Tag

clip

Browsing
Alice Animal
Crédit Yann Orhan

Pas facile d’être mise sur un piédestal pour la tornade blonde Alice Animal. La rockeuse prépare son album qui paraîtra au printemps et en donne un avant-goût avec son single “Tes éléphants roses”. Si l’heure de l’émancipation féminine ( et féministe) a sonné depuis quelques années, la chanteuse suit le mouvement refusant “un amour qui détruit”, d’être l’addiction d’un regard et d’un seul homme.  Aidée d’une guitare aussi électrique que féline, la chanteuse joue de sa voix suave pour scander comme un hymne son besoin d’indépendance à l’aide d’un texte écrit par Pierre-Yves Lebert. “I will survive” chantait Gloria Gaynor en 1978 se plaçant dans l’histoire comme l’icône de la femme forte quittée et pourtant plus forte seule. Autre époque, autre moeurs, avec une métaphore filée sur l’addiction, Alice Animal s’émancipe, n’ayant besoin que d’être elle et de s’assumer. A trop être aimée on se perd et parfois il est bon de rappeler à ces messieurs qu’une femme n’est pas une héroïne, elle a simplement besoin d’être elle-même. C’est au cours d’un road movie brutal à la “Telma et Louise” qu’elle illustre son propos. Pas de voyage en solo pour notre rockeuse qui préfère enchaîner son compagnon de route dans son coffre pour mieux s’en débarrasser plus tard. De quoi faire le deuil de feu une relation destructrice. En attendant de se plonger corps et âme dans son univers en 2021  sur l’album “Tandem” découvrez  que le sauvage “Tes éléphants roses’.

 


Découvre le clip de “Tes éléphants roses”


TEMPS CALME LIVE

6 musiciens francophones (variés) qui assurent à découvrir et soutenir d’urgence!

La musique francophone a créativement parlant de très beaux jours devant elle. Les nouveaux arrivés…

Glassy Eyes

5 livres qui parlent de musique à découvrir absolument !

Retrouver le temps de lire, voilà une proposition noble qui est faite en ces temps…

CAESARIA

CAESARIA nous plonge dans son intimité avec le clip très rock de “Sometimes i wanna fight”

Quatre membres turbulents, inspirés par l’Angleterre, résolument rock mais pas seulement. Voilà le topo de…

Thérèse Toxic

Avec la Vague, Thérèse avait habitué son public a de la qualité, de la nouveauté et une gestion forte de son image. La chanteuse activiste et bienveillante a décidé de voler de ses propres ailes et d’utiliser son prénom pour se faire. Thérèse tout simplement comme Cher, Madonna, MIA avant elle à qui elle n’a pas à envier la posture, le professionnalisme, le militantisme, la faculté à être un personnage entier, à être une star née en somme.

Avec La Vague, la musicienne optait pour le mélange des genres, orientalisant à coup d’intrus traditionnels le rock, le hip hop, la pop et l’électro, jouant sur des rythmiques bien pensées et sur une voix puissante. Pas de doute, en solo, la styliste saura adapter ces sons world pour leur donner un coup de modernité, créant quelque chose de novateur et bien pensé qui sait que dans le monde actuel, la musique ne doit pas avoir de frontières. Rentrée en studio fin septembre pour enregistrer son premier EP, elle dévoilait les coulisses de cette expérience à ses followers à travers des vidéos baptisées « Behind the Fringe ». Un beau teasing qui promet justement l’intervention d’instrus traditionnels dans une série de titres d’une modernité sans fin.

C’est aussi ce qui fait la beauté de Thérèse en tant qu’artiste, sa capacité à s’ouvrir, à être à fleur de peau, à se dévoiler avec sincérité et à transmettre la tornade folle qui sommeille en elle dans sa musique. Avec Thérèse on communie, on parle, on vit l’art. Son premier titre T.O.X.I.C s’avère d’ailleurs être une forme de confidence prônant l’émancipation des relations toxiques avec l’autre comme avec soi-même. Entraînant, entêtant, alliant le charme de l’indé à la capacité tubesque des morceaux radiophoniques, ce premier jet va vous enchanter et vous donner la furieuse envie de bouger vos fesses. N’en déplaise d’ailleurs aux normes actuelles qui feraient de la danse le mal absolu. Thérèse offre à ce premier titre un clip tout aussi iconique, au programme des fleurs, du feu, de la puissance, de la force, de la férocité féminine (et féministe) et une mise en images très léchée. Co-produit par Adam Carpels, ce titre est une ode à la liberté, ce dont nous avons absolument besoin par les temps qui courent.

Découvrez le clip de T.O.X.I.C


Thérèse Toxic

Thérèse se dévoile en solo : “La culture est ce qui nous empêche de devenir des robots” (Interview )

Elle nous a séduit alors qu’elle remportait le tremplin du Zebrock avec La Vague, la…

6 artistes de rock indépendant qui valent le détours et leurs albums qu’il faut écouter

Il fait beau dehors, il fait chaud,  mais nous voilà confinés dans notre salon.  Pour…

Structures music

A découvrir : 7 groupes de rock français (variés) qui envoient du lourd!

Seuls les anglais et les américains savent faire du vrai rock? Les guitares électriques ne…

logo du groupe de musique magenta club

Un message envoyé sur WhatsApp :

Bonsoir à tou.tes,

On est donc reclus(e)s jusqu’à nouvel ordre…

Malgré ça on aimerait essayer de faire une vidéo en mode “club confiné” avec celles et ceux d’entre vous qui sont partant(e)s.

C’est pour un morceau qu’on a enregistré avec Vendredi Sur Mer et qui s’appelle “Chance”. Ce serait un peu long de vous donner l’ensemble des détails du coup faites-nous signe si vous êtes chauds de participer comme ça on vous donne plus d’infos.

Prenez soin de vous et des vôtres <3

Tel a été le point de départ de ce clip. Et c’est donc avec la participation de la communauté qui suit Magenta que le clip s’est construit. Un morceau qui parle de timidité et de séduction. Un duo avec Vendredi sur Mer brillamment mené et un montage et des vidéos qui permet de mettre en avant cette idée de distances, limites, qui s’impose ou qu’on nous impose. Magenta qui aime “sa famille” prépare un album et on peut s’attendre de leur part à encore beaucoup de cadeaux pour leur communauté. Vivement la fin du confinement et une reprise de vie normal pour les découvrir en live.

Pas de doute Magenta est un projet à suivre.

Si vous aussi vous voulez des nouvelles de Magenta n’hésitez pas à les ajouter sur +33 6 76 06 34 37

 

Découvrez le clip de Chance de Magenta

 

playlist indés

La playlist indé du confinement est là !

Les informations sont formelles. Il semblerait bien que, la faute encore une fois à la…

[Interview] Baxter Dury : discussion autour de son nouvel album “The Night Chancers”

  Depuis le génial Prince of Tears, avant-dernier projet en date du dandy britannique dans…

Comment continuer à faire vivre la musique et à la vivre pendant le confinement lié au Coronavirus ?

Nous y sommes. Malgré toutes les craintes, le Coronavirus s’est propagé à pleine vitesse et…

kosmosuna amour de voyage
crédit’ Eqko

 

Alliance de deux frères aux talents indéniables, KosmoSuna a su dès que nous les avons découvert marquer nos esprits. Bien plus qu’un projet musical, le duo propose un projet artistique entier, vivant et vibrant, mélangeant aussi bien les genres que l’imaginaire. Il n’est donc pas étonnant lorsque le groupe sort un nouveau clip réalisé par l’artiste vidéaste-photographe Camille Ropert de le trouver accompagner d’un site web et d’un magnifique voyage initiatique. Puisque ce dernier, bien loin d’être le simple habillage d’une mélodie aux accents cosmiques et des chants de sirène de l’indomptable Alexis Daumerie, est en réalité une invitation à un voyage à travers le cosmos.

A découvrir en parallèle du site internet, le clip d’Amour de voyage, propose une promenade sensorielle au coeur des éléments, de la nature et du corps. Comme l’explique le groupe, il s’agit également d’une nouvelle de science fiction sonore, visuelle et écrite pitchée comme ceci :

Rapport du 12 janvier 2020, à bord du vaisseau FRACTALMA.
Au travers d’une immense brume cosmique, nous avons embarqué il y a quelques minutes lumières. Nos ondes mélodieuses, éternelles et diffuses ont commencé à transmettre l’Amour dans l’infini galactique, une ode à la Voie Lactée qui fait danser nos astres et refluer le mouvement…”

Un voyage dont vous ne manquerez pas, on vous l’assure, de tomber amoureux. KosmoSuna repousse encore une fois les barrière de la créativité, expérimente, ose et se positionne en tant qu’OVNI repoussant les genres pour proposer une approche plurielle de la musique.

Pour mémoire Amour de Voyage est extrait du premier EP du groupe “Théiaphée part I” à découvrir absolument.

A noter que le vaisseau KosmoSuna s’offrira prochainement une tournée dans nos salles de concerts. On ne manquera de vous donner les informations dès qu’ils émettra un signal. Ground control to no lecteurs. A vous.

KosmoSuna “Amour de Voyage”

bartleby delicate

Bartleby Delicate: “Le rôle de l’artiste est de remettre en question la routine et les habitudes de notre vie” (Interview)

Révélation folk de l’année, Bartleby Delicate enivre avec ses compositions harmoniques et sublimes. L’ancien leader…

Playlist et top des 100 meilleurs morceaux de la décennie selon la rédac’!

  La fin de la décennie est arrivée et voici venue l’heure des bilans. Après…

KosmoSuna: “Internet peut créer quelque chose de beau, on y trouve des communautés fortes” (Interview)

Attention, coup de coeur, découverts au Crossroads Festival de Roubaix 2019, KosmoSuna débarquent avec un…