Author

Alexandre Bertrand

Browsing
Affiche festival les nuits secrètes 2017
Affiche officielle du festival Les Nuits Secrètes

Les Nuits Secrètes d’Aulnoye-Aymeries reviennent pour une 16ème édition les 28,29 et 30 juillet. Le festival atypique et unique en son genre a dévoilé sa programmation… Mais (heureusement) pas ses nombreux mystères! Camille, Chinese Man, Julien Doré, $-Crew, Dub Inc. François and the Atlas Mountains, HerYuksekCigarettes After Sex, Mat Bastard se retrouvent dans le Nord, entre Valenciennes et Maubeuge.

Les Nuits Secrètes c’est tout d’abord 3 scènes dans la localité d’Aulnoye-Aymeries. La Grande Scène, l’Eden et le Bonaventure. Rap, pop, électro, chanson française, il y en a pour tout les goûts dans les Hauts de France, et de 18 heures jusqu’à plus de 4 heures du matin, il faudrait etre très difficile pour ne pas trouver son bonheur avec la programmation éclectique et de qualité que propose la 16ème édition des Nuits Secrètes

Les Nuits Secrètes : Quelle est la différence par rapport aux autres festivals?

Bonne question! Plusieurs scènes, des artistes, des concerts, blablabla… Pour un esprit chagrin, blasé, chafouin ou n’importe quel autre synonyme de chiant exigeant, la question se poserait. Depuis 16 ans maintenant, Les Nuits Secrètes a une carte maîtresse dont il n’hésite pas à se servir : le mystère! Le festival peut se vivre traditionnellement, et au vu de la programmation, vous prendrez votre pied. Ou bien vous pouvez sortir des sentiers battus…

Vous montez dans un bus, destination inconnue, pour un concert dont vous ignorez tout. Nous ramenons tout le monde au bout d’une heure et demi, mais certains n’en reviennent toujours pas. Normal : ici, seul le transport est commun.

Une grange, une chapelle, une foret, allez savoir quel autre endroit original servira d’écrin à une expérience musicale unique cette année? Parcels, Jeanne Added, Jacques, Her sont des noms annoncés pour les Parcours Secrets… Seront ils les seuls? Prenez votre ticket pour cette expérience unique et vous le saurez! 

Crédits Solidays

Dernier jour de Solidays 2017 à l’Hippodrome de Longchamp en ce dimanche 25 juin 2017. Alors que la canicule de la semaine passée a encore quelques restes, il y en a pour tout les goûts à travers des horizons aussi variés que Mat Bastard, Vald , Soulwax ou bien encore Last Train. Une journée à l’image du festival en somme. Plurielle et rassembleuse. Reportage.

Dimanche 25 juin 2017, une dernière programmation pour les Solidays et convaincre le public jeune et investi qui fait partie de l’essence même du festival. Alors que l’on progresse pour voir le show de Mat Bastard enflammer l’après midi, il n’est pas vraiment surprenant de croiser un groupe de jeunes adolescentes allongées en forme d’étoile sur l’herbe. La spontanéité ça a du bon et ça produit de ces petites merveilles visuelles qui donnent du baume au cœur.

Les Motivés, groupe militant porté (notamment) par deux anciens de Zebda font bouger les foules en les faisant sauter, participer… Leur slogan “Lutter en chantant, chanter en luttant” est on ne peut plus approprié au festival Solidays qui lutte contre le SIDA et toutes les inégalités! Et il est toujours important de rappeler que si Solidays est un festival de musique, c’est aussi un festival militant et engagé. Pour ça, Les Motivés font plus que le job!

Mat Bastard a une façon de bouger qui lui est propre quand il interpelle le public. Si solliciter les spectateurs n’est pas nouveau en soi et fait même partie de l’ADN d’un concert, l’ancien de Skip the Use est un personnage hautement sympathique. Son ton gouailleur, sa façon de bouger, tout fait de lui un personnage hors normes. Et que dire de son show à Solidays? Absolument énorme! Avec des anciens de Carving, son premier groupe, Mat Bastard se donne à fond dans un style punk rock. Pourquoi punk? Parce que dans une de ses rares chansons en français, appeler à “brûler les vieux”( morceau déjà chanté aux OUI FM Awards), si ça passe pour vous comme une lettre à la poste et non comme un coup de pied dans la fourmilière, c’est que vous n’étiez pas au bon endroit dimanche après midi…. Pourquoi rock? La reprise de la mille fois entendue “Viens je t’emmène au vent ” de Louise Attaque, saturée de guitares électriques ça vaut quelque chose et ça permet de communier encore plus avec le public… Même si Mat avait mis le public dans sa poche depuis bien longtemps!

Pop&Shot vous propose : Un petit peu de Mat Bastard en concert ! 

Vient le moment de VALD. C’est toujours un plaisir d’assister à un concert du natif d’Aulnay sous Bois. Grand moment de n’importe quoi ( “faites du bruit pendant que je bois de l’eau”), le public n’en demande pas tant et s’enflamme dès que Vald dit “Bonjour“. Après avoir appris que le 93 était un Empire, ” qu’ “On est trop blancs” et que “J’me drogue pas”, c’est la quintessence de l’esprit du rappeur français qui ressort avec le fameux “Selfie” repris par tout le public. Rien de sérieux. On est là pour passer un bon moment à base de n’importe quoi. Et Vald réussit cet objectif haut la main grâce au personnage atypique qu’il a su se créer. Et puis “lever les mains comme dans 8 Mile“, ça n’a pas de prix,non?

Pop&Shot vous propose : Un petit peu de Vald en concert ! 

Un tour par le concert d’Imany confirme tout le bien qui peut être pensé d’elle. Il y a du Tracy Chapman mais aussi et surtout du Ayo dans la performance de la Martégale. Après s’être défoulé, le public vient chercher là de la douceur et de l’apaisement. Ils sont nombreux couchés dans l’herbe, avec le sourire béat du festivalier qui ne pense qu’à une chose : profiter du moment présent. Un couple se forme en s’apprivoisant  sur les pas d’un intemporel Charleston. “Don’t be so shy” après tout… Ne bougeant pratiquement pas de derrière son micro, c’est la puissance de sa chaude voix qui conquit le public.

Soulwax a une demi heure de retard. Cela laisse peu de temps au duo électro gantois pour convaincre mais ils y parviennent néanmoins! La nuit commence à tomber, il reste une poignée d’heures avant la fermeture du festival, alors pourquoi ne pas profiter de l’esprit festif insufflé par l’electro? Aucune raison de ne pas se laisser aller le temps de quelques morceaux mais…

Il ne faudrait surtout pas rater… Last Train! Nos chouchoux, interviewés il y a quelques temps, continuent ce qui est difficilement croyable : monter de niveau. A l’époque du 22 Ouest de Bourges l’an dernier, le groupe avait mis tout le monde d’accord avec des guitares pleines de fureur et la voix de Jean Noel que n’aurait pas renié un Kurt Cobain. Ensuite, le Bataclan avait continué d’alimenter l’idée que le groupe est en pleine ascension. Les enfants prodiges du rock français repoussent les limites avec un jeu de scène totalement abouti. Il n’y a plus de défauts de jeunesse et les sochaliens peuvent rêver grand tant leur niveau est impressionnant. Semblant toujours autant prendre du plaisir sur scène, réussissant à le transmettre tout naturellement au public, le potentiel des quatre baby rockeurs français ne semble pas avoir de limites. Les riffs de guitares ainsi que la batterie se déchaîne. Pas trop de jeu de lumières sous le chapiteau, le groupe n’en a pas besoin tant leur passion est communicative. Leur passion et leur talent. Et il explose encore au visage de ceux qui peuvent être réfractaires ( mais est ce que ça existe vraiment quand on parle de Last Train?) avec les premières notes de Fire, leur morceau phare. Le chapiteau du Circus de Solidays est probablement un trop petit écrin pour ce bijou du rock français, mais il ne faut pas longtemps pour oublier ces considérations et profiter de l’instant…

Pop&Shot vous propose : Un petit peu de Last Train en concert!

C’est la fin de Solidays pour Pop&Shot, mais l’énergie communicative insufflée par le Festival va rester longtemps active…

logo eurapavox
logo eurapavox

C’est bientôt l’été, la saison des vacances, mais aussi et surtout la saison des festivals! Pour ouvrir les festivités estivales, c’est Europavox qui occupe ce rôle cette année. Le haut du panier de ce qui se fait en Europe actuellement, que ce soit en rock, pop, hip hop, électro se retrouve à Clermont Ferrand les 29, 30 juin, 1er et 2 juillet 2017.

Europavox va vous tout d’abord vous faire voyager : 27 révélations venus de 20 pays différents!

Des talents en devenir repérés aux quatre coins de l’Europe, c’est une proposition de riche découverte musicale comme on en voit rarement. Mais Europavox c’est aussi l’occasion de voir (et entendre) le nouveau projet de M, d’assister au retour de Manu Chao et de profiter des performances de Deluxe, Agnes Obel, Archive ou bien encore Boys Noize!

la superbe affiche du festival réalisé par Robert Combas, figure majeur de l'art contemporain français
la superbe affiche du festival réalisé par Robert Combas, figure majeur de l’art contemporain français

Si Europavox a pour objectif de mettre l’Europe ( et sa musique dans toutes ses diversités) à l’honneur, c’est à travers sa ville d’accueil, Clermont Ferrand qu’elle parvient à le faire si bien. Au Forum, à la Coopérative de Mai, à la Scène Factory et à la Petite Coopé, vous pourrez vous enflammer sur des sons européens. Meme le Stade Michelin, forteresse des champions de France de rugby participe à la fête le dimanche 2 juillet avec l’ultime concert du festival! Au programme dans l’enceinte du stade qui s’est rempli en moins de 48 heures : Fanfare Rock Box, The Excitements, La Ventura mais aussi Manu Chao!

C’est le rock londonien d’Archive et la pop electro suédoise de J. Bernardt qui vont ouvrir les festivités sur la scène de la Coopérative de Mai le jeudi 29 juin. Vendredi et samedi, se succéderont sur les scènes de la Coopérative de Mai, du Forum, de la petite Coopé et de la scène Factory, les français de Chinese Man, Deluxe ou bien encore Lamomali de M (avec Oxmo Puccino!), les allemands de Boys Noize, les britanniques de DBFC ou bien encore Shame

Les autres nations européennes seront aussi à l’honneur. Vous l’aurez compris, il y en aura pour tout les goûts et venus de tout les horizons. Alors si vous êtes pour l’Éclectisme et pas que si on vous paye le voyage, Pop&Shot vous conseille de vous rendre dans le cœur de la France, à Clermont Ferrand, pour être plus proche du cœur battant de l’Europe musicale, vous savez que ça passera par Europavox 2017!

N’hésitez pas à passer faire un petit tour sur le site du festival 

europavox-2017-festival-Clermond-Ferrand-Manu-chao-archive-Lamomali-Matthieu-chedid-concours-Blog-Usofparis
DR Europavox

Le nouveau projet d’Edgar Wright, celui qui est à l’origine de la Cornetto Trilogy ( Shaun of The Dead, Hot Fuzz et Le Dernier Pub avant la fin du monde), sera de sortie en France le 19 juillet. Il a pour nom Baby Driver et Pop&Shot vous explique pourquoi il risque d’être la bouffée d’air frais de l’été à venir.

 

baby-driver-affiche
baby-driver-affiche

Musique et action. Cela sonne comme le cocktail parfait. Baby Driver nous narre l’histoire de Baby, un “driver” pas comme les autres. En effet, contrairement au Ryan Gosling mutique ( voire autiste de Driver), le personnage campé par Ansel Elgort ( Nos étoiles contraires, Divergente), passe son temps pendu à ses écouteurs. Un film de braquage aux rebondissements musicaux? Cinq ans après Le Dernier pub avant la fin du monde et avoir laissé en héritage les meilleures idées de mises en scènes du quelconque film marvelien Ant-Man laissant penser que Peyton Reed pouvait être un metteur en scène avec un peu de talent, Edgar Wright nous offre la dernière bande annonce de son dernier projet.

Pour entourer la jeune garde composée d’Elgort donc mais aussi de Lily James ( Downtown Abbey, Cendrillon, Orgueil et préjugés et zombies), rien de moins que Kevin Spacey, Jamie Foxx, Jon Bernthal et un Jon Hamm au look  bien loin de Mad Men! Et la bande son s’annonce particulièrement savoureuse! Alors que Wright nous a offert des moments regressifs touchant au sublime avec le Don’t stop me now dans Shaun of the Dead, Caught by the fuzz dans Shaun of the dead ou bien encore le I’m free du Dernier pub avant la fin du monde, voilà qu’il se lance dans un film mêlant vraiment musique ET fiction. Surpassant probablement ce qu’il avait pu donner avec Scott Pilgrim vs The World, Edgar Wright va au bout de ses idées en nous offrant ce film d’un genre qui se raréfie, le film de braquage.

Le film sera en avant première le jeudi 15 juin au UGC Ciné Cité Paris 19, de quoi se donner de l’avance avant la sortie française le mois suivant. Edgar Wright au sommet de son art? C’est tout ce qu’on souhaite et peut espérer au vu des images de la bande annonce en tout cas!!!