Tag

cinéma

Browsing

Luzzu jeu concoursJeu-concours ! On commence l’année très fort avec un premier jeu-concours cinéma.

Au programme des places à gagner pour vous et un plus un  pour assister à la séance de votre choix du film « Luzzu » d’Alex Camilleri. Les billets seront valables partout en France sur n’importe quelle séance. En lot 2 X 2 places à gagner.

Pour participer, rien de plus simple, laissez nous un commentaire en nous expliquant pourquoi vous voulez aller voir le film ! Les gagnants seront tirés au sort et avertis par message de leur lot.

Luzzu de quoi ça parle ?

De générations en générations la famille de Jesmark pêche à bord du Luzzu, bateau en bois traditionnel maltais. Mais Jesmark voit son avenir menacé par la raréfaction des récoltes et l’ascension d’une pêche industrielle impitoyable. Pour subvenir aux besoins de sa femme et de son fils, le jeune homme va peu à peu se compromettre dans le marché noir de la pêche.

Sortie en salle le 5 janvier 2022.

Bonne chance à tous !


La Troisieme Guerre

La Troisième Guerre: drame percutant où actualité et fiction se confondent pour mieux dérouter

De quoi parle La Troisième Guerre ? Premier long métrage de l’italien Giovanni Aloi, La…

« Un Fils » de Mehdi M. Barsaoui : ce qu’un drame remarquable nous révèle de l’homme

   Drame conjugal bouleversant sur toile de fond politique, Un fils est le premier long-métrage…

Roma : L’écume des jours d’Alfonso Cuaron

Lion d’Or de la dernière Mostra de Venise, Roma, le dernier film d’Alfonso Cuaron a…

The father, de quoi ça parle ?

THE FATHER raconte la trajectoire intérieure d’un homme de 81 ans, Anthony, dont la réalité se brise peu à peu sous nos yeux. Mais c’est aussi l’histoire d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans un labyrinthe de questions sans réponses.

 

The Father, est-ce que c’est bien ?

Deux Oscars pour The Father, un coup de maître pour Florian Zeller. Avec un premier passage derrière la caméra, le frenchie et auteur rafle tout et s’offre un véritable rêve hollywoodien. Il faut dire que l’adaptation de sa pièce de théâtre Le Père avait de quoi séduire un public friand de films  novateurs et joliment écrits.

Différent vous dites ? Oui et pourtant, hasard du calendrier, problématique actuelle ou simple réflexion d’une génération de cinéastes, la thématique de la démence des personnes âgées avait été abordée deux autres fois cette même année. La première par le genre horrifique grâce à l’immense Relique, sa vocation à mettre en avant le lien mère, fille, petite-fille, la perte de la raison, l’habitation comme enfermement, la fin de vie. Une pépite poétique où l’esprit prend les même gimmicks que les esprits. Venait ensuite le tour de Falling, premier film à la réalisation de Viggo Mortensen qui prenait comme postulat la mésentente père-fils et l’âge pour mieux parler de son sujet. Le film, comme l’expliquait Florian Zeller lorsqu’il présentait son film dans le 19ème arrondissement de Paris, avait également été projeté à Sundance. Les deux pouvaient donc être liés, ne serait-ce que par leur sorties sur les festivals.

The Father filmLes comparaison entre les trois oeuvres s’arrête pourtant là tant chacun a choisi une approche différente pour raconter son sujet. Et dans le cas de The Father, la forme compte au moins autant, si ce n’est plus que le fond. De prime abord, le but premier du métrage semble bien être celui de déstabiliser le spectateur. Comment l’immense Anthony Hopkins, le génie, l’interprète du brillant et vicieux Hannibal Lecter pourrait-il être abandonné par son esprit ? L’idée semble tellement improbable qu’elle crée visuellement le premier choc de la pellicule. C’est d’ailleurs surtout pour cette raison que Florian Zeller a attendu des mois durant le talentueux acteur gallois et ce au risque de reporter deux fois son tournage.

Notre homme est un habitué du théâtre, si sa bibliographie prouve ce propos, le choix narratif de la bobine de Zeller fait de même. Souvenez-vous de la règle d’unité du théâtre de Boileau  «Qu’en un lieu, en un jour, un seul fait accompli tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli». Si cette règles est loin d’être appliquée à la lettre, notre histoire se raconte en un seul lieu. Un lieu mouvant et changeant comme un décors qu’on changerait sur une scène. Le temps lui même semble calculé pour être une journée unique, une journée qui changerait pourtant sans cesse d’heure, de moment, qui se répèterait en boucle et en même temps qui changerait en chaque instant. Cette confusion du temps de l’espace, bien plus qu’un élément théâtral est ici utilisé pour adopter le point de vue d’Anthony, le personnage joué par Anthony Hopkins. Comment peut-on alors faire confiance à un narrateur qui ne sait plus ce qui se passe ? Comment pourrait-on ne pas faire confiance à Anthony Hopkins que l’on suit minute après minute de ce chef d’oeuvre émouvant, dure, tragique et si vrai ? Loin du métrage de Viggo Mortensen qui cherche à pardonner au père ses nombreuses imperfections et épouse le point de vue d’un fils aimant et éprouvé, « The Father » lui fait un immense travail d’empathie et tente de nous faire vivre le calvaire du père à demi-conscient de ses pensées qui le quittent. Il est pourtant loin d’être un écrit auto-biographique, le réalisateur évoque une histoire inventée qui lui a été vaguement inspirée par sa grand-mère tombée elle aussi dans la démence. Pour qui aura vécu le chemin d’un proche perdant doucement l’esprit, le film semblera d’un tel réalisme, d’une telle précision, qu’il en deviendra douloureux à regarder.

C’est sûrement l’une des plus grandes forces de cette pellicule, une empathie à fleur de peau qui joue de jeux de caméras et d’effets de styles pour perdre un spectateur pourtant conquis. Nolan et son « Memento » peut donc bien aller se rhabiller.

Un casting à couper le souffle

the father florian zellerL’ombre de l’enfant piégé dans une relation d’aimant dépassé plane à tout moment sur The Father. Interprétée à la perfection par Olivia Colman, sa fille Anne, est débordée par les évènements. Elle tente d’apaiser un père qu’elle ne comprend pas, qui la blesse à répétition et qu’elle veut sauver de lui-même. A moins, que ce ne soit pas le cas ? Et si Anthony avait raison ? Comme souvent, la perte de repères entraîne la paranoïa. Qui doit-on croire ? A quoi peut-on se raccrocher ? Aux objets peut-être, une montre par exemple, un repas. Il est donné au spectateur le choix de croire en certaines scènes puis de détruire le cadre que l’on prend pour acquis pour mieux recommencer. Et la force de The Father tiendra à enchaîner les débats chez les spectateurs désireux de raccrocher les wagons, de démêler les instants et les moments. Vous voulez connaître la vérité tangible ? Et bien, doutez donc.

Si les repères changent seulement sensiblement, certains s’additionnent donnant par instant des pistes de réflexion comme l’omniprésence de la  couleur bleue qui prendra sens dans son acte final. Le film s’avère être un effet de style qu’on ne saurait trop raconter pour permettre au spectateur une immersion intense aussi difficile qu’essentielle. On en sort évidemment boulversé, convaincu d’avoir vécu un grand moment de cinéma et une claque douloureuse.

L’autre force du métrage vient  de ses performances d’acteurs. En tête de liste l’immense Anthony Hopkins qui remporte donc un Oscar, plus que mérité pour le rôle. Rarement jeu d’acteur n’avait été aussi juste. Il épouse tant la psyché de son personnage qu’il est impossible de voir l’acteur jouer. Cet exploit est d’autant plus fort qu’un acteur immensément connu finira toujours par transparaitre derrière les traits de celui qu’il interprète. C’est d’ailleurs pour cela qu’Edward Norton (qui avait déjà donné la réplique à Hopkins dans ‘Dragon Rouge’) préférait ne rien révéler de sa vie privée : laisser le spectateur croire en son rôle. Une fois n’est pas coutume, il devient impossible de penser assister à une simple bobine. L’âge d’Anthony Hopkins lui a-t-il permis de projeter ses angoisses sur bobine ? Les nôtres y sont en tout cas représentées. A cette côté Olivia Colman est bouleversante, d’une vérité criante. Elle est le spectateur qui pourra s’identifier à ses détresse, parfois contenue, souvent rampante sous sa peau.

« The father » s’avère être une épopée aussi haletante que poignante. Un immense moment de cinéma qui colle parfaitement avec une ré-ouverture tant attendue. Allez le voir sur grand écran, faites vous ce cadeau. Par les temps qui courent l’empathie envers nos aînés ressemble à un cadeau.


Florian Zeller, après ses Oscars, on vous parle de ses superbes écrits

Fierté nationale, notre Florian Zeller, nous rapporte des Etats-Unis (où il n’a pas pu se…

Falling Viggo Mortenser

Falling de Viggo Mortensen : Vieillesse = Naufrage ? / Etre adulte c’est pardonner à ses parents

Dans le cadre du Club 300, Falling nous a été présenté en avant première au…

Relic film 2020

Relic : drame horrifique à fleur de peau sur la douleur du vieillissement à voir absolument

Présenté en France en avant-première à l’Etrange Festival, le film australien « Relic » de Natalie Erika…

lux aeterna

Si l’Étrange festival qui touche à sa fin dimanche 13 septembre a vécu nombre de temps forts, la diffusion du dernier film de Gaspar Noé était sans équivoque le plus attendu. Le réalisateur italo-argentin est par ailleurs l’un des poulains de l’évènement année après année. 2019 lui permettait d’offrir Climax en avant-première et de présenter la première de The house that Jack built de Lars Von Trier. Cette année c’est donc avec le très attendu Lux Aeterna qu’il revient en portant à l’affiche Charlotte Gainsbourg et Béatrice Dalle. Ce 12 septembre une standing ovation attend d’ailleurs le réalisateur et Béatrice Dalle dans une salle pleine à ras-bords soit à 60% de sa capacité, Covid-19 oblige.

Lux æterna de quoi ça parle ?

béatrice dalle charlotte gainsbourg gaspar noe

Charlotte Gainsbourg accepte de jouer une sorcière jetée au bûcher dans le premier film réalisé par Beatrice Dalle. Or l’organisation anarchique, les problèmes techniques et les dérapages psychotiques plongent peu à peu le tournage dans un chaos de pure lumière.

Lux æterna, est-ce que c’est bien ?

lux aeterna

Un peu de contexte tout d’abord, le moyen-métrage de Gaspar Noé tient d’une commande à réaliser en urgence pour le festival de Cannes. C’est au bluff selon ses dires que le metteur en scène a promis un film sans même en connaître le sujet. Fort de son nom et de ses très grandes réussites, « Irréversible » restera dans les anales du cinéma français, ce dernier a su vite s’entourer d’un casting cinq étoiles réunissant Béatrice Dalle la sulfureuse et la douce mais téméraire Charlotte Gainsbourg pour un film qui évoquera la sorcellerie. Changement de registre d’ailleurs pour le cinéaste puisque le film est pour la première fois de sa carrière tout public donc loin de son traditionnel interdit aux moins de 16 ans et s’attire la sympathie des Cahiers du cinéma pour la première fois, comme quoi la qualité viendrait d’un manque de violence ou peut-être d’un point du vue interne sur le monde du cinéma selon ces derniers. Passons le discours sur le cinéma d’épouvante et sa perception par la critique en France, il est connu de tous ses amateurs. Avant même le début du film, Dalle n’a de cesse de vanter les mérites de l’oeuvre « Il est trop bien » allant jusqu’à ajouter qu’il est sa plus grande fierté. Doit-on la croire ? Verdict.

Objet étrange que ce Lux ætera qui a bien sa place au festival qui le projète en presque avant-première. Etrange dans son traitement où l’improvisation est mot d’ordre mais aussi dans son approche et ses couleurs. Puisque le métrage se partage l’affiche entre deux points forts : la rencontre de deux actrices opposées dans leurs tempérament et l’image et le jeu de plans et de couleurs. Le sujet finalement parait secondaire. D’entrée déconseillé aux épileptiques,  il met en image la Cène et la passion du Christ sous un jeu de lumières justement prompt à créer une crise d’épilepsie. Fort de son recule sur le travail de cinéaste, le film joue la carte d’un second degrés et d’un recul volontaire à l’aide de citations piquantes dévoilées à dose régulière sous forme de panneaux. On ne peut enlever à Gaspar Noé sa capacité à créer une atmosphère, ici de plus en plus étouffante à mesure qu’elle frôle avec l’anarchie et l’hystérie.

L’autre point fort du réalisateur étant sa capacité à travailler en équipe, connu pour laisser les acteurs improviser sur les plateaux, il semble ici leur donner une carte blanche intégrale construisant son récit sur les personnalités des deux stars, leur offrant l’occasion d’être elles-même face caméra. Un long dialogue entre elles, franchement savoureux et dévoilé sur un écran coupé en deux fera ainsi l’unanimité pour un public adepte de ses deux femmes. Béatrice Dalle, la grande gueule, exubérante et attachante balance quelques grandes phrases bien senties sans se prendre au sérieux et avec un ton naturel et parlé. Les hésitations dans le discours, l’absence de fluidité propre à la vraie vie sont ainsi mises en lumière. Timide mais éblouissante, Charlotte Gainsbourg ponctue la conversation avec pudeur.

Les sorcières sont bien au programme, oui, puisqu’une scène de bucher doit être filmée mais aussi et comme c’est introduit le dialogue parce qu’il est facile de ré-adapter le discours de la sorcière sur la femme de 2020. Béatrice Dalle ne serait-elle pas jetée au bucher par son producteur et son chef opérateur alors qu’une femme prend le pouvoir derrière la caméra ? N’est-ce pas aussi le cas des autres actrices qu’on n’écoute pas et qu’on ne comprend pas ? Une femme déterminée ne serait-elle pas une sorcière lorsqu’elle tente de prendre du pouvoir ? En choisissant également de créer une oeuvre en deux langues anglais et français, Noé pousse cette incompréhension entre les êtres et peut-être aussi, semble-t-il s’amuser à demi clin d’oeil, entre une équipe de cinéma qui joue entre coups bas et incapacité à être dirigée. Puisque tout le monde semble chercher à prendre le pas sur l’autre, à dépasser son rôle. La lumière y est un incroyable vecteur de tension et d’angoisse tout comme le son qui lorsqu’il perturbe la communication devient diviseur.

Gaspar Noé semble s’adresser dans ce moyen métrage aux érudits. Si le film parle du cinéma et était destiné au festival de Cannes, il est l’occasion de tacler, remettre à sa place, créer des situations qui paraissent vécues. Quitte à laisser de côté un spectateur lambda qui comprend ce qu’on lui dit mais ne peut ressentir les scènes qui lui sont proposées. L’histoire quasiment laissée de côté au profit du sentiments et d’hystérie collective déstabilise et fait de cet objet cinématographie une bête de festival bien plus qu’un métrage à laisser entre toutes les mains. C’est probablement l’un des points noirs du film qui dit des choses mais finalement sans trop en dire et sans les dire à tout le monde. Les citations parfois amusantes ramènent le propos à sa place, laissant à tous l’occasion brève de faire partie de cette aventure. Un brin décousu l’oeuvre manque peut-être de la violence propre à Noé, n’en déplaise à certains, pour mieux appuyer son propos et le rendre plus lisse. L’épreuve vécue par les actrice se transforme parfois aussi en épreuve pour le spectateur lui aussi agressé par la lumière et le son. Est-ce une façon de l’intégrer au récit et la montée en tension palpable ? L’hystérie d’ailleurs comme la sorcellerie reste des maux que l’on attribuait volontiers à la femme, en ces temps de percée féministe, le discours semble tomber à pic sans jouer l’axe de la redite des réseaux sociaux.

Loin d’être exempt de défauts, le film séduira un public déjà conquis et initié tout en mettant ses actrices en son centre. Il pourra néanmoins laisser complètement sur le carreau, certains spectateurs dépossédés de l’instant. A en juger pourtant par l’euphorie galvanisante en sortie de salle 500, les fans du cinéastes, les cinéphiles farouches y trouveront leur compte. D’autres pourraient y voir un clip joliment mis en scène mais trop improvisé et manquant d’une construction plus linéaire. Point de choc et de scène qui empêcheront de dormir la nuit au programme, mais une réflexion abstraite à reprendre pour mieux l’intégrer. A ne pas mettre dans toutes les mains donc.

Sortie en salle prévue le 23 septembre.

Bande-annonce


hunted film

Hunted : promenons-nous dans les bois pendant que l’homme n’y est pas (critique à l’Etrange Festival)

Pour cette 26ème édition mais aussi sa plus particulière, L’Etrange Festival a dû travailler dans…

possessor film 2020

Possessor : Brandon Cronenberg signe un film viscéral à fleur de peau

Très attendu par les aficionados de cinéma de genre, « Possessor » s’est joué pour sa deuxième…

L’Étrange Festival 2019 : une 25ème édition qui met en valeur le film de genre sous toutes ses facettes!

Du 4 au 15 septembre 2019, au Forum des Images, s’est tenue la vingt cinquième…


Du 2 au 13 septembre 2020 se tiendra la vingt sixième édition de l’Étrange Festival au Forum des Images à Paris. Malgré le contexte difficile lié à la crise sanitaire, le festival parisien a su tenir bon et nous propose pour l’occasion une programmation – comme souvent – de choix. Petite revue de ce qui sera proposé aux chanceux pouvant faire partie de la jauge de 60% de spectateurs autorisée pour l’occasion.

A Pop&Shot, nous aimons bien L’Étrange Festival, la preuve ici, ici, ici ou bien encore . C’est donc avec une joie non feinte que nous avons appris le maintien du festival en cette rentrée pleine d’incertitudes pour le Septième Art. Du 2 au 13 septembre, L’Étrange Festival proposera donc une compétition de long métrage récompensé par un Grand Prix Nouveau Genre (l’an dernier c’est Vivarium qui l’avait remporté) ainsi qu’un Prix du Public. Il y aura aussi une compétition de courts métrages, occasion de découvrir des univers variés et de déceler des talents récompensée par un Grand Prix Canal + et un Prix du Public.

L’Étrange Festival 2020 : Au programme ce soir…

Possessor, second film particulièrement attendu de Brandon Cronenberg

Le Grand Prix Nouveau Genre 2020 sera désigné parmi les films suivants :

Possessor de Brandon Cronenberg
A Dark, dark man de Adilkhan Yerzhanov
Sputnik de Egor Abramenko
The Owners de Julius Berg
Destruction finale de Byung-seo Kim
Relic de Natalie Erika James
Fried Barry de Ryan Kruger
Fanny Lye Deliver’d de Thomas Clay
Tomiris d’Akan Satayev
Amulet de Romola Garai
Kajillionaire de Miranda July
Spree de Eugène Kotlyarenko
Random acts of violence de Jay Baruchel
Get the hell out de I-Fan Wang

Mais ce n’est pas tout : comme souvent, il y en aura pour tout les goûts. Entre le film d’ouverture ( Tomiris, fresque historique kazakhe) et le film de clôture ( L’homme du président, thriller d’espionnage sud coréen), la catégorie Mondovision nous fera découvrir différentes façons d’aborder le genre depuis la Belgique ( Hunted) à l’Indonésie ( Impetigore), en passant par le Canada ( Le Vingtième Siècle) ou bien encore le Japon ( Tezuka’s Barbara). Dans cette catégorie seront aussi présents l’austro-allemand The trouble with being born, le suédois Pour l’éternité, le conte néerlandais Grimm Re-Edit. Mais ce qui est particulièrement attendu sera l’adaptation version Trauma de rien de moins que la Tempête de Shakespeare ! Shakespeare’s Shitstorm de Lloyd Kaufman est donc attendu de pied ferme !

Hunted de Vincent Paronnaud

L’Étrange Festival 2020 c’est aussi des documentaires ! Au nombre de trois, on retrouvera le français My lover the killer, l’australien The Witch of Kings Cross ainsi que Tiny Tim : King for a day. Il y aura aussi deux cartes blanches laissées à des personnalités du cinéma. Tout d’abord, Marjane Satrapi ( réalisatrice de Persepolis, The Voices, Radioactive) nous présentera le culte Hamburger Film Sandwich, la comédie musicale Tommy, la pépite iranienne d’avant Révolution Islamique Prince Ehtejab, La Nina de Fuego ou bien encore Milla. Enfin, la productrice Pascale Faure, spécialiste du court métrage nous présentera Courts Party!, une sélection d’une petite dizaine de courts choisie avec soin ( dont la version courte de Greener Grass, un coup de cœur de l’an dernier) et Anna, une comédie musicale des 60’s avec Anna Karina, Serge Gainsbourg, Jean Claude Brialy et Marianne Faithful !

Enfin, L’Étrange Festival 2020 ce sera aussi cette année, ce sera aussi des Pépites de l’Étrange (avec entre autre Le couteau sous la gorge de Claude Mulot), un hommage à Johann Johannsson ainsi qu’à Pierre Molinier. Dans le cadre de Retour de Flamme, un chef d’oeuvre des débuts du Septième Art sera aussi présenté, cette année ce sera le chef d’oeuvre du cinéma muet de Victor Sjöström, Larmes de clown. Il y aura la « trilogie Taisho » de Seijuku Suzuki. Pour conclure, il y aura les Séances spéciales, avec dans cette catégorie la projection du très attendu Lux Aeterna de Gaspar Noé !

Lux Æterna, le très attendu nouveau projet de Gaspar Noé

Alors que le Septième Art a été ébranlé par la crise sanitaire lié au COVID-19 et que les cinémas continuent d’être impactés malgré leur réouverture, la tenue de la 26ème édition de L’Étrange Festival 2020 est une réelle aubaine pour retourner dans les salles obscures en quête de nouveauté, d’originalité, de mystère, de frissons et d’émotions comme le cinéma de genre sait si bien l’offrir !

Retrouvez le programme complet de la 26ème édition de L’Étrange Festival.


Greener grass etrange festival

Greener Grass: comédie absurde et housewives very desperates à l’Etrange festival

L’ Etrange Festival a posé ses valises au forum des images de Paris pour faire…

L’Etrange Festival 2018 : Mandy – Une lettre d’amour pleine de folie et de fureur au cinéma de genre

Dans le cadre de la 24ème édition de l’Étrange Festival, au Forum des Images à…

Steven-Yeun-and-Samara-Weaving-in-Mayhem

L’Etrange Festival ouvre ses portes avec le génial et barré  « Mayhem » ( on y était)

Le 6 septembre 2017, les amateurs de cinéma louffoque étaient invités à se rassembler pour…