Higionio ( Antonio de la Torre) poursuivi par les soldats franquistes dans Une vie secrète
Droits réservés : Epicentre Films

Dans les salles françaises le 28 octobre 2020, Une vie secrète réalisé par Aitor Arregi, Jon Garaño et Jose Mari Goenaga relate un pan méconnu de l’histoire espagnole : celle des “taupes“, les partisans républicains espagnols qui se sont cachés, souvent dans leur propre maison, du régime franquiste parfois durant plusieurs années ou toute une vie. Ayant remporté deux Goyas cette année, dont celui de la meilleure actrice pour Belén Cuesta, que vaut ce film historique espagnol ? Critique.

Une vie secrète : De quoi ça parle ?

Espagne, 1936. Higinio ( Antonio de la Torre vu dans El Reino ou bien encore Balada Triste), partisan républicain, voit sa vie menacée par l’arrivée des troupes franquistes. Avec l’aide de sa femme Rosa ( Belén Cuesta, vue notamment dans La casa de papel), il décide de se cacher dans leur propre maison. La crainte des représailles et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre condamnent le couple à la captivité.

Une vie secrète : Est ce que c’est bien ?

Par une réalisation efficace, caméra à l’épaule, l’introduction d’Une vie secrète nous pose les enjeux et la personnalité des principaux protagonistes. Entre deux fuites éperdues ponctuées par les tirs franquistes, le film pose les bases de ce dont on a besoin de savoir. Higinio et Rosa sont fraichement mariés. Higinio est un républicain modéré. On comprend qu’il a été dénoncé par un voisin envieux. La tranquillité relative du village est irrémédiablement bouleversée avec l’arrivée de troupes franquistes, incarnation d’un nouveau régime qui va peser sur l’Espagne pour une durée encore indéterminée. Blessé, Higinio n’a d’autres choix que de retourner en cachette, le temps de se soigner et de saisir l’occasion qui lui permettra de s’échapper vers le maquis ou bien vers l’étranger…  Une occasion qui va tarder à se présenter…

Antonio de la Torre et Belén Cuesta dans Une vie secrète
Droits réservés : Epicentre Films

Si le postulat d’Une vie secrète peut sembler assez simple ( c’est l’histoire d’un mec qui se cache sous le plancher pendant trente ans pour éviter de se faire capturer), la principale force du film est dans le symbolisme qu’elle offre à deux niveaux. En effet, Une vie secrète c’est à la fois l’histoire de la vie d’un couple, uni mais chahuté car se développant dans un contexte troublé tout au long du film. Mais c’est aussi une tranche d’histoire espagnole qui nous est contée, à travers trois décennies d’histoire vues par le prisme d’une famille dysfonctionnelle car n’ayant pas d’existence “officielle”.

Higinio et Rosa s’aiment. C’est indéniable, les premiers plans nous les présentent ensemble. Et c’est la bienveillance de Rosa qui permettra à Higinio, tout d’abord de ne pas succomber à sa blessure puis tout simplement de survivre tout le temps qu’il sera une “taupe”, un républicain caché du reste du monde par peur du régime de Franco. Tout au long du film, nous verrons l’évolution de ce couple à travers les ans. La passion, tout d’abord, faisant prendre des risques pour pouvoir continuer à s’aimer malgré tout. Une première épreuve avec un autre secret à garder dissimulé du reste du monde. L’arrivée d’un enfant, dont il faudra malgré tout taire les origines. Une éducation à mener. Les doutes qui s’installent, sans réels fondements mais qui commencent à empoisonner une vie faite de secrets. Et enfin, un sacrifice fait par amour. Car ce que raconte Une vie secrète, c’est bien cela, l’histoire d’un amour secret, d’un amour en secret à l’échelle d’une vie.

Mais si l’histoire de cet amour est universel, Une vie secrète raconte aussi une histoire typiquement espagnole. Celle d’un républicain espagnol se cachant des franquistes. Celle d’un militant politique, Higinio exposant à plusieurs reprises ses opinions politiques, que ce soit à des camarades tentant comme lui de fuir au début ou bien à un opposant politique un peu plus tard dans le film. Elles sont modérées mais ne reniant jamais la République. Il y a le personnage d’un voisin soupçonneux ( Vicente Vergara), dont on comprend qu’il a fait des dénonciations aux franquistes pour venger la disparition de son frère et qui a bien de la peine à refouler son ressentiment et sa suspicion. Il y a Jaime (Adrian Fernandez puis Emilio Palacios), le fils, que l’on voit grandir tout au long du film, incarnant une volonté d’être plus actif que son père puis simplement de vouloir vivre une vie normale. Et enfin, il y a Rosa. La femme aimante, soutenante de son mari mais qui finit par vouloir, par étapes successives, que sa vie ne soit pas que question de politique et de secrets.

Droits réserves : Epicentre Films

C’est là l’un des points les plus intéressants d’Une vie secrète. Au fur et à mesure des années et des bulletins radios puis télévisés qui défilent, on voit l’histoire de l’Espagne. La victoire de Franco. La victoire des Alliés laissant à penser la fin du régime franquiste. La visite d’Eisenhower dans les années 50 confortant la stabilité du régime. L’étiolement de la répression jusqu’à ce que soit promulgué une loi d’amnistie. Mais plus qu’une indirecte leçon d’histoire d’Espagne, c’est une histoire sur l’Espagne de cette période troublée que Aitor Arregi, Jon Garaño et Jose Mari Goenaga nous offrent. Higinio incarne une forme d’idéalisme poussé jusqu’à l’absurde finissant par l’aveugler : il se cache et craint tout ce qui est extérieur à la pièce recluse ou il vit pour continuer à pouvoir exprimer une idée qu’il ne peut plus partager. L’incarnation de cette idée ira jusqu’à l’éloigner de sa propre famille. Gonzalo le voisin, incarne la suspicion généralisée mêlée au sentiment de peur (on comprend que c’est presque autant par convictions que par peur d’être condamné qu’il a pu commettre les dénonciations du début du film) et les rancœurs ressassés année après année. Il y a Maria qui incarne cette envie de vivre envers et contre tout.

En conclusion, Une vie secrète, malgré quelques défauts tels que la longueur du film ou bien encore le peu d’impressions de voir le temps passer ( un comble pour un film censé se dérouler sur une trentaine d’années!), est une œuvre intéressante à plus d’un titre, tant dans le contexte dans lequel elle s’inscrit que pour nous dépeindre un couple uni et tentant de résister aux tempêtes d’une vie.

En salles le 28 octobre 2020, découvrez la bande annonce d’Une vie secrète


Relic film 2020

Relic : drame horrifique à fleur de peau sur la douleur du vieillissement à voir absolument

Présenté en France en avant-première à l’Etrange Festival, le film australien “Relic” de Natalie Erika…

“The Climb” de Michael Angelo Covino : une amitié mise à rude épreuve [critique]

Dans un monde où on ne cesse de vanter les vertus de l’amitié dans une…

“Un Fils” de Mehdi M. Barsaoui : ce qu’un drame remarquable nous révèle de l’homme

   Drame conjugal bouleversant sur toile de fond politique, Un fils est le premier long-métrage…

Write A Comment