Tag

rap

Browsing
« Mauvais Ordre » – LOMEPAL

 

Lomepal revient aujourd’hui avec Mauvais Ordre, son troisième album attendu au tournant, annoncé début septembre. Suite à une tournée des théâtres antiques cet été, l’artiste français dévoile enfin l’opus teasé il y a plusieurs mois par les singles « Tee » puis « Auburn ». A leurs écoutes et après un été passé en leurs compagnies récurrentes, notre petit doigt nous disait que quelque chose d’intéressant se tramait par là. Alors, Mauvais Ordre, bonne pioche ?

 

 

 

Si FLIP, le premier album officiel devenu mythique d’Antoine Valentinelli alias Lomepal, nous trotte encore dans les oreilles depuis sa sortie en 2017, c’est qu’il est placé très haut dans notre panthéon personnel. « Tu touches pas à FLIP, c’est un monument », disait d’ailleurs le rappeur dans Jeannine, son deuxième album. C’était sans savoir que ce dernier le propulsera encore beaucoup plus loin en terme de reconnaissance. Là où FLIP avait conquis un public relativement rap, Jeannine était parvenu à séduire un public bien plus large. Du Zénith à Bercy, pour résumer. Ça ne change néanmoins rien au fait que FLIP reste à nos yeux un monument beaucoup plus haut construit que Jeannine. Mais là n’est pas le débat. Qu’en est-il du petit nouveau ?

 

Soin de la production

Ce qu’il convient de dire en premier lieu est que Mauvais Ordre est plutôt fidèle à nos attentes. On sait quel virage a pris Lomepal depuis quelques années, et on a tout à fait accepté son besoin d’aller chercher ailleurs que dans le rap pur et dur, où pourtant, il avait fait ses preuves. Jeannine mêlait encore les deux aspects, Mauvais Ordre tape le poing sur le tabouret et nous dit clairement : c’est désormais ce chemin et pas un autre. Le chemin dont il est question, c’est celui de la chanson française, qu’on nomme aussi variété. C’est ici que Lomepal se sent le plus à l’aise et force est de constater que la recette fonctionne à merveille. Il a le timbre pour, la manière de chanter pour, le don de compos évidentes pour. En ce sens, Mauvais Ordre est d’ailleurs bien plus cohérent que son prédécesseur, qui avait peine à trouver pleinement sa voix, le cul entre deux chaises. On sent ici le tout moins superficiel, plus juste, plus fidèle. Cette sensation semble en grande partie soutenue par une grande maitrise sonore. Lomepal l’avait annoncé plus tôt dans l’année lors d’une interview : cet album donnera une grande importance à la façon dont il sonne. Pas de mensonges sur la marchandise, on sent directement une production affinée, précise, minimaliste. Basse batterie au cœur du projet. Cette clarté sonore est due à la bande de musiciens qui entoure le chanteur, avec comme d’habitude Pierrick Devin à la manœuvre.

Pas de doute, Mauvais Ordre veut sonner comme du miel. Mais comme il le dit dans l’album lui-même, le miel n’est pas le miel sans le vinaigre. Et Lomepal n’est pas Lomepal sans cette manière toujours aussi irrésistible et unique qu’il a de poser sa voix, de choisir ses mots, d’embrasser ses mélodies. Comme si ces nouveaux morceaux nous avait toujours habité, tant leur évidence nous titille sans cesse. C’est par exemple le cas de « Mauvais Ordre », « A peu près », « Hasarder », « Etna », « Prends ce que tu veux chez moi »… Son style est plus que jamais affirmé, impactant et direct. Cela nous rappelle ses fameuses versions acoustiques, sur FLIP Deluxe puis sur 3 Jours à Motorbass, qui allaient droit à l’essentiel. La voix y était au centre. Et cette épure est désormais le centre de sa voie. « Tee » nous avait agréablement surpris dans ce sens, tant il arrivait à mêler phrases fortes, mélodie entêtante et minimalisme musical. Construit en deux parties, le morceau reste encore un des meilleurs de ce nouveau projet. Il en va de même pour « Auburn », le morceau le plus rappé de l’album sur un refrain aux sonorités rock. Celui qui se démarque vraiment du reste par son originalité. A l’inverse, « Maladie Moderne », placé au milieu de l’album, fait apercevoir les limites du chemin emprunté par Lomepal : se reposer parfois sur quelque chose de trop simple et des effets de mélodies, mettant de côté une réelle prise de risque, autant au niveau de la production que des textes.

 

don de Faire sonner les mots

Côté texte, Lomepal sait pourtant toujours aussi bien faire sonner les mots. Il pourrait chanter uniquement en onomatopées qu’on en demanderait encore. Pour Mauvais Ordre, changement de direction : pas d’egotrip, pas de sa relation face au succès, mais un nouveau personnage, plus seulement habité par son propre « je » mais aussi par un autre qu’il nous raconte. C’est l’histoire d’un type, ni plus ni moins. Solitaire, qui n’a ni un pied dans les flammes, ni l’autre dans la glace, mais plutôt les deux dans la pénombre, et qui se sent à peu près solide, même si à part : « Plus j’essaie d’être moi-même plus le courant foire / J’ai peur de devenir l’image que je renvoie / Toujours bloqué dans la mauvaise zone » dit-il dans le titre éponyme. Le mauvais ordre en personne, qui ne sait pas bien où se situer, au point que sa ville (lumière) ne lui procure plus aucun effet et qu’il veuille aller planter quelques tomates et faire du son sans ordi. Somme toute un gars qui se croit différent mais qui ne l’est pas tant que ça, qui aime exposer ses propres failles pour arriver au constat universel : « je suis qu’un homme ». Jusqu’à cette dernière phrase de l’album, intimement personnelle, celle qui justement n’est pas « Pour de faux », mais qui résume tout le trajet pour arriver jusque-là : « je voudrais tout refaire en mieux. Mais si je fais rien qu’un choix contraire je pourrais plus la rencontrer, faut que je puisse la rencontrer ». Elle, c’est Souheila Yacoub. Une actrice suisse avec qui Lomepal est en couple depuis quelques temps. C’est elle dans le clip de « Trop Beau », mais surtout sur la pochette de l’album, en clin d’œil à la scène finale de the Truman Show. Dans un interlude de l’album, on entend Antoine Valentinelli faire référence à une autre scène du film où le personnage découpe des bouts de journaux pour créer la femme parfaite. Cette pochette prend alors tout son sens. Relégué au second plan, il laisse pour la première fois le cadre à autre que lui.

 

Mauvais Ordre est donc propre, parfaitement exécuté dans les règles de l’art, oui. La plupart des morceaux et des mélodies sont bien trouvées, oui.  Le style Lomepal trouve là une très belle continuité logique, oui. Antoine Valentinelli est extrêmement doué dans ce qu’il fait et gère sa carrière d’une main de maitre, oui. Le succès sera au rendez-vous, très certainement. Mais Mauvais Ordre est-il pour autant un album mémorable ? Le monument FLIP n’a pas trop de souci à se faire de ce côté-là.


Florence + the machine

Florence + The Machine hante et ensorcèle sur Dance Fever

Trois ans après la sortie de High as Hope, Florence + The Machine revient ce…

black country new road Ants from up there

Black Country, New Road poétisent leur génie dans Ants from up there.

Puis le deuxième album vint et le génie s’affermit. Un an après le prometteur For…

Benjamin Epps – « Vous êtes pas contents ? Triplé ! », un nouvel EP tranchant

      Grand petit retour cette semaine du rappeur français Benjamin Epps qui nous dévoile…

THEE DIAN
Crédit photo : GIL ANSELMI

THEE DIAN, c’est avant tout le rencontre d’une voix. Puissante, profonde, enivrante et inoubliable. La chanteuse offre au compte goutte les brides de son univers en se dévoilant titre par titre comme autant de petits cadeaux à déballer les oreilles grandes ouvertes. Si la promesse d’un album et d’une rencontre en live planent au-dessus de nos têtes, chaque extrait mérite de prendre le temps de le déguster et de s’en imprégner. Avec un flow aussi dansant que mélancolique, la belle tape juste et s’offre une palette moderne loin d’être privée de références .

Il faut dire que la musique coule dans ses veines depuis son plus jeune âge. Elle apprend le piano à trois ans alors que sa mère, choriste d’Alpha Blondy et Manu Dibango et que son père, chanteur de Carlos Santana lui donnent le goût des partitions et des notes savantes. Entre Dakar et Paris, THEE DIAN crée un Monde où les étiquettes n’ont pas leur place et où la liberté est mot d’ordre.

Paper Angel : le clip de la renaissance 

A seulement 20 ans, après avoir dévoilé en décembre son premier titre solo « Insanity » sur le label Spin Desire, THEE DIAN livre ici un clip à fleur de peau. Elle y évoque le fait de tuer symboliquement son deadname. Le morceau « Paper Angel » est à prendre comme un témoignage universel. La chanteuse y évoque la puissance du voyage de sa transition, la patiente dont il a fallu faire preuve mais aussi la force qu’elle en a tiré. Artiste LGBTQ+  engagée, elle crée un halo lumineux, symbolique du fait d’être enfin elle-même, libérée du poids d’une identité subie.

Ce besoin de s’échapper des cases et de voir au-delà se fait tout autant sentir dans sa musique où le rap côtoie l’électro, flirte avec le r’n’b sans jamais se cantonner dans un registre unique, repoussant frontières et attentes. Ce « Paper Angel » s’avère être un périple où bienveillance et lumière règnent en maître et où la maîtrise instrumentale est un outil savamment utilisé pour inviter l’auditeur à la découverte d’un Monde nouveau. Un Monde où chacun peut s’exprimer, créer, être lui-même, affranchi de jugements et de prisons. Un Monde où art et musique sont leaders en somme.


Stephen King

Stephen King, Margaret Atwood et plus de 1000 auteurs se mobilisent contre la transphobie

De Stephen King à Margaret Atwood en passant par John Green ou encore Neil Gaiman,…

chris garneau

Chris Garneau signe un nouveau titre puissant « Now On » et reverse ses recettes à l’association Black Trans Advocacy Coalition

A la fin de l’éprouvante année 2020, le talentueux Chris Garneau, chanteur à la voix…

Structures music

A découvrir : 7 groupes de rock français (variés) qui envoient du lourd!

Seuls les anglais et les américains savent faire du vrai rock? Les guitares électriques ne…

La musique francophone a créativement parlant de très beaux jours devant elle. Les nouveaux arrivés de cette scène regorgent de talent, de créativité, osent, proposent et ce en empruntant à toutes les palettes comme tous les registres. Aujourd’hui, cette scène, ce futur, est fragilisée par une crise sans fin qui voudrait relayer au rang de non essentiels ces artistes magnifiques. L’art est pourtant notre salut, notre liberté, notre convivialité, notre âme et prend la température d’une instant pour lui offrir l’éternité. C’est cette diversité, ce message qu’il nous défendre. Pour protéger ce système faites des découvertes, partagez les, achetez de la musique, achetez des albums physiques, achetez chez vos disquaires, parlez de vos coups de coeur. Les six artistes ci-dessous sont bien la preuve qu’il faut se battre pour la musique. Faites du bien à vos oreilles.

Feathership : folk made in montreal

Nos amis canadiens savent écrire de la folk. Du type mélodique, envoûtante et qui prend au tripes. Ce ne sont pas les incroyables Half Moon Run ou Franklin Electrics qui nous feront mentir. La capacité à partager émotions et grands espaces nord américains peuplent leurs titres. Et si ces deux incroyables groupes commençaient à vous manquer, bonne nouvelle voilà que débarque Feathership, le projet du montréalais Jean-Philippe Sauvé. Plus pop que ses prédécesseurs, il partage néanmoins la même force nostalgique et poétique qu’eux. Pour preuve le premier extrait de son nouvel EP  : »The West Side » dont le clip aux couleurs poudrées a été réalisé par les soins de son frère Jean-François Sauvé. Avec son titre éponyme cet EP 4 morceaux vous propose une promenade en mer,  aujourd’hui voilà qui parait primordial. En anglais dans le texte et à travers la précision de ses notes, le musicien vous invite à sauter entre les vagues et vivre avec joie le mouvement de l’eau (« Saviour »), vous perdre dans l’immensité de l’océan (« The West Side »), s’offrir un bain de minuit tumultueux (« High Moon ») et à prendre le large sans retour (« Sun friend »).  Le globe-trotteur et surfeur rappelle que l’intensité des éléments est le meilleur écho à nos ressentis. La mer et l’art ne forment plus qu’un alors que les émotions à fleur de peau viennent elles surfer à la surface. A découvrir d’urgence.

Shaken Soda : rock déjanté

Où est passée la fièvre rock ? Pouvait-on se demander ces dernières années. Le grain de folie avait-il disparu au profit de mélodies lissée toujours empruntes d’une forme de tiédeur électro où tout était un peu mais pas trop ? Si la tendance s’inversait enfin ces dernières années, voilà que le débat prend définitivement fin avec les  délicieusement déjantés Shaken Soda. Les fous furieux publiaient leur premier Ep éponyme le 16 octobre 2020. Au programme cinq titres jusqu’au-boutistes portés par des riffs entraînants où bonne humeur côtoie instrumentales énervés. Les trois musiciens toulousains osent mélanger brit pop et ses voix aériennes au rock mordant citant parmi ses références Foals comme les Beatles, Arctic Monkeys aux côtés de Bloc Party. Un savant bordel, très joliment mis en forme qui vous donnera autant envie de sauter partout (« That Kind of feel ») que de chiller en profitant d’un flow maîtrisé et d’une capacité remarquable à faire du refrain (« Forest »). Un final plein de vie sur le tubesque « Keep on Running » obligera vos pieds à danser tout seuls. Une grande gorgée de Shaken Soda c’est sans doute le meilleur des remèdes anti-dépression liée à l’actualité morose. La musique nous sauvera tous.

Lombre : rap mélancolique

Les mélodies urbaines ont gagné beaucoup de terrain en France ces dernières années. C’est d’ailleurs via le Hip hop que le vent de fraîcheur a soufflé le premier dans un univers musical qui ne demandait qu’à se renouveler. Fauve avait déjà amorcé une certaine tendance : utiliser le phrasé sur des riffs modernes électro, jouer sur la mélancolie, toucher au slam, créer des instrumentales douces, réinventer le genre. Depuis leur pot de départ au Bataclan, la relève n’avait pas été assurée, leur nouveau projet Magenta s’éloignant de cette impulsion pour proposer autre chose. Pourtant le collectif ne pouvait pas rester sans progéniture et aujourd’hui voilà que Lombre débarque enfin, prêt à reprendre ces codes précis et à pourtant oser proposer de la nouveauté en les utilisant. Le chanteur emprunte aussi à Georgio, Big Flo et Oli et même Gaël Faye pour créer un son hybride et des riffs à la précision d’une lame de rasoir. Les texte tombent à point nommé, eux aussi soufflés comme une confidence, tendus, sincères et désillusionnés. Lombre signe avec « La Lumière du noir » son nouvel EP une œuvre où mélancolie et espoir se côtoient, où les émotions prennent forme et où la société ne broie plus l’humain en tant que personne. Il devait figurer à l’affiche de MaMA Festival annulé à peine quelques jours avant son édition 2020. La preuve s’il en faut que le musicien devrait bientôt faire beaucoup parler de lui.

We Hate You Please Die : tourbillon rock(s)

Vous êtes passés à côté de We Hate You Please Die ? Il faut d’urgence rattraper cette grossière erreur. Si le post-punk a aujourd’hui la côte chez nos voisins britanniques  Idles, The Murder Capital et autres Fontaines D.C ne sauraient nous faire mentir, la sauce devait également s’inviter dans l’Hexagone. Grâce à la formation c’est aujourd’hui chose faite, à quelques nuances près.  Non content de redéfinir les codes du rock français le quatuor convie le lo fi, scream volontiers, s’aventure vers le chemin du psyché, brisant toutes les barrières et frontières sur son chemin. Un pari qui paye : sélectionnés aux Inouïs de Bourges 2019 la troupe originaire de Rouen recevait le prix Chorus en octobre 2020. Son grain de folie scénique et jusqu’au-boutiste ne pouvant que convaincre jusqu’au spectateur le plus réticent de l’audience, allumant une flamme intarissable chez  quiconque s’aventurait à l’un de ses shows. Avec un premier album publié en octobre 2018 « Kids are Lo-Fi », le groupe ne se contentait pas de faire de jolies promesses pour l’avenir, il invitait titre après titre à une révolution interne peuplée de spirales tantôt mélancoliques, tantôt puissantes et offrait un véritable bijou . L’album signe le casse du siècle en un seul essai. We Hate You Please Die a cette force rare qui convainc tout le monde, qui ne laisse personne indifférent sur le banc de touche et qui rappelle que le rock est avant tout une énergie communicative. Plus de 7 minutes de l’époustouflant « Figure it out » sonnent d’ailleurs comme une onde de liberté aspirant tout sur son passage avec une maîtrise quasi surnaturelle de chaque note.  La liberté, c’est bien ce dont on a besoin aujourd’hui et comme toujours, elle se trouve au cœur des meilleurs albums du moment.

Temps Calme : expérimentations psychées

Voix aériennes, notes envolées, Temps Calme pourrait naviguer dans les  eaux froide de la cold wave et s’inspirer de son retour en force pour se faire sa place. Ce serait mal connaître le trio lillois que de les limiter à ce simple constat. le groupe emprunte mais ne copie pas, adapte et surprend. La preuve en est d’ailleurs apportée d’entrée sur le premier album du groupe « Circuit » sorti le 6 novembre 2020.  « Aquafalling » qui ouvre le bal et ses percussions enivrantes appelle l’oreille immédiatement. Précis le titre crée de la beauté à travers ses rythmiques joliment mises en place et fait appel au monde aquatique avec finesse et raffinement. Suivez le chant des sirènes sur les notes graves  répétées en boucle qui sonnent comme un appel à faire le vide atours de soi de « Dancing owl ». Il faut dire que la troupe connait ses gammes faussant les pistes du rock psychédélique pour mieux se révéler jazz ( avec la maîtrise instrumental que ça implique) tout en distillant ses effervescences tantôt pop tantôt électro.  Après un EP sorti au printemps 2019, Temps Calme revient plus fort que jamais avec cette galette aussi puissante que des montagnes russes qui laisse aussi bien place à la technique qu’aux émotions, qui n’est jamais prévisible, ne se répète jamais et n’est jamais convenue. Certains titres frôlent l’expérimental d’autres sont accessibles à tous, malgré cette grande disparité, le tout s’additionne parfaitement avec une logique millimétrée. Si 2020 a été une année pour le moins atroce, le temps de 10 titres, Temps Calme propose de goûter à la perfection et de finir en apothéose instrumentale. Déjà culte.

Aliocha : douceur et arts

Aliocha aime les arts et les invite à se rencontrer sans concession. C’est bien ce que prouve son premier essaie en français « C’est tout, c’est rien », relecture de son morceau « Forget My Blues » qui figurait sur son album « Naked ». Au programme du clip de ce titre hors normes : un jeu de caméra et de regards de face librement inspiré des « screens tests » d’Andy Warhol avec pour cadre l’Opéra de Paris et la participation d’une ballerine classique qui offre au tout une nouvelle dimension de douceur. Le chanteur (qui est également comédien) excelle à la composition se servant de son timbre fluet aux aigus maîtrisés pour proposer des morceaux à fleur de peau. Si en France le franco-canadien peut sembler confidentiel, outre-Atlantique il jouit d’une certaine notoriété étant le protégé du programme Rising Stars du TIFF qui se vante de rassembler les futures stars du cinéma. Si petits et grands écrans lui sourient, sa capacité à émouvoir et toucher avec sa musique sont autant d’atouts. Laissez vous bercer par son univers calibré, franchement beau et où les arts ne forment qu’une grande et même famille.


tazieff

A découvrir : 9 musiciens made in France (variés) dont vous allez être fous !

Tout n’est finalement pas à jeter en 2020. La preuve ? Ces 10 artistes qui…

6 artistes de rock indépendant qui valent le détours et leurs albums qu’il faut écouter

Il fait beau dehors, il fait chaud,  mais nous voilà confinés dans notre salon.  Pour…

BLACK LILYS

Sélection découvertes: 7 artistes français d’indie pop dont vous allez être fous

Nos artistes français ont du talent. Si la pluralité musicale se retrouve souvent du côté…