Présenté en France en avant-première à l’Etrange Festival, le film australien “Relic” de Natalie Erika James méritait amplement sa sortie sur grands écrans dans toute la France. Puisqu’en plus d’être un excellent métrage horrifique et de réserver son lot de sueurs froides, Relic s’avère être un drame puissant qui redore l’image du genre. Le fameux festival parisien avait, il faut le reconnaître une programmation joliement ficelée ce qui est d’autant plus impressionnant vues les circonstances actuelles. Pourtant Relic ressortait largement de ce très beau lot. En cause, des propos très justes sur la douleur et les aphres du vieillissement mais aussi sur l’impact que celà à sur les descendants des personnes âgées, les fameux aidants.

relic film afficheRelic de quoi ça parle ?

Lorsqu’Edna, la matriarche et veuve de la famille, disparaît, sa fille Kay et sa petite-fille Sam se rendent dans leur maison familiale isolée pour la retrouver. Peu après le retour d’Edna, et alors que son comportement devient de plus en plus instable et troublant, les deux femmes commencent à sentir qu’une présence insidieuse dans la maison. Edna refuse de dire où elle était, mais le sait-elle vraiment…

Relic est-ce que c’est bien ?

Si l’on se permettait d’extrapoler un peu, Relic pourrait être le film le plus pertinent du moment et coller bien à son insu à l’actualité moribonde du Coronavirus. En effet, sacrifier la vie “normale” de la jeunesse pour sauver ses aînés est une thématique actuelle forte qui ne cesse d’entraîner de nombreux débats houleux. Relic en parle également dans une toute autre mesure. Trois femmes, trois générations, toutes s’opposent à une forme de noirceur monstrueuse et horrifique. Au programme point de boogey men, sorcières et autres zombies, non, cette fois le monstre n’est autre que la métaphore des séquelles liées au grand âge. A l’instar d’un certain “It Follows” qui était lui aussi une métaphore (oui mais de quoi ? du sexe chez les adolescents ?), Relic personnifie une douleur bien réelle et rappelle que la réalité est souvent bien plus effrayante que la fiction.

Tout y est fort et bien cousu : la perte de repères déjà, lorqu’Edna (Robyn Nevin), grand-mère pourtant jusqu’ici indépendante rentre chez elle sans pouvoir raconter où elle était passée. Désorientée, perdue, elle s’oublie, de son identité à sa personnalité d’une scène à une autre parfois en quelques minutes. Avec un traitement très imagé Natalie Erika James développe cet aspect particulier de la démence sénile et va jusqu’à faire de la maison qui abrite l’histoire l’illustration même de ce propos. Elle devient doucement la bête noire et effrayante que pourrait être l’esprit humain qui décrépit. Pour rappeler sans cesse qu’au fond, Edna existe toujours, la réalisatrice la fait écrire sur des post-it. Quelque part comme dans les films de posséssion , l’esprit de la vieille femme est scindé en deux. Ces même petits mots prendront par ailleurs une tournure très poétique en fin de récit, un rappel à l’humanité loin derrière la peur. Il faut également saluer une scène magnifique offrant une métaphore glaçante de l’enterrement, lieu où l’on cacherait ses souvenirs pour ne pas qu’ils puissent être pris.

Quand les enfants sont impactés

Relic film 2020L’horreur de Relic est bien faite, les jump scares sont là, les ombres qui font frissoner. Les victimes de ces farces démoniaques ne sont autre que la fille d’Edna, Kay (Emilie Mortimer) et sa petite-fille aimante, Sam (Bella Heathcote). Il est rare même dans des oeuvres dramatiques d’aborder la thématique de l’aidant et de la douleur que l’on ressent à voir la personne aimée décrépire. Aucun drame ne pourrait d’ailleurs en parler avec la même exactitude que celle de l’horreur. Le besoin d’aider mais de se préserver en même temps, le refus de voir l’ombre de la mort approcher, l’envie de se sacrifier pour améliorer la vie d’une personne qui doit bientot partir font partie de la vie des aidants. L’angoisse de se perdre soi dans la processus, que vivra littéralement Sam au court d’une scène à couper le souffle est omniprésente dans cette oeuvre. La peur d’abandonner la personne comme l’éprouvera Kay au court de ses réflexion, mais aussi le besoin de rester coûte que coûte sont autant de clés pour comprendre ce drame horrifique. Relic aborde tous ces aspects de la vieillesse avec pudeur et bienveillance, sujet tabout d’une société qui veut croire qu’on reste à jamais jeune. Une société mondiale qui semble d’ailleurs avoir découvert ses aînés récemment, pandémie oblige et qui s’amuse à oeuvrer pour le choc des générations. Le film lui prend le partie de les concilier, de rappeler qu’elles se veulent bienveillantes l’une envers l’autre et de se demander comment le spectre de la mort impacte aussi les aidants / les aimants.

Jusqu’au-boutiste, le film livre dans ces derniers instants une course éprouvante, crasse et graphique qui sera finalement le pretexte à introduire un moment de poésie et d’amour instinctif qui prend aux tripes. La jeunesse n’est éternelle pour personne argumente-t-il, la vie est un cercle infernal peuplée de répétitions.

Relic est projeté au cinéma à compter du 7 octobre 2020, une belle façon de se peur avant Halloween tout en prenant le temps de réfléchir.

Relic, la Bande-annonce


L’Etrange Festival 2020 : retour sur une édition atypique à la programmation soignée et aux coups de coeur nombreux !

Du 2 au 13 septembre 2020 s’est tenue la 26ème édition de L’Étrange Festival au…

Fried Barry : Le plus étrange n’est pas celui qu’on croit ( critique L’Étrange Festival 2020)

Fried Barry, premier long métrage de Ryan Kruger, est présenté en première européenne dans le…

brimstone preacher

Brimstone : chef d’oeuvre infernal entre western, horreur et drame à voir absolument sur Netflix

Brimstone de quoi ça parle ? Dans l’Ouest américain, à la fin du XIX siècle.…

Write A Comment