Tag

paris

Browsing
Magenta
@ Gabriel Boyer

Le pot de départ de Fauve, au Bataclan est un souvenir indélébile. Surement même l’un des plus beaux souvenirs de concerts tant il était chargé d’émotions et de communion. Il avait fallu dire au revoir au collectif qui savait parler aux maux et avancer. Avec cet espoir un peu fou de les revoir un jour. Et finalement le rêve est devenu réalité grâce à Magenta et un premier single franchement réussi “Assez”. De Fauve, les copains ont gardé l’anonymat, l’équipe, l’esprit, l’analyse de la société mais ont préféré l’électro à la noirceur musicale. Le 9 avril, la bande faisait son retour officiel dans les bacs avec un premier album intitulé “Monogramme”. Un album riche, emprunt d’une détresse de trentenaire, une fable sociale contée sur un ton coloré. C’est dans leur studio parisien que l’équipe a accepté de nous recevoir. Là, ils se sont auto-confinés en cluster. Décontractés, ils s’installent à trois sur le canapé situé au centre de ce lieu cosy qui contient une petite cuisine. Le jeu de l’interview depuis que Magenta a commencé ils ne s’y sont pas beaucoup prêtés “On en a pas fait beaucoup mais c’est peut-être pas plus mal comme ça on reste spontanés.” Le naturel est effectivement de mise puisqu’interviewer le groupe donne toujours cette impression de faire partie du groupe de copains. La frontière artistes, journalistes n’existe pas, la conversation devient vite simplement soutenu et passionnante. Surtout quand il s’agit de parler du nouvel opus :”C’est un patchwork, le résultat de 5 années de recherches. D’essais, de faux départs, d’expérimentations. Il y a des morceaux qui ont 5 ans, d’autres qui ont seulement quelques mois”

On avait envie de faire des boucles. C’est comme de l’hypnose

Faire et défaire a été le mot d’ordre pour créer un album qui leur ressemble. Comme dans leurs textes, les garçons se remettent facilement en question. “Ça peut donner un disque qui peut avoir un côté maladroit par certains aspects, abouti sur d’autres. Il y a eu un vrai processus de fermentation.”  “Monogramme” pourrait avoir utilisé la technique photographique qui consiste à superposer plusieurs images sur un même cliché, puisqu’à mesure de faire et défaire, reste à l’oreille des instantanés d’une histoire sur lesquels se superposent de nouveaux clichés. L’envie de parler du son est d’autant plus important que la troupe voulait au début de Magenta ne laisser place qu’aux instrus et mettre la voix de côté: “On avait envie de faire des boucles. C’est comme de l’hypnose, ça nous faisait de bien.”. De cette initiative reste l’esprit club, clairement repris dans l’intitulé donné par le collectif à son projet, des notes entre la house et la techno. “On a des morceaux down techno avec des BPM plus lents, parfois presque hip hop.”

MAGENTA - Boum Bap (Clip Officiel)

Pour autant les thématiques : l’ennui, la société, les douleurs morales, elles restent : “C’est la continuité de préoccupations intimes et affectives qu’on a toujours eu besoin d’évacuer.” Ce nouvel essai s’inscrit dans le temps qui passe, les préoccupations changent et parleront plus aux trentenaires actuels qu’au public adolescent qui s’était épris de Fauve. “C’est une forme de nostalgie d’une période révolue. Il y a aussi une préoccupation pour le Monde et une entité plus large que nous-même et notre périmètre.” De leur propre aveux, les paroles de cette album sont bien plus sombres que ce qu’ils ont pu faire avant. Voilà qui se ressent sur des titres comme “Boum Bap” et son triste constat du temps qui passe, “Faux” et sa nostalgie à fleur de peau ou encore “Fatigué” constat amère à la limite de la dépression et son sous-titre pourtant toujours optimiste.

Capture anachronique

Au milieu de ces titres, le plus politisé de tous, “2019” dénote avec le ton ambiant. “La lecture de titres de presse dans le morceau est un choix qui s’est imposé.” racontent-il “On a juste lu les suggestions de vidéos sur Internet. Ce qui est intéressant c’est de voir comment sont mis sur le même plan des choses très graves et des sujets triviaux.” Cette track se forme alors sur la superposition de titres d’articles vidéo d’un grand médias suggérés l’un à la suite de l’autre. Ils s’enchainent sans filtres rappelant l’omniprésence médiatique actuelle qui ne connait plus de filtres. “On a fait aucun travail de sélection de ces titres, c’est ça qui était cool parce que ça montrait l’absurdité du propos.” Retrouver les titres “hommage aux victimes du Bataclan” juste avant un sujet sur le fait qu’avoir des grosses fesses en 2019 soit tendance parait en effet complètement surréaliste, le tout servi sur un ton grave et porté par un riff épuré. ” Tu te retrouves sur un site d’infos d’un média en continue et tu te rends compte que la suggestion de vidéos est consternante. il y a un nivèlement de ton cerveau par le bas où la quantité prime plutôt que de voir quelque chose de constructif pour toi.” et d’ajouter : “‘2019’, ça montre aussi ce que le monde était et qu’il n’est plus. Si on faisait le même travail en 2020, ce ne serait pas du tout les mêmes titres.”

Le club des inséparables 

Si les paroles de ce titre peuvent s’inscrire dans une certaine forme d’anachronisme, c’est également le cas d’autres morceaux de l’album. Le club notamment, mot fort dans l’univers de Magenta, le fait de se retrouver pour boire des verres. Ces moments font clairement partie de leurs compositions. “Si on enlevait tous les morceaux qui parlent de clubs, il n’y aurait plus rien sur le disque.” s’amusent-ils “On a une vraie tendance à picoler, à fumer des clopes, à aller dans des bars et s’assommer tous les soirs. Par habitude, par sociabilité, peut-être à cause d’un fond d’alcoolisme latent. On raconte nos vies. Si on schématise on alterne entre le bureau et la bouteille. Avant la Covid, je veux dire. On parle de ça parce que ça a été 5 années de nos vies, enfermés dans une chambre, Boulevard Magenta, tous les jours ensemble à faire du son et le soir à boire des pintes.” Une besoin de s’abrutir, de se vider la tête est l’écho d’un besoin de se couper des machines, des questionnements et puis du monde. “C’est le morceau ‘Tom Tom Club’ qui pourrait le mieux résumer l’album.” Finalement ces textes traitent aussi du besoin de s’entourer et d’être présents pour les autres. “On estime dans ce projet avoir une vie étrange. On est à la fois libre et en même on est tellement obsessionnels et investis dans notre projet qu’on ne coupe jamais. On dort, on pense, on mange, on chie Magenta.”

Le projet Magenta, il vient d’un long cheminement. Les allers et venus l’on changé et transformé. Avant ce retour le collectif avait le temps de deux titre pris le nom d’Autrans. Un nom aujourd’hui oublié et qui pourtant fait partie de cette histoire :”Cela fait partie du faire et défaire dont on parlait. Austrans c’était la version beta de Magenta. Quand on l’a sorti, très vite on s’est rendu compte que ça ne correspondait plus à là où on voulait aller. Cette sortie nous avait fait respirer pendant ces 5 années de travail, on a pu avoir des retours, refaire de l’image.” Ces morceaux pourraient bien revoir le jour via Magenta même si pour l’heure, ils sont devenus quasiment introuvables sur la toile. “On a déjà un début de track listing de l’album 2, le 3 en filaire aussi et ces tracks c’est possible qu’on les reprenne.” Accoucher de ces titres et cette nouvelle esthétique avait été un pari pour le groupe qui confie y avoir passé près de deux ans. “Tu travailles dans ton coin et tu sors tes titres que quand tu en es vraiment fier et que tu penses que tu ne peux pas mieux faire mais c’est dangereux parce qu’il y a toujours un mieux.” Un sentiment qu’ils partagent sur Autrans alors que cette équipe de perfectionnistes pensent avoir sorti ces tracks trop tôt “J’ai ré-écouté récemment, il y a un truc mais j’ai été moins agréablement surpris que je ne pensais l’être. Mais c’est ce croquis qui nous a permis de savoir ce qu’on voulait faire : quelque chose de plus électro mais aussi plus pop.”

Finalement ce qui nous lie depuis toujours c’est un monogramme

Après tous ces allers-retours, Magenta devrait rester en l’état et promet d’avoir de beaux jours devant lui.  Avec la sortie de “Monogramme”, une première galette qui reprend un thème cher au groupe : “Le monogramme c’est un blason, un emblème. On l’utilise parce que c’est un joli mot et on est attachés à ça. Finalement ce qui nous lie depuis toujours c’est un monogramme qui a pris différents visuels. Ce qui nous unie ce n’est pas tant les concerts ou les ventes d’albums mais la notion de clan, de famille. C’est ce qui transcende notre histoire commune.” Une idée qui transcende tous les projets du collectif comme c’était déjà le cas avec “Vieux Frère” partie 1 et 2, les albums de Fauve. Cette même notion qui a agrandi la famille des musiciens et à fédérer avec une force encore intacte 5 ans plus tard les fans du projet initial. Et de conclure “Notre histoire commune elle est plus forte que Fauve, que Magenta et on espère qu’on en aura encore beaucoup d’autres. Il ya  un mouvement et tout ça continue …”


extrait du clip chance de magenta et vendredi sur mer

Qu’est-ce que l’essentiel ? Magenta répond à nos questions

Alors que la France sortait doucement de deux longs mois de confinement, nous avons posé…

Qu’est-ce que l’essentiel ? 20 artistes débattent autours de ce mot qui a marqué 2020

Un mot : essentiel, a beaucoup occupé l’espace médiatique et politique depuis le début de…

extrait du clip chance de magenta et vendredi sur mer

Chance, le nouveau clip de Magenta avec Vendredi sur Mer

Un message envoyé sur WhatsApp : Bonsoir à tou.tes, On est donc reclus(e)s jusqu’à nouvel…

Paris, la boule noire, 3 novembre 2019.

Nina June: pop d’Amsterdam

 « Cette chanson rappelle qu’il faut toujours être en mouvement » voilà qui va bien à Nina June qui ouvre pour The Franklin Electric ce soir. Avec une voix claire et aidée d’un simple clavier,  la belle hollandaise envoûte une Boule Noire bien trop vide pour la qualité du spectacle qui y est proposée ce soir. Ce soir d’ailleurs, le Canada et les Pays-Bas se rencontrent. C’est sûrement parce qu’on ne connaît pas assez les merveilles musicales qui sortent de ces beaux pays que le mot est trop peu passé. Le plus on est de fous dit le proverbe. Et bien il ment. Religieusement à l’écoute, ceux qui ont fait le choix judicieux de se déplacer ce soir se délectent des notes merveilleuses qui émanent de la scène. En grande prêtresse, la blonde à la combinaison pantalon rose prend le temps de communiquer entre chaque morceaux et transperce les cœurs. Les mélodies touchent la pop aériennes, se font une place dans les têtes, chantent avec douceur le mouvement et l’hiver. Il fait noir dehors, l’automne sent la mélancolie. Elle est ici sublimée. On pense à Agnes Obel évidemment alors que la chanteuse monte dans les aigus sans jamais surjouer ni se contenter d’imiter. Et lorsque la pop se fait plus entêtante, on pense volontiers à Sia et autres Kathy Perry. Un moment intime, sincèrement beau qui transforme la boule noire en un foyer chaleureux propre à l’introspection.

The Franklin Electric: concert folk et live amical

 


The Franklin Electric commencent fort. La salle se lève d’un bon alors qu’un premier titre énergique fait immédiatement danser ses adeptes. Le chanteur prend d’ailleurs la température: « Ça va ?» balance-t-il dès son premier essai. Communiquant comme on sait l’être outre Atlantique, voila notre chanteur qui se place au clavier pour interpréter un titre issu de son premier album. Surprise ( ou pas c’était attendu) la magie opère. Franklin Electric crée de ces musiques d’espace qui massent votre cerveau, appellent votre cœur à manquer un battement le temps de mieux écouter une note. Les lumières roses et tamisées illuminent notre quatuor folk.

« On n’est pas venu depuis longtemps mais Paris est le dernier arrêt de notre marathon à travers l’Europe. » avant de poursuivre « Nous étions dans le 11 ème arrondissement le soir où il y a eu l’attaque au Bataclan, nous avons une véritable histoire d’amour avec votre ville. » Le temps de souhaiter un bon anniversaire à Sandra, une de ces amies que l’on se fait sur la route et voilà que le groupe enchaîne sur « I’ve been here before » bande originale idéale s’il en est pour enchanter vos road trips. Sur ces nouveaux morceaux, le groupe qui prend le temps de demander au public s’il souhaite lui poser une question, se fait plus pop que sur sa dernière galette “Blue cellings”. Moins folk, moins arien mais également plus abordable à un large public. Pas le temps de se reposer avec nos showmen. D’ailleurs chanteur et guitariste descendent dans la foule pour interpréter en son centre le titre “In your heart, In your mind”. La foule l’encercle, se délecte de chaque seconde.

La voilà dans son salon et les visages inconnus deviennent à présent des visages amis unis par la force de mélodies puissantes et savamment portées par nos canadiens. Et il est enfin l’heure d’écouter “Just like you”, extrait de “Blue cellings”, parfait album folk qui s’offre le luxe d’être spectaculaire de bout en bout. Les titres de cette opus manquent d’ailleurs cruellement à ce show, seul ombre au tableau d’une performance particulièrement calibrée et rudement menée par ces sympathiques musiciens. Avec la force de ses titres, The Franklin Electric méritent une Boule Noire pleine à craquer, il ne serait que justice que lors de leur prochain concert parisien, le show se joue à guichets fermés. Si justice doit être prochainement rendue, on ne peut que se réjouir d’avoir pu profiter de ce trésor en petit comité, entre amis en se murmurant les paroles comme un secret que l’on partagerait.

agnes obel myopia

Agnes Obel: Découvrez “Island of Doom” le -magnifique- premier extrait de son nouvel à paraître en février

Artiste complète, Agnes Obel sublime tout ce qu’elle touche. Elle invoque les éléments dans chacune…

La Vague dévoile le clip coloré et ultra-référencé de “Lemme Be” pour annoncer son nouvel EP

Fascinant! A chacune de ses apparitions, sur scène, comme sur album, La Vague surprend, intéresse,…

The Franklin Electric : ballade folk magique pour « Blue Ceilings » (Chronique)

  Un accord. C’est tout ce qu’il faut à The Franklin Electric pour convaincre sur…