Tag

rock

Browsing

CAESARIA

Quatre membres turbulents, inspirés par l’Angleterre, résolument rock mais pas seulement. Voilà le topo de CAESARIA qui veut créer un nouveau courant hybride : le club rock.  L’idée ? Mettre en avant ses tempos rock et ses riffs électro puissantes comme avaient su le faire les génies de Klaxon avant eux.

Avec deux EPs sortis en 2018 et 2019, le groupe revient dans les bacs le 1er mai 2020 avec une nouvelle pépite “Connection Loss”. Du très lourd annoncé puisque les copains l’ont travaillé avec le plus grand soin dans le studio du producteur londonien Brett Shaw ( Foals ).

Pour en donner un avant-goût musclé, CAESARIA dévoile le clip de “Sometimes I wanna fight”. Au programme, un titre inspirant des ses premières notes qui donne une envie immédiate de se déhancher. Véritable exutoire au refrain savamment orchestré, ce morceau a la force de Shaka Ponk dans ses premières heures mais à la sauce british. De confession, le quatuor s’y rebelle contre une industrie musicale en plein renouveau. Une belle façon de se défouler et de prendre des forces, à écouter sans pause dans son salon.

de son côté, le clip de “Sometimes I wanna Fight” nous plonge dans le quotidien du groupe. Il nous transporte dans ses archives et nous raconte l’histoire complice de cette formation. Ceux qui ont crée son esprit rebelle, notamment à travers ses tournée, ses concerts et les festivals dans lesquels il a joué. Ces derniers mots qui aujourd’hui nous font rêver. Il nous reste donc à écouter le single en boucle en attendant de pouvoir tous se retrouver en salle de concerts pour danser dessus.

 

Découvrez le clip de “Sometimes I wanna Fight” de CAESARIA

 

[divider style=”solid” color=”#eeeeee” width=”1px”]

 Le duo que forme Frederico Pellegrini et Eric Pifeteau, deux ex membres du groupe de rock français The Little Rabbits formé à la fin des années 80, n’a rien de conventionnel. Les deux compères explorent depuis 2013 des contrées intimes et secrètes du paysage musical français. Leur musique est à leur image de couple excentrique : animée, moderne et déterminée, elle procure un sentiment de satisfaction intense. C’est en février prochain que sortira leur deuxième album : « AF ». Et autant le dire d’emblée, c’est très probablement le meilleur album français que vous entendrez cette année. Oui, nous ne sommes qu’en janvier, mais il faut bel et bien l’avouer, la claque monumentale qu’est ce nouvel album aura du mal à trouver rude concurrence en face.

 Fidèle à leur style unique, qu’ils ont su faire évoluer pour aujourd’hui atteindre des sommets, French Cowboy and the One nous invite à un périple musical pour le moins qu’on puisse dire intense. Dès le premier morceau, on y ressent une impeccable maîtrise. La production est d’abord ce qui saute aux oreilles. Rugueuse et électrique, elle donne tout son sens à d’excellentes compositions, aussi bien envoutantes qu’éprouvantes. Les sonorités utilisées, pour certaines déjà connues, sont ici revisitées selon une vision charnelle. La musique s’en prend à nous, elle nous rentre dedans, elle s’empare de nos corps, tantôt elle nous caresse avec vivacité (QVVDM ou DANSER) et tantôt elle nous plaque au sol sans concessions (Excel). L’urgence de la vie se joue dans nos oreilles (« embrasse-moi vite »), et le morceau VIVRE en est d’ailleurs le plus bel exemple. Cela donne lieu à une expérience agitée.

 

Des inspirations notables

 Certains motifs sonores récurrents sont repris au profit de grands morceaux, et les incombe de transmettre à travers eux une certaine histoire de la musique, aussi bien rock qu’électro. C’est ainsi que l’on retrouve des échos de plusieurs groupes ou artistes : on peut y entendre Kraftwerk mélangé à du Brian Johestown Massacre en passant par du Suicide. Les paroles ainsi que la manière de chanter peuvent parfois rappeler Philippe Katerine, Bashung ou Jean-Louis Murat, mais à faibles réminiscences. Car il existe une véritable identité propre qui appartient à ce duo : un phrasé généralement sec et abrupt, peu chanté, une voix provocatrice qui éveille nos désirs, ainsi qu’une constante proposition instrumentale. Tout cela donne naissance à des morceaux riches et passionnels, qui gagnent en intensité dès lors qu’ils parviennent à nous envahir.

 

Une œuvre complète et constante

 L’album prend sens dans son intégralité, et ne baisse jamais de niveau. Lorsque l’on écoute des excellents premiers morceaux d’un album, quel qu’il soit, on a toujours peur d’être déçu par la suite, que le reste ne soit pas aussi bon et que l’album disparaisse aussi vite qu’il est apparu. « AF » est loin de cela. Le groupe place d’ailleurs selon moi les meilleurs morceaux en seconde partie (QVVDM atteint des sommets, et TASAIME propose une terrible ligne de basse répétitive qui nous colle à la gorge). La répétition est un des points clés du groupe, qui en joue pour imposer sa force créative, entêtante et endiablée. L’ambiance parfois apocalyptique, mélangée à la sensualité des paroles et des sonorités, permet de créer une atmosphère oppressante, de laquelle on parvient difficilement à se détacher !

 

Une perle rare

Les œuvres musicales françaises comme celle-ci sont rares, et démontrent toute l’ingéniosité d’artistes malheureusement trop peu reconnus. « AF » est un appel sincère à la création et à l’élévation musicale. On y ressent tout le travail qu’il a fallu fournir pour arriver à ce splendide résultat final. Que ce soit au niveau de la production assez fascinante ou des compositions de haut niveau (EMBRASSE, VIVRE, AVANT, DANSER…), l’album est précis, concis et direct, à l’image des titres de ses chansons, presque tous composés d’un seul mot. La pochette, amusante, est la couverture trompeuse d’un secret bien gardé. Dès lors que vous trouvez la clé, il faut avoir la tête vide et être prêt à la surprise. J’espère que vous le serez en février.

 

Préparez-vous bien

Tout est dit, ce nouvel album est une perle rare, qui mélange les styles avec brio, et qui invente le sien grâce à un talent irréfutable. Et qu’est-ce que ça fait du bien ! « AF » constitue donc l’apogée d’un groupe qui, même s’il n’est pas aussi productif qu’on le voudrait, poursuit son épopée musicale sans jamais perdre le sens ni la pertinence de leur art.

 

Tracklist :

01 – DISCO FLASH
02 – EMBRASSE
03 – SERRER
04 – VIVRE
05 – AVANT
06 – IN UTERO
07 – QVVDM
08 – EVEL
09 – PAC
10 – TASAIME
11 – DANSER

 

Pour leur troisième concert parisien, The Murder Capital investissait mercredi dernier (06 novembre) la petite salle du Nouveau Casino. Jeunes Irlandais aux visages imprégnés de l’authenticité de leur musique, le nouveau groupe évènement de la sphère musicale rock avait bien l’intention de montrer encore une fois ce qu’ils avaient dans le ventre. Leur passage à Rock en Seine en août dernier avait marqué les esprits, la plupart du public les découvrant tout juste, deux semaines après la sortie de leur premier et excellent album When I Have Fears. Aujourd’hui, le groupe a gagné de nombreux fans venus les admirer dans un lieu fermé cette fois-ci, deuxième salle de ce type puisqu’ils avaient déjà joué à La Boule Noire en avril dernier, alors que leur album n’était pas encore sorti. En pleine rage de conquête du sol européen, The Murder Capital est donc un groupe prometteur qui, au fil des mois, séduit de plus en plus d’esprits aguerris à un rock véritable, et investissent des salles de plus en plus grandes. Vous pourrez d’ailleurs les retrouver au Café de la Danse en février 2020. Mais avant d’aller choper vos places, laissez nous vous raconter en détail leur dernière prestation au Nouveau Casino.

 

La première partie est d’abord assurée par des Parisiens, sous le nom de Pop Crimes. Rythmé, joyeux et entraînant, le jeune groupe a offert un moment plein d’honnêteté au public présent. Un apéritif plutôt agréable.

 

Un départ en apothéose

A 21h, les cinq irlandais entrent sur scène et démarrent avec l’énorme bombe à retardement qu’est « Slowdance », divisée en deux parties sur l’album. Comme entrée en matière, c’est plutôt osé, mais à vrai dire terriblement efficace. La chanson prend son temps, se développe progressivement, pour ne laisser place qu’aux instruments durant sa seconde moitié. Le chanteur, après nous avoir déjà envoûté avec sa voix magistralement sombre et mystérieuse, laisse ses potes faire le travail. Tout est cadré parfaitement, les mecs larguent déjà le missile de la soirée. Il faut dire que la chanson est tellement bien construite que la claque est quasiment obligatoire. La fin, toute en lenteur et intensité, provoque en nous les meilleurs frissons de concert, ceux que l’on attend avec impatience, et qui nous transporte dans une jouissance adorée, que peu parvienne à procurer. En à peine dix minutes, ils ont déjà atteint le sommet de leur musique et montrer la flamme qui brûle en eux.

 

Un mélange d’oppositions transformées en puissante unité

Après ce petit bouleversement, il fallait bien revenir sur Terre. Le bassiste et chanteur interprètent alors à deux une des chansons les plus calmes de l’album « On Twisted Ground », que James McGovern présente comme le symbole de leur amitié et de la cohésion du groupe. « Ces gars-là, je serais rien sans eux » nous dit-il. Plus personne ne fait un bruit dans la salle, la musique fait son effet. L’émotion est au rendez-vous sur cette chanson minimaliste remplies de visions aussi bien lumineuses que ténébreuses. C’est d’ailleurs l’une des forces de ce groupe que de mélanger chaos et espoir, douceur et violence, haine et amour… « Love, love, love », troisième morceau de la setlist, placée en clôture sur l’album, retrouve la même intensité dévorante qui fait la définition de The Murder Capital, et nous parle d’amour de manière lente et sensuelle, avec des touches de bestialité. Cette façon insistante du chanteur d’appuyer sur les trois mêmes mots du titre réveille nos désirs. Le groupe en appelle à notre corps et à nos sens, pour ressentir au plus profond ces guitares et cette voix aiguisées à la sexualité et à la violence animale.

Vient ensuite « Green and Blue », le dernier morceau relativement calme du concert, avant d’enchaîner toutes leurs compositions les plus agitées, dont la maîtresse d’honneur sera « For Everything », morceau le plus abrupt du groupe, qui se place en ouverture sur l’album. Déferlement de colère instantanée, « For Everything » marque l’apogée de leur talent de composition, et sur scène, autant dire que rien n’est épargné. Les sauvages coups de guitares qui viennent accélérer le rythme de la chanson en première partie rugissent de manière poignante, puis laissent place en seconde partie à la présence charismatique du chanteur qui rugit les derniers mots d’une impressionnante conviction.

Avec seulement un album à leur actif, c’est déjà bientôt l’heure de partir. Mais avant cela, il reste encore trois morceaux. « More Is Less » excite la foule avec son rythme endiablé, au même titre que « Don’t Cling to Life ». Le groupe a fait en sorte de garder leurs morceaux pêchus pour la fin. Habitués à un public irlandais habituellement très réceptif, ils veulent faire de la foule française une boule d’énergie grandissante, que chacun prenne son pied, s’éclate et se marche dessus. Certains d’ailleurs ne viennent que pour ça, pour ressentir l’excitation. Ceux-là sont servis.

 

 

Une clôture sous le signe du chaos

Ils terminent le concert avec « Feeling Fades » et sa perte de contrôle finale, où tout semble se fissurer suite au côté très ordonné de leur prestation jusque-là (ce qui, d’ailleurs, pourrait leur être reproché au vu de la parfaite maîtrise de leur show qui ne laisse aucune place à l’improvisation). Heureusement, ce dernier morceau contrebalance cet aspect. Sur scène, la musique devient chaos, plus rien n’est contrôlable. Le chanteur fait un énorme saut dans la foule, puis un deuxième, en hurlant ses « lala la la lala » allongé sur le public. Tout s’arrête soudainement, la basse s’explose contre le sol. Le groupe s’en va sous les cris de la foule. Il n’y aura pas de rappel.

Désormais, nous n’avons plus qu’à attendre leur deuxième album pour que cette soirée riche en excitation dure deux fois plus longtemps. Et si leur prochain projet est à la hauteur du premier, The Murder Capital deviendra alors réellement grand, et important pour la musique actuelle.

 

Vous avez le droit d’aller choper vos places pour février maintenant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boris Bouchard

 

Le rock néo 90’s a un nouveau visage féminin avec The Wooden Pearls. A la fois brit pop et rock alternatif, le groupe mené par Céline promet un voyage sensoriel entre mélodies transcendantes, minimalistes et excessives.

Entourée de Steph et Gilles, la belle sort un tout premier album intitulé ” Strip me loud” qui succède à deux EPs, le premier éponyme et le second “Stepping Out”.

Dix titres donnent rendez-vous au fans de rock sur cette première galette. Tantôt introspectifs comme “Némésis” et “Cruel November”, tantôt ancrés dans l’actualité comme “Liars” ou “Me Too” dont le clip est déjà disponible, cet opus ne manque pas de facettes et de profondeurs. En attendant de pouvoir s’en délecter titre après titre, The Wooden Pearls ont réservé une surprise aux lecteur de Pop & Shot!

En effet découvre en exclusivité le titre “Telephone Filter”

Un morceau engagé et profondément rock qui va rapidement devenir culte.

 

Le groupe sera de plus en tournée française, histoire de s’offrir une bonne soirée rock et de pogoter dans la joie.

 

[divider style=”solid” color=”#eeeeee” width=”1px”]

Tournée française de The Wooden Pearls

 

09/02/2019, Ville : Billère (Dpt : 64), Salle : La Route du Son (1ere Partie de YAROL)

08/03/2019, Ville : Salies-de-Béarn (Dpt : 64), Salle : Le Bayaa

24/05/2019, Ville : Toulouse (Dpt : 31), Salle : La Cave à Rock

21/06/2019, Ville : Mirande (Dpt : 32), Salle : Tremplin Kiosq n’Rock

29/06/2019, Ville : Dax (Dpt : 40), Salle : Arènes de Dax (We Are The Band)

03/08/2019, Ville : Salies-de-Béarn (Dpt : 64), Salle : Place du Bayaa