Tag

Silly Boy Blue

Browsing

C’est déjà le dernier jour du Chorus des Hauts de Seine. Et qu’il était bon retrouver des artistes, dans des salles presque remplies, debout, avec la possibilité de manger et de boire et de vivre ensemble ce retour à la vie normale ! De plus, l’évènement est l’un des rares festivals à avoir maintenu son édition c’est pourquoi il est si difficile de le quitter après ces 3 jours de musique, de fête et de joie. Une programmation variée et travaillée aux petit oignons permet de profiter pleinement de cette parenthèse et dire au revoir à la Seine Musicale.

Silly Boy Blue :  candeur et eclosion

P-2rb chorus 2021
Photo : Kévin Gombert
Silly Boy Blue Chorus 2021
Photo : Louis Comar

Découverte au Printemps de Bourges en 2019, Silly Boy Blue, ouvre cette dernière journée de festival. Et c’est avec candeur et spontanéité qu’Ana Benabdelkarim, l’ex-chanteuse du groupe Pégase, présente sa dream-pop.  Elle alterne entre les morceaux et son premier EP, et de son album  tout juste sorti “Break Up Songs”.  La mélancolie des morceaux est totalement assumée. “Le prochain morceau, je l’ai écrit parce que j’étais amoureuse et je ne l’ai jamais avoué. C’est l’histoire de toute ma vie”. Si le spleen domine ses composition, l’artiste est tout l’inverse. Touchante, souriante, sympathique, Silly Boy Blue se livre naturellement. Au premier rang,  lorsqu’elle aperçoit un spectateur portant un tee-shirt à son effigie, elle s’en amuse volontiers “Je n’en ai même pas un moi-même!”. “The Fight”, “Teenager” et “Cecilia” marquent les temps forts de ce set, où toute la puissance de la jeune compositrice se révèle. Il faut avouer que depuis ses débuts, Silly Boy Blue a véritablement éclos. Du bourgeon talentueux dont les capacités étaient évidente autant que l’apparente timidité à aujourd’hui, le changement se fait sentir. La musicienne s’assume pleinement et gère parfaitement son espace scénique, communique avec son public, joue parfaitement et enivre le spectateur dans son univers sous forme de cocon où il fait bon se perdre.

P.R2B : temps calme

P.R2B Chorus 2021
Photo : Louis Comar
P-2rb chorus 2021
Photo : Kévin Gombert

Pauline Rambeau de Baralon de son vrai  nom occupe la grande scène. Toute de jaune vêtue, P.R2B vient défendre le renouveau de la chanson française. Un exercice difficile auquel elle arrive a apporté un certain renouveau. Une instrumentation  moderne, un flow plus urbain, des compositions au reflets de plusieurs générations peuplent ce moment. La Berruyère apprivoise doucement le public du Chorus des Hauts de Seine. Un moment de calme qui contraste avec l’agitation juvénile de la veille.

Suzane : danseuse modèle 

Suzanne Chorus 2021
Photo : Louis Comar

Passée de serveuse à valeur montante de la scène française en très peu de temps, Suzane a su conquérir un large public. Ses compositions, souvent inspirées de son vécu et de problèmes de société, et sa formation de danse lui permettent d’offrir un show complet sans aucune assistance. Son carré et sa tenue bleu sont aujourd’hui devenus son célèbre uniforme. L’ensemble permet d’offrir un concert haut en couleurs et d’y aborder de nombreuses thématique comme le harcèlement de rue ou l’écologie… D’une énergie débordante, la chanteuse occupe toute la scène, courre, saute, virevolte, danse. Et tout est toujours parfait. Parfaitement synchronisé avec une voix précise. Mais certaines personnes font la remarque que le micro est parfois un peu loin… Seule explication, le matériel doit être d’aussi bonne qualité que les capacités scéniques d’Océane.

BENJAMIN BIOLAY : 

Benjamin Biolay Chorus 2021
Photo : Louis Comar
benjamin biolay chorus 2021
Photo : Kévin Gombert

20 ans se sont écoulés depuis la sortie de “Rose Kennedy”, le premier album de Benjamin Biolay. Son parcours en dents de scie ne l’a pas empêché de garder un public d’aficionados de la première heure et de l’élargir ces dernières années. Un notoriété parfaitement retranscrite par la configuration de la Grande Seine aujourd’hui. Un public plus calme (et mature) se rassemble dans les gradins alors que les nouvelles générations occupent la fosse. Sa composition scénique est complète. Entouré de musiciens talentueux, Benjamin Biolay aidé de sa voix si reconnaissable joue son répertoire  avec sérénité. Les lumières bleues et le public attentif donnent naissance à un concert intimiste. Un moment poétique et contemplatif à l’image du grand gagnant des Victoires de la Musique 2021.

Ayo : poetesse folk

Ayo Chorus 2021
Photo : Louis Comar

Programmée au Chorus sur la Grande Seine, il aurait été surement mieux d’intervertir avec Dionysos qui jouait dans l’Auditorium. La chanteuse propose un show minimaliste. Tout est centré sur sa musique, sa voix et les paroles qu’elle porte doucement à son public. Un moment de calme et de sérénité que le public aurait surement mieux apprécié dans un environnement qui invite à la contemplation et l’écoute attentive. Sa folk suave transforme, l’espace d’un instan,t les derniers mois étranges que nous venons de vivre. Un moment de beauté suspendu à apprécier dans un silence religieux.

Delgres : des accents d’amérique

delgres chorus 2021
Photo : Kévin Gombert
delgres chorus 2021
Photo : Kévin Gombert

Pascal Danae, chanteur et guitariste de Delgres, c’est fait connaitre avec le groupe Rivière Noire. Depuis 2015 c’est dans le trio Delgres qu’il revient aux sources du blues et de la musique caribéenne. Accompagné de Baptiste Brondy à la batterie et de Rafgee au soubassophone, Delgres offre aux festivaliers du Chorus des Hauts de Seine une prestation scénique solaire et estivale, qui colle parfaitement à la seule journée de beau temps de ces derniers jours. La composition instrumentale du groupe peu habituelle canalise les foules, et surtout les spectateurs à la recherche de la musique du monde et de hard blues.

Terrenoire :  aller les verts !

Terrenoire Chorus 2021
Photo : Louis Comar

Les deux frères, Raphaël et Théo Herrerias, originaires de Terrenoire, un quartier de Saint-Etienne, on créé leur duo en 2017. Initiés aux grandes scènes en faisant les premières parties des concerts de Clara Luciani, Eddy de Pretto ou encore de Feu! Chatterton, les stéphanois domestiquent instantanément le public du parvis de la Seine Musicale. Leur musique, leurs jeux de scène et leurs tenues ne sont pas sans évoquer une certaine esthétique des années 80 mais ils y ajoutent une forme de sobriété.Leurs chansons est une véritable mélange musical, entre électro, chanson française et hip hop qui rassemble et qui touche une audience très large. La foule grandit et se densifie jusqu’à la fin du concert et permet une montée en puissance du show  qui, nul doute possible au vue des réaction leur fera gagner de nouveaux fans.

Victor Solf : retour en force

Victor Solf Chorus 2021
Photo : Louis Comar
Victor Solf Chorus 2021
Photo : Louis Comar

Avant le concert de Victor Solf, les langues se délient. Celui qui avait connu le succès avec Her avait pris la meilleure des décisions : continuer à faire de  la musique malgré tout . Si le propos fonctionne quant au chanteur, c’est également le cas pour le public, toujours subjugué par l’immense aura du musicien, sa voix de velours et ses titres qui créent une véritable transe. Quand  à 21h05 il monte sur la scène du parvis, le monde semble s’arrêter alors que la leçon peut débuter. La fin de son précédent projet provoquée par le décès de son ami et compagnon de scène Simon Carpentier ne l’empêche de revenir en solo plus groovy que jamais. Sur les planches pour il transmet une énergie positive à la foule. Plus encore, il émeut en faisant danser. L’un peut se faire, l’autre aussi, avec une certaine aisance, mais combiner les deux semble tenir de l’impossible. Les corps électrisés se déhanchent alors que l’immense chanteur distille une boule d’énergie réparatrice. Les maux de ces derniers mois se dissipent, avec Her comme en solo, Solf prend des allures de gourou. De quoi distiller une fin de journée lumineuse à la scène du parvis, encore ensoleillée et dont le sol retiendra longtemps l’énergie ici donnée.


Festival Chorus 2021

Chorus des Hauts de Seine : un samedi sous le signe de la scène urbaine (10 juillet 2021)

Le samedi au Chorus des Hauts de Seine, depuis quelques années, rime avec rap, hip…

Molecule-360-Chorus-2021

Festival Chorus 2021 (09/07/2021) : Une première journée prometteuse

La musique reprend peu à peu ses droits. Dans la capitale, c’est le festival Chorus…

Hervé et Silly Boy Blue : un air de Bourges sur le rooftop du Champs-Elysées film festival

Qu’ont en commun Silly Boy blue et Hervé ? Leur passage au Inouïs du Printemps…

 

BLACK LILYS

Nos artistes français ont du talent. Si la pluralité musicale se retrouve souvent du côté des indépendants, elle y est riche en créativité. Au détour de nombreuses écoutes, nous vous proposons une sélection variée de pépites qui valent le détour. A écouter avant que tout le monde ne se les arrache.

Born Idiot

Indie dans l’âme et dans les faits, les rennais de Born Idiot ont tout compris et ne vous laisseront pas indifférents. Pourquoi ? Déjà parce qu’ils prennent la société actuelle à contre-pied pour créer leur musique. “Quand la machine se lasse, elle redevient humaine. ” expliquent-t-ils avant de raconter leur premier single “Blue is my color” comme une ode à l’ennui. Et l’ennui c’est bien ce qui manque dans ce monde sur-connecté, à force de se remplir le cerveau de futilités, de posts, de likes et s’interdire de se vider la tête voilà que la créativité vient à faire défaut. Pas à Born Idiot qui donneraient raison à mon professeur de philosophie quand il vantait les mérite d’un ennui utile. Ce tout premier titre extrait de l’album “Full time bored” à paraître en septembre sur Geographie met les bases entre douceur et répétition calculée. Pour parfaire le tout Luks, Tiagzer, Clem, Loulou et Guigz s’offrent un clip artistique réalisé par Lucas Martin et dénoncent un monde robotique en utilisant des codes géographique comme avait pu le faire Mondrian dans son oeuvre. Un plaisir visuel et sonore qui promet un album puissant et culte. Ennuyons-nous ensemble, bien, beaucoup, en musique et redevenons humains.

Découvrez le clip de Blue is my color

 

Black Lilys

Attention pause féerique avec la fratrie de Black Lilys !  Les frère et sœur Robin et Camille vous les avez peut-être déjà entendu, sans le savoir, en regardant la série Elite sur Netflix  (dont le retour est prévu pour le 13 mars) grâce au titre “Nightfall”. Le duo a aussi été vu en janvier 2020 en première partie de Pomme, artiste nommée aux Victoires de la Musique 2020 et au talent indéniable. Si les deux univers ne sont pas identiques, Pomme joue sur les codes folk et chanson, là où Black Lilys s’inspire de la nu-soul des années 90, empruntant le charme d’une Agnès Obel ou de The XX, ils se retrouvent dans leurs immenses capacités musicales. Il ne faut que quelques secondes à Black Lilys pour convaincre et vous transporter dans son univers onirique, aussi doux que lumineux, aussi puissant qu’évident. La voix candide de Camille s’allie à la perfection avec l’intensité des notes aériennes que crée le groupe. Un nouvel album devrait voir le jour en 2021 alors que des dates de concerts s’annoncent au fur et à mesure. En attendant un nouveau clip pour le mois d’avril 2020, découvrez le tout dernier titre de la formation “Yaläkta”, un bijou à savourer en boucle.

Découvrez le titre Yaläkta

Kids from Atlas

Découverts alors qu’ils jouaient au Crossroard Festival de Roubaix en 2019, Kids from Atlas, convainc grâce ses capacités scéniques comme sur album. Le trio qui à la tête dans les étoiles, sort en 2015 sa première galette “Melting Walls”. Les lillois sont précis à chaque titre, font toujours vibrer ceux qui les écoutent. Ses fans de conquête spatiale ne manquent d’ailleurs pas de propulser leurs titres vers les sommets grâce à de belles montées aériennes et d’inviter à un voyage spirituel. Catchy, accrocheur, empruntant aux rythmiques du rock pour mieux s’approprier une pop atmosphérique, Kids from Atlas s’avère être un voyage essentiel. Découvrez leur dernier titre “Lights” et son clip avant qu’ils ne soient victimes d’un succès inter-stellaire.

Découvrez le clip de Lights

Seyes

Seyes c’est la rencontre de deux femmes talentueuses. Vous les connaissez déjà, l’une Charlotte Savary a parcouru le monde aux côtés de Wax Taylor, l’autre Marine Thibault, multi-instrumentiste est la fille du co-fondateur du groupe Magma. La légende raconte qu’un soir d’été les deux amies décident de lancer leur propre groupe électro-pop. De là née l’élégant Seyes, formation pointue au compositions fascinantes. Un premier album “Beauty Dies” parait le 17 janvier 2020 alors que le tout premier single du même nom est dévoilé en 2018. En français comme un anglais, cette pépite s’avère complètement à part et addictive dès sa première écoute. Un clavier posé, une voix aérienne calibrée, une rythmique puissante sont tant d’ingrédients qui viennent étoffer ces titres adressés au mélomanes. Une plongée abyssale sombre et fascinante qui prend du corps dans ses montées électro à saluer. Entrez dans ce rêve lucide, laissez vous prendre par la main. La beauté de ces titres  à fleur de peau laissera une emprunte indélébile sur son auditeur. Seyes vous invite à passer de l’autre côté du miroir où le reflet  sensitif proposé s’avère être aussi lumineux qu’instinctif.

 

Découvrez le clip de Beauty Dies

Sunshade

Sunshade nous vous en parlions déjà alors que sortait le premier extrait de son nouvel opus, le titre “Magic Kids”. En effet, les parisiens seront de retour dans les bacs en mai 2020 avec “Visage”, leur troisième album. Pour patienter, les musiciens dévoileront le second extrait de cette galette “Flowers” le 9 mars. A pas de velours et avec la grâce à laquelle ils ont habitué leur audience, ils y distillent une pop enchanteresse, entraînante, enivrante et rayonnante. Le duo composé de Mathieu Rivalan et Jean-Christophe Valleran  sait devenir essentiel en quelques notes seulement. Découvrez cette douceur candide, retombez en enfance note après note, laissez vous bercer, laissez vous envelopper par leur candeur, sentez le soleil sur votre peau et re-découvrez la beauté du Printemps et tout ça, avec vos écouteurs sur les oreilles.

Découvrez le titre Magic Kids

Morgane Imbeaud

Si le nom de Morgane Imbeaud ne vous est pas familier, vous avez pourtant déjà entendu son précédent projet artistique: j’ai nommé le groupe à succès Cocoon. Pour son premier album solo, la chanteuse s’est exilée en Norvège. Au programme de cet opus, un voyage hivernal et apaisant dans un univers éternellement enneigé. En français et en anglais, la belle invite Jean-Louis Murat à l’écriture mais aussi Chris Garneau à poser sa voix sur des mélodies lancinantes qui passent de la folk à la pop en faisant quelques détours par la chanson. Aucun artifice électro ne vient troubler cette ballade dans la blancheur lumineuse de la poudreuse. Son titre d’ouverture “Au Nord” est l’illustration parfaite d’une galette sans demie-teinte, profondément émouvante qui pourrait vite devenir aussi culte que celles du groupe qui a fait la gloire de la chanteuse.

Découvrez le titre Au Nord

Silly Boy Blue

Si nous en parlons souvent, c’est qu’il y a une bonne raison: Silly Boy Blue a su prendre possession de notre cœur et ce alors qu’elle débutait en tant qu’Inouis du Printemps de Bourges 2019. Le jury a eu bien raison d’en faire sa lauréate. La jeune femme introvertie aux tenues mainstream se révèle être un véritable papillon majestueux une fois les projecteurs d’une salle braqués sur elle.  Son premier album, “But You Will” est publié en octobre 2018. Sans surprise, il s’avère être d’une beauté indicible. La musicienne qui se produit en solo a fait le tour des festivals pour prouver sa valeur, au MaMA, il était d’ailleurs impossible de mettre un pied dans un Backstage plein à craquer lorsqu’elle y jouait. Avec douceur, et une sincérité à fleur de peau la chanteuse convainc tant sur scène que sur album. Ses incroyables performances vocales sur des titres comme “Cecilia” ou “The Fight” sont autant de raison de tomber amoureux de sa musique. Si vous n’avez pas encore eu la chance de l’écouter voilà l’occasion de vous rattraper et si vous la connaissez déjà, refaites vous une écoute. On ne s’en lasse jamais.

Découvrez le clip de The Fight

 

[divider style=”solid” color=”#eeeeee” width=”1px”]

 

Playlist et top des 100 meilleurs morceaux de la décennie selon la rédac’!

  La fin de la décennie est arrivée et voici venue l’heure des bilans. Après…

Structures music

A découvrir : 7 groupes de rock français (variés) qui envoient du lourd!

Seuls les anglais et les américains savent faire du vrai rock? Les guitares électriques ne…

6 musiciennes à découvrir de toute urgence !

Aujourd’hui, en 2018, il est de bon ton de parler des femmes, de leurs rôles…