Tag

rap

Browsing

      Grand petit retour cette semaine du rappeur français Benjamin Epps qui nous dévoile son deuxième EP Vous êtes pas contents ? Triplé ! Pas de premier album officiel, il faudra attendre encore un peu, mais un nouveau projet assurément bien foutu, venu placer la barre encore plus haut que le précédent. De quoi miser de grands espoirs sur l’autoproclamé meilleur rappeur de sa génération.

Cover « Vous êtes pas contents ? Triplé ! »

Une première tentative déjà exemplaire pour Benjamin EPPS

    On le découvrait l’année dernière avec son premier EP Fantôme avec chauffeur, qui laissait entendre une voix éloignée de tout ce que le rap accouche à l’heure actuelle. Puis une fois passée cette belle surprise, on s’était laissés prendre par l’ensemble. Instrus carrées allant à l’essentiel (signées Le Chroniqueur Sale) dans une ambiance hyper old-school bien appréciée, celle-ci ressentie comme un vent frais, drôle d’ironie. Maitrise d’un flow acerbe également. Epps ne sortait pas de nulle part. Derrière, il transportait une histoire. Celle du rap américain des années 90/2000, ingérée, digérée, puis libérée avec tact et intelligence dans des titres surprenants.

 

Un deuxième essai qui va droit au but

    Vous êtes pas contents ? Triplé !, titre emprunté à Kyllian MBappé qui avait lâché cette phrase dans une interview en 2018 à propos de sa position dans l’équipe de l’AS Monaco (on vous laisse aller chercher par vous-même), confirme tout ce qu’on pensait déjà d’Epps. Plus loin encore, cet EP place le rappeur à un niveau qui force le respect. Loin d’être une copie de son premier projet, celui-ci marque une avancée notable. Plus gros, plus ambitieux, tout aussi cohérent et cela au sein d’un univers pourtant bien démarqué du précédent.

Benjamin Epps dans le clip « Vous êtes pas contents ? C’est pareil » par THE NEW VISION

    Eppsito (son surnom) lâche les fauves. Lui seul les dompte, puisqu’aucun featuring n’apparaît sur ce nouvel EP.  100% Epps. Les prods sur lesquelles il pose ont plus de poigne, avec un côté rétro toujours présent, mais cette fois-ci moins appuyé et un peu plus modernisé. Cela dans l’idée de proposer un rap non pas tellement nostalgique, mais tourné vers une démarche d’emprunt à destinée d’une matière neuve. Le rappeur ne cache pas ses obsessions, et joue avec elles intelligemment. Apparaît ainsi King Jay-Z sur « Encore », Nas au niveau du titre et de l’instru de la deuxième track « Drillmatic »,  et d’autres influences davantage enracinées… Ce socle subtilement présent lui permet de se situer dans un espace singulier, et de laisser apparaître sa touche bien personnelle. Cette touche, c’est toujours sa voix et sa manière de la poser, dont il a déjà une parfaite maitrise, sonnant à la fois comme un caprice enfantin et une rébellion mâture. L’inverse fonctionne aussi : une rébellion enfantine et un caprice mature. Il y a dedans autant d’invectives que de douceur latente, comme en prouve le génial morceau « Marathon ». On y ressent une menace planante dans un rêve tranquille.

    Le reste est presque tout aussi bon, et particulièrement « Drillmatic », notre coup de cœur. Mais nous ne sommes pas surpris, puisque son Colors sorti le mois dernier annonçait déjà la couleur. Benjamin Epps révélait à l’époque le dernier morceau de ce nouveau projet, « Ce que le pips demande » et on y sentait déjà le désir de taper un grand coup, et de dynamiser le talent qu’on lui connaissait déjà. Mission réussie. Son premier album sera grand. C’est une garantie.


Top albums 2021 : les coups de cœur de la rédac’

2021, c’est terminé ! Malgré son lot de péripéties, notamment pour le monde de la…

Fils Cara présente le clip envoutant de « Sous Ma Peau »

Nous avions découvert Fils Cara lors du Prix Chorus 2020, il est de retour cette semaine…

Rowland S. Howard ou la revanche silencieuse d’un génie oublié du rock

Rowland S. Howard Une silhouette mystérieuse, frêle et presque recroquevillée. Une voix ténébreuse. Un son…

Le 26 mars Carole Pelé dévoile son premier EP tout naturellement intitulé « Premier EP ». Si le hip hop vit on le sait, son nouvel âge d’or, la chanteuse y voit une belle façon de mettre les textes au centre de son oeuvre. Plasticienne, ancienne journaliste reporter d’images, elle ne recule devant rien et manie aussi bien l’écriture lacérée que les riffs bien senties. Dans son oeuvre entière cette musicienne mélange les arts pour mieux créer un objet multiple et hybride. Elle  pourrait être la digne descendante de Fauve du moins pour sa capacité à transmettre des maux actuels en musique. On pense également à Mélodie Lauret qui comme elle ne mâche pas ses mots. Bien loin de multiplier les simples références, Carole Pelé est une artiste entière dont la plume transperce dès les premières écoutes de ses titres. Pour preuve, l’excellent single « Nuit Blanche » qui traite de l’addiction et touche charnellement son auditeur. La chanteuse nous a donné rendez-vous au coeur de Paris. Avec sympathie, douceur et sincérité, elle a accepté de se prêter au jeu du questions/ réponses. On parle d’art, de Fauve, de combats, d’images. Une interview à découvrir et une artiste qui vous fera passer à des nuits blanches à écouter en mode « repeat » ses titres.


Découvrez notre interview de Carole Pelé


Thérèse solo

Thérèse : « Ce qui est intéressant c’est quand un combat qui se veut communautaire devient universel. » (Interview)

Le 12 mars 2021, Thérèse fêtera son anniversaire. Le 12 mars un an plus tôt…

tazieff

A découvrir : 9 musiciens made in France (variés) dont vous allez être fous !

Tout n’est finalement pas à jeter en 2020. La preuve ? Ces 10 artistes qui…

extrait du clip chance de magenta et vendredi sur mer

Qu’est-ce que l’essentiel ? Magenta répond à nos questions

Alors que la France sortait doucement de deux longs mois de confinement, nous avons posé…

Crossroads festival

Chaque année, l’automne est synonyme de très belles découvertes musicales et ce grâce au Crossroads Festival. L’événement qui se déroule traditionnellement à Roubaix est soutenu par la région des Hauts-de-France et permet de développer l’attraction professionnelle dans cette région du Nord de la France tout en faisant rayonner des découvertes hautement qualitatives. Tous genres confondus, la musique moderne se présente sous forme de showcases et promet de satisfaire les mélomanes. Nous y avions notamment découvert It it Anita, KosmoSuna, Yolande Bashing, Kimberose, Desprès, Bartleby Delicate, Glauque, Edgär, La Jungle, Bison Bisou pour n’en citer que quelques uns.

Cette année, crise du Coronavirus oblige, l’événement se tiendra uniquement sous forme numérique. Si le live et les retrouvailles dans une salle de concert nous manque à tous, cette édition n’est pas à bouder, loin de là. Puisque comme chaque année le Crossroads festival promet sa dose de découvertes talentueuses qui a plus que jamais besoin de notre soutien sans failles.

En pratique, cette cinquième édition se déroulera du 8 au 11 septembre 2020 sur le site Internet du Crossroads festival, ses réseaux sociaux mais aussi ceux de ses partenaires dont fait partie Popnshot. Les concerts seront diffusés sous forme d’émission tv avec des lives de 15 minutes qui se succéderont à raison d’un format de 1h45/ 2h par jour.

Demandez le programme

programmation crossroads 2020

A l’affiche, nous retrouverons :

Adam Carpels (électro), Annabel Lee ( rock), Bill the Dog (punk), Bobine de cuivre (électro), Dear Deer ( post punk), Fianss & Theezy ( rap), Fleuves Noirs (rock), Gulien (rap), Johnnie Carwash (garage), L’Argousier (poèmes électriques), Le Goût de la Ville, Lombre (urbain), Mardi Midi (techno noise), MASSTO (soul blues), Orange Dream (pop-rock), Paprika Kinski (pop), Ravage (Indie punk), Saudade (indie soul), SÔRA ( R&B), Sun (brutal pop), Supamoon ( R&B), Te Beiyo (folk), This will destroy you (post punk), Venus VNR (pop), White Velvet (pop), XIII Amer (rap rock), YN (rap), Yudimah (rap).

Concerts, rencontres pro et rayonnement régional

Comme chaque année, le Crossroads sera un festival pluriel. Il sera l’occasion de rencontres professionnelles du secteur musical. Il aura également pour but, à l’instar des des Trans Musicales de Rennes ou du Great Escape à Brighton ( Royaume-Unis) de faire rayonner une scène locale émergente et pointue des Hauts-de-France et des régions et pays invités : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Canada  …

Tu as envie d’en découvrir plus ? De faire le plein de nouveauté ? Nous  t’avons préparé notre playlist coups de cœur du Crossroads Festival à écouter avant le lancement du festival et longtemps après sa clôture 🙂

 


programmation crossroads 2020

Ecoute notre playlist coups de cœur du Crossroad Festival 2020 : Découvertes pointues, indés et variées

Du 8 au 11 septembre 2020, le Crossroads Festival s’offrira une version en ligne à…

playlist indés

La playlist indé du confinement est là !

Les informations sont formelles. Il semblerait bien que, la faute encore une fois à la…

jacques brel alcool

La playlist alcoolisée est là ( Pour s’enjailler en musique )

La playlist alcoolisée est arrivée! La musique enivre, s’écoute parfois ivre, est occasionnellement composée de…