Tag

Rock en seine

Browsing

A défaut d’avoir pu organiser une édition classique du prisé festival parisien Rock en Seine, les organisateurs se sont débrouillés pour permettre à ceux à qui le rock avait trop manqué de pouvoir vivre de belles soirées aux côtés des talents émergents du club Avant Seine. Complet en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, l’évènement a même été déplacé dans une salle à plus grande capacité (Le Bridge) que prévu initialement (Le Flow) afin de satisfaire le grand nombre. Nous étions présent pour cette deuxième soirée à la programmation plus que prometteuse.

November Ultra, un show intimiste et poétique

19h30, les lumières s’éteignent, le public parti en quête d’une bière se rapproche de la scène tandis que November Ultra entre sous les applaudissements. La jeune chanteuse salue son audience, émue de cet accueil chaleureux et débute son set seule avec son clavier et sa guitare. Dès les première notes, le public comprend pourquoi November Ultra est un talent émergent: sa sublime voix envoute et enchante le Bridge en un instant. Sa pop douce et personnelle conquit autant que les moments que prend la musicienne pour interagir avec son audience. Elle est très fière et surtout très émue d’être présente ici ce soir. Malgré quelques petits problèmes techniques, November Ultra ne perd pas pied et propose même une interprétation a capella imprévue d’une belle chanson espagnole. Après des derniers remerciements chaleureux et sincères, l’attachante musicienne termine son passage avec son titre far « Soft and Tender » que le public reprend en cœur. November Ultra est si émue qu’elle n’en parvient presque plus à chanter et annonce qu’elle se sent « comme Ariana Grande ». Elle quitte un Bridge conquis et attendri sous un tonnerre d’applaudissements pour laisser la place aux Oracle Sisters.

Une sympathique parenthèse folk avec les Oracle Sisters

Place maintenant au trio franco/finlandais (et autre ?) de folk Oracle Sisters. Les musiciens accompagnés d’une claviériste et d’un bassiste proposent une musique plaisante et rythmée, parfaite pour clôturer les grandes vacances. Des titres ensoleillés se suivent et ravissent une audience attentive qui commence à danser. Le set des Oracle Sisters est ponctué des titres de leurs deux EP (Paris I et Paris II) ainsi que d’une de leurs dernière sortie. Le groupe fait monter la température d’un cran bien que leur performance s’essouffle légèrement en fin de set. Les Oracle Sisters ont été appréciés par l’audience et laissent la scène après 40 min agréables en leur compagnie.

Puis « Sur la Vague » se transforme en tsunami avec Lulu Van Trapp

Il n’y a pas à dire, le groupe de pop-rock Lulu Van Trapp était vraiment très attendu ce soir. Et cela se comprend pleinement. La fosse est déjà plus dense alors que les dernières notes de « Walk Away » des Franz Ferdinand résonnent dans la salle. Les Lulu entrent sur scène et débute leur set par Brazil, une pépite rock 80’s de leur superbe LP I’m not here to save the world. Les premiers pogos se dessinent dans la foule et les titres du groupe sont repris en cœur par une bonne partie de l’audience. Les membres de Lulu Van Trapp ont une prestance scénique exceptionnel à laquelle le public du Bridge est tout à fait réceptif. Les différents morceaux de leur album sont accueillis à bras grands ouverts et les Lulu n’hésitent pas à faire chanter le public sur leur génial single Les mots d’amour. Sur la Vague a très chaud et l’audience est ravie. Les musiciens le sont aussi: Rebecca la chanteuse s’invitent dans les premiers rangs sur l’énergique Lulu et participe avec entrain aux pogos. Le jeu de scène de la frontwoman fait effet mais ses acolytes ne sont pas en manque, tous assurent le show à merveille. Lulu Van Trapp termine son set par la très belle Prom Night qui prend une ampleur bien plus conséquente en live. Le public est survolté et est définitivement tombé sous le charme de cette performance et des musiciens de Lulu Van Trapp. Le Bridge est plus qu’échauffé, il est temps d’accueillir la tête d’affiche de la soirée.

 

MNNQNS et son punk rock clôturent avec brio cette deuxième soirée de Sur la Vague

Le groupe français n’est plus a présenté. La preuve, certains membres du public portent leur merchandising. Membre du Club Avant Seine il y a quelques années, c’est une chance que nous avons de les avoir pour le clap de fin de cette soirée. Vous l’aurez compris, MNNQNS est très attendu ce soir. Les rockeurs sont à peine rentrés sur scène que les disto et les gros riffs de basse se font déjà entendre. Une petite troupe d’irréductible pogoteur dans les premiers rangs prennent plaisir à danser au rythme des titres du groupe. If only they could, interprétée dès la deuxième position met définitivement le feu à la fosse, et cela ne s’arrêtera d’ailleurs pas. Les musiciens sont habitués à la scène et proposent une performance des plus punk. Lorsque les riffs énervés n’habillent pas le concert des MNNQNS, se sont des interludes noisy/psychés qui viennent élever cette leçon de rock. Sur Idle Threat (composé avec leurs amis des Psychotic Monks) les musiciens sont déchainés mais il faut attendre l’ultime titre de leur set pour qu’Adrian (chant et guitare) traverse la foule pour débuter un voyage déchaîné. Pogos, puis slam pour finir par terre devant la scène tandis qu’un homme du premier rang s’est pris un coup malencontreux du guitariste et que le bassiste s’est hissé en haut des enceintes. Sueur, sang, bière et rock’n’roll ; qu’attendre de plus venant de MNNQNS ?

Une belle réussite pour Sur la Vague et ses talents émergents

Cette soirée fut sans surprise, très réussie. Les talents émergents du club Avant Seine portent bien leurs noms et méritent davantage de visibilité. Ils ont chacun su conquérir une audience en soif de musique et de rock. La soirée organisée par Rock en Seine était un parfait substitut à l’absence du festival parisien et a permis la découverte en live (ou la découverte tout simplement) de musiciens talentueux et de leurs univers. Nous sommes impatients de pouvoir les retrouver à l’occasion d’autres concerts mais aussi de voir ce que Rock en Seine nous propose pour sa prochaine édition, qui sera nous l’espérons aussi bonne qu’étaient les musiciens ce soir.


LULU VAN TRAPP

Lulu Van Trapp – Une pépite pop, rock et baroque à découvrir d’urgence

Lulu Van Trapp … Vous voyez les années 80 ? Vous voyez la fougue d’un…

Order 89

Order 89 : envolée sauvage sur « L’été des corbeaux », leur nouvel album (chronique)

L’été 2021 sera beaucoup de choses : celui des espoirs et des doutes. Il sera…

Festivaliers Rock en Seine 2017 des bubulles?

Rock en Seine 2017: Nos festivaliers ont du talent ( recap photos de votre best off)

Depuis 15 ans Rock en Seine est la grande réunion des parisiens avant la rentrée.…

La veille Rock en Seine accueillait The Cure entre autre d’une programmation soignée face à un parc de Saint-Cloud plein à craquer. La journée à ne pas manquer diraient certains. Le lendemain, si le programme est moins adressé aux fans de groupes légendaires, il rappel que le festival, loin d’être un simple évènement rock cherche à s’adresser un public varié. La preuve en quelques concerts festifs sous le soleil.

 

Celeste

Le soleil brille encore alors que la belle céleste invite les festivaliers à se prélasser sur les pelouses. Vêtue d’un tee shirt ample bleu, la chanteuse pousse son timbre suave, navigue dans les eaux soul et se laisse aller à des montées puissantes qui n’ont rien à envier à une certaine Alicia Keys. Contrairement à elle, Céleste joue la carte de la timidité et de la retenue preferant miser sur sa voix pour inviter le public à un instant de détente. Elle crée ainsi son bar à lumière tamisée, revisite l’Amerique, offre une touche d’années 50 et ce tout en sobriété. Un beau moment qui lui permet en outre de dévoiler un nouveau titre « Strong » lui aussi empreint d’une certaine sophistication. Une diva sans les manières.

The kitchies

Déjà decouverts au tremplin Firestone qu’ils ont gagné, The Kitches ont transporté leurs néons flamand-rose et palmier pour l’occasion. Face à eux un part terre de chapeaux rouges à l’effigie de la marque. Sur scène chemise à fleurs et bonne humeur sont de rigueur. Le flow pop séduit et fait instantanément danser une foule qui les découvre. Malgré leur jeunesse, les comperes juissent d’une belle aisance scènique. Sûrement grace à un projet au concept maîtrisé qui s’inscrit à merveille dans cette ambiance d’été. Les 4 musiciens kitches certes, mais également au concept rappelant sans nul doute l’idée que lon se fait d’Hawaii jouent sur une bonne humeur communicative et quelques blagues (« Voilà notre set est fini » disent ils 20 minutes avant la fin/ « Les 4 personnes présentes pour nous vont être contentes d’entendre notre single. ») pour séduire. Il ne manque que du sable fin pour danser pieds nus pour parfaire ce moment.

 

Stands en scène

Rock en Seine c’est de la musique certes, mais aussi de nombreux stands et activités proposées aux festivaliers. Au programme, dégustation de recettes fromagères, stands de massages, disquaires, cuisine du monde et même une friperie. Les Ballades Sonores, à l’entrée du festival, accueillent notamment les festivaliers avec bienveillance. On y trouve des vynils et cassettes audios de tous registres comme des livres et quelques vêtements. Un rappel que le disquaire aux nombreux showcases est une adresse incontournable de la capitale.

 

Girl in red

Fraîchement débarquée de Norvege, avec un départ à 3 heures ce matin-là comme elle le souligne, la chanteuse est attendue de pied ferme. La preuve, les fans au premiers rangs et un panneau qui lui est dédiée. Si la programmation de ce samedi s’avère particulièrement électro, la guitariste dénote par son set rock et énergique. Quand elle ne sautille pas, en jean malgré les 30 degrés, la chanteuse communique volontiers avec douceur. Elle avoue notamment se sentir comme un zombie, rapport à l’heure de son arrivée et interprète une composition sur la ville de Paris  et ajoute « I’m in fucking paris right now! ».  Elle prend même le temps d’interpeller une jeune fille émue au premier rang rencontrée plus tôt dans la journée. Prompt à faire participer elle invite également l’assistance à taper dans ses mains, se baisser pour mieux sauter en rythme et même à danser sur « une chanson triste ». La tornade en bleu et non en rouge contrairement à l’énoncé séduit par sa sympathie, son naturel rare et son répertoire dopé à l’esprit Courtney Barnett. Un pure moment de live.

Polo and Pan

Décors colorés et maritimes peuplent le fond scénique de Polo and Pan venus donner vie à leurs composition tantôt chill, tantôt psychédéliques.  Le combo, dont le titre « La Canopée » a su séduire la foule offre un premier moment dansant aux festivaliers. les titres s’enchaînent entre pop et électro sur la scène Cascade. Une belle façon de débuter la soirée et de transformer le festival en discothèque géante.

Mahalia

Près des stands de friperies et autres disquaires, la scène des 4 vents accueille mahalia. Difficile de trouver des defauts au timbre vocal de la jeune femme au look décontracté ( le thème semble avoir été donné à toutes les artistes féminines ce soir). De même son registre r’n’b est maîtrisé tout comme sa sympathie scénique qui se crée avec naturel. Pourtant, l’originalité manque à ce show qui rappelle les années 90. Pour qui s’en souviendrait, la set list de la britannique ne serait qu’une redite d’un large panel d’artistes qui cartonnait alors.

Jungle

Le phénomène Jungle n’a de cesse de traverser le monde pour mieux retrouver son public français. C’est encore le cas ce soir sur un décors peuplé d’écrans géants et de paillettes. Jungle joue dans la démesure, invite à la danse comme à chacune de ses prestations. les singles se succèdent, éveillent le dernier des festivalier qui gardait encore en lui l’esprit chill d’un festival très ensoleillé. Les chants live ajoutent de la matière au compos électros du groupe.  La fête ne fait que commencer.

DJ set sur le stand Aigle

La marque Aigle est venue sur le festival avec son petit combi blindé de vêtements. Qu’importe ce que l’affaire dit de la marque, une chose est certaine, son DJ fait bouger les festivaliers qui s’amassent à ses pieds pour danser franchement. Un moment bon enfant alors que la tête d’affiche entre en scène au loin sur la Grande Scène.

Jorja Smith

Autre jour, autre Smith. Cette fois, c’est au tour de Jorja, la star en devenir de s’essayer à la Grande scène. C’est un mélange entre Rihanna et Amy Winehouse se risquent à dire certains. De la première elle a, sans nul doute, l’étoffe d’une star. Celle qui enregistre déjà 38 millions de vues sur Youtube pour son titre « Be Honnest » invite à la danse comme à l’émotion. Bercée à la soul britannique, la chanteuse a déjà su s’attirer les faveurs de Drake sur qui elle ne tari pas d’éloges avant de reprendre son titre « Get it together ». Vêtue d’une robe bien plus sexy que les tenues des autres interprètes féminines de la journée, la jolie Jorja séduit surtout par sa douceur et son habilité à communiquer avec la foule. « Merci à chaque fois que je viens en france, je reçois beaucoup d’amour », le public semble du même avis et lui pardonne facilement tous les impaires et même une suspicion de playback. L’amour ne voit que les qualités.

Major Lazer

On pourrait dire bien des choses de Major Lazer mais certainement pas qu’ils jouent la carte de la demie-mesure. Entouré de danseuses en tenue sexy, la tête d’affiche de la soirée se lâche complètement. Si le moment a la classe et l’extravagance d’une soirée à Ibiza  ou de la discothèque de n’importe quel gros lieu de vacances, le public lui en redemande. On se baisse et on saute, le DJ invite à se déhancher sur des « Tout le monde, tout le monde » ( comme à l’ancienne), balance ses très gros singles et même (beaucoup) de pyrotechnie. Major Lazor s’offre même le luxe de reprendre les titres les plus improbables d’Aya Nakamura, Booba et même « Bubble Butt » ( il faut voir le clip du morceau pour le croire). On est loin de la finesse de The Cure, certes, mais les festivaliers grattent un peu de l’ambiance des vacances en bord de plage. Et ils en redemandent.