Author

Julia Escudero

Browsing
Alice Animal
Crédit Yann Orhan

Après un premier album “Théogonie” sorti en 2017, Alice Animal revenait en force et en rock le 28 mai 2021 avec un nouvel opus “Tandem” qui joue avec les codes de la pop française et du rock pour un résultat électrique.

“Tandem” c’est aussi le titre du premier morceau de l’album . Pas de temps à perdre pour Alice Animal qui envoie ses guitares déchaînées dès les premières notes du morceau. Sa voix puissante s’additionne à une guitare énergique. Aussi structuré que déstructuré, comme tout bon titre à l’esprit rock, cette entrée en matière annonce un album sincère, vif et sans concession. Difficile de ne pas penser à Zazie sur le refrain dans la phraséologie comme dans l’arrangement musical. Tout comme l’icône française, notre chanteuse féline calibre un titre accrocheur qui entre facilement en tête.

“Finir à L.A” vous en rêvez ? La chanteuse aussi. La cité des anges inspire de nombreux titres Outre-Atlantique mais aussi de notre côté de l’Océan. Entre soleil, gloire et misère, la chanteuse dépeint un tableau complet du rêve américain qui nous a été transmis malgré la distance – la faute peut-être à une culture sur référencée qui s’est glissée dans nos cerveaux dès le plus jeune âge par le biais d’écrans déjà omniprésents. Toujours est-il que le titre lui, est aussi pressé que les habitants de la ville qu’il décrit, les riffs précis s’enchaînent, s’additionnent comme une répétition, se font rapides et s’appuient sur une basse calibrée. Si à Los Angeles, les paradis artificiels sont réputés comme nombreux, ce sont “Tes Eléphants roses” que nous invite à découvrir la musicienne pour poursuivre la route. Ce morceau marque un véritable tournant dans l’album alors que la mélodie ralentit et que la guitare se décline avec douceur comme une confidence. Il faut dire qu’Alice Animal cette fois dénonce une relation toxique demandant au passage de ne plus être la victime d’un amour qui détruit. A fleur de peau, la belle s’offre même à 2 minutes 50 une aparté parlée qui évoque noirceur et profondeur et tranche clairement avec les couleurs vives qui habitaient jusque là les titres – et la pochette rose de l’album.

A fleur de peau

“Mauvais garçon” marque un retour tonitruant à un rock plus pop. Entre instruments clairement énervés et riffs dansant, le morceau s’offre une belle dualité qui fait joliment écho à ses paroles. Le refrain et ses montées dans les aigus invitent  au lâché prise et l’envie aussi irrépressible que viscérale d’assister à un concert, de faire des pogos, de vivre dans l’instant.  “Mon or” s’habille de références et de riffs à l’espagnol alors que la guitare suave reprend cette capacité à évoquer les douleurs amoureuses tout en invitant à la danse. Les français ont ce don naturel du texte pour parler des sentiments. La palette émotionnelle, le vocabulaire sont autant d’outils utilisés à l’infini dans la chanson pour parler de la perte amoureuse. Comme la tradition le veut, Alice Animal s’approprie la beauté de notre langue et en parle celle de ses instruments entre profondeur et teinte froide pour habiller ce texte intime et imagé.

La musique française a connu beaucoup de courants, tout comme cet album puisque cette fois “On est barock”. Rock toujours en tout cas, alors que le rythme répétitif se casse en vagues à mesure que le titre progresse.  Construit en couches, le titre change régulièrement de ton avec maîtrise. La chanteuse y évoque en paroles “l’ombre et la lumière” tout comme en mélodie. Tantôt énergique, tantôt à coup de paroles scandées, la musicienne n’a pas froid aux yeux et compose un morceau qui se réinvente avec régularité.

Kent se dévoile

“On n’a qu’une vie” clôture l’album en une déclinaison entre pop et chanson. Aidée à la voix par Kent qui se fait l’écho grave du texte qu’il a composé. Les compère s’étaient rencontrés au Café de la Danse en 2017 alors qu’ils partageaient une scène le temps d’une reprise de “Scary Monsters” de David Bowie. Leur alliance fait des étincelles dans une ballade qui ne perd jamais de vue les sonorités puissantes du rock. Très différent du reste de cette galette, ce dernier jet permet de quitter l’univers sauvage d’Alice Animal avec douceur. “On a qu’une vie pour tenir toutes les promesses et pardonner les maladresses” rappellent les compères avec douceur, mélancolie et notes aériennes. Voilà qui illustre bien cet album entier, construit, sincère et prometteur pour une chanteuse survoltée. Les maladresses de l’opus sont ainsi facilement oubliées au crédit d’un esprit rock, d’une puissance vocale digne des plus grandes stars de la chanson française et d’un amour sincère des instruments. A l’écoute de ce nouveau jet, impossible de ne pas penser que la musique d’Alice Animal mérite d’être vécue en live. Sa fougue promet d’être hautement contagieuse. Un grain de folie qu’on espère tous attraper, sans masque ni barrières, avant la fin de l’année 2021.


No money Kids
No money Kids -dr

Le nouvel album de No Money Kids, “Factory” est en préparation.  Le groupe nous a appris à faire des grands huits émotionnels : du rock lo-fi au blues sombre en passant par l’électro, il ne se refuse rien, créant sur son sillon une esthétique poignante et visuelle. C’est avec un titre sombre “Why I’m so cold” qu’il a choisi de présenter sa nouvelle galette.

Pour son clip réalisé par les frères McKeith, la formation explore la thématique de la maternité solitaire. De la fin d’une histoire à la redécouverte de la vie par une naissance, d’un berceau entouré de noir. Pour personnifié la détresse de la mère que l’on suit avec intimité à l’aide de plans serrés, un objet tenu comme un trésor : un synthétiseur pour enfants. Il devient le centre de l’image, l’objet auquel on s’accroche.

Un nouvel extrait poignant

Si l’image est forte, le titre en anglais, l’est encore plus. Avec une introduction puissante qui plonge immédiatement dans l’univers glacial qu’il dépeint, il prend immédiatement aux tripes et au coeur. La voix, presque chuchotée à demis-mots accompagne une instru lo-fi où douceur et intensité se côtoient avec aisance. C’est d’autant plus le cas sur le refrain composé comme des vagues se sentiments, qui frappent et frappent sans cesse. La voix se fait sensiblement aiguë, entraînant l’auditeur dans un tourbillon écrit, brillamment composé et à fleur de peau. Cette balade indie-rock illustre à la perfection la douleur sourde que l’on croyait disparue, celle qui rampe sous la peau et ne sort son visage qu’occasionnellement. Mais il sait aussi se faire apaisant comme un secret qu’on confierait à demi-mot. Une belle réussite donc qui tranche avec le ton donné par le premier extrait de cette nouvelle galette “Crossroads” dévoilé au mois de février qui n’était pas sans rappeler l’univers blues rock d’un autre duo talentueux : The Black Keys. Ce quatrième opus promet d’explorer le rock et l’électro et de se renouveler à chaque titre. Forcément, on a hâte!

Découvrez le clip de “Why I’m so cold”

 


ODGE
Odge “Love and other Disorders”

Et d’un premier EP pour Odge. Et quelle entrée en matière pour ce “Love and other disorders” dont le nom vous rappellera sans doute “Love (et ses petits désastres)” avec à son affiche la regrettée Brittany Murphy.

Si la comparaison pourrait largement s’arrêter  à une phonétique similaire, la fraîcheur des deux oeuvres et le talent de ses deux interprètes principales ne peuvent qu’être notés.  Les festivités s’ouvrent sur le puissant “Sad Love Song”, petite bombe électro sombre aux notes suaves entre pop et rock. On pense volontiers à Fiona Walden et ses notes à la tristesse sucrée alors que la rythmique entre immédiatement en tête. Classique instantanée à la beauté pure, ce premier morceau prend la main de son auditeur et l’accompagne dans toutes les étapes de la rupture amoureuse. La perte de l’amour traité comme un deuil ? A la lumière d’une boule de disco tournant au ralentis, face au visage esseulée de la musicienne dans une chambre bien trop vide , les notes de cette comptine emplissent les esprits d’images net. Au détour d’une voix grave et puissante, ne serait-il pas possible que l’on soit finalement moins seul qu’on ne le pensait ?

Nuits de folies

“Champagne” , doit- on se servir une coupe pour célébrer sa rupture ? Point du tout, là encore le morceau a la bonne intuition d’avoir deux visages. Celui dansant de l’électro, qui donne l’envie de se déhancher follement. Oui mais la voix lancinante, elle s’inscrit dans une tout autre registre. Celui d’une ritournelle triste, d’une perte qu’on noie dans le champagne et des folies nocturnes pour moins s’y confronter.

La dualité, c’est bien ce qui fait la beauté de cette galette qui ose tout en maitrisant parfaitement son style. Voilà donc que le strombinoscope se lance à coup de notes psychédéliques. La voix se fait apaisante comme un cocktail, le tempo s’enflamme, se répète en boucle comme sur une piste de danse des années 90. Nous voilà en plein “Dancing in the heat”. La chaleur est là, l’été assourdissant que l’on oublie la nuit sur le dancefloor.  Le quoi ? Fermez les yeux, la crise n’existe plus, la nostalgie du moment se conjugue maintenant au présent, tout ce que vous avez à faire, c’est de vous laissez porter par le flow, la voix d’ODGE maintenant obsédante.

Maintenant que les bases ont été posée, Odge s’avoue être une “Weird Girl”. Là encore, le beat est aussi répétitif qu’envoûtant. Il prend le temps de s’installer, se développe avec naturelle, s’intensifie. Les notes de synthé se déploient à l’infinie. Pop et électro se racontent, la voix se fait narratrice, elle devient celle d’un’ confidence. A 1 minute 40, le titre prend en épaisseur en ajoutant des couches de tempos. Aïgue et grave se côtoient alors que la voix monocorde dévoile une part d’intimité, un mur de pudeur. La musique sous forme de journal intime ? Il est possible d’évoquer fête et noirceur, beauté et mélancolie sans jamais devenir antithétique.

C’est  “In Love” qui a la lourde tâche de conclure cette pépite hybride. D’ailleurs la musicienne lâche la bride dans une accélération vibrante et hynotisante. Dès ses premiers instants, le titre ne connait pas de barrière. Le rythme soigné est rapide. Il faut savoir rire de ses peurs, de relations amoureuses que l’on sabote inconsciemment. La douceur de la voix s’intensifie dans une flot de paroles maîtrisé, juste et pressé. Ce moment suspendu tient du besoin de tout exprimer avec rapidité, comme si les minutes étaient comptées, que le temps de parole accordé devait être au maximum utilisé. Au détour de cette sensibilité bouleversante, Eléonore Du Bois de son véritable nom, invite à une fête bienveillante. Celle qui permet à chacun de laisser sortir ses démons à coup de pas de danse effrénés, de paroles que l’on s’approprie et d’instruments vivants. La bille noire de la mélancolie y résonne comme un exutoire.

Ce premier jet fait honneur à celle qui avait appris le chant dès ses 11 ans à la maîtrise de Radio France. Tel un grand huit retournant,  il invite à l’introspection et promet de serrer les coeurs. Ce voyage en territoire obscure se vit comme un moment partagée avec une autrice complète et rassurante. “Love & other disorders” rappelle à juste titre que l’ombre appelle la lumière et que les deux peuvent cohabiter. Laissez vous porter, ici nuances, éclat et harmonie sont mots d’ordre.

Pour écouter le premier EP d’Odge, c’est par ici que ça se passe.


Magenta
@ Gabriel Boyer

Le pot de départ de Fauve, au Bataclan est un souvenir indélébile. Surement même l’un des plus beaux souvenirs de concerts tant il était chargé d’émotions et de communion. Il avait fallu dire au revoir au collectif qui savait parler aux maux et avancer. Avec cet espoir un peu fou de les revoir un jour. Et finalement le rêve est devenu réalité grâce à Magenta et un premier single franchement réussi “Assez”. De Fauve, les copains ont gardé l’anonymat, l’équipe, l’esprit, l’analyse de la société mais ont préféré l’électro à la noirceur musicale. Le 9 avril, la bande faisait son retour officiel dans les bacs avec un premier album intitulé “Monogramme”. Un album riche, emprunt d’une détresse de trentenaire, une fable sociale contée sur un ton coloré. C’est dans leur studio parisien que l’équipe a accepté de nous recevoir. Là, ils se sont auto-confinés en cluster. Décontractés, ils s’installent à trois sur le canapé situé au centre de ce lieu cosy qui contient une petite cuisine. Le jeu de l’interview depuis que Magenta a commencé ils ne s’y sont pas beaucoup prêtés “On en a pas fait beaucoup mais c’est peut-être pas plus mal comme ça on reste spontanés.” Le naturel est effectivement de mise puisqu’interviewer le groupe donne toujours cette impression de faire partie du groupe de copains. La frontière artistes, journalistes n’existe pas, la conversation devient vite simplement soutenu et passionnante. Surtout quand il s’agit de parler du nouvel opus :”C’est un patchwork, le résultat de 5 années de recherches. D’essais, de faux départs, d’expérimentations. Il y a des morceaux qui ont 5 ans, d’autres qui ont seulement quelques mois”

On avait envie de faire des boucles. C’est comme de l’hypnose

Faire et défaire a été le mot d’ordre pour créer un album qui leur ressemble. Comme dans leurs textes, les garçons se remettent facilement en question. “Ça peut donner un disque qui peut avoir un côté maladroit par certains aspects, abouti sur d’autres. Il y a eu un vrai processus de fermentation.”  “Monogramme” pourrait avoir utilisé la technique photographique qui consiste à superposer plusieurs images sur un même cliché, puisqu’à mesure de faire et défaire, reste à l’oreille des instantanés d’une histoire sur lesquels se superposent de nouveaux clichés. L’envie de parler du son est d’autant plus important que la troupe voulait au début de Magenta ne laisser place qu’aux instrus et mettre la voix de côté: “On avait envie de faire des boucles. C’est comme de l’hypnose, ça nous faisait de bien.”. De cette initiative reste l’esprit club, clairement repris dans l’intitulé donné par le collectif à son projet, des notes entre la house et la techno. “On a des morceaux down techno avec des BPM plus lents, parfois presque hip hop.”

MAGENTA - Boum Bap (Clip Officiel)

Pour autant les thématiques : l’ennui, la société, les douleurs morales, elles restent : “C’est la continuité de préoccupations intimes et affectives qu’on a toujours eu besoin d’évacuer.” Ce nouvel essai s’inscrit dans le temps qui passe, les préoccupations changent et parleront plus aux trentenaires actuels qu’au public adolescent qui s’était épris de Fauve. “C’est une forme de nostalgie d’une période révolue. Il y a aussi une préoccupation pour le Monde et une entité plus large que nous-même et notre périmètre.” De leur propre aveux, les paroles de cette album sont bien plus sombres que ce qu’ils ont pu faire avant. Voilà qui se ressent sur des titres comme “Boum Bap” et son triste constat du temps qui passe, “Faux” et sa nostalgie à fleur de peau ou encore “Fatigué” constat amère à la limite de la dépression et son sous-titre pourtant toujours optimiste.

Capture anachronique

Au milieu de ces titres, le plus politisé de tous, “2019” dénote avec le ton ambiant. “La lecture de titres de presse dans le morceau est un choix qui s’est imposé.” racontent-il “On a juste lu les suggestions de vidéos sur Internet. Ce qui est intéressant c’est de voir comment sont mis sur le même plan des choses très graves et des sujets triviaux.” Cette track se forme alors sur la superposition de titres d’articles vidéo d’un grand médias suggérés l’un à la suite de l’autre. Ils s’enchainent sans filtres rappelant l’omniprésence médiatique actuelle qui ne connait plus de filtres. “On a fait aucun travail de sélection de ces titres, c’est ça qui était cool parce que ça montrait l’absurdité du propos.” Retrouver les titres “hommage aux victimes du Bataclan” juste avant un sujet sur le fait qu’avoir des grosses fesses en 2019 soit tendance parait en effet complètement surréaliste, le tout servi sur un ton grave et porté par un riff épuré. ” Tu te retrouves sur un site d’infos d’un média en continue et tu te rends compte que la suggestion de vidéos est consternante. il y a un nivèlement de ton cerveau par le bas où la quantité prime plutôt que de voir quelque chose de constructif pour toi.” et d’ajouter : “‘2019’, ça montre aussi ce que le monde était et qu’il n’est plus. Si on faisait le même travail en 2020, ce ne serait pas du tout les mêmes titres.”

Le club des inséparables 

Si les paroles de ce titre peuvent s’inscrire dans une certaine forme d’anachronisme, c’est également le cas d’autres morceaux de l’album. Le club notamment, mot fort dans l’univers de Magenta, le fait de se retrouver pour boire des verres. Ces moments font clairement partie de leurs compositions. “Si on enlevait tous les morceaux qui parlent de clubs, il n’y aurait plus rien sur le disque.” s’amusent-ils “On a une vraie tendance à picoler, à fumer des clopes, à aller dans des bars et s’assommer tous les soirs. Par habitude, par sociabilité, peut-être à cause d’un fond d’alcoolisme latent. On raconte nos vies. Si on schématise on alterne entre le bureau et la bouteille. Avant la Covid, je veux dire. On parle de ça parce que ça a été 5 années de nos vies, enfermés dans une chambre, Boulevard Magenta, tous les jours ensemble à faire du son et le soir à boire des pintes.” Une besoin de s’abrutir, de se vider la tête est l’écho d’un besoin de se couper des machines, des questionnements et puis du monde. “C’est le morceau ‘Tom Tom Club’ qui pourrait le mieux résumer l’album.” Finalement ces textes traitent aussi du besoin de s’entourer et d’être présents pour les autres. “On estime dans ce projet avoir une vie étrange. On est à la fois libre et en même on est tellement obsessionnels et investis dans notre projet qu’on ne coupe jamais. On dort, on pense, on mange, on chie Magenta.”

Le projet Magenta, il vient d’un long cheminement. Les allers et venus l’on changé et transformé. Avant ce retour le collectif avait le temps de deux titre pris le nom d’Autrans. Un nom aujourd’hui oublié et qui pourtant fait partie de cette histoire :”Cela fait partie du faire et défaire dont on parlait. Austrans c’était la version beta de Magenta. Quand on l’a sorti, très vite on s’est rendu compte que ça ne correspondait plus à là où on voulait aller. Cette sortie nous avait fait respirer pendant ces 5 années de travail, on a pu avoir des retours, refaire de l’image.” Ces morceaux pourraient bien revoir le jour via Magenta même si pour l’heure, ils sont devenus quasiment introuvables sur la toile. “On a déjà un début de track listing de l’album 2, le 3 en filaire aussi et ces tracks c’est possible qu’on les reprenne.” Accoucher de ces titres et cette nouvelle esthétique avait été un pari pour le groupe qui confie y avoir passé près de deux ans. “Tu travailles dans ton coin et tu sors tes titres que quand tu en es vraiment fier et que tu penses que tu ne peux pas mieux faire mais c’est dangereux parce qu’il y a toujours un mieux.” Un sentiment qu’ils partagent sur Autrans alors que cette équipe de perfectionnistes pensent avoir sorti ces tracks trop tôt “J’ai ré-écouté récemment, il y a un truc mais j’ai été moins agréablement surpris que je ne pensais l’être. Mais c’est ce croquis qui nous a permis de savoir ce qu’on voulait faire : quelque chose de plus électro mais aussi plus pop.”

Finalement ce qui nous lie depuis toujours c’est un monogramme

Après tous ces allers-retours, Magenta devrait rester en l’état et promet d’avoir de beaux jours devant lui.  Avec la sortie de “Monogramme”, une première galette qui reprend un thème cher au groupe : “Le monogramme c’est un blason, un emblème. On l’utilise parce que c’est un joli mot et on est attachés à ça. Finalement ce qui nous lie depuis toujours c’est un monogramme qui a pris différents visuels. Ce qui nous unie ce n’est pas tant les concerts ou les ventes d’albums mais la notion de clan, de famille. C’est ce qui transcende notre histoire commune.” Une idée qui transcende tous les projets du collectif comme c’était déjà le cas avec “Vieux Frère” partie 1 et 2, les albums de Fauve. Cette même notion qui a agrandi la famille des musiciens et à fédérer avec une force encore intacte 5 ans plus tard les fans du projet initial. Et de conclure “Notre histoire commune elle est plus forte que Fauve, que Magenta et on espère qu’on en aura encore beaucoup d’autres. Il ya  un mouvement et tout ça continue …”