Paul vit avec sa femme, son fils et son beau père dans une maison isolée et barricadée. Deux règles : le jour, ne sortir dans les bois environnants qu’en étant accompagnés et la nuit, ne pas sortir du tout. Jusqu’au jour ou… Retour sur la bande annonce de It Comes at night, plus qu’intriguante et surtout prometteuse.

DR Sony Pictures/A24

Le deuxième film de Trey Edward Shults se dévoile peu à peu, au fur et à mesure que sa sortie française, le 21 juin 2017, approche à grands pas. Et le moins qu’on puisse dire c’est que la campagne mené par A24, le producteur/distributeur, est efficace. Une poignée de jours avant la sortie en salles, on a pas la moindre idée avec les visuels et les bandes annonces sorties de ce qu’il y a derrière cette porte qu’il ne faut surtout pas ouvrir et de ce qui vient la nuit… Pour un film de genre, le mystère reste l’élément le plus primordial et il est bien rare qu’il soit préservé de nos jours (cf le cas pratique des divers bandes annonces de Batman Vs Superman qui mises bout à bout dévoilaient la quasi totalité de l’intrigue avant même la sortie du film). Mais il faut croire que le mystère va être préservé jusqu’au bout.

Zombies, Aliens, Bigfoots, Fantômes, Démons… La menace qui pèse sur le personnage de Paul, incarné par Joel Edgerton ( The Thing, The Gift, Warrior), et sa famille reste diffuse. Bien sur, en regardant de plus près sur le Net, vous saurez d’ores et déjà un peu plus sur les éléments de l’intrigue. Mais pour une fois qu’un film ne tire pas toutes ses cartouches dès sa campagne de promotion et qu’il joue la carte du mystère, il serait dommage de passer à coté. Isolement. Bois mystérieux et oppressants. Une porte qu’il ne faut ouvrir sous aucun prétexte. Une menace qui apparaît la nuit. L’horreur repose souvent sur des éléments primaires qui font écho en chacun de nous et ce It comes at night sait bien en jouer pour donner envie de se précipiter dans les salles obscures et découvrir le deuxième long du prometteur Trey Edward Shults, ancien assistant du légendaire Terrence Malick sur The Tree of Life.

DR A24

A24 versus Blumhouse : Deux visions du genre ?

S’il a été dit plus haut que l’aura de mystère entourant le projet du réalisateur texan de It Comes at night était rafraîchissante et touchait au but, il est à noter qu’elle vient s’inscrire dans la volonté de A24 de promouvoir le genre, en laissant les coudées franches à ses auteurs. Green Room ( LE survival de 2016), The Witch, A Ghost Story. Autant de projets, sortant au final ses sentiers battus du genre balisé de la petite famille américaine agressée par une menace surnaturelle au sein même de son petit pavillon de banlieue. Même si The Witch s’est avéré être largement surcoté par rapport au buzz qui en avait été fait, sans nier les qualités dont il est bourré, réussir à promouvoir un film sur les pérégrinations d’une famille de puritains dans les sous bois de la Nouvelle Angleterre du XVIIème siècle, on a connu pitch plus aguichant…

Si ces projets ont pour eux d’être originaux, ils s’opposent en grande partie à la batterie de films de genre balancés à intervalles réguliers par Blumhouse. Il ne sera pas de nouveau fait mention de la déception Get Out (mais vous pouvez toujours jeter un œil sur ce que Pop&Shot en pense), mais pour un Split, combien d’Incarnate, The Darkness ou bien encore American Nightmare 3 ? Ne pas oublier aussi que Shyamalan, le réalisateur de Split était surnommé au début du siècle le « Nouveau Spielberg »… Meme si, depuis, c’est JJ Abrams et plus récemment Bayona qui ont pris le relais du “titre”, cela laisse supposer un certain talent sous jacent…

Bref, en un mot comme en cent, si vous voulez savourer un (probable) bon film de genre, commencez par vous mettre en appétit avec la bande annonce de It comes at night ! Et aidez un certain cinéma de genre original à continuer à avoir du succès comparé au formatage de Blumhouse

 

Write A Comment