Tag

Solidays

Browsing

 

Le deuxième jour de Solidays s’accompagne d’un petit crachin qui mouille les premiers festivaliers arrivés à l’hippodrome de Lonchamp. Mais ce n’est pas ce petit détail météorologique qui les empêchera de profiter de l’hétéroclite programmation que le festival nous réserve pour la journée. C’est donc les yeux remplis d’espoir et d’excitation que le public commence à se presser dans les allées du festival.   En ce début d’après-midi, Solidays semble se réveiller peu à peu d’une longue nuit de partage et de festivités.

Alors qu’au niveau de la grande scène de Paris résonne encore l’inoubliable set de Justice de la veille, les réjouissances débutent aujourd’hui de l’autre côté du site, sur les scènes du César Circus, du Boom Box et du Domino où performe le groupe français Structures. Après les avoir vu au Mama et à Chorus, Structures s’impose une nouvelle fois en tant que groupe prometteur de la scène rock française. Avec leur musique rock, dynamique et enivrante, les quatre musiciens galvanisent connaisseurs et curieux.

Lors de leur cheminement vers le village des associations, les festivaliers s’arrêtent devant la scène de Paris où se déroule la Cérémonie Contre l’Oubli, hommage émouvant rendu aux disparus du sida. Les sœurs de la Perpétuelle Indulgence, mouvement militant LGBT+ abonné à Solidays, sont d’ailleurs présentes et participent à ce moment au milieu de la foule. Au village de solidarités, de nombreuses associations luttant notamment pour les droits humains, les droits de la femme, l’environnement, le handicap et contre les exclusions accueillent les festivaliers en leur proposant jeux ou maquillage afin d’échanger autour de ces importants sujets. Solidays est avant tout un festival engagé qui veut offrir de la visibilité à ces multiples causes et susciter des vocations.

Après cette petite pause, retour à la musique sur la scène de Baguatelle où s’est déjà accumulée une foule pressée de voir l’artiste CKay dont la popularité a grandi via les réseaux sociaux où son morceau Love Nwantiti (ah ah ah) est très utilisé. Celui-ci se faisant attendre, un DJ monte sur scène afin de faire patienter le public et mixe dans l’incompréhension générale. Au bout d’un petit quart d’heure, le chanteur rentre sur scène provoquant ainsi des cris dans la foule.

Sous un ciel maintenant dégagé, les festivaliers se laissent tenter par une petite bière fraiche ou d’une barquette de frites à déguster non loin des concerts. Depuis son ouverture, le festival s’est bien rempli, la foule se presse de concert en concert, désireux de faire la fête.  Alors que le silent disco bat son plein dans le Boom Box, sous la tente du Domino, les fans succombent à la prestation de Ronisia.

Il est 21h lorsqu’Inès et Wendy, deux intervenantes du Planning Familial, montent sur scène pour nous parler du droit à l’avortement. Dans un discours passionné, elles dénoncent son annulation aux Etats-Unis et l’importance d’inscrire ce droit dans notre constitution pour le protéger. Cette information étant arrivée vendredi matin avant le début du festival, plusieurs artistes se sont déjà exprimés à ce sujet pendant leur concert. “Mon corps, mon choix”, ce slogan crié maintes fois marque la fin de leur intervention.

Black Pumas rentre alors sur scène.  Le chanteur du groupe est déchaîné. Il danse, chante et secoue la tête à en perdre chapeau et lunette de soleil. Le public réagit vigoureusement à cette musique chaleureuse et réconfortante.  Au-delà du chapiteau, des festivaliers profitent du spectacle assis dans l’herbe devant un coucher de soleil qui disparait peu à peu derrière les tribunes de l’hippodrome.

Les dernières notes de la musique Black Pumas laissent place au rappeur Damso, tête d’affiche de la soirée sur la grande scène de Paris. Il soigne son entrée à l’aide d’un compte à rebours qui excite le public, impatient de le voir surgir sur scène. Flammes et fumée ponctuent les morceaux de l’artiste. Dans la foule, le pogo est de mise. Sur le versant d’en face, la fameuse fanfare allemande Meute monte sur scène sous les cris des festivaliers. Le son des cuivres et de la caisse retentisse. La foule saute, danse et exprime sa joie. Le moment est singulier, propre aux fanfares, très différent de la musique de Damso entendu précédemment.

Cependant, pas une minute à perdre, Skip The Use a déjà commencé leur show. Certains festivaliers n’ont pas su faire un choix entre les nordistes et la fanfare. Ils se voient alors obligés de courir en essayant, tant bien que mal, de se frayer un chemin parmi une foule de plus en plus dense. Heureusement pour les retardataires, le groupe a commencé son set par ses derniers morceaux et termine par leurs plus grands classiques. A l’effigie du chanteur en salopette à motif qui saute partout sur scène, le public est en folie lorsque l’artiste interprète Ghost, drapeau LGBT+ autour du cou. Enfin, après avoir crié “Skip the Fucking Use”, le groupe descend dans la foule pour interpréter leur dernier morceau, Bastard song. Le public se bouscule et se presse pour se rapprocher au plus près du chanteur et de deux musiciens.

Minuit, comme le veut la tradition, tout le festival se précipite à la scène de Paris pour rendre hommage aux bénévoles, sans qui, rien ne serait possible. Après un petit mot de Luc Barruet, fondateur de Solidays, et une minute de silence pour Fred, membre fidèle de l’association Solidarité Sida décédé en janvier dernier, l’intemporelle chanson de Gloria Gaynor, I Will Survive, retentit dans l’hippodrome de Lonchamp. La foule se met à hurler les paroles connues de tous dans un grand moment de partage et de bienveillance. Les bénévoles laissent place par la suite au groupe dans le nom est sur toutes les lèvres depuis le début de la journée : The Black Eyed Peas.

Devant une foule surexcitée, le groupe californien joue leurs plus grands singles : Let’s Get It Started, Boom Boom Pow, Don’t Stop the Party. Malgré que Will.I.Am ne semble pas au plus haut de sa forme, les festivaliers se déchaînent sur la pelouse qui prend des allures de dancefloor géant. Le groupe se plaît à discuter avec le public et leur envoyer des tee-shirts que la foule s’arrache. Les 4 compères nous quittent sur le morceau que tout le monde attendait : I gotta feeling. Chacun connait les paroles et chante alors avec ce groupe mythique des années 2010.

 Alors que certains quittent le site du festival pour reprendre des forces avant le troisième et dernier jour de Solidays, d’autres se dirigent vers Mezerg et Boris Brejcha qui mixent ce soir sous les chapiteaux Dome et Domino.

 

Écrit par Baptiste de La Barre

 


Solidays 2022, jour 1 : Le retour de l’amour

Après trois ans d’absence, Solidays, l’emblématique et attendu festival francilien, fait son grand retour :…

5 artistes coups de cœur canadiens à découvrir suite aux Francos de Montréal

Les Francos de Montréal ont un seul mot d’ordre : prouver la pluralité et la…

Skip the Use (interview Mat Bastard) : « S’il n’y a pas la cohésion des hommes, Dieu c’est une catastrophe. »

Le 25 mars prochain Skip the Use sera de retour avec leur cinquième album studio :…

Le 17 septembre 2017 est une date à noter dans son agenda. En effet le Printemps Solidaire reprend du service dès 14 heures sur la place de la Concorde pour une série de lives engagés ( et gratuits- ce qui est vachement bien quand même).
Affiche Printemps Solidaire 2017

En effet, à l’initiative de Solidarité Sida ( qui organise chaque année Solidays- vous dire si on joue dans la cours des grands), des artistes français comme internationaux viendront militer en musique au Printemps Solidaire  pour l’année du 0.7.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que côté concert l’événement a mis le paquet. Retrouvez sur scène:
 –M-, Archive, Metronomy , C2C, Amadou & Mariam, FFF, Naive New Beater, Yael Naim, Georgio, Imany, Vald, Tiken Jah Fakoly, Juliette Armanet, Faada Freddy, Tryo, Bernard Lavilliers, Ben l’Oncle Soul, Danakil, Rover, Alain Souchon, Pierre Souchon, Ours & Gaël Faure, David Donatien, Berywam, French Fuse et bien d’autres.
Oui mais depuis le début vous nous parlez d’engagement, alors engagés dans quoi? Demanderont ceux qui suivent. Et bien voilà, quelques jours après l’évènement Emmanuel Macron présentera son projet de loi des finances 2018 aux conseils des ministres et du département pour l’Assemblée Générale des Nations Unies à New-York. Or ce que demande le Printemps Solidaire c’est de tenir une promesse faite par la France il y a près de 50 ans, à savoir consacrer 0.7 % de ses richesses aux pays les plus pauvres.
Pour sensibiliser à cette cause et faire encore plus de bruit, des meetings seront organisés par des intellectuels et des militants qui viendront partager des témoignages comme des expériences.
Dans le détail: Edwy Plenel, journaliste et président de Médiapart, Zuriel Oduwole, l’adolescente américaine de 14 ans qui plaide à travers le monde la cause de l’éducation des filles en Afrique, Eric Dupond-Moretti, l’un des meilleurs orateurs du barreau français, Hindou Oumarou Ibrahim, la porte-voix des femmes peules du Tchad face à la menace du réchauffement climatique, Cédric Herrou, l’agriculteur niçois devenu la figure emblématique du combat de l’aide aux migrants, Runa Khan, l’aristocrate du Bangladesh qui redonne une dignité aux plus déshérités et Esther Duflo, l’ancienne conseillère de Barack Obama, économiste du développement et Raphaël Glucksmann, l’essayiste et militant des droits humains sont d’ailleurs déjà confirmés.
A noter que le Printemps Solidaire avait déjà eu lieu en avril dernier sur les Champs-Elysées et avait rassemblé plus de 500 000 personnes.
Venez nombreux!