guitares, ses changements de rythmes, ses couplets aux allures d’hymne.  Un chef d’œuvre ne ressemblerait-il pas tout particulièrement à ce moment ? Dans ses paroles, Lenker promet de nous garder à ses côtés et c’est bien le vœu que chacun fait ce soir, à sa bonne marraine.

Big Thief - La Cigale - 2022
Big Thief à La Cigale – Photo : Louis Comar

C’est chose connue, la formation profite d’une amitié fusionnelle. Elle cultive d’ailleurs l’image de ce lien à part, loin de toute sûr-exposition. C’est dans son cocon que se poursuit le trajet avec des titres comme le virevoltant « Sparrow » et le bienveillant « Certainly » issu de son dernier joyau.

Pas besoin de décors, un simple rideau noir peuple l’univers du groupe. Sur scène d’ailleurs tous se répartissent en arc de cercle, personne ne prend l’avant-scène. Pourtant le charisme de la chanteuse porte, ses « Merci » sont plus fréquents. Moins statique que la veille, elle se déplace dans l’espace qu’elle s’approprie, ose s’approcher, se colle aux enceintes pour faire sonner des guitares qu’elle change régulièrement. La voix de Buck plus sucré, gagne en osmose. « From » permet de mettre une lumière dorée sur notre magicienne alors que Noah, son frère, la rejoint pour quelques notes sur  « Not a lot, just forever ». Ce pour toujours est aussi une promesse à la candeur de l’enfance. Ce n’est pas pour rien que des animaux magiques peuplent les couvertures de Big Thief. Dinosaure et oiseau sont aussi bien présents sur la pochette de Masterpiece que sur celle de Dragon new warm montain I believe in you. Un nounours, celui que possédait la chanteuse dans son enfance est aussi de la partie. Ce bien-être naïf, s’invite dans les notes alors que le son lui, est aussi parfait que le monde imaginaire d’un jeune enfant.

Enfin, celui qui manquait à l’appel est interprété. « Simulation Swarm » résonne dans l’assistance. Sur album, le titre a la beauté d’une berceuse, d’une promesse profonde, celle d’une renaissance, de fratrie de cœur qui se crée. Dans le ventre de la nuit épaisse et chaude parisienne, il se fait plus rock en live, il se danse presque.

Perfection « Not » après « Not »

Si le concert n’offre que des temps forts, voilà que son apogée arrive avec le titre « Not » issu de Two Hands. Ce n’est pas seulement pour sa voix, ni pour ses guitares, ni pour sa structure, ni pour sa batterie qu’il est si facile de l’aimer. Sa construction démente en fait un objet unique et un tourbillon puissant. D’ailleurs, le groupe offre un solo d’instruments puissant, calibré et construit en fin de titre. Sourire sur ses timides lèvres, la musicienne s’assied en avant-scène, pour mieux sonner. La tornade est foudroyante, le moment grandiose.

Une version heavy du titre éponyme du dernier album s’invite à la soirée avant de retourner dans les étoile pour un dernier « Contact ». Ce morceau, l’un des meilleurs de Big Thief permet à sa chanteuse de pousser trois cris magistraux, plus libérateurs qu’écorchés. Quelle merveille sommes-nous en train de regarder ? Est-il encore possible de créer à ce point en live ?

Un dernier tour au pays des rêves

Le rappel est court et attendu. Sans trop en faire, la formation revient pour deux titres. « Mary » d’abord puis finalement « Cattails »,  hymne présent sur U.F.O.F, touche de lumière et ode à la joie sur la pointe des pieds. Si les paroles confient ne pas savoir parfois pourquoi on pleure, ce soir, Big Thief est la cause de tous les sourires. La troupe quitte la scène, moins précipitamment que la veille, elle prend même le temps de distribuer les setlists. Lorsque les lumières de la Cigale se rallument, le retour  la réalité semble presque violent. Sur le morceau qui a inspiré le titre de son dernier jet, la troupe demandait au dragon s’il croyait en elle. Ce soir, une chose est certaine, toute une salle croit au pouvoir magique de Big Thief et de la musique live.


Porridge Radio - La Boule Noire - 2022

Pourquoi la musique de Porridge Radio est-elle si majestueuse(s) ?

BAMBARA n’étaient pas les seuls à faire la première partie d’Idles à l’Elysée Montmartre et…

big thief dragon new warm mountain i believe in you

Big Thief redonne foi au pays des rêves sur : « Dragon new warm mountain I believe in you » (chronique)

Il était une fois un monde dans lequel tout devait aller vite. Les albums devaient…

cat power big thief Simon and Garfunkel Trois albums cultes

Trois albums cultes à (re)découvrir en vinyle pour parfaire la mélancolie automnale

Le support numérique a radicalement changé les habitudes de consommation de musique. Fini l’attente d’un…

Les années 90, déjà et rapidement suivies par les années 2000 ont le vent en poupe. La mode vestimentaire s’y est d’abord mise ressortant des placards le fluo qu’on pensait oublié. Il faut dire que la période actuelle n’aide pas à éviter le sentiment de nostalgie : guerre, pandémie, détresse écologique… les temps sont dures. Il va donc de soit que certain.es préfèrent se tourner vers un temps jugé bien plus doux pour y puiser une inspiration hautement romancé. A moins que les trentenaires et quarantenaires, aujourd’hui à la tête des posts créatifs de ce Monde, ne transpose leur nostalgie de l’enfance dans leurs créations en se disant que c’était mieux avant. Tout n’est-il pas mieux quand on est plus jeune ? Ce qui est vrai dans la mode l’est tout autant dans le cinéma. C’est pourquoi une multitude de reboots viennent envahir nos écrans, petits et grands, au risque de laisser place à un manque évident de créativité et de lasser les foules. L’occasion de refaire découvrir toute une époque me direz-vous ? Oui et non. Il s’agit plutôt et surtout de copier un concept pour lui donner des codes plus actuels. Quitte à parfois perdre entièrement le propos initial en en gardant uniquement la substantifique moelle.

Les sitcoms aux propos transformés

Friends aniston cox perry kudrowLes temps ont changé, les moeurs aussi. Les récentes polémiques concernant la série Friends n’en sont d’ailleurs que l’exemple évident.

La série était-elle grossophobe ? Frôlait-elle la transphobie ? Les fans suppliaient pourtant en masse de retrouver leurs 6 amis favoris sur écran. Force est de constater qu’aucun cachet ne semblait assez gros pour faire plier la troupe menée au moins en ses négociations commerciales par Jennifer Aniston – rappelons le, c’est elle qui avait dealé un cachet d’un million de dollars par épisode à ses copains – du coup le public n’a pu se consoler qu’avec une émission spécial retrouvailles et quelques anecdotes croustillantes sur les coulisses du fameux show. Un teaser bien fait avait pourtant trompé des centaines de fans espérant retrouver Monica, Ross et les autres. N’est-ce pas en un sens pour le mieux ? Après tout, le fantasme de ce que seraient devenus nos amis pourrait valoir bien plus que de voir la vérité en face. Et s’ils s’étaient perdus de vu ? Et si les divorce avaient coulé à flot ? Et si Phoebe était aujourd’hui moins excentrique ? Et si les techniques de drague de Joey l’avaient conduit en prison ? Il fut un temps où l’on disait qu’une bonne série devait s’arrêter avant de faire dans la caricature d’elle-même (Coucou « Prison Break »). Ce dernier plan sur les clés de l’appartement de Monica était, il faut le garder en tête la conclusion parfaite d’une ère.

Pas besoin d’aller chercher si loin finalement pour voir débouler des personnages qui aujourd’hui n’auraient plus le même impact. La petite soeur de « Friends » aka « How i met you mother » dont la première saison avait été diffusée en 2005 n’échappe pas à la règle. Aujourd’hui, cette dernière profite d’un reboot avec Hilary Duff baptisé « How I met your father ». Ce qui change ? Le personnage de Ted Mosby (Josh Radnor), célibataire au coeur d’artichaut malgré ses trop nombreuses conquêtes est remplacé par celui de Sophie (Hilary Duff). Si certains personnages (Robin) de la série initiale viennent s’offrir une apparition dans le sitcom, le personnage central du show et son aspect comique ne pourraient plus être de la partie en 2022. Barney Stinson, sa liste d’astuces pour séduire des femmes à la chaîne, sa manière d’ailleurs de les traiter ne peuvent plus faire rire dans un monde post Me Too qui a ouvert bien des yeux. D’ailleurs, son interprète Neil Patrick Harris confiait lui même qu’en 2022, la place de Barney serait en prison. En 2005, pourtant, le personnage était le centre de ressorts comiques indissociables du show. A tel point que son « Bro code » avait été édité dans le monde réel et vendu en masse à un public en demande des trucs et astuces du tombeur / prédateur barré. Il sera difficile de contredire le fait qu’il était d’ailleurs l’essence même de ce qui faisait rire dans « How I met your mother ». Changer l’âme du ressort comique d’une série vaut-il donc la peine de la réadapter ? Aussi intéressant soit-il de se questionner sur ce qu’un personnage comme Barney a pu apporter en terme de validation d’harcèlement comme méthode de drague, ne doit-il pas simplement servir d’exemple de ressorts comiques qui doivent aujourd’hui changer ? Et peut-on sincèrement penser que l’humour du sitcom se contente de venir d’un décalage passé/ présent et de la perspective de raconter l’histoire du point de vue d’un narrateur unique ? D’ailleurs pour l’anecdote Neil Patrick Harris était également à l’affiche d’un autre métrage acclamé puis contesté, « Gone Girl » dont le caractère sexiste avait récemment été remis en question puisque le personnage féminin y était dépeint comme manipulateur et dangereux. Un manque d’empathie pour les violences conjugales ou un thriller efficace ? Le débat reste à ce jour ouvert.

La machine à transporter dans le futur et à changer les moeurs

Pour parfaire ce besoin de nostalgie tout en prenant en compte les codes d’une génération qui a changé, redéfinissant sa perception du Monde et des personnages que l’on doit leur raconter, les scénaristes ont pris le pli de transporter les récits initiaux dans notre époque. Le tout en changeant la typologie des personnages dans l’optique de les rendre plus inclusifs, plus variés qu’il ne l’étaient au départ. Au risque de ne pas toujours faire l’unanimité. Le cas du nouveau James Bond par exemple qui sera interprétée par Lashana Lynch, une femme noire, en est l’exemple criant. De quoi faire parler certains, complètement opposés au projet. Au delà de simples réponses réac à un tel changement, qui ne sont pas vraiment intéressantes à traiter, subsistent deux questions : ce nouveau personnage permettra-t-il de faire avancer les mentalités  loin du sexisme des versions existantes ou n’est-ce pas une simple interprétation d’un homme blanc hétéro cis transformé plutôt que de créer un personnage entier à même d’épouser les traits de son interprète ? Lui créer une nouvelle histoire, bien à elle et non pas en épousant l’ombre de ce qui existe, n’aurait-il pas été plus pertinent ? Plutôt que de parler d’un personnage créé en 1953, revenons-en à nos années 90/2000 et traitons d’exemples plus récents.

A commencer, par le cas Sabrina, l’apprentie sorcière dont la série originale fut diffusée pour la première fois en 1996. Le personnage d’Archie Comics vivait ses grands jours, en France sur KD2A, diffusé sur France 2 et se contentait d’être un sitcom adressé à un public très jeune sans plus de fond que le simple fait de faire rire et divertir.  « Les Nouvelles aventures de Sabrina », elles diffusées sur Netflix en 2018, et développées par Roberto Aguirerre-Sacasa s’offre un tout nouveau visage. Développées pour être une sorte de spin off de « Riverdale », la série a décidé de mettre en avant des personnages beaucoup plus développés dans un univers bien plus sombre. Exit les blagues, bonjour le féminisme et rituels satanistes, la sororité et l’inclusivité. Le résultat offert dépasse pourtant les espoirs et laisse peu de places aux doutes des plus septiques, l’univers y est plus riche et développé, le rendu addictif, contemporain et puissant. Loin de se cantonné à un manque d’inspiration criant, cette nouvelle Sabrina prouve qu’un reboot peut aussi s’avérer pertinent.

Autre lieu, mais sujet comparable, le cas Roswell New Mexico. La série d’origine, diffusée en 1999 avait déjà pour elle de parler d’acceptation des différences sous couvert de dépeindre des personnages aliens. Alors, on reprend la recette mais en appuyant ses traits. Les aliens deviennent ainsi le drapeau de l’immigration aux USA et d’un accueil qui peut lui être fait entre racisme et agressivité. Un propos largement et peut-être même lourdement souligné par le statut du père de Liz Ortecho, issu de l’immigration mexicaine aux Etats-Unis. Malgré son évidente simplicité – on ne peut que penser à Vampire Diaries et ses ficelles grossières mais addictives en regardant le show mais bon on retrouve au scénario Carina McKenzie, donc il fallait s’y attendre – cette nouvelle version apporte quand même quelques bonnes choses. A commencer par un avortement (alien donc complexe) mis en scène sans juger le personnage qui y a recours, une belle chose dans un pays qui remet ce droit sur la sellette mais pas le port d’armes, faudrait surtout pas. Outre ce changement, Michael devient bisexuel dans cette V2 et offre avec Alex (le personnage préféré de toutes les meilleures personnes à avoir suivi la V1) la plus belle histoire d’amour du show. Bien mieux que Liz et Max, le fandom ne dira pas le contraire. Et même avec de grosses ficelles, le propos sur l’immigration permet sans nul doute d’ouvrir un début de débat dans la tête d’un très large public. La première saison, aussi teen soit elle, reste plutôt addictive. La deuxième surfe certes, sur un certain néant en terme d’intrigue mais  en profite pour balancer des dialogues trop écrits et se déroule de façon plaisante. Réussite ? Le matériau d’origine n’était de toute façon pas assez grandiose qu’il puisse en être autrement.

 

C’est la faute aux nouvelles technologies

Il existe aussi le cas « Elle est trop bien », devenu « Il est trop bien » dans sa nouvelle version diffusé par Netflix. A l’origine, il était une comédie romantique menée par Freddie Prince Jr qui découvre que derrière une queue de cheval et des lunettes affreuses se cache en réalité un être humain. Et qu’en plus, c’est une fille et qu’elle est intelligente mais surtout belle les cheveux détachés. Il en fait donc, suite à un pari, le reine du lycée pour prouver qu’il le peut. Sa version 2022 s’en rapproche largement sauf que cette fois c’est une meuf qui découvre que derrière l’ado rebel du lycée se cache en réalité un mec cool grâce à un pari. Refait par pure nostalgie, sans vraiment en changer les codes mais en y ajoutant les réseaux sociaux, le film est comme celui qu’il imite à regarder un dimanche de gueule de bois. La seule valeur ajoutée est d’y retrouver Matthew Lillard et Rachel Leigh Cook, qui étaient dans la version d’origine, cette fois respectivement en principal du lycée et mère de famille et de se prendre un sacré coup de vieux, en leur compagnie. Et pourtant l’original avait su laisser dans les coeurs de ceux qui l’ont découvert au vidéo club, un petit quelque chose entre plaisir coupable et doudou réconfortant.

elle est trop bien freddie pricne jrD’autres alternatives existent, on parle réseaux sociaux, mais les nouvelles technologies sont aussi de la partie. C’est le cas pour « Chucky » qui apparait pour la première fois à l’écran en 1990. Dans sa version d’origine, la poupée meurtrière a hérité de l’âme d’un tueur en série avant de se mettre à reprendre ses bonnes vieilles habitudes sous les traits d’une poupée. Dans son énième version rebootée en 2019, alors qu’une bonne vieille suite de plus aurait pu faire l’affaire, notre copain roux en plastique s’avère être un jouet hautement performant baptisé Buddi. Créé pour l’amusement des enfants, l’une des poupées subit une manipulation de la part d’un employé licencié. C’est ce bug programmé qui fait d’elle un tueur. Autant dire, qu’à part de l’hémoglobine, l’idée n’apporte rien à la saga de plus qu’un film oubliable… mais quand un filon fonctionne, pourquoi se priver ? Et voilà typiquement, une idée qui aurait pu être nouvelle en se détachant du nom de « Chucky » pour créer son propre univers. Après tout, en matière d’horreur, tirer des ficelles à l’infini est monnaie courante.

Vivre avec son temps

ocean's 8Nombreux sont ceux à tenter de jouer sur des franchises existantes, tout comme James Bond et en se contentant de « recaster » le rôle principal donné à un ou des hommes. « SOS fantôme », « Ocean’s 8 » et leurs castings féminins qui crient là encore à un certain manque d’inspiration. D’autres se contentent d’utiliser les noms de franchises qui fonctionnent pour les plonger dans un univers qui n’a plus rien à voir mis à part la citation forcée d’éléments qui en ont fait le succès. C’est le cas pour « Chair de Poule » ce film gênant qui au lieu de reprendre les codes d’une horreur justement dosée pour effrayer les enfants, se contente de balancer pantin, momie et nom d’R.L Stine  dans une espèce de tourbillon mal fait et un poil ringard ou encore « Jumanji » devenu un jeu vidéo un peu comme « Chucky » cité plus haut…

Si certains propos des années 90, 2000 n’épousent plus du tout ceux de l’époque actuelle et qu’il faut admettre que les moeurs ont changé très rapidement, ne vaudrait-il pas mieux simplement créer de nouvelles histoires portées par de nouveaux personnages en se détachant simplement d’une idée qui a fait son temps  ? Quoi qu’on en dise, les années 90/2000 ont su aussi poser la première pierre d’un édifice qui aujourd’hui s’est développé. Ce qui s’est passé dans ces époques, malgré les changements de consciences, a aussi permis d’ouvrir des voies, de « Buffy contre les vampires » son héroïne forte et la romance de Willow avec Tara, ou le premier baiser gay du petit écran via le personnage de Jack dans « Dawson », en passant par la liberté sexuelle des héroïnes de « Sex and the City », le propos contre le racisme de « Candyman » de Bernard Rose en 92 qui lui aussi aura revit grâce à l’évident Jordan Peel en 2021 (qui de mieux pour mélanger horreur et parler du problème du racisme que lui ?) tous ont eu leur importance.Et ces petits pas ont pu aujourd’hui se transformer en un véritable sprint.

Cela dit, il existe pourtant une série hautement subversive et d’une grande importance, dont le message était déjà limpide en son temps : « Queer as folk ». Le show créé en 2000 dans sa version américaine du moins (elle était en premier lieu une série britannique déjà rebootée à l’époque) avait le mérite de dépeindre une certaine communauté gay de Pittsburg sans tabous, sans clichés et sans jamais se perdre. De sa saison 1 à 5, elle a su créer des personnages entiers, écrits sans fausse note, éveiller les consciences, amuser, faire vivre des romances plurielles remarquablement écrites, créer du drame, questionner les politiques sur un point de vue unique, parler drogues, sexe, sida, parentalités plurielles … Difficile de juger de son reboot 2022 par le simple prisme d’un trailer sorti à ce jour. Reste à espérer pourtant que les scénaristes sauront en garder l’âme sans concession, sans jamais basculer. Et de ce point de vue là, ils semblent pourtant avoir pris le plie de se concentrer sur l’un des dernier thèmes de la dernière saison (l’attaque à la bombe du club emblématique du show, le Babylon) plutôt que ce qui pouvait faire la beauté de la série d’origine : un quotidien raconté. Il est donc naturel de se questionner sur l’intérêt de reprendre un produit des années 2000 parfaitement construit, au propos déjà amplement existant et adapté à notre époque pour le refaire. D’autant que tout comme dans d’autres séries, la série tient aussi à l’attachement que l’on a à ses personnages de l’iconique Brian Kinney au talentueux Justin Taylor en passant par l’adorable Emmett ou la tornade Debbie. Avoir suivi le chemin des « Chroniques de San Francisco » qui ont gardé leurs personnages dans le temps, à chaque retour dans le fameux immeuble ( en 93, 98, 2001 et 2019) pourrait paraitre plus censé. On demande donc à voir la suite avec une certaine prudence…

La nostalgie c’est bien, créer avec un matériel existant permet sûrement d’enclencher la cash machine plus facilement et à réfléchir sans avoir à tout penser. Reste pourtant à espérer que l’époque que l’on vit pourra artistiquement se centrer sur elle-même et apporter aussi son lot de nouveautés, à rebooter au prochain coup de nostalgie.


the OA

Sélection de séries TV aux héroïnes plurielles et aux scénarios fascinants

Sharp Objects de Jean-Marc Vallée L’histoire :  Camille Preaker, journaliste spécialisée dans les affaires criminelles…

« Riverdale » : Top des moments les plus What the fuck de la série

Personne ne regarde Riverdale pour sa crédibilité. C’est un fait avéré comme se fut la…

Affiche dessin de ça le film 2017

« Ça »: l’enfance selon Stephen King en 2017, une réussite totale

En voilà un pari audacieux: réadapter le chef d’oeuvre, « ça », de l’horreur de Stephen King…

Jeudi et vendredi, le Printemps de Bourges 2022 nous a concocté un festival aux petits oignons. Les stands de nourriture y étaient pléthore et les saveurs nombreuses. Quelle est la recette d’un excellent moment ? On vous donne le menu musical, à arroser d’un cocktail de notes.

Doux et Sucré

Polo & Pan

Le vendredi, le W et le Palais d’Auron ont décidé de cohabiter pour offrir aux festivaliers, majoritairement jeunes mais pas que, une des folles soirées dont l’évènement a l’habitude. Sous l’immense tante, l’électro a la part belle. Il s’agit pourtant de chiller, le temps est bon, le soleil au beau fixe, la fête et douce et aussi savoureuse qu’un cocktail qui monte à la tête et propose son lot de saveurs à la douceur indéniable. Polo & Pan et sa danseuse pailletée est de ceux là. Un set au décors minimaliste mais aux notes qui font mouche. Les tubes de cette machine huilée défilent alors que la foule éméchée ondule en se pressant au premier rang. Les jeux de lumières viennent parfaire le tout et le W devient un cadre chauffé à bloc qui sent les effluves d’une plage tropicale.

Miel de Montagne

Venus remplacer Jacques contraint d’annuler sa venue en dernière minute, Miel de Montagne a ajouté sa touche de chanson française à une édition aux couleurs tricolores.  Le set simple et très attendu a permis au 22 de se dégourdir les jambes pour l’une des dernières performances de la journée. Au programme, convivialité, instruments léchés (comme les doigts plein de miel), lâché prise et raffinement.

Charlotte Fever

Le Printemps de Bourges c’est aussi l’occasion de faire de belles découvertes côté pro. C’est d’ailleurs dans cet espace qu’officie le duo Charlotte Fever et ses riffs percutants. Le groupe français offre une atmosphère rétro dans un live qui sent bon la boule à facettes et les paillettes. De la chanson française oui, mais avec une énergie festive qui invite à la danse. Les notes se distillent, aussi euphorisantes que des bulles de champagne. Printanier, le set nocturne est pourtant gorgé de soleil. Deux voix : l’une masculine, grave aux accents à la Gainsbourg, l’autre féminine, aérienne et aigüe se répondent à l’infini chantant l’amour en général et l’amour d’une époque où la scène française rayonnait. Comme les Pirouettes avant eux, le groupe redéfini cette période musicale, prend le plis de la légèreté, fait vibrer la nostalgie et la modernise. Un temps fort de Bourges emprunt d’une fièvre nommée Charlotte (à la fraise).

Charlotte Fever - Printemps de Bourges - 2022
Charlotte Fever au Printemps de Bourges 2022 – Crédit photo : Louis Comar

Relevé et Salé

Aimé Simone

Le jeudi, pas de surprise Aimé Simone relève la sauce. Seul sur scène, le chanteur déchaîné n’a rien à envier à un Machine Gun Kelly et autre Yungblud. Armé de ses très nombreux tatouages, de son look américain et d’une fougue sans faille, le frenchie revisite le rock alternatif made in America. Comme un bon burger, le bonhomme dévoile une musique qui se déguste par couches successives, le tout en tapant juste dans les tendance. Le 22, sous le charme bondit au gré des interpellations du musicien survolté.  Rien n’arrête la tornade Aimé Simone. Pour preuve, chacune de ses performances fait un effet boeuf, celle-ci n’échappe pas à la règle. Elle sera tout le reste du Printemps de Bourges dans toutes les bouches.

Eddy de Pretto

Il y a cinq ans, Eddy de Pretto était un jeune chanteur qui débutait sa carrière en tant qu’Inouï au 22. Il confiera d’ailleurs le jeudi lors de sa conférence de presse y avoir été pour la première fois confronté au monde pro de la musique à la Prairie. S’il confiait à cette même occasion refuser d’être le drapeau de toute une communauté, ses paroles frappent toujours juste te fort. C’est d’ailleurs sûrement pour ça qu’en cette journée le W est plein à craquer. Le set passe à toute vitesse « On a une heure ensemble Bourges » lance-t-il jouant très rapidement son classique  » Fête de trop ». Son fameux « danse » lance une assemblée qui n’attendait pas l’autorisation. Les deux albums défilent d' »A tous les bâtards » à « Culte », il scande « Random » avec la même force que sur son album. « Kid » fait office d’hymne, repris par une foule qui en connait chaque note et ne prend pas le temps de parler. Alors que tous reprennent ses mots « Virilité abusive », Bourges frémit. « Merci Bourges… » déjà ? Voilà la pincée de sel qui pimente une fête qui n’est certainement de trop.

puissant et Pimenté

Deluxe

Le vendredi soir, la fête est folle et les paillettes pourraient lui manquer. C’est sans compter sur les fous furieux de Deluxe. Avec les titres particulièrement hot et une fougue scénique indomptable, la troupe soulève le W, l’entrainant dans une fête qui passe les frontières. Pour parfaire sa performance, le groupe, ne se donne aucune limites. Parmi ses astuces un jeu de pyrotechnie qui sort directement de sa trompette. La chaleur devient tropical alors que la foule ondule. Certains en profitent pour parler à des inconnus et leur demander des conseils de drague. Emmener l’heureuse élue à ce concert pourrait bien être une réponse acceptable.

Sopico

Etoile montante du rap français, Sopico a su fédérer en un clin d’oeil un public d’adeptes. Au MaMA festival déjà, le bonhomme avait su se faire remarquer. Il faut dire que loin de se contenter d’un rap urbain et classique, il le revisite à sa sauce, s’osant à jouer de la guitare sur les planches. Toujours est-il que c’est au Palais d’Auron que le musicien a posé ses valises. Sopico aime à interpeller son public ne perdant pas une seule occasion de l’inviter à danser, lorsqu’il demande qui a écouter « Nuage » son premier album, les réponses ne se font pas attendre. Chaque note propulse un peu plus les spectateurs contre la barrière qui sépare le public de la scène. Un début de soirée prometteuse pour un artiste qui se crée ici une nouvelle aura et donne à son style hybride une sincérité aussi touchante que relevée.

OETE

S’il était un nom attendu parmi les Inouïs du Printemps de Bourges, c’est bien celui d’Oete et qu’importe s’il ne remporte pas en fin de course la compétition, c’est bien lui qui offre l’une des plus belles performances de cette 46ème édition sur la scène du 22. Vêtu de paillettes et aidé de sa pianiste, le chanteur a toute la grandeur de ses idoles Daniel Darc et Christophe à qui il dédicacera d’ailleurs un titre.  C’est sur « HPV » qu’il entre en scène. « La tête pleine » single en puissance qui transpercera rapidement les ondes et les coeurs et très vite interprété. Porté par une force tangible, le diamant brut Oete ondule, tord son corps au gré de ses notes. Le monde cesse alors d’exister, concentré en un rayon lumineux porté sur la scène.  La conclusion sur un titre écrit  » à 17 ans », son premier où il chante se « Liberté chérie » met des larmes dans tous les yeux de l’assistance. La grandeur de la chanson française pourrait bien renaître à travers ces 4 lettres, soyez en avertis !

A mère et egagé

Cats on Trees

Tôt en cette journée du jeudi, Cats on Trees répondait aux questions de quelques journalistes. L’occasion de revenir sur leur parcours d’anciens Inouïs qui les mène aujourd’hui sur la scène du W. Mais également l’occasion de parler du décors sublime que le duo a préparé pour sa tournée. Cadre onirique aux méduses volantes qui ont été réalisées par la main du chanteur jusqu’au soir du nouvel an alors que les invités étaient dans le salon en train de trinquer à ce début de soirée. Entre les miroirs présents sur scènes, et ce set concentré pour pouvoir jouer de tous ses cadres, le moment prend une tournure hautement poétique. Au milieu de son épopée, Cats on Trees en profite pour faire passer ses messages bienveillants. C’est notamment le cas pour le titre « She was a girl » joué très vite en début de concert. Inspiré par le documentaire « Petite fille » disponible sur Netflix, il parle de transidentité alors que la violence du rejet rencontrée à l’école par cette petite fille a touché les musiciens. Un concert donc qui sait sublimer son propos pour mieux éveiller en douceur les consciences.

Clara Luciani

Habituée du Printemps de Bourges, Clara Luciani y occupe une place de choix. Après un Palais d’Auron quelques années plus tôt la voilà propulsée au W. Toute sourire, celle à qui l’on doit le titre féministe « La Grenade » ne boude pas son plaisir, à tel point qu’il devient hautement transmissible (et pour le coup nul besoin de porter un masque, tout le monde souhaite l’attraper). Entre danses et moments de pure chanson française, la musicienne acquière à sa cause une salle qui ne demande qu’à vibrer. On pense aux « Fleurs » avec elle. Le titre printanier à la légèreté et à la douceur enivrantes font rayonner les effluves du printemps sous l’immense chapiteau. Sa musique est une arme détonante alors que ce concert offre une « Sainte Victoire » qui frappe au « Coeur ».

Majeur.e.es

majeur.e.s
majeur.e.s

Le Printemps de Bourges est aussi l’occasion de mettre en avant des initiatives engagées et nécessaires pour faire évoluer le monde de la musique.  C’est le cas avec Majeur.e.es, qui crée le premier annuaire de l’industrie musicale réservé aux femmes, aux personnes trans et non binaires. le but premier de l’opération ? Permettre aux recruteurs de trouver des candidat.es en se basant sur leurs compétences. Si tout le monde peut avoir accès au site, les hommes cis eux, ne peuvent pas y créer un profil pour s’y faire repérer. Aidées par de nombreux organismes dont le CNM, les deux créatrices  mettront à disposition cet outil à compter du mois de mai 2022. D’ici là, les pré-inscriptions sont possibles. Une nouvelle façon pertinente de valoriser les profils et permettre une meilleure inclusion professionnelle.

 

ENGAGE.ES

Engagé·e·s !
Engagé·e·s !

Toute la semaine, la toute nouvelle maison de la culture a fait la part belle à l’engagement dans la musique. Pour se faire, le lieu a choisi de proposer une expo aux couleurs des albums emblématiques des artistes qui ont défilé au Printemps de Bourges au cours de ces 46 éditions. De Brigitte Fontaine à IAM en passant par Mickey 3D ou même Francis Cabrel, nombreux sont ceux à avoir portés haut et fort des messages de lutte anti-racistes, féministes, pro droits LGBT+ sur les scènes du festival et dans leurs albums. Les spectateurs ont pu y découvrir gratuitement pochettes, partitions et autres dédicaces…

Acide et garage

Lime Garden

Il y a encore peu la tornade Wet Leg débarquait dans le monde semant un vent de rock féminin, moderne et révolutionnaire sur son passage. Quelque part dans son sillon, le phénomène Lime Garden pourrait bien faire les mêmes ravages. C’est le vendredi soir au 22 que les furies débarquent pour devenir l’une des plus belles perles de ce printemps 2022. Avec des titres entraînants entre riot et guitares qui donnent une sérieuse envie de danser, les musiciennes redéfinissent un rock féminin qui prend de l’ampleur. « Sick & Tired » a tout pour percuter les esprits et ce n’est pas le live qui fait mentir leur talent. Impossible de ne pas se laisser prendre au jeu de ce jus sur-vitaminé aux agrumes effervescentes. On se retrouve à danser, arrêtant tout pour mieux apprécier le cocktail proposé.

Lime Garden - Printemps de Bourges - 2022
Lime Garden au Printemps de Bourges 2022 – Crédit photo : Louis Comar

LIFE

Et d’un nouvel opus pour LIFE. Le groupe anglais qui a bien failli ne pas jouer en cette journée du vendredi pour cause de problème d’avion, s’offre une conquête indiscutable du 22. Ceux qui avaient déjà ouvert pour IDLES, plongent la petite salle dans un bain garage rock aux accents post-punk qu’il est bon écouter. Un premier jet franchement engagé, allant jusqu’à dénoncer la politique de Trump, laisse place à un second opus bien plus à fleur de peau qui parle autant de santé mentale que de la place du père célibataire. Sur scène, ces thématiques existent dans une ambiance aussi festive que sur le fil du rasoir. Avec des enceintes montées à font, difficile de ne pas perdre de vue les enjeux du Printemps de Bourges pour mieux se perdre dans un ton corrosif qui explose en des rythmiques qui touchent au punk, celui même qui manquait à la musique actuelle. Discutant volontiers avec un public en forme malgré l’heure tardive, le groupe dévoile ses titres et prend le temps de les expliquer. Le 22 est une cave révélatrice des plus grands talents. Le rock y a toujours une place maîtresse, celle d’un joyau qui se renouvelle enfin. LIFE sera la plus belle claque internationale rencontrée à Bourges depuis les excellents PWR BTTM, vus ici quelques années plus tôt.

Last Train

Ancien Inouï, le groupe de Jean-Noël Scherrer est un habitué du Printemps de Bourges. La formation rock est aussi des plus attendues sur le festival. C’est le vendredi soir que débarquent les compères pour clôturer la soirée rock du 22. Grosses guitares et énergie décuplées sont de la partie et promettent un moment de rock suave. La formation a bien grandi, du rock spontané qui coulait de leurs rythmiques avec une énergie adolescentes, les voilà aujourd’hui plus précis, heureux d’étirer à l’infini leurs rythmiques, de reconstruire en live un rock jusqu’au-boutiste. Forts de leur Olympia de Paris, les copains sont de retour sur les terres qui les ont vu devenir de grands artistes. Alors la bande ne lésine pas sur son plaisir, fait saturer ses guitares, offre des solos et ses plus gros succès. La salle est pleine et déborde presque, la chaleur est aussi palpable sur scène que côté foule. La voix du chanteur, reconnaissable entre toutes résonne dans les airs. Last Train a gagné en maturité et en précision, sans pour autant changer son fusil d’épaule, ils sont devenus des maîtres sur scène et apportent au rock français une sincérité troublante, qui n’a d’égal que leur envie d’offrir une performance perfectionniste où les instruments dominent.

 


Jok'air - Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 J2 : Le débat d’entre deux jours

Un printemps de Bourges sans pluie n’en serait pas un selon l’adage populaire. Cette édition…

Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 J1 : L’ADN de la scène française avec Dutronc & Dutronc et Gaëtan Roussel

Le Printemps de Bourges et de retour ! En ce 19 avril 2022, le festival…

Coup de cœur: PWR BTTM du punk en robe au Printemps de Bourges

Le Printemps de Bourges, coïncide avec la renaissance de la nature. Avec lui vient la…