Author

Penelope Bonneau Rouis

Browsing

Le 14 Février dernier, Loverman nous charmait avec ses chansons d’amour à la Boule Noire. Sa guitare en guise d’arc et de flèches, l’Amoureux a sorti le grand jeu. En près d’une heure et demie de concert, Loverman a allié théâtralité, folk et humour avec une facilité déconcertante. Il est toujours beau de voir un artiste prendre de l’ampleur et en cette Saint-Valentin, la Boule Noire affichait complet. L’amour transcende, la voix de Loverman nous transperce. Retour en images sur ce moment de grâce.

Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis
Loverman à La Boule Noire @Pénélope Bonneau Rouis

Loverman @ Pénélope Bonneau Rouis

Loverman : « Je suis en train de crier pour des années » (interview)

Lors du MaMA Music & Convention, nous avons eu l’occasion de discuter avec Loverman. Doué d’une…

PJ Harvey - Tournée 2023

PJ Harvey à l’Olympia : Apparition divine sur le Mont Olympia (report)

En plein MaMA festival sur le boulevard Rochechouart, certains se sont octroyés un moment hors…

Tamino au Trianon : un moment de fascination totale (reportage)

Le lundi 21 novembre 2022, Tamino jouait la première de ses deux dates au Trianon.…

Karla Chubb de Sprints @Pénélope Bonneau Rouis
Karla Chubb de Sprints @Pénélope Bonneau Rouis

Le 8 janvier 2024, les enragé.es de Sprints débarquaient avec un nouvel album, profondément punk intitulé Letter to Self. Une petite bombe abrasive et  brute de décoffrage comme on en trouve trop peu ces temps-ci. De passage à Paris pour assurer la promotion du successeur d’A Modern Job, Karla Shubb, chanteuse et leader de la formation a accepté de répondre aux questions de Pop&Shot. On en a profité pour parler représentation de la femme dans le rock et le punk, Ari Aster, de droits des femmes en Irlande, de création mais aussi de dépasser sa timidité pour jouer en live. Rencontre.

Pop&Shot : Bonjour Karla, pour commencer, peux-tu nous décrire cet album en quelques mots? 

Karla Shubb – Sprints : assez cru, émotif et cathartique. Notre musique est assez autobiographique. On parle de nos expériences, de nos vies et de nos proches. C’est très interpersonnel et honnête.

Si tu ne vois pas de gens comme toi dans les médias, c’est facile de te dire que c’est pas possible pour toi d’y arriver

P&S : L’album s’appelle Letters to Self, que voudrais-tu te dire ? 

Karla Shubb – Sprints : J’y ai pensé un peu sous cet angle : j’aime beaucoup l’idée d’être un produit de son environnement. Si tu as grandi en voyant ou en vivant des difficultés, si tu ne vois pas de gens comme toi dans les médias, c’est facile de te dire que c’est pas possible pour toi d’y arriver. Particulièrement dans une industrie dominée par les hommes, tout en essayant de comprendre son identité, sa sexualité en Irlande qui a mis longtemps avant de devenir progressive. C’était difficile d’accepter que ces accomplissements  étaient également possible pour moi. Donc en les posant sur le papier, en chanson, partager mes émotions, mes insécurités est la seule manière d’aspirer à aller mieux. Les gens peuvent s’y reconnaitre et le poids est partagé.

On a quand même grandi avec ces magazines musicaux où sur les 100 meilleurs guitaristes, un seul et encore, est une femme.

P&S : Tu as dit dans une autre interview qu’être une femme sur scène, ça signifiait  que tu devais être « 10 fois meilleure » que qu’un homme sur scène et pour autant n’avoir que la moitié de reconnaissance. Est-ce que tu ressens toujours cela aujourd’hui ? 

Karla Shubb- Sprints :  Même si ça va mieux aujourd’hui et que l’on reconnait de plus en plus le talent de musiciennes, on a quand même grandi avec ces magazines musicaux où sur les 100 meilleurs guitaristes, un seul peut être, est une femme et encore. C’est tellement internalisé. Et je dis souvent que je joue contre la montre, j’ai jusqu’à 30 ans avant qu’ils n’essayent de me mettre à le retraite. Donc il me resterait trois bonnes années. Et cette idée, je ne me la suis pas mise en tête toute seule. Il y a quelqu’un ou quelque chose qui me l’a fait croire. Donc, j’ai ce complexe où je me sens obligée de prouver à tout prix que je suis bonne musicienne. Je dois justifier tout ce que j’ai fait sur l’album. Je vois les mecs du groupe être crédités sur des choses que j’ai faites. Et c’est mon propre groupe ! Les médias partent juste du principe que c’est le guitariste qui a fait tel solo. Il y a encore beaucoup de choses à faire.

On devrait construire et établir nos communautés plutôt que de brûler nos villes.

P&S : Tu as dit que le punk revenait. C’était aussi un genre dominé par les mecs et aujourd’hui de plus en plus de femmes en font. 

Karla Shubb – Sprints: Je pense que le punk est quelque chose qui est née d’une difficulté, d’une résistance. Il y a une montée des émeutes et des rébellions dans le monde parce qu’il y a tellement de frustration. Et la meilleure manière de l’exprimer pour nous, c’est de faire de la musique. On devrait construire et établir nos communautés plutôt que de brûler nos villes. Et je pense que les femmes en particulier, ressentent cette oppression pendant très longtemps et les femmes en Irlande n’ont eu accès à l’avortement qu’il y a quatre ans. Et encore aujourd’hui, il y a des hôpitaux qui le refusent. Il y a une vraie crise de classe entre celles qui y ont accès et celles qui n’y ont pas accès. Il y a beaucoup de choses qui nous énervent et j’ai de la chance d’avoir eu la musique pour l’exprimer.

P&S : Dans ta musique, tu répètes souvent les mêmes phrases. Qu’est-ce que ça signifie ? 

Karla Shubb – Sprints:  La répétition c’est un super outil. Plus tu le dis, plus cela emphase ton propos et tu remarques mieux le sens de la phrase. Il y a plusieurs couches à certains propos et la répétition est un marqueur de rythme que j’utilise un peu inconsciemment. C’est comme un mantra que je me répète. Si je le dis suffisamment peut-être que je finirai par y croire.

SPRINTS - HEAVY (OFFICIAL VIDEO)

P&S : Et quel est ton sentiment quand tu es sur scène ? 

Karla Shubb- Sprints :  Je pense que quand tu es sur scène et que tu joues un nouveau morceau, c’est un peu flippant. On a pas encore eu l’occasion de jouer notre dernier single par exemple et je sais que ça va être particulièrement flippant parce qu’il y a beaucoup d’émotions dans ce morceau. Ça va être très cathartique mais c’est cette énergie que l’on adore quand on joue. On dirait une communauté, surtout si on doit répéter des phrases et que les gens chantent avec nous. C’est dans ces moments que tu réalises que la chanson n’est plus qu’à toi et que chacun y trouve son interprétation.

P&S : Vous avez enregistré cet album dans la Vallée de La Loire ?

Karla Shubb- Sprints :  Oui, dans une ferme aménagée en studio, à une heure de Nantes. Notre producteur voulait vraiment enregistrer un album là-bas. Le propriétaire du studio a tout appris avec Steve Albini. Il a appris des meilleurs et son studio était incroyable, le même que celui que les Rolling Stones utilisaient. Le lieu était génial aussi, au milieu de nulle part et ça faisait du bien de s’éloigner de Dublin et de ne faire que de la musique pendant 12 jours.

Le punk, c’est tellement d’émotions qui se mélangent, ça ne devrait pas être parfait.

P&S : Votre précédent EP, lui,  a été enregistré live.  Comment ça s’est passé ?

Karla Shubb- Sprints :  Oui, généralement quand les groupes enregistrent leur albums, chacun enregistre sa partie dans son coin et on assemble tout à la fin. Et quand on travaillait avec Dan Fox, il nous a proposé de tout enregistrer en même temps donc, c’était pas toujours parfait. C’est ce qui a rendu le processus très naturel et plus authentique. Surtout que le punk, c’est tellement d’émotions qui se mélangent, ça ne devrait pas être parfait. Les imperfections sont même devenus notre partie préférée de certains morceaux.

P&S : L’album est très énervé mais le dernier morceau est très calme. Comme pour changer radicalement d’atmosphère avant la fin …

Karla Shubb- Sprints :  On voulait un clap de fin, comme dans un film. Jack et moi, on adore les films d’horreur, comme ceux d’Ari Aster. Les films psychologiques, tellement intenses et on voulait que l’album ait cette ambiance. Donc ce dernier morceau, c’était comme le générique de fin. Le calme après la tempête. C’est un peu la raison pour laquelle j’ai écrit cet album, pour accepter tout ce qui m’est arrivé, et comment je ressens le monde. J’ai trouvé des choses géniales, avec des gens géniaux. Il y a eu des périodes de ma vie où je n’allais pas bien du tout et je ne suis plus du tout dans cet état d’esprit aujourd’hui. C’est ce que j’exprime dans cet album. La lumière au bout du tunnel anxieux.

SPRINTS - SHADOW OF A DOUBT (OFFICIAL VIDEO)

P&S : Dans tes influences, tu cites beaucoup, Jehnny Beth et tu dis que tu te reconnais dans son comportement timide dans la vraie vie et son énergie sur scène.

Karla Shubb- Sprints :  Oui, je l’adore. Je suis très timide et j’ai dû travailler un peu pour l’être moins. En tournée, les autres sont beaucoup plus à l’aise pour discuter avec des gens, moi je reste dans mon coin parce que je suis socialement drainée on va dire. Mais quand tu es introvertie, tu deviens une personne complètement différente sur scène. Tu t’en fous presque de ce que les gens pensent de toi et les gens ont payé pour être là donc autant leur offrir un show mémorable.

P&S : Allez et une dernière question, comment est-ce que tu découvres de nouveaux artistes ?

Karla Shubb – Sprints:  je galère un peu à vrai. Quand j’étais petite, j’achetais des magazines, j’écoutais la radio et je découvrais de nouveaux artistes comme ça. Maintenant, même si tu as les plateformes et les algorithmes, il faut quand même que tu fasses le choix d’aller chercher de nouvelles choses. Donc je continue de regarder dans les magazines ou en ligne. Et c’est un peu pour ça qu’on est très influencés pas le rock 90s où c’était plus facile de découvrir des artistes finalement.

Interview : Julia Escudero et Pénélope Bonneau Rouis


Bar Italia crédits Simon Mercer

Bar Italia : « Tracey Denim », shaker de punk sour et givré

Bar Italia, voilà un nom qui peut induire en confusion. L’effervescent groupe londonien revient le…

Blondshell : nouvelle recrue du rock en pleine ascension

Quand grattent les premières cordes de la guitare fatale qui introduit l’album de Blondhsell, on…

LaFrange par Louis Comar

6 projets de meufs stylées pour amplifier son mois d’avril

Les restrictions levées et voilà que la reprise musicale a déjà de quoi donner des…

Le Cèpe Records

Il est commun d’entendre dire que le rock est mort, qu’il a fait son temps et qu’il vaudrait mieux l’enterrer avant qu’il ne commence à puer. En France, l’intérêt financier semble s’être dirigé vers le rap et la techno, des « musiques de jeunes », qui sentent le frais et le déodorant AXE. Le Cèpe Records et son fondateur Anthon font partie de ceux qui ne croient pas à ces balivernes. Cette année, le Cèpe Records célèbre ses cinq ans, marquant une étape significative pour le label indépendant. Pour le célébrer, Anthon a organisé une exposition à la galerie du Pop Up du Label ainsi que des concerts, en collaboration avec l’artiste Jaky La Brune. C’est à cette occasion que nous avons eu l’opportunité de discuter avec lui sur son parcours et d’explorer sa vision de la pérennité du rock dans le paysage musical contemporain. Un moment fort pour plonger dans l’univers créatif du Cèpe Records et découvrir les influences qui ont façonné ces cinq années de contribution au rock indépendant.   

Pour beaucoup, le rock semble être, sans mauvais jeu de mot, passé à la trappe. Effectivement, le dernier album des Rolling Stones ne fait pas l’unanimité et à raison… Sans parler du dernier morceau des Beatles… C’est avec des labels comme le Cèpe Records que notre espoir pour ce genre révolutionnaire se ravive. Nous avons rencontré Anthon dans la galerie du Pop Up du Label, cheveux longs, bague à chaque doigt ou presque, Van’s aux pieds. Sur les murs de la galerie, les œuvres de Jaky La Brune sont exposées. 

Il y a quelque chose de très psychédélique à l’esthétique du Cèpe Records, et l’art de Jaky la Brune s’adapte parfaitement à cet esprit. Comme dira Anthon plus tard « Le Cèpe Records, c’est un univers coloré et ça fonctionne aussi parce que la musique est bien. » L’artiste plasticienne a récemment collaboré avec le label, sur la couverture de la compile des 5 ans, La Cueillette du Cèpe. Cette compilation regroupe le meilleur des sorties rock de ces 5 dernières années ainsi que des morceaux exclusifs. 

Le quinquennat du Cèpe 

C’est en 2018 que l’aventure du Cèpe Records a commencé. « Je savais pas trop ce que je voulais faire de ma vie et par le biais de potes qui m’ont filé des contacts, j’ai fondé mon label. » explique Anthon. Le catalogue du label est profondément rock, allant du garage au psyché en passant par le punk/post punk. Pour la sélection des artistes, c’est avant tout une question de coup de cœur pour Anthon, « dès la première écoute, je sais si ça me plait. La sélection est très personnelle, donc ça peut être compliqué parfois, si un groupe propose quelque chose de bien mais qui me parle pas…Il faut que je sente le truc ». Sentir le truc, c’est peut-être là que réside toute la particularité du Cèpe Records, qui se fonde sur le sensible et le personnel. 

Un investissement total et humain

Et d’ailleurs, être signé chez Le Cèpe Records, c’est plus qu’une simple collaboration musicale, c’est l’adhésion à une famille. Il est évident que le fonctionnement d’un label indé varie de celui d’un major. Le Cèpe Records, lui, est ancré dans l’importance de la proximité. « Le label, c’est une grande famille, on se connaît tous. Ça crée des liens assez rapidement. » explique Anthon, transformant ainsi chaque collaboration en une aventure partagée, où la musique est le fil conducteur. »Tous les artistes ont carte blanche. »

Rock is vraiment pas dead

Dans l’arène musicale française, le rock, loin de succomber à la prétendue annonce de sa mort, s’épanouit avec une vitalité inattendue. Anthon, ardent défenseur de cette scène éclectique, rejette l’idée que le rock puisse être déjà enterré : « C’est vrai qu’on a tendance à dire que ça s’étouffe un peu, que la pop et le rap sont au-dessus, mais on attend le revers de la médaille. Quand tu vois les artistes rock aujourd’hui, tu vois que le rock n’est pas mort. » On peut penser aux Viagra Boys, qui insufflent une énergie brute dans ce genre injustement considéré figé de nos jours par certains. Pour Anthon, « il y a un nouveau style qui est en train de se chercher, qui va bientôt apparaître. » On n’en juste pas encore conscient, comme à chaque fois que l’on est en train de vivre l’Histoire. 

Le rock, loin de s’estomper dans l’ombre de ses pairs, est en réalité en quête constante d’une identité nouvelle, prêt à redéfinir les frontières de la créativité musicale. Les genres musicaux co-existent et c’est nécessaire. Ce qui est propre à l’être humain, c’est son besoin constant de se réinventer, la musique en est une preuve ultime. À une époque saturée par la stimulation constante des écrans, la musique est une manifestation authentique de notre besoin inné de réinvention, un refuge sonore où l’humanité explore sans relâche les limites de sa créativité.

Le Cèpe Records
La Cueillette du Cèpe, compilation des cinq ans du Cèpe Records. Couverture par Jaky La Brune

Protomartyr crédit Trevor Naud

Protomartyr : « Puisque le Hip Hop domine, le rock est plus libre d’expérimenter ses sonorités »

Le 2 juin sortait le très attendu nouvel album de Protomartyr « Formal Growth in the…

Viagra Boys au Bataclan : rouleau compresseur en (bonne) marche

Le Bataclan accueillait dimanche 11 décembre dernier la folie furieuse Viagra Boys qui, depuis 2017…

[Interview] Fontaines D.C : « Dans la vie de tous les jours, on est des gars très optimistes »

A l’occasion de leur premier concert depuis le confinement, qui eut lieu mercredi 07 octobre…

MaMA 2023 – Crédit photo : Louis Comar

Vendredi 13 n’est pas toujours synonyme de malheurs. D’ailleurs en cette dernière journée du MaMA Music & Convention, le moral est au beau fixe. La pluie de la fin de journée laisse place à une température bien plus clémente pour permettre de courir les rues de Pigalle à la recherche des meilleurs concerts sans avoir à se mouiller. Ceux-ci sont nombreux. Ils ne sont pas les seuls à avoir peuplé cette édition 2023 de l’évènement. En effet,  7 125 professionnel·le·s étaient présent·e·s sur l’édition avec 54 nationalités représentées, 160 artistes/groupes étaient programmé·e·s sur les 9 scènes, représentant 542 artistes et musicien.nes. De quoi promettre une énorme diversité. Dont il nous reste une dernière nuit pour se délecter. On vous emmène donc avec nous dans une dernière folle course à travers les salles du quartier et les concerts qui nous ont marqués.

 

MADDY Street

Maddy Street – MaMA 2023 – Crédit photo : Louis Comar

21h sonnent et Maddy Street monte sur scène armé.e d’une guitare. La.e chanteureuse enchaine un rock garage aux intonations de Hip-Hop. Sa musique apporte un vent de fraicheur sur la scène de la Chaufferie qui avec toute l’énergie accumulée de ces derniers jours en a bien besoin. Avec des sonorités rétro 90s, Maddy Street aborde avec brio son identité Queer. Le public semble déjà l’adorer et chante en chœur avec iel. Si son accent anglais est très fort quand iel chante, quand iel parle, c’est un accent français qui sort. Cette dualité de deux langues, dont les peuples ont été ennemi pendant des siècles (rendez nous Jeanne d’Arc) a le don de surprendre certains spectateurs. « Mais iel est français.e ou anglais.e ? ». Ben les deux en fait. Et c’est cette double culture qui permet à Maddy Street de déployer tout son univers musical.

LISE DE LA SALLE

MaMA 2023 – Crédit photo : Louis Comar

Un peu plus tôt, Lise de la Salle commence à La Cigale. Pianiste hors-pair, elle enchante un public déjà hypnotisé par la dextérité de son jeu. Sa présence sur la scène pigalloise est un véritable honneur. Lise de la Salle a traversé les sept mers, a fait certaines des plus belles salles du monde : Vienna Musikverein, Concertgebouw d’Amsterdam, Berlin Philharmonie ou encore le Hollywood Bowl. Mais il faut le dire, sa présence au MaMA détonne, étant plutôt habitué à du rock ou du rap en principaux meneurs de jeu. C’est ce qui rend sa prestation d’autant plus extraordinaire et mémorable.  

 

Jeanne Added

C’était l’un des moments les plus attendus de ce MaMA Music & Convention. Le label Naïve fêtait ses 25 ans en grande pompe, avec cerise sur le gâteau , un live d’une de leurs artistes phares : Jeanne Added. La musicienne de talent proposait pour l’occasion un format particulier, celui du piano voix. Il est toujours fascinant de retrouver la chanteuse sur scène. Déjà parce qu’elle n’a besoin d’aucun effet pour hypnotiser la foule. Il suffit d’entendre les nombreuses invitations à ne pas faire de bruits lancées de toute part dans l’assistance pour s’en faire une idée. Aussi parce que sa voix se déploie avec aisance dans la Cigale ce soir. La poussant à son apogée, elle offre des versions rares et acoustiques de ses plus belles compositions, notamment des extraits de « Radiate », l’album qui lui valu le succès. Bavarde, elle communique volontiers avec le publie et l’entraîne dans une univers fait de douceur où la qualité est toujours au rendez-vous.

Alice et moi

Alice & Moi – MaMA 2023 – Crédit photo : Louis Comar

Un bon MaMa passe toujours par un crochet obligatoire à la Boule Noire. Autant en profiter pour se ressourcer avec un set d’Alice Et Moi et sa chanson française solaire. Au milieu des murs atypiques et toujours bardés de moquette très explicite qui peuplent la salle, la chanteuse à la voix suave apaise autant qu’elle invite à se dandiner sur ses airs qui entrent aisément en tête. Le 3 novembre, son album « Photographies » sortira dans les bacs et offrira son lot de titres électro-pop à un public qui connait déjà bien son nom. A la pointe de ce qui se fait dans le genre, celle qui illumine avec son morceau « L’amour à la plage – Souvenirs d’été » nous propose un très joli souvenir d’automne. La candeur de son timbre va de paire avec le plaisir de ces beaux moments. L’amour à Pigalle en somme.

W!ZARd

MaMA 2023 – Crédit photo : Louis Comar

W!zard ou peut-être le concert le plus explosif de cette dernière soirée du MaMA. Dans un rock énergique et saturé, W!zard dont la renommé ne fait que grimper, évoque les différentes problématiques du cœur ou du monde qui nous entoure. Et ça marche. La foule ne perd pas une seconde de ce show sauvage. Tout le monde hurle à s’en choper des nodules et pourtant, ils en redemandent toujours plus. A noter en plus que le groupe fait un très beau travail sur son son pour le rendrez noisy au possible et offre quelques beaux moments à la guitare sublimée par une disto gérée et franchement rock. Un dernier pogo pour la route !

Texte Pénélope Bonneau Rouis et Julia Escudero


MaMA Music & Convention 2023 : 3 jours de musique à travers Pigalle (Portfolio)

Le Mama Music & Convention 2023 était de retour en 2023 du 11 au 13…

Loverman au MaMA Festival @ Pénélope Bonneau Rouis

Loverman : L’indispensable découverte du MaMA Music & Convention 2023

Loverman qui êtes-vous ? Il est des coups de cœur évidents. Certain.es auront pu le…

MaMA-Festival_Choses Sauvages-Paris_2022

MaMA 2022 : La Canada francophone à la conquête de l’Hexagone

Chaque année qui dit festival de musique francophone dit débarquement des specimens canadiens. Un univers…