Author

Alexandre Bertrand

Browsing
DR Ucaliptic

Après le Marvel Cinematic Universe, le DC Universe et le Dark Universe, voici venir le temps du Monsterverse! Tout le monde veut son univers étendu et Legendary Pictures n’échappe pas à la règle… Prochaine(s) victime(s) de cette mode : un nouvel affrontement (après celui de 1962) entre King Kong et Godzilla! Et le réalisateur de ce Godzilla vs Kong a un profil prometteur…

Après la sortie en 2014 du premier Godzilla, plus ou moins réussi mais au moins original dans son traitement, par Gareth Edwards ( Monsters, Star Wars : Rogue One), la rumeur avait commencé à circuler d’un nouvel univers étendu à la sauce marvelienne en faisant s’opposer Godzilla et King Kong! Opportunisme? Nostalgie? Geekisation des esprits? Surement un peu des trois. Comme il est de coutume avec les gros blockbusters hollywoodiens ces dernières années, on peut d’ores et déjà booker son agenda : Godzilla vs Kong sortira lors du Memorial Day dans trois ans, soit le 28 mai 2020!

DR Fan artwork

Ce sera le climax de ce nouvel univers. Après l’adaptation par Gareth Edwards évoqué précédemment, est sorti cette année Kong : Skull Island mis en scène par Jordan Vogt-Roberts. Ce dernier, pressenti pour être le réalisateur d’une hypothétique adaptation ciné de Metal Gear Solid et qui s’est auparavant occupé de The kings of summer, ainsi entre autre, d’une poignée d’épisodes de You’re the worst et Death Valley, a accouché de ce qui découlerait d’une partouze sous acide entre Michael Bay et Apocalypse Now.

Maquillé comme une voiture volée, ce grand nawak a posé les bases de ce fameux Monsterverse. Le personnage incarné à l’écran par John Goodman est le représentant d’une organisation gouvernementale ressemblant grandement au marvelien SHIELD. Si le Marvel Cinematic Universe, au vu de son succès planétaire incontestable et répété, doit devenir le mètre étalon pourquoi pas après tout… Cela suit une certaine logique (économique).

Les passerelles avec Godzilla étaient minces dans le métrage porté notamment par Samuel L. Jackson, Brie Larson ou bien encore Tom Huddleston mais elles devraient s’épaissir lors de la sortie en 2018 du deuxième opus de Godzilla ( sous titré King of Monsters) mis en scène cette fois par Michael Dougherty ( Trick’r treat mais surtout le réussi conte de Noel macabre Krampus). L’utilité de capitaliser sur un univers partagé peut laisser dubitatif, tant il semble plus pauvre que ses concurrents. En effet, le catalogue de super héros/vilains de Marvel et DC ou bien encore la panoplie de classiques du Septième Art d’Universal (Frankenstein, Dracula, l’Homme Invisible, la Momie) semblent plus riches que celui de Legendary avec Godzilla, King Kong et… c’est tout.

Adam Wingard : L’étoile montante du cinéma de genre aux renes de Godzilla vs Kong?

Adam Wingard sur le tournage de Blair Witch
DR Lionsgate

Si le Monsterverse en tant que projet peut provoquer une certaine moue, l’approche de Legendary de faire confiance à des metteurs en scènes prometteurs pour leur confier les rènes de leurs blockbusters fait plaisir à voir. Gareth Edwards n’avait fait que la petite surprise indé Monsters quand on lui a confié Godzilla. Mais ce choc des titans est confié à un réalisateur qui petit à petit voit son aura grandir. En effet, le natif du Tennessee roule sa bosse dans le cinéma de genre depuis plus d’une douzaine d’années maintenant mais c’est avec le slasher You’re next et sa pirouette finale de petit malin qui a vraiment donné un coup d’accélérateur à sa carrière. Des segments pour les anthologies V/H/S 1 et 2 ainsi que The ABC’s of Death et il enchaîne avec The Guest, chouette série B toute simple mais maitrisée de bout en bout avec un parfum 80’s dans l’ambiance toujours plaisant.

Mais pour le futur réalisateur de Godzilla vs Kong, la trajectoire qui semblait ascendante s’est quelque peu stoppée en fin d’année dernière. Le coupable de ce contre temps a un nom : Blair Witch. Tourné quasi anonymement sous le nom de The Woods, l’espèce de sequel de l’inspirateur de la vague du found footage, a crée la surprise quand il a révélé sa vraie nature. Mais en le visionnant, ce n’était plus ce sentiment qui était au rendez vous. Si les qualités techniques de Wingard ne sont pas à remettre en cause, l’intérêt et la qualité du film en tant que tel laisse à désirer. Un coup d’épée dans l’eau : c’est l’expression (vieillotte) qui caractérise le dernier film en date.

Après ce film sans réel intérêt, Wingard va enchaîner avec la version US de Death Note qui sortira sur Netflix cet été. Le remake du chef d’oeuvre coréen J’ai rencontré le diable revient comme un projet récurrent pour Wingard et pourrait occuper les 3 années restantes avant la sortie de Godzilla vs Kong. Bref, mine de rien Wingard commence à tracer son sillon dans le cinéma de genre.

Si le choc des titans peut faire saliver en tant que plaisir de geek mais laisser douter en tant que pièce d’un univers partagé à l’intérêt limité, l’identité de son réalisateur donne envie de suivre la carrière du réalisateur de 34 ans et de voir, échelon après échelon jusqu’où elle ira…

DR

Depuis 1988 le Ricard S.A Live Music rend hommage au live et aux émotions brutes qu’il procure. Pour la première fois, cette année, ce sera au Nouveau Casino le mercredi 31 mai 2017! Et pour fêter ça, rien de mieux que Lysistrata et EQUIPE DE FOOT!

Ne jamais mieux être servi que par soi même, comme dit le dicton… Ricard S.A Live Music aurait tort de se priver en donnant la part belle au lauréat du Prix Ricard S.A Live Music, le trio rock en provenance des Charentes: Lysistrata! La Nouvelle Aquitaine sera à l’honneur le 31 mai car EQUIPE DE FOOT, originaire de Bordeaux, donnera le coup d’envoi du set au Nouveau Casino ce soir là !

Vainqueur et finaliste du Prix Ricard S.A Live Music 2017 sur la même scène!

Le finaliste puis le vainqueur du Prix Ricard S.A Live Music 2017, voilà une affiche prometteuse pour allumer le feu au Nouveau Casino lors d’une soirée sous le sceau de la bonne musique rock comme on aime. EQUIPE DE FOOT ne manquera pas de mouiller le maillot (oui elle est facile ayé, la placer, ça c’est fait) et de confirmer tout le potentiel aperçu depuis de longs mois, notamment aux cotés de Mars Red Sky et Odezenne. Référencé et jusqu’au boutiste : du tout bon!

Lysistrata va profiter de la soirée pour fêter la sortie de son nouvel EP Pale Blue Skin. Ce dernier a la particularité d’avoir vu tout ses morceaux enregistrés en direct avant d’être masterises à New York par Alan Douches, collaborateur, entre autres d’Animal Collective et Converge. Envie de voir ce que ça donne du Lysistrata? Pas de problème!

Vous avez envie de : danser/bouger/sauter/vous éclater? Vous savez quoi faire le mercredi 31 mai dès 19h30 au Nouveau Casino! Et en plus… tsssst…tsstt… C’est gratuit! Et c’est juste là pour réserver

 

Marre de briller dans les dîners en ville? De citer Eisenstein, Lang, Bergmann et Tarkovski et d’expliquer avec conviction que depuis eux, rien d’intéressant n’a été fait dans le Septième Art? Envie de faire une pause entre deux mélodrames ayant une durée initiale équivalente à une saison de Game of Thrones et venus de pays à cause desquels on perdait des points à chaque contrôle de géographie? Pop&Shot (en les personnes de Jérémie et Alexandre) s’est fait une double séance “On assume pas”… Mais a décidé de vous en parler quand même.

 

Premier objet du délit : POWER RANGERS (par Dean Israelite, 2017)

DR Power Rangers le film

Lancé par une campagne promo polémique, la première bande annonce étant quasiment un copier coller de celle de Chronicle, les costumes ne se sont dévoilés que très tard… Power Rangers n’a rien de très excitant quand il se présente en salles le 5 avril 2017. Sauf quand… Sauf quand ce qu’on veut c’est avoir 10 ans dans sa tète et se prendre un bain de préadolescence! C’est donc en sautillant et en fredonnant “Go Go Power Rangers” que l’on s’aventure dans la salle, motivé par aucune information supplémentaire glanée sur le Net ci et là. Non. Juste l’affiche avec le gros titre et une nostalgie régressive suffisent….

Le film débutant par ce qu’on suppose être un bizutage de l’animal totem de l’équipe de foot adverse. Pendant quelques minutes, il nous est présenté quelques personnages essayant d’emmener une vache dans des vestiaires d’équipes de foot US. Une petite blague en dessous de la ceinture(de la vache) pour le coté grivois et voilà les flics qui arrivent. Une course poursuite filmée en plan séquence à laquelle on ne comprend rien, un accident de voiture et un ton bien sombre plonge sur l’écran. Le titre apparaît même discrètement en blanc sur fond noir. Pas de génériques avec riffs de guitares. Pas de Go Go Power Rangers. Non, ce qui est présenté c’est un drame adolescentin. En tout cas, ça en a les apparats.

Bienvenue dans Chronicle Power Rangers le film. Un groupe de clichés ambulants d’adolescents, d’origines et de milieux divers, avec le quarter back sanctionné scolairement à qui toute la ville en veut car l’équipe de foot ne pourra pas gagner le championnat. Il y a aussi la petite nouvelle qui peine à s’intégrer, le nerd à lunettes souffre douleur, l’outsider qui traîne dans des endroits improbables pour oublier qu’il doit s’occuper de sa mère malade (oooo le beau cliché!)… Tout ce beau monde se retrouve près d’une mine désaffectée et SPOILER ALERT Si vous avez vu Chronicle, vous pouvez passer au paragraphe suivant, vous savez ce qui va se passer FIN SPOILERT ALERT. Tout ce beau monde va rentrer en contact avec des gemmes de couleurs différentes. Ce qui est bien avec les films d’origines de super héros découvrant leur pourvoir c’est que ça suit un peu le même schéma : Spider-Man de Sam Raimi, Chronicle toujours… Force surhumaine, découverte des pouvoirs,etc…

N’importe quelle licence peut être adaptée sous un angle sérieux, ce n’est pas le problème. La dernière tentative de reboot des 4 Fantastiques est là pour le montrer alors que dans le comics les Fantastiques sont garants d’un certain sense of wonder à la Marvel. Donc les Power Rangers à la sauce Angela,15 ans pourquoi pas après tout?!?!

Sauf que… Et c’est là le principal problème du film. Il ne sait pas quoi faire de son matériau de base. Ce qui est quand même ballot.

On a bien une scène de “milk” (NDLR: scène censée donner du “lait” pour nourrir le personnage, ex: les souvenirs d’enfance de untel ou untel en plein risque d’apocalypse nucléaire/zombie/invasion extraterrestre)  autour du feu de chacun des personnages pour nous expliquer leurs motivations… Sauf… Qu’on s’en moque. Aucun personnage ne parvient réellement à exister en tant que tel, si ce n’est celui du Ranger Bleu , le p’tit génie geek de la bande ( interprété par RJ Cyler). La faute à quoi ou à qui? Le charisme de moule tiède de Dacre Montgomery ( Billy dans Stranger Things), le leader censé du groupe ou bien les piètres talents de metteur en scène de Dean Israélite ( Projet Almanac, sympathique sans casser trois pattes à un canard)? Les deux! Au minimum. Aucune cohésion d’équipe, aucune empathie pour les cinq ados. Le pire c’est que la mort (définitive?spoiiillleeerrr) de l’un d’eux réussit à nous faire ressentir quelque chose : un regain d’intérêt! On se dit : tiens, il va se passer quelque chose enfin! Si Bryan Cranston (Breaking Bad, Malcolm), dans le rôle de vieux Maître Jedi Ranger vient payer ses impôts  sa reconnaissance sincère auprès de la franchise qui lui aura offert un de ses premiers rôles en tant qu’acteur fait le strict minimum, Elizabeth Banks ( Scrubs, Hunger Games) s’amuse comme une petite folle en cabotinant le personnage de la grande méchante, ancienne Ranger dévoyée.

DR power rangers le film

Les seules fulgurances du film sont à trouver à la fin : un des Rangers conduisant son robot dinosaure à l’envers sur fond de générique d’origine “ Go! Go! Power Rangers!“. Il faut une poignée de secondes pour revenir à ses dix ans et avoir l’enthousiasme simple de se dire qu’on va assister à une bagarre entre gros robots! L’effervescence va retomber comme un soufflé. Correctement emballé, on a droit à un affrontement sans grands enjeux ni spectacle. Et l’enthousiasme quasi enfantin à aller voir un film Power Rangers aussi…

Sérieux mais pas assez ou avec des personnages pas assez creusés pour donner envie de s’intéresser à eux. N’assumant pas ce qu’il est censé adapter en présentant dans les dix dernières minutes les costumes du titre du film.  Power Rangers est un film qui a le cul entre deux chaises. Il se prend trop au sérieux ou pas assez et louvoie une bonne partie du film à ne pas parler de ce dont il est censé parler. Un film Power Rangers qui ne s’assume pas c’est comme vouloir rester digne après avoir confondu une poire à lavement et une poire au goûter, ça ne peut que laisser une impression de gâchis.

 

Second objet du délit : FAST & FURIOUS 8 (par F. Gary Gray , 2017)

DR Allociné

Si pour le premier film, on parle de difficulté à lâcher prise, à louvoyer avec son matériel de base. La bande à Vin Diesel, The Rock et compagnie, elle n’a pas ce genre d’états d’âmes. Mettez de coté tout sens logique, dramaturgie ou quoi que ce soit d’autre. Pendant deux heures, vous allez tester votre résistance à l’épilepsie en vous prenant des images aux rythmes et aux couleurs saccadés. Sans aucun répit…

De répit heureusement, il y en a pour le personnage incarné en son temps par Paul Walker. Le dernier quart du précédent opus avait de quoi mettre dans une sensation de malaise tant la barrière entre film et discours méta était franchie. Si l’on comprenait bien que c’était à Brian/Paul Walker que Dom/Vin Diesel disait au revoir, assister à ça sur grand écran pouvait bien sur émouvoir… Mais aussi se demander s’il n’en avait pas été trop fait à ce sujet…

Rassurez vous! Trêve de sentimentalisme! Trêve de bon sens! Trêve de logique! Trêve de règles! Car le méchant et grand traître du film se trouve être… Dominic Torretto/ Vin Diesel.
Mais pourquoi est il aussi méchant? Parce queeeeee…. Vous verrez bien. On peut pas dire que ce soit capilotracté, ça passerait pour une vanne sur les chauves et on avait dit pas les vannes sur les chauves …

DR Allociné

Bref, attendez vous pendant deux heures à des rebondissements (enfin ça c’est quand on attend quelque chose d’une histoire), à de l’action, à des décors divers et variés… Attendez vous à revoir sous un angle nouveau vos certitudes en termes de physique, comme un sous marin sous la banquise qui fait jeu égal à la course avec une Lamborghini le plus naturellement du monde. The Rock qui dévie des torpilles surfant sur la banquise à la main en leur mettant des pichenettes pour qu’elles aillent voir ailleurs. Venez réviser vos cours de géopolitique contemporaine, vous apprendrez qu’en pleine Sibérie, il y a des bases nucléaires russes qui sont aux mains d’indépendantistes, que l’armée n’arrive pas à reprendre depuis mais qui se font libérer en une bucolique après midi quand c’est notre bande préférée d’adeptes de tuning et d’hormones de croissance qui part faire un tour en voiture de sport par là bas. On y voit tout un groupe, encore traumatisé par la mort d’un des leurs dans le film précédent, accueillir la nouvelle qu’ils vont devoir collaborer avec son assassin pour réussir leur mission avec une force et une émotion qui ne laissera personne indemne. Il faut voir ces regards morts et ces lèvres plissés, ces non dits invoquant les pires malédictions comme ” pffff y’aura pas moyen qu’il se mette à la cantine à cote de moi lui”. Voir des acteurs du talent de Charlize Theron, Helen Mirren ou bien encore Kurt Russell s’encanailler dans ce grand barnum est jubilatoire.

De limites Fast and Furious n’en a aucune et c’est ça qui au final est rafraîchissant. C’est n’importe quoi, c’est assumé et ça remplit plus que parfaitement son rôle de distraction.

Ne surtout pas voir la façon dont les deux films ont été traités comme de la condescendance. Le cinéma est un art majeur qui offre des œuvres aux multiples facettes et de qualités diverses. Si certaines œuvres nous amènent à réfléchir et questionner le monde qui nous entoure, son histoire ou même tout simplement soi, d’autres sont là uniquement pour apporter un divertissement. Quelles qu’elles soient, toutes ces œuvres ont une importance et ont leur place dans la grande famille de ce qu’on appelle le Septième Art.

 

En tournée bien loin de chez lui, un VRP est confronté à un environnement d’abord vide, puis de plus en plus hostile…Ayant fait parler de lui dans les festivals dans lesquels il était présenté(Utopiales, PIFFF ou bien encore Gerardmer), le film de Christophe Deroo voit sa cote augmenter en parallèle du bouche à oreille qui se développe. On a voulu juger sur pièce.. Avis

 

DR

 

Dès les premières images, à voir le personnage en petite chemisette arpenter les routes désertiques, on pense sans raison crédible au Duel de Steven Spielberg. Il y a pire comme référence. Sam, VRP, a été envoyé en tournée dans le Nord de la Californie. Ses premiers essais sont des échecs et, nerveusement, Sam laisse des messages sur le répondeur de sa femme, l’anniversaire de sa fille étant pour bientôt… On en dira pas forcément plus sur la progression narrative de Nemesis ( Sam was here en version originale) , le film, moins de 80 minutes étant plutôt court.

 

Mais alors que dire, sur le film, si l’on ne peut pas spoiler ? Les qualités du métrage de Deroo, adaptation d’un court métrage sont nombreuses. Tout d’abord, la qualité du filmage, alors qu’il semble évident que le budget n’est pas mirifique. Le désert en général, et celui de l’est des États Unis, est particulièrement cinégénique mais il ne faut pas négliger pour autant l’apport de Christophe Deroo au ton global du film. Assez rapidement, on se met à la place du personnage principal, l’interrogation ( pourquoi personne ne répond? Quelle est cette lumière rouge dans le ciel?), la confusion ( la rencontre entre Sam et la voiture de flic), l’interrogation ( ce que porte le premier assaillant), le doute ( ce qui est dit à la radio est-il vrai? Qui est ce fameux Eddy?), la violence (les différents assaillants que Sam va repousser de plus en plus sauvagement)… Sans s’en rendre compte, on est transporté aux cotés de Sam le VRP qui veut rentrer chez lui et qui ne semble pouvoir y parvenir, son destin semblant devoir se jouer dans un motel isolé auprès duquel il va retourner… L’acteur principal, Rusty Joiner ( second voire troisième couteau dans Resident Evil : Extinction, Dodgeball, le remake de Melrose Place…), avec un faux air d’Aaron Eckhart est plus que convaincant, tenant le film presque à lui tout seul. D’ailleurs, son état, en 70 minutes, passant du VRP propre sur lui et bien coiffé à celui amoché, débraillé et en sang, revenu à un état primaire et instinctif est vraiment bien fait et rend bien compte de l’évolution psychologique du personnage principal.

DR

Néanmoins, Nemesis n’est pas exempt de défauts. Notamment, sa fin, se voulant volontairement opaque aura fini de perdre le spectateur, alors que le propos du film est entendu dès une première grosse demi heure passée. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé mais surtout le film aura duré trop peu de temps pour nous laisser des pistes, des indices nécessaires pour ne serait-ce qu’avoir une théorie ( une belle aurait pu concerner Eddy, la fameuse voix à la radio si un peu plus de temps avait pu lui être accordé). L’exercice peut sembler un peu vain au final… Néanmoins, les talents de Christophe Deroo à la mise en scène, la bande son electro de Christine nous auront fait voyager un peu hors des sentiers battus, là ou Sam était…

DR

S’il n’est pas une totale réussite, Némesis est une chouette surprise et est, surtout, une belle promesse. Christophe Deroo, est un réalisateur français à suivre. Assurément.