Tag

folk

Browsing

Le mardi 6 octobre, il fait très froid dans la capitale française. Les jours de pluie se suivent et se ressemblent un peu, morose à l’air du Covid et de ses restrictions. Alors que les concerts se font très rares, celui d’Alexandrie et de Grand Palladium aux Trois Baudets s’annonce comme une bénédiction. Un brin de découvertes francophones, fera plaisir à voir et entendre. D’autant que, si le protocole sanitaire est respecté à la lettre, l’ambiance s’approche plus des concerts du temps d’avant avec la possibilité de prendre un verre au restaurant à l’étage entre deux sets et une convivialité palpable dans la petite salle. L’enjeu n’est plus aujourd’hui de prouver qu’il est possible de s’offrir un live en salle mais bien de retrouver le spectacle vivant.

Alexandrie

Le chanteur venu dévoiler pour la première fois à Paris son projet solo donne le La à la soirée. Au synthé, Antoine Passard ne cache pas sa joie d’être sur scène et de pouvoir s’offrir ses premiers pas parisiens. Il faut dire que le voyage est partie intégrante de son premier essai en solo intitulé “Loin”. Et s’il est difficile de voyager en ce moment, pouvoir le faire en musique à travers les notes du chanteur s’avère être un instant de répit bienvenu. Le voyage, le passage des grandes étendus aux grandes villes se déclament à travers ses paroles où les rimes sont nombreuses.

Avec sa chemise féline et son visage angélique, le musicien distille une électro-pop qui sent  la nouvelle vague française. On pense à Pépite, forcément, dans ce côté rétro-actuel qui connait parfaitement ses classiques et qui lui aussi invite à lever les voiles et à suivre les courants marins. Un clin d’œil qui  parait d’autant plus logique qu’Alexandrie publiait le 30 septembre le clip de son dernier single intitulé “Le Phare”. En cette nuit parisienne, alors que les concerts s’annulent à la chaîne et que le MaMA venait d’officialiser avoir lui aussi renoncé à son édition 2020, le phare n’est-il pas le simple fait de profiter d’un concert et d’un peu de musique ? On pourrait presque pousser les festivités assises bien après 22 heures pétantes, nous autres mélomanes devenus Cendrillon. Les grands artistes Antoine Passard et son musiciens les convoquent sur scène à coup de notes calibrées qui rentrent en tête et de voix aigue très joliment maîtrisée. Pas de surprise donc quand il balance une reprise de Balavoine : “Vivre ou survivre”. Question d’actualité me direz vous, d’ailleurs vous êtes plutôt team vivre ou survivre ? Ce soir là on vit. On vit en respectant les gestes barrières, on fait attention, tout le monde souhaite garder la petite étincelle allumée, s’assurer que les salles de concerts reste un lieu sécurisé. On vit pourtant dans la salle chaleureuse, on rit même des blagues d’Alexandrie ” Et là vous pouvez danser… ah non”. Non, on n’y pense même pas, on se concentre sur ses morceaux rétro-modernes.  Et peut-être qu’on danse un peu au fond de nos têtes seuls ou même avec toute la salle.

Grand Palladium

Même salle et pourtant changement de décors avec Grand Palladium. Cette fois-ci la folk s’invite dans la petite salle. Fait rare, cette dernière se décline en français dans le texte. Si les deux hommes orchestres présents devant nous ce soir là sont souvent comparés à Bob Dylan et autres Simon & Garfunkel ( rien que ces deux monuments), ils ajoutent une touche frenchy à cette grande histoire musicale et donc changent complètement la donne. Déjà parce qu’autour d’instruments traditionnels, les  compères chantent en chœur poussant leurs voix à l’unisson. Cet aspect de leur musique rappelle que la folk française, elle, passe aussi par une tradition bien à nous. Forcément , le duo convoque la puissance des chants bretons, leur faculté à unir et à se faire facilement hymne collective. Le tout est agrémentés de belles influences anglo-saxonnes. Grand Palladium a du talent, les instruments s’enchaînent avec fluidité, les voix sont belles, l’émotion est palpable. Les paroles, elles sont au centre des préoccupations des deux amis dont la complicité scénique fait plaisir à observer. Leur show ce soir là est un véritable moment convivial. Pour peu, il serait facile de se croire invités chez deux potes. Ils parlent de la vie, font rire, font pleurer, le tout avec une bienveillance chaleureuse. Les mets sont excellents chez les copains de Grand Palladium, ils se déclinent en notes tantôt sucrés tantôt chaudes toujours pleines d’harmonie.

Point de fioritures inutiles, Grand Palladium compose ses mélodies avec efficacité et va droit au but, droit au cœur même. Les interactions sont nombreuses, le duo interpelle son audience, dialogue avec elle, raconte ses morceaux, le sourire aux lèvres. Aujourd’hui assister à un concert est un moment précieux, un acte quasi-militant. Grand Pallidium rappelle avec justesse que ce genre d’évènements sont nécessaires et que la musique, même masquée est la plus belle des sources de frissons et de communion.


Hugo Barriol la maroquinnerie 2019

Hugo Barriol de retour avec le poétique “Stay” et son clip

Hugo Barriol, vous le connaissez sans doute déjà. Son premier album “Yellow” sorti en février…

3 artistes folk / rock français qui sentent bon l’Amérique fantasmée

Qui a dit que seule l’Amérique était capable de produire des musiciens aux voix aussi…

Pépite: Voyage, voyage à la Cigale de Paris

Nous sommes le 9 octobre 2018, du moins c’est ce qu’indique le calendrier. Pourtant lorsque…

chris garneau
Credit: Chris Garneau & Adam Liam Rose

A la fin de l’éprouvante année 2020, le talentueux Chris Garneau, chanteur à la voix langoureuse sortira son second opus. Si l’attente parait interminable, d’autant que 2020 on a bien compris que c’était vraiment pas la peine de s’attarder dessus, le musicien offre un très joli extrait de cette pépite intitulé “Now On”. Ballade sombre maîtrisée mettant en avant sa voix sensuelle, grave, le titre emprunte à la folk et se sublime grâce à des intonation proches du gospel. Un écho glacial, qui prend aux tripes, une pudeur certaine, une harmonie joliment écrite, piano et voix s’y répondent à la perfection. Le morceau traite d’une relation détruite et s’en fait le magnifique miroir. Il est fascinant de se rappeler à son écoute que la musique peut être une si subtile représentation de sentiments profonds. Elle sait, à pas de velours, les faire parler, résonner dans le  cœur de chacun de ses auditeurs, lui murmurer à l’oreille des mots cathartiques, et apaiser les maux. En tout cela, le compositeur excelle avec une élégance indéniable et ajoute une touche de lumière porteuse d’espoir à son nouveau morceau.  C’est d’ailleurs ainsi qu’il envoie une missive à l’ancien amant qui laisse un vide glacial.

En surface, cette chanson parle de ce qui se passe quand on quitte une relation, et de l’introspection qui en découle. Trouver des réponses, la vérité en soi, est une véritable guérison et peut vous rendre libre à nouveau, vous permettre de ne plus avoir peur. Et plus tard reviendra La joie … par rafales, par vagues, peut être – explique Chris Garneau

Originaire de Boston, le musicien oscille entre la pop, la folk et le baroque. Il a enregistré ce nouveau titre dans un studio situé dans une église luthérienne allemande du XIXe siècle situé à Hudson, New York.

Désireux de s’engager le chanteur promet que toutes les recettes du titre écouté sur Bandcamp seront reversées à l’association Black Trans Advocacy Coalition qui lutte contre la discrimination de la communauté transgenre aux Etats-Unis. La question de la santé et de la lutte contre le Covid-19 en aidant les personnes dans le besoin issues de cette communauté a obtenir des kits de protection contre la maladie fait partie des priorités de cette association. Pour tout apprendre sur elle rendez-vous ici.

Pour écouter le  superbe titre Now On et participer à cette action caritative, il suffit de cliquer ici. En plus de te faire plaisir tu auras fait une bonne action. 

 

“Now On” – Chris Garneau

Pense à cliquer sur le lien ci-dessus !


3 artistes folk / rock français qui sentent bon l’Amérique fantasmée

Qui a dit que seule l’Amérique était capable de produire des musiciens aux voix aussi…

Chris Garneau dévoile le clip de Little While: pop baroque et folk au programme pour sublimer l’hiver qui s’installe

  “Tu ne peux pas te laisser drainer par la noirceur d’une autre personne .…

The Franklin Electric : ballade folk magique pour « Blue Ceilings » (Chronique)

  Un accord. C’est tout ce qu’il faut à The Franklin Electric pour convaincre sur…

bartleby delicate

Révélation folk de l’année, Bartleby Delicate enivre avec ses compositions harmoniques et sublimes. L’ancien leader du groupe Seed to Tree se produisait en mois d’octobre au Crossroads Festival à Roubaix où nous avons la chance de le découvrir sur scène. Impossible de ne pas purement et simplement tomber amoureux de ses mélodies aux testes littéraires et de sa sincérité scénique. Le luxembourgeois offre comme il l’aime à l’appeler une folk-do-it-yourself comme il aime à l’appeler. Il faut dire que Georges Goerens gère son projet solo de A à Z, de la composition aux clips en passant par l’organisation de ses concerts ou de sa promotion. Interview. Il nous parle de son idole, Daniel Johnston, de ses inspirations littéraire, de ses compositions et du développement de ce projet solo à découvrir d’urgence.

Comment est né ton projet solo Bartleby Delicate?

On m’a proposé un concert solo en première partie du groupe allemand Giant Rooks. Je n’avais plus envie d’interpréter les chansons de mon groupe Seed to Tree tout seul en acoustique et je savais que j’avais encore un tas de chansons qui étaient prêtes mais qui je ne pouvait pas imaginer dans le contexte du groupe. Donc j’ai proposé de faire le concert sous un autre pseudonyme. C’est comme ça que Bartleby Delicate est né.

Comment présenterais-tu ton projet à quelqu’un qui ne le connaît pas?

C’est un projet autobiographique, très personnel, intimiste et expérimental en même temps. Je suis tout le temps à la recherche de nouveaux sons et de nouvelles formes d’expressions. Je fais de la musique folk avec des influences électro et pop, mais il n’y a pas de barrières dans cette recherche, pas de compromis. J’essaie de toujours garder quand-même un fil rouge dans mon travail, en utilisant la même palette d’instruments et en abordant le même type de questions.

Quelles différences vois-tu entre le fait de composer de la musique en solo et dans un groupe? Te sens-tu plus libre artistiquement?

La liberté se développe de façon différente. On manque bien sûr de l’esprit collectif des autres musiciens qui inspirent beaucoup mais en même temps tout seul j’ose plus. Il n’y a aucun jugement dans le processus du songwriting quand je suis tout seul dans une salle de répétition, j’essaie de jouer des instruments que je ne sais pas encore jouer et je peux m’adapter à mon propre rythme. Je pense qu’on ressent cette liberté du processus de composition dans le résultat des chansons.

Comment fais-tu la part entre les deux projets et quelle sensibilité mets-tu dans un projet plutôt que dans un autre?

J’ai commencé la musique avec mon groupe Seed to Tree. Ces expériences vont toujours faire partie de ma façon de voir la musique. Je me consacre un maximum aux deux projets. Mais il y a toujours des phases qui sont plus intenses pour un des deux. Après avoir publié un album avec le groupe cette année, je veux maintenant investir toute mon énergie à la prochaine création de mon projet solo. 

 

Pourquoi ce nom de Bartleby Delicate?

Bartleby est le personnage principal du roman Bartleby the scrivener, une figure importante de la littérature américaine. Je voulais accentuer la qualité littéraire des textes des chansons en choisissant un nom avec une référence à la littérature. Bartleby m’a  particulièrement intéressé parce qu’il montre par sa façon de vivre une alternative à un modèle de vie traditionnel. Ce que je considère aussi d’être le rôle d’un artiste, de poser des questions et de remettre en question la routine et les habitudes de notre vie.

Au Crossroads Festival tu parlais de la mort de Daniel Johnston. Comment ce musicien a-t-il bercé ton univers?

C’est tout simplement la musique la plus touchante et plus honnête que j’ai jamais écoutée. Je l’ai découvert un jour à la radio et ça m’a rappelé que la musique ne doit pas être quelque chose de très complexe. Je vois beaucoup plus l’intérêt de raconter avec la musique les événements dont nous sommes proches et qu’on a du mal à les exprimer. Je pense que la musique sait dire des choses quand on manque de vocabulaire pour l’exprimer.

Pourquoi penses-tu que l’émotion soit si forte lors du décès d’un musicien que l’on idolâtre? Comment une personne que nous ne connaissons pas peut-elle, selon toi, à travers sa musique prendre autant de place dans nos vies?

C’était une des premières fois que j’ai ressenti une sorte de tristesse par rapport à la mort de quelqu’un que je ne connaissais pas personnellement. D’habitude, le décès d’une personne célèbre ne me touche pas plus que la mort de quelqu’un d’autre. Pour le musicien Daniel Johnston, je pense que j’avais l’impression qu’il m’a appris beaucoup de choses sans se rencontrer, il a laissé une trace en moi et ça me faisait bizarre que quelqu’un qui m’était tellement proche, ou bien l’idée de cette personne, ne soit plus là. C’est une étrange sorte de tristesse, parce qu’on ne sait même pas ce qui nous manque. 

Tu as reçu des commentaires homophobes sous une de tes vidéo, ce qui a donné naissance au titre «  A Little less home », peux-tu me parler de cette expérience?

C’est important pour moi que tout le monde ait la possibilité d’être comme il est. C’est une évidence qu’en tant qu’artiste il faut parfois utiliser sa plateforme pour dire non à des commentaires discriminatoires. 

 

Tu définies Bartleby Delicate comme un projet folk Do It Yourself, peux-tu clarifier ce terme? Les jeunes artistes sont souvent obligés de gérer toute la complexité de l’univers professionnel musical en endossant différentes casquettes de celle d’artiste à celle d’attaché de presse ou de tourneur. Es-tu confronté à cette problématique? Comment apprend-t-on à tout faire soit même?

C’est vrai, je fais la plupart du travail moi-même. J’ai beaucoup appris au cours des années grâce à cette approche. Le travail à côté de la musique est fatiguant mais ce sont ces expériences aussi qui influencent la musique. Je pense qu’il y a un rapport: en faisant beaucoup seul au début, tout le travail administratif, organiser des shows, faire de la promo, transporter son matériel soi-même, grâce à cette expérience, on reste humble en tant que musicien. Cette humilité est reflétée dans une musique folk honnête qui ne veut pas être une chanson pop surproduite.

 

Tu as su te créer un univers scénique composé d’un décors lumineux, pourquoi ce choix?

J’ai compris que ma musique a besoin d’une atmosphère particulière pour pouvoir développer son énergie. Le décors de lumières crée une ambiance qui aide à s’ouvrir à la musique, c’est devenu une partie essentielle du spectacle.

Tes textes sont littéraires et s’inspirent notamment de l’écrivain Herman Melville. Comment les écris-tu?

J’essaie de lire beaucoup et de trouver du temps pour écrire. Parfois ce n’est pas facile de trouver le bon moment parce qu’il y a tellement de choses à organiser autour de la musique. C’est pour ça que j’aime beaucoup écrire mes textes dans le train. C’est un moment calme, j’ai souvent un carnet avec moi et là je trouve le temps d’écrire et relire des textes.

 

Comment composes-tu tes morceaux? Parle nous de la réalisation de ton EP.

Ça a beaucoup changé au fil des années. Avec mon EP, j’avais composé la base, c’est à dire la ligne de guitare et le texte. Je suis allé en studio et avec le producteur nous avons bricolé autour de mes idées pour finir les chansons. Maintenant je fais une grande préproduction moi-même pour donner un maximum d’idées. Il me faut quand même du temps dans le studio pour vraiment finir les choses ensemble et surtout avoir une autre opinion que la mienne. 

 

Peux-tu nous parler du clip de « Beyond good and evil » et des différents éléments que tu mets en scène dans la vidéo (escargots, plantes, encre, costumes…)?

La vidéo a été créée par une bonne amie à moi, Nina Bodry. On avait discuté du texte et elle avait l’idée de créer une installation d’art surréelle. J’ai bien aimé l’idée car la chanson parle d’une recherche d’identité, de la question où se placer dans le monde. Les différentes parties de la pièce sont des allusions métaphoriques à des passages du texte de la chanson.

Tu as remporté le prix du meilleur artiste émergeant en 2018, comment cela t’a-t-il aidé?

Déjà j’ai reçu un peu d’argent, ce qui aide toujours pour réaliser des projets. Mais surtout ça fait du bien de recevoir une reconnaissance de mon travail. Le prix m’a donné une nouvelle énergie et ça m’aide aussi en terme de visibilité médiatique. Ça m’a aidé sur de nombreux niveaux.

 

Quelle place occupe la folk selon toi dans le paysage musical actuel?

C’est un genre de musique où on utilise souvent la même recette pour composer une chanson. On a souvent l’impression qu’on l’a déjà entendu. Je pense que c’est pour ça que ce genre n’est plus tellement populaire parce que ça nous surprend pas. Il faut oser à repenser les frontières de ce genre de musique et trouver de nouveaux mélanges de genre. Si on réussi à combiner la sensibilité de la musique folk avec des éléments surprenants, je suis sûr que c’est une musique qui peut toucher beaucoup de gens. 

 

Quelles sont tes actualités?

Je suis en train de préparer un nouveau EP. Un premier single va probablement déjà sortir en début 2020 et après je vais repartir en studio pour finir l’EP. Je n’ai pas encore un timing concret mais je dirai que je vais sortir l’album à l’automne 2020 et partir en tournée à ce moment-là. 

 

 

Playlist et top des 100 meilleurs morceaux de la décennie selon la rédac’!

  La fin de la décennie est arrivée et voici venue l’heure des bilans. Après…

[Interview] The Murder Capital : « Notre album est un endroit où l’on se rend pour contempler toutes les émotions que l’on ressent quand on a peur »

A l’occasion de leur venue dans la capitale pour leur troisième concert parisien au Nouveau…

crossroads affiche 2019

Crossroads Festival: la rentrée et les découvertes se feront à Roubaix en septembre 2019!

Lille et sa métropole, lieu incontournable pour ses welshs, sa culture et sa mise en…