Author

Penelope Bonneau Rouis

Browsing
Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis
Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis

Le 3 juin dernier, les cloches de l’Église de Cain sonnait l’heure de la messe. Pour la première date de The Childish Behaviour tour, Ethel Cain a sorti le grand jeu. Tout juste deux ans après la sortie de son album Preacher’s Daughter, les fidèles s’étaient réunis pour célébrer leur prêtresse. Retour sur un moment d’anthologie. 

Ça bourdonne sur le Boulevard Rochechouart. Le soleil est enfin arrivé et avec lui, la reine-mère, Ethel Cain. Certains font la queue depuis 8h du matin, espérant, le soir venu, être au plus près de leur idole. La file d’attente du Trianon, progresse jusqu’à la Cigale. Dans cette marée humaine, la dentelle et les corsets sont de sortie, les tatouages sont fièrement arborés et les cheveux, fraichement teints pour l’occasion. Habit du dimanche, pour cette messe du mardi soir.

Le dernier concert d’Ethel Cain en tête d’affiche à Paris, remonte à Décembre 2022. Dans la salle, on croise des fidèles de la première heure ainsi que des fraîchement converti.es. Tous les regards ont une lueur quasi hallucinée et une frénésie embaume l’air.

Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis
Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis

Ethelmania

À l’ouverture des portes à 19h, les gens hurlent et se précipitent vers la scène dans une tentative désespérée de se retrouver au premier rang. La foule devient très vite une seule et même entité, une masse compacte, aussi tendue qu’extatique. Il était grand temps qu’Ethel Cain nous fasse grâce de sa présence.

À 20h, la première partie débute. Il s’agit de Teethe. Originaire de Texas, le groupe propose une musique aux influences slowcore pendant 45 minutes. Le public est déjà hypnotisé, attentif.

Midnight mass

C’est à 21h15 que les lumières s’éteignent à nouveau, pour accueillir toute l’aura d’Ethel Cain. Elle n’a pas encore mis un pied sur scène que le public hurle à s’en déchirer les poumons. Sur un prélude instrumental qui ressemble fortement à « Young and Beautiful » de Lana Del Rey, Ethel Cain fait son apparition, tout de noire vêtue, un voile de dentelle couvrant son visage. Une Laura Palmer rencontrant la fiancée de Frankenstein, peut-être. De son regard fier, elle contemple son assemblée de fidèles dont les cris doivent résonner dans tout Pigalle.

Après quelques instants de célébration, la grande prêtresse retire son voile et entame son set avec un tout nouveau morceau « Dust Bowl ». Au balcon, le public se penche de plus en plus vers la scène. Mais pas d’inquiétude, aucune chute ce soir, que des ascensions. Piété est de mise quand la fille du prêtre nous raconte son histoire.

Dans la maison de dieu, Ethel est reine

Le concert ne sera qu’une montée en intensité à partir de là. En poursuivant avec « House in Nebraska », Ethel déchaine la foule. Tout le monde chante, exorcisant toute émotion superflue.  Il en est presque fascinant d’observer au fil des concerts, la passion qu’Ethel Cain provoque. Bien qu’il n’y est rien de surprenant à ce qu’elle rencontre un tel succès, la dévotion du public est sublime (la réthorique antique, pas l’adjectif), transcendante.

S’il est commun de déifier certains artistes – lourde position que celle du fan transi – Ethel Cain fait partie des idoles les plus mystiques de ces dernières années. Preacher’s Daughter est un album culte en devenir. Et c’est lors de concerts comme celui-ci, que la légende se grave un peu plus dans le marbre.

Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis
Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis

JESUS IF YOU’RE THERE

Au moment de l’excellent « Thoroughfare », un petit problème technique survient. L’écran qui projette les visuels derrière Ethel Cain se montre capricieux et réclame le mot de passe pour activer la mise à jour de logiciels… Une bonne minute passe avant que le message ne disparaisse. Petit souci technique rapidement résolu qui nous rappelle que l’erreur est humaine.

La setlist est un joli mélange de Preacher’s Daughter et de nouveaux morceaux comme « Amber Waves » ou « Punish ». Le moment est fort de symbolisme. Le regard brillant, Ethel Cain, demande au public d’être le plus silencieux possible, le temps de ces nouveaux morceaux. Sans broncher, le public obéit. On entendrait les mouches voler et ça tombe bien, les première notes de « Sun-Bleached Flies » démarrent. 

Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis
Ethel Cain au Trianon, 3 Juin 2024 @Pénélope Bonneau Rouis

She’s Ferocious!

Quand Ethel Cain quitte la scène, c’est pour mieux revenir pour le rappel. Elle a troqué sa robe noire pour une tee shirt blanc et un short Huskers (équipe de football américain du Nebraska, merci Google). Changement de look, mais aucune altération de l’intensité du show. Le rappel débute avec une reprise dédié à son père, « Betty Davis Eyes » de Kim Carnes. Le moment est si émouvant, que l’on en espère presque une version studio pour l’écouter en boucle pour se remémorer cette soirée.
L’acmé du concert vient avec sa chanson peut-être la plus accessible pour un public non averti, « American Teenager ». Excellent morceau, il vient boucler une soirée magique et mémorable. Ethel Cain ira jusqu’à descendre de scène, pour se rapprocher de la foule aimante. Extase de Sainte-Thérèse en direct live!

Avec cette nouvelle tournée, Ethel Cain confirme sa place comme véritable nouvelle icône de la musique américaine. On aurait espérer, peut-être, qu’elle chante « Ptolemaea » mais ce n’est encore jamais arrivé, un jour peut-être…!


Hozier- Unreal Unearth

Unreal Unearth de Hozier : un album dantesque et écrasant (chronique)

Le 18 Août dernier sortait Unreal Unearth, le troisième opus de l’irlandais Hozier. Inspiré par…

Florence + The Machine à l’Accor Arena : messe cathartique par la grande prêtresse

Lundi 14 novembre 2022, Florence + The Machine s’est produit sur la scène de l’Accor…

the witch

Saint-Maud, grand prix du festival de Gerardmer : 10 films d’horreur qui traitent de fanatisme religieux

Et voilà, le festival de Geradmer 2020 c’est fini !  Comme chaque année la petite…

Willie J Healey par Pénélope Bonneau Rouis
Willie J Healey par Pénélope Bonneau Rouis

Willie J Healey est de ces artistes que l’on rencontre rarement. Moins d’un an après la sortie de son troisième album Bunny, le chanteur Anglais se lançait en mai 2024, dans sa première tournée en dehors du Royaume-Uni. Nous avons eu la chance de le rencontrer quelques heures avant le coup d’envoi de sa tournée, sur la terrasse ensoleillée du Point Éphémère. Avec lui, on a parlé de son processus créatif, de son dernier morceau « The Apple », de sa prochaine tournée avec IDLES et des mauvaises surprises de l’intelligence artificielle.

P&S : Bonjour Willie, c’est la première date de ta première tournée européenne ce soir au Point Éphémère. Qu’est-ce que tu en attends ? 

Willie J Healey : Pour être honnête, je sais pas ce que je suis censé attendre de cette tournée. C’est un saut dans l’inconnu ! On est déjà venus en tant que première partie, comme tu le sais [Willie J Healey et son groupe ont ouvert pour Florence + The Machine en Novembre 2022, ndlr]. C’est familier parce qu’on sait ce que c’est de jouer en Europe mais comme tu le disais, je n’ai jamais fait de concert par moi-même ici, donc j’ai l’impression de recommencer de zéro. C’est évident que certaines salles seront plus bondées que d’autres, mais je pense que tout le monde s’attend à s’amuser. Et aussi, on ne sera que trois sur scène, au lieu de cinq. Donc l’ambiance sera aussi un peu différente, un peu plus détendue. Jouer à trois, faire notre première date, c’est beaucoup de premières pour nous. 

P&S : Et c’est une tournée express, avec une date par soir pendant 10 jours ! 

Willie J Healey : Oui, c’est très intense, on vient juste de finir notre tournée en Angleterre il y a deux ou trois jours. Et hier, on voyageait. Au total, sur le mois de mai, on aura que deux jours de repos.

P&S : Ton album Bunny est sorti en août dernier et ton son a beaucoup évolué depuis People and Their Dogs. Tu sembles plus apaisé et joyeux. Qu’est-ce qui a inspiré cette direction ? 

Willie J Healey : Je pense que j’ai beaucoup évolué. Les premiers chansons que j’ai écrites, j’avais 18 ou 19 ans et aujourd’hui j’en ai 29. En tant que personne, tu évolues beaucoup. Et je me suis beaucoup amusé sur l’écriture et la conception de Bunny. J’imagine que quand j’avais 19 ans, j’étais pas très sûr de moi et d’une certaine manière, c’est un peu aussi le cas aujourd’hui, mais tu peux vraiment l’entendre dans mes premiers morceaux. Je regardais beaucoup ailleurs pour trouver de l’inspiration.

P&S: Oui, c’est important de « digérer » tes inspirations pour trouver ton son. 

Willie J Healey : Exactement, parce qu’à cet âge-là, je n’avais pas vécu grand chose. Je venais d’une petite ville, donc je regardais ailleurs pour trouver ce sur quoi je pouvais chanter. Et Bunny est un peu plus tourné vers l’intérieur, vers mes expériences, ce que j’ai appris et ce que j’ai fait dans la vie. Aujourd’hui, je suis plus heureux aussi.

P&S : Tu as enregistré Bunny à New York, quel a été le processus et quelle a été la différence avec les précédents albums ? 

Willie J Healey : Bunny a été entièrement enregistré à New York. J’avais déjà enregistré quelques morceaux de Twin Heavy à New York donc c’était la première fois que je faisais tout au même endroit. Et c’était très simple, j’avais toutes mes maquettes, et on avait que 13 jours pour tout enregistrer. Je suis allé au studio et euh… attends j’essaye de bien me souvenir, je veux bien le raconter !

P&S : C’était à quelle période ? 

Willie J Healey : Oh! Je sais plus. On était en Novembre quand je suis allée à New York et je suis resté un mois là-bas. Et j’avais une semaine avant d’enregistrer pour m’assurer que les chansons étaient bien finies, puis une semaine pour tout enregistrer au studio, puis une semaine chez le producteur, Loren Humphrey. Et on l’a fait très rapidement finalement. C’était très spontané! Le premier album a été très différent dans sa conception, on enregistrait chaque partie qu’on assemblait ensuite et pour Bunny et Twin Heavy, on jouait tous ensemble dans le studio et ensuite on choisissait la version qu’on préférait.

C’était juste un beau moment, on a beaucoup en commun [avec Jamie T] dans notre manière d’appréhender la musique et on a fait quelque chose pour en témoigner.

P&S : Tu as collaboré avec Jamie T sur cet album. 

Willie J Healey : J’ai écrit « Thank You » pour lui parce qu’il m’a donné une boîte à rythmes et je l’ai utilisé pour toutes les chansons de l’album. J’ai écrit la chanson  pour la blague et le remercier. Mais j’ai commencé à bien aimer la chanson donc je l’ai finie et je lui ai envoyé. Il m’a ensuite proposé d’écrire un couplet dessus et ça nous faisait rire. Et une nuit, vers 5h du matin après une soirée, il m’a envoyé sa proposition et on l’a utilisé. Voilà l’histoire !

P&S : La boucle était bouclée en somme ? Jamie T a été une source d’inspiration pour toi en pendant ton adolescence. 

Willie J Healey : Oui carrément ! J’ai grandi avec sa musique et j’ai eu ensuite la chance de le rencontrer et de devenir ami avec lui. Mais quand je rencontre des gens, je me demande pas vraiment ce que je pourrais faire avec eux d’un point de vue professionnel. Je l’ai rencontré en tant qu’ami, et fan de sa musique. Je suis pas vraiment du genre à réseauter. C’était juste un beau moment, on a beaucoup en commun dans notre manière d’appréhender la musique et on a fait quelque chose pour en témoigner.

P&S : Et vous l’avez déjà joué ensemble en live ? 

Willie J Healey : Oui ! Et la dernière fois, il s’est déshabillé sur scène… À part ses sous-vêtements bien sûr.

P&S : C’était ma prochaine question. Tu as une nouvelle chanson sorti en fin avril, « The Apple » qui a des influences rétros aussi. 

Willie J Healey : J’avais cet enregistreur et j’ai commencé à l’utiliser pour m’amuser et « The Apple » a été un des morceaux qui en est sorti. Je l’ai écrit après un voyage. C’est sur l’envie d’être plus présent dans la vie, d’être plus conscient et l’idée de grandir aussi. Dans la vie, les moments vont et viennent et c’est comme ça. Je pense que certains sont bien venus pour moi et j’ai voulu l’exprimer. Je l’ai aussi enregistrée à New York. Le label l’a beaucoup aimée donc ils m’ont envoyé au studio et on l’a faite en quelques jours. Je trouve que c’est très bien sorti. J’en suis très satisfait.

P&S : Et le morceau a déjà un joli succès!

Willie J Healey : Oui ! Le morceau a été très bien accueilli. C’est très intéressant à observer pour moi, parce que le morceau n’a pas été affecté par le processus de promotion d’un album, c’est pas un single. C’est un morceau à part entière. C’est le genre de morceau que j’adore, que j’aurais aussi aimé si quelqu’un d’autre l’avait sorti. Mais s’il avait fait partie d’un album, je ne pense pas qu’il aurait été choisi comme single. Parce que le label voudrait quelque chose de plus rock ou plus enjoué, ou je ne sais quoi. Donc voir son succès assez rapide, ça me confirme l’idée qu’il faut sortir la musique que tu aimes.

P&S : Et la pression des majors peut parfois complètement changer la trajectoire d’un album. 

Willie J Healey : Oui, quand un plus grand nombre de personnes est impliqué dans un projet, tu reçois plus d’opinions. Parfois ça marche, parfois quelqu’un entend quelque chose qu’en tant qu’artiste tu n’entends pas forcément. Mais parfois, l’idée se dilue un peu parce que trop de personnes sont sur le même projet. Ils essaient de changer la direction de quelque chose qui vient d’un artiste.

P&S : Et la question qui se pose c’est aussi de savoir si on préfère être écouté par des millions de personnes et détester sa musique ou être écouté par un plus petit groupe et adorer sa musique ? 

Willie J Healey : Oui. C’est une drôle de situation. L’important à mes yeux, c’est d’aimer ce que tu fais parce que le reste est un peu hors de portée. Tu contrôles pas trop la réaction du public.

P&S : La couverture de « The Apple » me fait un peu penser à James et la Pêche géante de Roald Dahl. Est-ce intentionnel? 

Willie J Healey : Tout à fait ! J’adorais le film et le livre quand j’étais petit. On le regardait tout le temps avec mes soeurs. On avait pas trop de temps pour faire la couverture, on avait 4h ! J’ai directement pensé à une photo de pomme. Et j’avais un peu James et la Pêche géante en tête mais c’était pas forcément conscient. J’ai un ami, AJ Stark, qui est photographe, et je lui ai demandé ce qu’il pouvait faire de cette idée. Je voulais pas que ce soit Photoshop, je voulais faire ça en perspective. Et j’ai vu dans certains films, dont Eternal Sunshine of the Spotless Mind où Jim Carrey est un petit garçon et ils le filment comme s’il était tout petit. C’était une idée simple finalement. La pomme qu’on a utilisé était une fausse pomme, assez grosse, c’était pour ça que ça rendait si bien.

L’important à mes yeux, c’est d’aimer ce que tu fais parce que le reste est un peu hors de portée.

P&S : Tu tournes avec IDLES cet automne. Ce n’est pas ta première fois en première partie d’un groupe de renom anglais. Il y avait eu Florence + The Machine et Arctic Monkeys l’an dernier. Est-ce qu’il y a une pression ou un pic d’adrénaline à l’idée de jouer devant un public aussi dévoué ? 

Willie J Healey : Oui vraiment un pic d’adrénaline! C’est vraiment l’opposé de la pression. Parce que tu n’as rien à perdre, les gens ne sont pas venus te voir. Donc comme je le vois, c’est que du gain, pas de perte. Si je fais des choses dont le public se fout, c’est pas grave, parce que dès le départ, ils ne s’y intéressaient pas. Il y a davantage de pression à jouer son propre concert, parce que si les gens aiment quelque chose, qu’ils paient leur place pour venir te voir, il y a plus d’incertitude. Mais quand tu passes avant quelqu’un dont le public est hyper fan, je le vois plutôt comme un challenge. Je vais juste m’amuser et je vais essayer de plaire au plus de monde possible. Et même essayer des choses que je ne me permettrais pas forcément à mon propre concert. C’est très libérateur, tu apprends ainsi que tu peux faire ce que tu veux parce que personne n’a d’image préconçue de toi.

P&S : Tu as tourné avec Florence en Grande Bretagne et avec Arctic Monkeys en Europe. As-tu remarqué une différence de traitement entre le public britannique et le public européen ? 

Willie J Healey : Mon expérience en tant que première partie était plus sympa en Europe qu’en Grande Bretagne maintenant que j’y pense. J’adore le Royaume Uni mais je trouve les gens en Europe un peu plus ouverts. Ou plus enthousiastes. Au Royaume-Uni, les gens sont concentrés sur le groupe qu’ils sont venus voir et en Europe, les gens sont plus enthousiastes à l’idée de voir tout le monde. Mais je peux comprendre les deux points de vue. Si tu vas à un concert, ta priorité, c’est le groupe principal. Mais comme j’aime la musique du groupe principal, je pars du principe que la première partie sera bien choisie et ce sera quelque chose que j’aime. Je pense que c’est plus commun de venir après la première partie, t’as pas envie de rester debout toute la soirée à attendre. Mais je pense aussi que la Grande Bretagne est saturée de  musique, de groupes. Il y a tellement de groupes là bas, et donc tu peux te permettre d’être exigeant. Il y a des groupes en Europe mais moins. Pas forcément à Paris mais dans des endroits un peu plus lointains où il y a moins de concerts dans l’année. Partout dans le monde, les gens écoutent la musique qui vient d’Angleterre ou des États-Unis, c’est un fait. Et c’est pour ça quand on jouait en Europe avec Arctic, les gens étaient ravis.

Chaque label a ses avantages et ses inconvénients mais je trouve que dans ma manière de faire de la musique, être dans une plus petite équipe me convient mieux.

P&S : Ton premier album est sorti sous Columbia et tu as fait la transition vers un label indé, Yala! Records juste avant Twin Heavy. Quelle a été l’influence de ce changement sur ton parcours musical ?

Willie J Healey : Ça a été une bonne chose. Être lâché par son label peut être dur, et des gens ont vécu pire que moi. Heureusement, j’ai réussi à rebondir assez vite en trouvant un autre label. Yala! est complètement différent, une plus petite équipe, des moyens plus modérés. Chaque label avait ses avantages et ses inconvénients mais je trouve que dans ma manière de faire de la musique, être dans une plus petite équipe me convient mieux. Tu as plus de liberté artistique, moins de contraintes, moins d’ordres. C’est beaucoup plus direct.

P&S : Y a-t-il des genres musicaux que tu aimerais essayer dans tes prochains projets ?

Willie J Healey : Oui, il y a tellement de choses que j’aimerais essayer, notamment en guitare. J’écoute tellement de choses différentes… J’aime bien le heavy rock, j’aime bien The Blue Nile qui font de la synth pop.  J’aimerais bien essayer quelque chose de plus « heavy », pas du métal non plus. J’aime beaucoup IDLES justement, Neil Young dans sa période plus énervée. J’aimerais juste être plus expérimental en fait. Cameron Winter, le chanteur de Geese, a écrit un morceau qui n’est pas encore sorti et c’était génial. Ça m’a inspiré à me laisser un peu plus aller pour des projets futurs.

P&S : À une ère où les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la promotion musicale, comment trouves-tu ton équilibre entre authenticité et  une bonne présence en ligne ? 

Willie J Healey : Je trouve ça assez difficile parfois. Notamment parce que trop d’emphase est mis sur cet aspect et la réussite d’un projet semble parfois être évalué que selon ces critères. Le problème c’est que parfois, tu vas recevoir beaucoup de likes et le lendemain, rien du tout ! Entre l’algorithme et ce que tu es censé poster… Personnellement, j’aime pas trop me filmer quand j’écris des morceaux ou en train d’enregistrer. C’est un moment spécial pour moi. Je veux pas briser ce moment. Mais bref ! Ça reste une bonne chose parce que ça te donne l’occasion de partager et de créer une connexion avec les gens. C’est vraiment spécial de pouvoir aussi contacter des artistes ou des producteurs. Mais je suis toujours un peu frustré quand j’ai rendez-vous avec le label, et que le sujet c’est les réseaux sociaux… Le truc, c’est que beaucoup de gens ont besoin d’être seuls dans leur processus de création. Mais c’est aussi comme ça que les gens te découvrent. Je suis pas très fan des réseaux sociaux. Ça a ses avantages et inconvénients.

P&S : Est-ce que tu penses que si tu étais resté avec un plus gros label, tu aurais dû poster encore plus ?

Willie J Healey : Oui probablement. Ou quelqu’un l’aurait fait pour moi. Mais ça se ressent assez vite quand c’est pas l’artiste qui poste lui-même et j’aime pas trop ça. Mais en même temps, je peux pas leur jeter la pierre. Les réseaux sociaux, c’est qu’une vitrine.

Il faut que je me souvienne qu’écrire des chansons est ce qui me rend heureux et le reste est juste ce qui en découle.

P&S : Mais les réseaux sociaux ont aussi ouvert la conversation sur de nombreux sujets comme la santé mentale, le rapport au Brexit et la stabilité financière des artistes post-covid.  

Willie J Healey : Oui, c’est différent pour tout le monde. C’est bien d’être connecté avec tout le monde et ton public. C’est aussi important pour moi, il faut que je me souvienne qu’écrire des chansons est ce qui me rend heureux et le reste est juste ce qui en découle. Je pense qu’on vit dans un monde où tout est exposé. Il y a tellement de facteurs auxquels on doit aussi faire attention. Il y a tellement d’offre artistique et il y a les réseaux sociaux qui nous y donnent accès. Quand je pense à tout ça, ça me stresse un peu, alors je pense juste à la raison principale, la musique et pourquoi j’en fais, pourquoi les gens viennent ? Parce que les gens aiment ce que je fais. Et le reste est juste un entre-deux, et c’est important de commencer avec les chansons. Je sais pas si tu as déjà entendu des chansons faites pas des IA mais c’est impressionnant, c’en est énervant. C’était fort et je savais pas ce que c’était en l’écoutant. J’étais horrifié, j’avais l’impression d’avoir été piégé.

P&S : Mais ça n’avait aucune émotion!

Willie J Healey : Si. C’est le problème, il y en avait! Je m’attendais à ce que ce soit plat et pourtant… Si tu m’avais joué une chanson faite par une IA et une autre par une vraie personne, j’aurais pensé savoir déterminer laquelle était laquelle. Quand j’ai entendu la chanson, j’étais halluciné. Quel monde de fou dans lequel on vit…! Quel futur nous attend si un ordinateur peut faire une vraie chanson avec une vraie voix qu’on aimerait écouter ? La seule différence c’est que je suis une personne avec des émotions et des réactions et que les gens peuvent se reconnaitre dans ce que je fais et mon point de vue. Et le reste est juste atteignable par des ordinateurs maintenant… Je te laisse avec ces réflexions. Une belle manière de finir l’interview je trouve.

P&S : Oui mais j’ai une dernière question : tu as combien de chapeaux ?

Willie J Healey : J’ai arrêté de compter… 180, je dirais!


Willie J Healey au Point Ephémère @Pénélope Bonneau Rouis

Willie J Healey au Point Éphémère : Un concert intimiste tout en puissance (live-report)

Si vous avez bon goût, vous avez sûrement déjà vu Willie J Healey. Que ce…

Fat White Family : « L’écriture de ce nouvel album a été tout sauf un moment d’écoute et de compréhension » [interview]

La famille la plus connue du rock indé s’apprête à publier leur 4e album Forgiveness…

Florence + the machine

Florence + The Machine hante et ensorcèle sur Dance Fever

Trois ans après la sortie de High as Hope, Florence + The Machine revient ce…

La semaine la plus attendue de l’année pour les professionnel.les de la musique approche à grands pas. En effet, le Printemps de Bourges 2024 ouvrira les portes de sa 39ème édition du 23 au 28 avril. L’édition 2024 promet d’être un moment de partage autour de la musique, riche en émotions, en découvertes et en retrouvailles avec le festival chouchou.

La programmation 2024 promet  déjà une très belle année et de très beaux moments scéniques. On y retrouve un grand nombre de nos coups de coeur :  Cat Power à Mika en passant par Aliocha Schneider, Zaho de Sagazan, Eddy de Pretto, Timber Timber, Vero Sola, Clara Luciani, English Teacher, Shaka Ponk, Loverman ou encore Yamê.

Grille de la Programmation du Printemps de Bourges 2024

Et les Inouïs….

La fête ne serait pas aussi belle sans les ÏNOUIS. En effet, chaque année, le festival sillonne la France pour découvrir les talents de demain. Des artistes pris à leurs premiers pas que le dispositif accompagnera pour mieux les présenter sur scène et révéler ceux qui feront la musique de demain.

Parmi les 3200 à tenter leur chance, seuls 33 ont été sélectionné.es. Ils profiteront ainsi tout particulièrement de l’accompagnement et du coaching offert par le festival.

Toute la semaine, les festivaliers pourront découvrir cette nouvelle scène, promesse d’un avenir musical riche, varié, talentueux et lumineux.  A écouter d’ici le mois d’avril pour mieux les retrouver durant le festival. A l’issue de l’évènement trois prix seront remis  par un jury : le Prix du Printemps de Bourges Crédit Mutuel – iNOUïS 2024 et le Prix du Jury – iNOUïS 2024.

Découvrez la sélection complète des Inouïs du Printemps de Bourges 2024


Cat Power

Cat Power touche les étoiles à la Salle Pleyel de Paris (reportage)

Comme pour beaucoup, il a fallu s’armer de patiente pour retrouver l’astre Cat Power en…

Polo & Pan - Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 : la recette de deux journées savoureuses

Jeudi et vendredi, le Printemps de Bourges 2022 nous a concocté un festival aux petits…

Jok'air - Printemps de Bourges - 2022

Printemps de Bourges 2022 J2 : Le débat d’entre deux jours

Un printemps de Bourges sans pluie n’en serait pas un selon l’adage populaire. Cette édition…

The-Last-Dinner-Party-prelude
Prelude To Ecstasy, le premier album de The Last Dinner Party

Ça faisait longtemps qu’on l’attendait celui-ci. Prelude To Ecstasy du quintette The Last Dinner Party a été annoncé en novembre dernier mais voilà au moins deux ans que les filles se déchaînent sur scène. Dans les pubs, les disquaires ou encore en première partie des Rolling Stones, de Florence + The Machine ou d’Hozier, The Last Dinner Party nous ont conviés à de nombreuses fêtes… Maintenant que l’album est entre vos mains, serez-vous de la partie?

Rock en dentelle

Here comes the feminine urge, I know it so well / To nurture the wounds my mother held… Une chose est sûre, Prelude To Ecstasy de The Last Dinner Party, accorde une jolie part à la licence poétique. Le premier album du groupe est comme on l’avait escompté, voire mieux! Sans me laisser aller à une subjectivité défaillante, il est même carrément excellent.

Prelude To Ecstasy débute avec une intro musicale, un prélude à l’extase qui nous attend. La quête nous semble déjà merveilleuse et épique. Que ces femmes en jupons et dentelles ouvrent la voie à un rock théâtral que l’on attend depuis bien trop longtemps… ce prélude nous prépare à une aventure musicale, nos poitrines se gonflent et nos cœurs palpitent. Nos jambes fourmillent alors que l’envie de danser s’installe… et juste comme ça « Burn Alive » commence. Celles et ceux qui étaient au concert d’Hozier en novembre avaient déjà eu l’occasion de l’entendre. Quel plaisir de pouvoir désormais l’écouter à sa guise, en boucle. I am not the girl I set out to be, let me make my grief a commodity!

Furieusement fières

L’album fait plaisir. Il est théâtral, élaboré, la production est impeccable. Les filles ont sorti le grand jeu. Wilde en serait fier, Virginia Woolf encore plus. Chaque morceau y trouve sa place et ils s’enchaînent avec une logique déconcertante. Moment fort ? La transition quasi-idéale entre « Beautiful Boy », « Gjuha » et « Sinner ».

L’énergie féminine y est folle, dévorante, excessive. On se reconnait dans chacune des paroles, soigneusement écrites et rageusement entonnées par Abigail Morris, la chanteuse charismatique à la tignasse brune. Do you feel like a man when I can’t talk back? Do you want me or do you want control?

L’album est peuplé de femmes mystiques, menaçantes, toujours fières. La femme damnée reprend sa place, elle quitte le bûcher et devient reine.  The Last Dinner Party se réapproprie le rock à papa, le transformant en un nouveau rock, encore plus fantasque et déluré. Les productions presque Queen-esques de certains morceaux mettent en exergue l’inventivité de ces cinq londoniennes.  I’ll be Caesar on a TV screen / Champion of My Fate / No one can tell me to stop / I’ll have everything I want. 

Cette épopée baroque pop arrive à son apogée avec « Mirror », ultime cantique de cet opus. Il vient boucler la boucle avec un postlude majestueux, excessive qui ne peut que nous évoquer le prélude de l’album. Le groupe tire sa révérence, nous laisse redescendre sur terre après ce festin extatique. Le premier d’une belle série.

Jolie plante, joli talent

Chaque fois qu’une femme a un peu de succès dans la musique, les puristes sont circonspects. Imaginez donc les réactions quand il y en a cinq. De nombreuses conversations se sont ouvertes autour de The Last Dinner Party. Sont-elles des Industry Plants ? Un plan marketing incroyablement bien ficelé plutôt qu’un talent véritable? Tout le monde sait bien que le rock est affaire de mec. Et ça en fait rager certains de voir des femmes, jeunes, fières, indépendantes et créatives avoir leur mot à dire. Quelle audace de leur part que de vouloir avoir leur place.

Mais aujourd’hui, on troque les pantalons de cuir pour les robes en velours. Le tigré rose pour la toile de Jouy.  Les femmes ne sont plus des objets de convoitise. La muse devient la créatrice. Et si c’est le cas, que ce groupe est bel et bien un plan marketing, je ne vois pas trop le problème. Ça voudrait donc dire que la demande a été entendue et que l’industrie se bouge un peu et laisse la place aux femmes.

Ce prélude à l’extase est formidable, que sa suite soit fabuleuse. The Last Dinner Party jouent à la Maroquinerie le 20 février prochain.


Agyness Deyn, Gayle Rankin, Elisabeth Moss dans Her Smell

Her Smell d’Alex Ross Perry : odyssée au coeur des opiacés (critique)

Le Festival des Femmes S’en Mêlent existe depuis plus de 20 ans et s’active à…

Queen : avant les Dieux du Stade, le Symbolisme

Si aujourd’hui, l’évocation des Dieux du Stade nous fait rougir, il ne faut pas oublier…

Florence + the machine

Florence + The Machine hante et ensorcèle sur Dance Fever

Trois ans après la sortie de High as Hope, Florence + The Machine revient ce…