Tag

trianon

Browsing

Elle nous avait ensorcelé en 2018 avec son étrange et sublime premier album Crave. Il y a quelques mois, elle dévoilait le deuxième témoignage de son humble talent : Le Cirque de consolation. Et il y a quelques jours, elle célébrait avec émotions la réussite d’en être arrivée à ce niveau de reconnaissance avec un premier Trianon bien rempli. Léonie Pernet mesdames et messieurs.

Nous n’imaginions pas meilleure salle pour entendre la pop sombre et mélancolique portée par Léonie Pernet qui, en deux albums, a su démontrer une identité musicale forte et évolutive. Crave et Le Cirque de Consolation (le premier nous avait particulièrement marqué) ont fait d’elle une artiste confirmée, à l’approche originale. Tantôt dansant, tantôt lancinant, tantôt funéraire, la musique de Léonie Pernet revêt plusieurs visages, autour d’une obscure atmosphère jamais forcée mais habitée par l’humilité et la subtilité. Les influences africaines en hommage à ses origines parsèment sa musique. Une musique aussi novatrice que politique.

 

FrankY GoGOES to Trianon

Franky Gogo au Trianon, crédit : Théophile Le Maitre

Pour ce concert célébrateur d’un début de carrière en perpétuelle expansion, Léonie Pernet a fait appel en première partie à Franky Gogo, un.e artiste non binaire au look tout aussi classe que sa musique. Avec des sonorités électro faisant office de petites décharges, dans une ambiance techno punk à la Peaches, Franky convainc par sa prestance et sa manière de poser sa voix. Trianon oblige, le son est net. Les pulsations sont ressenties. Le public semble transporté.

 

 

 

 

CUCO CUCA CULOT AURA ou n’aura pas

Cuco Cuca au Trianon, photo : léonard Pottier

Alors que logiquement, tout le monde imaginait ensuite Léonie Pernet occuper la scène après la petite demi-heure de battement habituelle entre les deux parties, ce n’est pas elle qui surgit à 21h, mais Cuco Cuca. Forcé de tourner la tête pour s’en apercevoir, puisque le personnage arrive du balcon, et se positionne sur le bord droit, avant de déployer une banderole avec la lettre E à l’envers barrée. Celle-ci fait référence à un club techno situé à Kiev et nommé « Il n’existe pas ». Sur le profil instagram de l’artiste, on peut y lire « aussi longtemps que Kiev sera en guerre et envahie par la Russie, je sortirai ma banderole ». Mais qui est donc Cuco Cuca au juste ? Iel se définit comme « hacker genderfucker transbird, queer activist & performer borned in Mexico in 2011″. Sa performance en préambule du concert de Léonie Pernet consistera à réciter un texte d’engagement et de lutte contre toutes les privations et les injustices de ce monde. Contre qui ? Les accusations manquent peut-être de cibles concrètes. « Vous n’aurez pas nos nuits, vous … [insérer grand méchant loup] ». Sa voix est trafiquée comme Winslow dans Phantom of the Paradise (Brian de Palma, 1974) qui, comme autre point de comparaison, arbore lui aussi un masque qui ne rassure pas tout à fait. Derrière celui-ci néanmoins,  on ne sent pas la personne totalement à l’aise. Au-delà des accusations, la performance qui d’abord intrigue, perd rapidement de son charme et s’éternise au bout de 10 minutes. Derrière passe une musique techno qui, comme l’artiste, semble rencontrer quelques bugs. Le tout est assez maladroit, manque de fluidité et d’accroche. Le discours crache des évidences même s’il n’est jamais vain de les rappeler. Ca n’est pas plus mal quand on en voit le bout.

 

Léonie en cercle !

21H20. Place maintenant à l’artiste principale. Dès son entrée, on sent toute l’humilité et la simplicité qui lui confèrent entre autres son charme si particulier. Léonie Pernet dégage quelque chose de juste, de touchant, qui se retrouve évidemment dans sa musique.

Sur scène trônent deux grandes installations circulaires depuis notre entrée dans la salle. On se doutait qu’elles  serviraient d’éléments d’éclairage pour le concert. En effet, rien d’autre ne sera utilisé pour illuminer la soirée. Par cette ambiance lumineuse étrange et intimiste, Léonie parvient un créer une proximité, et décore son monde musical d’une subtilité visuelle insaisissable. Cet élément de scénographie s’accorde parfaitement à la musique et se révèle être joli tout autant que pertinent pendant la durée du concert.

Ce dernier débute sur « Hard Billy », morceau en anglais du deuxième album. Comme une parfaite introduction, il introduit un ton funeste dans une sorte de flottement nostalgique. Ce morceau dépeint une mélancolie de l’étrange qui, au contraire de lever le voile sur ce à quoi nous assistons enfin, nous rajoute une couche de mystère et d’envoûtement. Léonie Pernet attrape déjà le public de manière différente de celles qu’on a l’habitude de voir en concert. On pourrait penser que ce morceau n’est pas assez de taille pour une ouverture, et pourtant. Il convient par sa répétition, amenant une tension dans un mouvement suspendu.

 

Une brigade de taille à consoler toute une salle malgré un son mitigé

En matière de son, ça pêche niveau clarté et précision, notamment dans la voix. Une déception quand on sait que le Trianon est généralement réputé pour ses qualités sur la question. Le problème persistera jusqu’à la fin du show avec un cruel manque d’ampleur, ce qui aurait fait gagner les interprétations en puissance. Certaines d’entres-elles restent trop en surface, et ne viennent pas nous bousculer comme elles auraient dû le faire.

Léonie Pernet au Trianon, photo : Théophile Le Maitre

Ce n’est pourtant pas faute d’offrir des interprétations de taille. Léonie et sa brigade de consolation, composée de Jean-Syvain Le Gouic (membre du groupe Juvéniles) aux machines et Arthur Simonini au violon, donnent sur scène vie à des versions sophistiquées, non pas tant différentes de celles en studio, mais pensées différemment pour toujours entretenir chez le public cette fascinante sensation de découverte. Lorsque, cerise sur le gâteau, Léonie se met à la batterie (dès la deuxième morceau), on ne peut être qu’émerveillé. A noter qu’elle fut d’abord batteuse avant de lancer sa carrière solo, notamment aux côtés de Yuksek.

Sans jamais tomber dans le sensationnel, le show trouve un juste milieu entre la musique portée fièrement et l’aspect spectacle pour nous tenir en haleine. Sur « À Rebours » par exemple, dans sa deuxième moitié où Léonie se défoule sur un djembe posé en avant-scène à côté d’elle, on est autant captivé par l’image que par le son. Cette gymnastique entre chant et percussions assurera entre autres le renouvellement constant du concert.

 

Léonie permet l’abandon temporaire de nos maux

Une petite déception viendra du faible nombre de morceaux du premier album joués, et du fait que « Butterfly », son premier tube, ne fut aussi prenant que ce que l’on pouvait espérer. Le Cirque de Consolation aurait pu s’agrandir davantage pour laisser entrer les chansons certes un peu plus simples dans la forme, mais habitées par tout autant de force expressive. Voilà malgré tout que ce point est vite mis de côté à la fin du concert lorsque retentit le morceau le plus entraînant de sa discographie : « Les Chants de Maldoror », issu du deuxième album. Sur le côté gauche, certaines personnes sont montées sur scène pour répondre à l’appel forcé de la danse. Quelle autre solution face à une telle évidence maitrisée à la perfection ?

En rappel, « La Mort de Pierre » servira à ne pas oublier que nous sommes là dans un cirque particulier, et que pour être consolé, il s’agit avant cela de ressentir une vive émotion douloureuse. « C’est la mort de Pierre qui nous rapprochera ». Le Trianon a de quoi l’être et repartir vidé de ses maux. Léonie Pernet a franchi un cap et la suite ne peut aller que vers le haut tant on sent derrière une sincérité dans la démarche et un talent dans la mise en œuvre. Quel cirque !


Cats on Trees - Trianon - 2022

Cats on Trees : concert suspendu au Trianon de Paris (reportage)

En ville, le monde, parfois, tourne bien trop vite. Les gens passent, les modes avec,…

Thurston Moore poursuit sa fresque à Petit Bain (report concert Paris)

Si la période de fin d’hiver voit naître un retour chaleureux des concerts un peu…

last train interview

Last Train : « Le premier album était plus noir, celui-ci est plus blanc, peut-être gris » (Interview pour la sortie de The Big Picture)

Fatigués mais heureux, les quatre copains de Last Train n’arrêtent plus de tourner depuis la…

H-Burns & The Stranger Quartet seront de passage à Paris, au Trianon, le 13 mars 2022 !

H-Burn Trianon
H-Burn Trianon

Pour les 5 ans de la disparition de Léonard Cohen, le musicien accompagné par le quatuor à cordes rendra hommage à l’artiste, auteur de nombreux titres cultes comme « Hallelujah », « Who by fire » ou encore « Suzanne ». Au programme, la version live d’un album folk d’une grande beauté et dont la richesse n’a d’égal que la qualité de ses nombreux invités parmi lesquels Pomme ou encore Kevin Morby.

À l’occasion de ce concert évènement, Pop & Shot vous fait gagner 3×2 places ! Pour participer 2 possibilités :

  • Commenter cet article
  • Vous rendre sur le compte instagram @popnshot

Vous avez jusqu’au 8 mars inclus pour participer, bonne chance !


h-burns BURNS ON THE WIRE

H-Burns « Je pense qu’on a tous une histoire avec Cohen, il y’a une vraie transmission dans son œuvre. » (Interview)

Marqué depuis sa plus tendre enfance par l’univers  à fleur de peau de l’immense Léonard…

h-Burns Pomme

H-Burns and the Stranger Quartet dévoilent le clip intimiste de « Suzanne » feat Pomme

Dès son plus jeune âge, H-Burns a été bercé par la musique de l’immense icône…

H-Burns: Découvrez le clip de « Tigress » issu de l’album « Mid Life »

Le 29 mars 2019, il est temps pour Renaud Brust le plus connu sous le…

Half moon Run

L’automne  peut avoir autant de charme que l’été. La preuve puisque la mélancolie des feuilles mortes sera couverte dès la rentrée par les sonorités indie rock d‘Half Moon Run.

En effet, après le succès de l’excellent « Sun leads me on »  réalisé par Jim Abbiss et certifié disque d’or en 2017, les canadiens reviennent dès la fin de l’année 2019 avec une nouvelle pépite. Cette fois-ci c’est Joe Chiccarelli que l’on retrouve à la réalisation. Un must quand on sait que le bonhomme a déjà travaillé pour Adèle et The Strokes.

Un premier extrait, « Then Again » , et son clip sont déjà disponibles. Habitué à déverser  des flots aériens et à proposer une expérience charnelle mettant tous les sens en éveil, Half moon Run ne manque pas de retrouver ses bonnes habitudes sur ce nouveau morceau. Un brin plus envolé qu’à l’accoutumé, le quatuor accélère ses instruments et invite les tonalités pop rock à se joindre à cette ronde aux allures folk.

Désireux de toujours se perfectionner et d’explorer la musique dans son ensemble, les montréalais ont dévoué tout leur temps libre, entre deux opus, à la recherche musicale.  Des propos appuyés par Conner Molander via le communiqué de presse de l’album: « En gros, nous revoyons tout ce que nous savons sur la façon d’être un groupe. C’est un peu comme si on recommençait. Bien sûr, les jams ont changés, mais l’essence demeure la même. C’est comme dans une relation, les gens sont en constante évolution et les relations qui durent sont celles qui évoluent.»

Half Moon Run – Then Again

[divider style= »solid » color= »#eeeeee » width= »1px »]

En concert à Paris!

Réservez également d’urgence votre 14 novembre puisqu’Half Moon Run profitera d’une tournée internationale pour faire un crochet parisien au Trianon. Ce soir là, pas besoin d’attendre la fin de la première partie pour entrer dans la salle puisque l’excellent Leif Vollebekk ouvrira les festivités. un concert tout en douceur mené par des experts, et probablement la meilleure nouvelle musicale à attendre  de cette fin d’année 2019. Vous voilà prévenus, il ne faudra pas venir se plaindre si vous le manquez. D’ailleurs, Les places sont déjà disponibles. 

Charlie Winston square 1 2018

Charlie Winston : « La pochette de mon album c’est un carré avec moi au centre, comme pour dire -I am the one – « 

Après 3 ans d’attente, Charlie Winston revient avec un 4ème album, Square 1, sortie le 28…

Interview Radio Elvis ces garçons là 2018

Radio Elvis : « j’étais ému par ce que j’écrivais parce que je me livrais vraiment », Pierre Guénard (Interview)

Depuis la sortie de leur premier album « Les Conquêtes », leurs chansons restent dans nos têtes…

Luke Pritchard Interview The Kooks 2018 Let's go Sunshine

Luke Pritchard, The Kooks : « The Kooks a eu comme une crise de la cinquantaine, nous avons eu du mal a trouver notre direction » (Interview)

Après 4 ans d’attente, The Kooks revient avec un 5ème album, « Let’s Go Sunshine » le…