Archive

juillet 2018

Browsing

Il fait beau, il fait chaud, ça y est c’est la saison des festivals! Un moment des plus attendus dans l’année et qui permet de bouger ses fesses devant les découvertes et les géants de l’industrie musicale.Toujours est-il que pour passer un bon moment mieux vaut avoir l’équipement approprié et connaître les trucs et astuces pour maximiser vos chances d’y passer un super moment.

Que se soit votre premier festival ou une simple petite piqure de rappel voici une liste non exhaustives de conseils pour les festivals d’été.

First thing first comme on dit, la check list:

  •  Le sac: ne jamais au grand jamais prendre de sac à dos, je sais c’est tendance, c’est pratique mais le sac à dos en festival représente en réalité une grave menace (tindinnn musique de suspens et de drame à la New-York Unité spéciale). Déjà un sac à dos dans une foule ça se vole facilement, ça s’ouvre, sans qu’on ne s’en aperçoive et hop plus de portable ni de CB c’est moche. Ensuite et tout comme dans les transports en communs, si se prendre un bon gros bain de foule en fosse te fait kiffer, ton sac à dos donne des coups aux autres membres du public. Surtout si comme moi tu n’es pas l’un des plus grands membres de l’audience.  Genre tu te vois en train de chanter sur un morceau en osmose total avec l’artiste, les étoiles au dessus de ta tête, les autres fans avec c’est toi, c’est beau, c’est plaisant, ce moment est parfait, en plus tu vois un peu la scène. Ta vision devient noir, un danger rode, bimm gros coup de sac dans ta face. Le sac saute te bouscule, évacuation du lieu, bousculade, retrait en fond de salle là où tu ne vois plus rien. Drame, tristesse, appelle à ta mère pour lui demander pourquoi elle ne t’a pas fait plus grande, tu ne captes pas, tu noies ça dans les bières et les frittes. Je dis non.
festival
La RATP l’a bien compris, le sac à dos est une plaie quand il y a du monde 🙂
  • Que choisir à la place? un sac en bandoulière, toujours à porté de main, facile pour sortir tout ce dont on a besoin sur le coup, pratique pour le surveiller. Ne pas oublier de ne pas le poser à côté de soit, parce que quand il y a du monde, même dans l’esprit peace and love, une disparition est si vite arrivée. Retour d’expérience d’un Rock en Seine où un petit groupe a perdu son sac alors qu’il était tranquilou en cercle. Les gens sont gentils… en majorité pas en totalité.

 

  • La crème solaire : donc il fait beau et chaud, tu vas passer la journée dehors et tu te dis “mince je vais finir couleur homard”. Bonjours les grosses traces de tee shirt en mode sorbet vanille fraise. tu n’as pas tord, pour éviter ça, crème toi avant de venir. parce que sur place les bouchons ne sont pas autorisés. Pourquoi? Parce qu’une bouteille c’est lourd et ça peut vite devenir un projectile. Topo, ta crème solaire a une chance sur deux d’être confisquée au moment du contrôle de sécurité. Tartine toi bien avant départ et pense à boire de l’eau entre deux pintes pour profiter de ta journée et revenir bronzé pas brûlé.

 

 

  • Le maquillage : Tout comme vu ci-dessus, les bouchons ne passent pas en festival, évite donc le fond de teint. L’heure de l’histoire est arrivée. Oui une histoire! Fut un festival où j’avais laissé mon fond de teint dans mon sac ( parce que voilà je me suis dit en fin de journée si je me retrouve dégoulinante et rouge c’est moche- futilité si tu veux) sauf que pof, ce petit bijou m’a été confisqué en début de concert. Les protestation du type ” vous avez peur que je maquille de force le chanteur et que je le rende orange?” ne passe pas. Privilégie donc une poudre et un rouge à lèvre. Le moins lourd possible de toute façon, va pas te péter le dos. Vous êtes déjà tous beaux au naturel! ( ce message est supposé mon consoler pour le drame du fond de teint évoqué avec souffrance plus haut)

 

  • L’eau : Comme dit plus haut, les bouchons c’est toujours non! Donc prendre une bouteille d’eau sur toi n’est pas forcément utile, sauf pour la queue en attendant d’entrer dans le site du festival. Mieux vaut payer sur place. L’autre solution, ne peut être proposée ici pour des raisons de sécurité évidentes.

 

  • Le chapeau : en journée c’est cool, c’est joli, ça aide, le soir ça t’emmerde. Une casquette que tu pourras mettre dans ton sac est à privilégiée, tout ce à quoi tu n’as pas à penser est une bonne chose.

 

  • A manger : c’est autorisé. si tu n’as pas de sous, tu peux te faire ton petit sandwich, quelques gâteaux pour te remettre après t’être bien dépensé. Sinon, sur place, il y a toujours de quoi faire.

 

  • Un Doliprane : mal de crâne en fin de journée? Ca peut toujours arriver.

  • Un Imodium : bière, chaleur, mal-bouffe et toilettes bio avec copeaux de bois ne font pas bon ménage. Pas même avec les WC chimiques. Que celui qui n’est jamais passé en festival derrière le hot dog bière de trop se dénonce.

 

  • Une batterie pour charger ton portable. Quand tu es en festival, il y a du Monde. ton smartphone lui, vide sa batterie vitesse grand V pour chercher l’internet. Une charge permet de retrouver les copains que t’as perdu, la voiture qui vient te chercher et de faire toutes les photos que tu veux pendant ta journée/ soirée. Sinon penses à te mettre en économie d’énergie.

 

  • Des bouchons d’oreilles : tu crois que c’est ringard d’avoir des bouchons. Même que ça donne l’air idiot mais te taper un acouphène à vie n’est pas l’idée du siècle. Demande toi toujours si vraiment tu veux que ce morceau soit la dernière chose qui ne fait pas “biiiip” que tu entendras à vie. mieux vaut avoir des bouchons, pouvoir s’approcher de la scène et les mettre quand tu en as besoin.

 

  • Des mouchoirs : où t’as vu qu’il y avait du PQ dans les toilettes? Que tu vas pas te faire renverser une bière sur le t-shirt?

 

  • Un pull qui se range facilement pour le soir. Les températures peuvent vite changer mais l’important c’est toujours d’avoir les mains libres pour danser, prendre des photos et tenir une pinte donc on zappe la petite veste tendance et on privilégie le pull qui se met en grosse boule dans le sac. C’est cool si tu peux poser tes fesses dessus en journée sinon…

 

  • Une écharpe qui fera chaise et qui tiendra chaud le soir peut aussi faire l’affaire. Elle peut aussi faire table, chapeau, l’écharpe fine c’est ta copine.

 

  • Les drapeaux et ballons : En soit les ballons c’est pratique pour se retrouver mais ça cache la vue à absolument tout le monde. Du coup, souvent, ça se met à gueuler “libère le dauphin, libère le dauphin!”. Te voilà moqué par tout un festival. Donne plutôt un point de rendez-vous à tes potes et une heure au cas où tu te perds sans batterie c’est moins relou. En plus qui dit ballon dit… sac à dos mon gars.

Festivaliers Rock en Seine 2017 ballon Nirvana

Que porter en festival?

  • A tous: des chaussures confortables et de préférence non ouvertes. tu penses que tu vas kiffer avec tes jolis petits nus pieds qui te permettront de kiffer l’air frais. Erreur! les sites de festivals sont souvent pleins de cailloux, brindilles et autres bouts de verre qui viendront te piquer les orteils quand tu marches. bof quoi. Et puis si tu te fais un tour en fosse les gens sautent. Donc tu risques de te faire écraser les petits pieds frêles. Ces lieux sont de vaste mélanges d’amour et de violence. Les baskets c’est tendance, les baskets c’est bien. d’ailleurs prends en plutôt qui tiennent aux pieds. Si tu slames tu peux perdre tes chaussures. C’est arrivé et quand tu en retrouves le lendemain dans la foule t’imagines bien que le mec qui a du rentrer chez lui sans ses pompes il a pas autant kiffer son after que prévu.

  • Mesdames, pensez que vous allez vous asseoir sur le sol et sauter partout. Topo, un short est une super option avec un petit haut stylé pour quand même se sentir à la mode Coachella. Sinon une robe pas trop courte qui permette de se poser sur le sol sans payer ta culotte- sauf si t’aimes payer ta culotte hein, chacun son truc, perso moi je ne juge pas, mais je ne suis pas seule dans l’univers. Si je l’étais, je paierai toujours ma culotte…

 

  • Eviter la combishort, ça parait être le compromis stylé. Erreur fatale! t’as des chiottes de deux centimètres tellement chaudes, parce que en plastique, que tu sues façon sauna et là tu dois te tortiller sans toucher les murs et la pisse au sol pour enlever l’intégralité de ta tenue à chaque pipi. Bonus: parfois les chiottes ferment mal la porte s’ouvre et là c’est plus juste ta culotte que tu payes.

  • Un déguisement : Si tu veux, c’est l’occasion, ça fera rire tout le monde. Maintenant, niveau confort c’est peut-etre moins ça mais bon hein, si t’as toujours voulu être l’homme banane…

 

  • Un maquillage à paillettes, des dessins sur le visage, des dessins sur le corps: vas-y fais toi plaisir c’est ton moment!

 

  • Le tee-shirt d’un groupe qui ne joue pas ce jour là. Tu penses que ça te donne l’air d’un fin mélomane mais ça dit souvent “Si seulement je pouvais être devant Metallica à la place de ce mec…”. De là à faire passer un message, il n’y a qu’un pas.

via GIPHY

  • Le tee-shirt d’un artiste que tu aimes et qui joue ce soir là : si tu souhaites retrouver la communauté de fans c’est le bon plan. Si t’aimes être original, et bien ça l’est moins.

Gérer son cashless/ ou ses sous

  • En festival, sur site, il n’y a pas de distributeur pour éviter de payer le double pour avoir le droit d’utiliser ta CB, prends du liquide et cache le bien sur toi.
    • Si l’option cashless est sur place c’est à dire le bracelet que tu charges avec des sous pour payer partout, charges le avant le festival pour éviter de longs temps d’attente. Sinon, si tu es du genre à ne pas y penser, comme moi, le mieux est de mettre directement le maximum d’argent que tu souhaites dépenser dès ton arrivée sur place. Refaire la queue plusieurs fois pendant des heures c’est lourd et ça te fait manquer tes concerts. Charges à bloc et pense à te faire rembourser à la fin ce qu’il te reste. C’est facile sur le site internet de cashless.

Le bar

  • Faire la queue c’est chiant, on le sait tous. Ce message ne s’adresse pas au Sam et aux buveurs de soda. Pour les amateurs de vin en revanche: demandez une pinte de vin c’est à dire de remplir l’équivalent d’une pinte en petits verres de vin, vous avez de ce fait un verre facile à transporter qui vous suffira pour la soirée sans refaire la queue. Méthode testée et approuvée à plusieurs reprises, cette technique avait été imitée par de nombreux spectateurs lors du concert de Coldplay à la salle Pleyel. Passé la surprise des premier instants du/ de la barman/aid, pour ne pas dire l’effroi et le jugement dans son regard, cette méthode s’avère très pratique.

 

  • Si tu ne conduits pas et que tu aimes la bière prends une pinte…

via GIPHY

  • si tu as déjà des eco-cup chez toi tu peux les prendre pour ne pas repayer sur place. Sinon, pour un premier verre il faut toujours compter une caution de 2 euros.

Les concerts en eux-même

  • Il n’y a pas de guide, chacun kiffe la musique comme il le veut. Au premier rang parce que tu es fan, au dernier parce que tu veux de l’espace. En concert et en festival tu seras poussé, on prendra ta place, ce n’est pas injuste c’est comme ça que ça marche. Si tu veux le premier range, viens tôt, hydrate toi, sois prudent, ça secoue. Si tu aimes papoter, fais le mais évite de trop te coller aux gens qui écoutent les morceaux, dans la mesure du possible.

 

  • Attention aux mouvements de foules entre deux scènes. Ceci est particulièrement vrai au Main Square mais pas que. Parfois, deux concerts se jouent en même temps sur deux scènes. Si le festival est très fréquenté je te conseille vivement de bien choisir la scène qui t’intéresse le plus pour éviter de ne rien voir et de passer ton temps entre deux scènes au milieu d’une foule qui peine à avancer.

 

  • Fan modéré du dernier groupe? Pars avant le dernier morceau pour ne pas mettre des heures à sortir. Fan du dernier groupe? Prends ton temps de toute façon, tu ne vas pas sortir très vite.

Un dernier pour la route?

  • Kiffe à fond, vibre, rie, fais toi des souvenirs à vie. Les festivals c’est toujours magique !

Asaf Avidan: éblouissant sous le soleil du Fnac Live 2018

Nous sommes le 5 juillet et la capitale française vit sous le soleil. La chaleur…

download festival 2018

Download festival dimanche 17 juin : une journée de Foo(fighters)lie

Retour le dimanche 17 juin 2018 sur la base militaire de Bretigny sur Orge. Il…

Festivaliers Rock en Seine 2017 des bubulles?

Rock en Seine 2017: Nos festivaliers ont du talent ( recap photos de votre best off)

Depuis 15 ans Rock en Seine est la grande réunion des parisiens avant la rentrée.…

Nous sommes le 5 juillet et la capitale française vit sous le soleil. La chaleur a pris possession de la ville et les parisiens courtement vêtus passent le plus clair de leur temps en extérieur. Outre le football qui est une bonne excuse pour sortir en terrasse, le Fnac Live s’installe à l’Hôtel de Ville de Paris pour trois journées.

Asaf Avidan Fnac Live 2018

Côté public, l’accès y est devenu limité: le faute au plan Vigipirate. Topo: des clôtures isolent l’évènement habitué à être gratuit pour tous. Une réalité nécessaire avec laquelle il faut vivre. Pourtant ils sont nombreux jeunes en majorité mais pas que à se ruer sur l’esplanade du célèbre monument pour applaudir la brochette de talents programmés ce soir là.

L’Impératrice ouvre le bal, avant qu’une Jeanne Added, de plus en plus électro ne vienne se glisser sur la scène qui a vue sur Notre-Dame. Voyou les remplace, avec ses mélodies françaises à la pointe de la mode. Le soleil baisse d’un cran, très légèrement, il faut toujours chaud mais une légère brise rend l’air respirable. Il est 20 heures 10 et voilà que le très talentueux monsieur Asaf Avidan débarque sur scène.

Asaf Avidan est une bête de scène. Cette phrase, elle est bien connue, tellement qu’elle sonne comme une évidence. Qui l’a déjà vu, l’auteure de ces lignes en faisant partie, vous le dira, l’artiste israélien transcende le live. Se le dire c’est bien, toujours est-il que le vivre c’est tout autre chose. Pendant trois quart d’heure notre musicien multiplie les coups d’éclat. Commençant sobrement assis avec une guitare voix, et quelle voix extraordinaire, Asaf Avidan est loin d’en rester là. Le voilà qui se lève, change d’instruments régulièrement, rend le l’harmonica sexy, n’en déplaise aux guitaristes et fait vibrer son plus bel instrument sa voix. L’incroyable chanteur n’hésite d’ailleurs pas à communiquer avec son public d’adeptes “Souvent en festival on voit des musiciens faire reprendre en chœur des “hoho” à la foule pour donner l’impression qu’il y a de l’ambiance, mais moi ce que je veux vivre avec vous ce soir, c’est un vrai moment.”

Chose promise, chose due, monsieur Avidan, seul sublime chaque note. S’il confie trouver beau de voir cette foule parisienne l’observer dans le soleil couchant, la vue de ce troubadour face à Notre-Dame avec une aura de soleil autour de lui n’est pas déplaisante elle-même. Les morceaux changent de texture avec le live, il se font rock, blues, folk, se transforme, le musicien de génie leur donne une nouvelle vie réinterprète les rythmes des accords. Devant lui, le public est unanime. “Alors?” lance fièrement un homme à son ami qui assiste à cette performance pour la première fois. “C’est vraiment incroyable” répond le second les pouces en l’air. On ne chante pas vraiment avec Asaf Avidan, nous autres pauvres humains, n’avons pas l’incroyable capacité de ces cordes vocales oui mais pour autant, personne n’est exclu de cette performance qui interdit de détourner les yeux et les oreille.

Asaf Avidan Fnac Live 2018

“Si vos êtes amoureux sachez qu’un jour elle finira par vous briser le cœur, mais au moins ça permet d’écrire de bonnes chansons” explique notre homme un verre de whiskey à la main. Il demande une deuxième rasade alors que les sonorités de l’israélien rappellent celle de l’Amérique profonde. Tout s’enchaîne vite jusqu’au fameux “Reckoning Song”. Le classique. Attends, attends, le classique? Pour mémoire, il a fallu que ce titre bénéficie d’un remixe pour être découvert, c’est ce remixe qui a permis de plébiscité l’immense Asaf Avidan et de lui apporter notoriété et fans . Des années plus tard, il est toujours aussi scandaleux que le Monde ait eu besoin d’un remixe électro pour découvrir une telle merveille. L’électro, comme tous les registres a de grandes qualités, néanmoins l’originale se suffit largement à elle-même, bien mieux que son remixe.

Au Fnac Live, les choses ne sont pourtant pas terminées, le très attendu Moha La Squale suit avtn de laisser place à l’électro entrainant de Petit Biscuit puis au ras-de-marré Vitalic. Le géant de l’électro propose alors un live complètement fou, transformant la place de l’Hotel de Ville en dancefloor géant à ciel ouvert. Juillet à Paris, ça a du bon!

Affiche download festival 2018

Download festival 2018: 3 ( bonnes) raisons de ne pas manquer cette nouvelle édition

Comme chaque année, le Download festival est des plus attendus par un public d’amoureux fous…

Printemps de Bourges samedi 28 avril 2018 : Jeunesse électro et beats.

Au réveil ce samedi 28 avril 2018, il pleut des cordes. La grisaille ne m’empêche…

Contact Ontarois 2018

A la découverte de la scène Franco-canadienne: Contact Ontarois

Durant le mois de janvier nous avons été invités dans la capitale canadienne, Ottawa pour Contact…

La scène Gingko de Terres du Son vue depuis le ciel
@Droits réservés Festival Terres du Son

Samedi 7 juillet 2018, le festival Terres du Son entame sa deuxième journée. Samedi oblige, l’ambiance est à la fête. Et il y en a eu pour tout les goûts : Amadou et Mariam, The Limiñanas, Romeo Elvis, Lysistrata ou bien encore Yuksek (feat Fatnotronic), tous ils ont donné de leur personne afin de régaler les spectateurs de l’éco-festival. Reportage

C’est le week-end. La différence est visible au premier coup d’œil par rapport à la veille. Le public est déjà là en masse en ce milieu d’après midi, la deuxième journée du festival s’apprête à débuter. Les festivaliers  affluent en nombre tant dans l’éco-village que dans la Prairie pour prendre le soleil, plus que présent, et profiter de la programmation préparée par les organisateurs.

Terres du Son : L’ambiance monte tout au long de l’après-midi

Birdstone sur la scène Propul’Son de Terres du Son 2018

Cela commence tout en douceur par L’Impératrice, groupe français aux influences variées balayant quarante ans de scène française qui amène son disco groove sur la scène Ginkgo. Quelques instants auparavant, le krautrock des Britanniques de Snapped Ankles, tout en guitares stridentes et costumes chamaniques avait été remarqué, toutefois leur programmation était trop tôt pour pouvoir pleinement apprécier leur univers singulier. A présent, il est temps de faire un tour du côté de la scène Propul’Son ,dont les performances d’hier nous ont laissé une excellente impression, pour voir Birdstone, groupe étiqueté “ritual blues”. Vous voulez comprendre ce que cela signifie ? Et bien imaginez le blues et le rock’n’roll qui auraient pris des potalas et auraient fusionnés. Avec une telle combinaison, vous obtenez Birdstone. D’ailleurs une festivalière croisée sur la Prairie nous parlera d’eux en ces termes ” C’est à se demander s’ils n’ont pas été congelés, on dirait du bon vieux rock comme dirait mon père!”. Fusion façon Dragon Ball? Cryogénisation façon Démolition Man? Au final peu importe, tant les bons gros riffs de guitare emballent les spectateurs de la scène sponsorisée par la Région Centre Val de Loire.

Terres du Son : “Est ce que vous que vous voulez un bon vieux rock?” avec The Limiñanas et Lysistrata

Lysistrata, tout en jeu de lumière, à Terres du Son 2018

“Faire du neuf avec du vieux”, tel est le crédo des The Limiñanas. Et au vu de la prestation du groupe hier c’est une très bonne note d’intention! La scène Biloba, alors que le soleil commence lentement à décliner, ne voit pas la température baisser, bien au contraire! Du bon vieux rock teinté d’un zeste de pop : un cocktail idéal pour entamer cette soirée naissante! La reprise de “Gloria” de Patti Smith ne fait que confirmer le bon gout et l’excellente prestation des Limiñanas.

Amadou et Mariam, ce n’est pas que “Le dimanche à Bamako“. Cela peut sembler étrange dit comme ça, mais ne les ayant jamais vu en live, et pour qui s’attendait à une ambiance traditionnelle, le duo malien, entouré d’excellents musiciens a livré une prestation énergique et festive. Le public de la scène Ginkgo ne s’y est pas trompé en se pressant en nombre pour voir l’une des têtes d’affiche de cette deuxième journée du festival Terres du Son.

Les trois garçons de Lysistrata sont prometteurs, cela on le sait depuis longtemps (cf ici). Mais hier, ils ont impressionné la scène du Chapit’O par leur capacité à commencer leur set d’entrée de jeu avec une rare énergie. Le rythme endiablé, entêtant au point d’en devenir hypnotique est la marque de futurs grands.

Terres du Son : Romeo Elvis, Django Django et Yuksek mettent le feu à la Prairie ! 

Le talentueux La Mverte, sur la scène du Chapit’O à Terres du Son 2018

Romeo Elvis était sur toutes les lèvres des festivaliers depuis la fin de la soirée. Rien d’étonnant à ce que la scène du Biloba soit la plus garnie de la journée au moment de son set. Avec un univers bien à lui, le rappeur belge a multiplié les interventions fédératrices et bienveillantes, appelant les festivaliers à bien s’hydrater et s’amusant de la rivalité franco-belge qui doit se régler prochainement. Décidément, le Mondial compte toujours parmi les invités, alors qu’opportunément, hier, de nombreux spectateurs portaient un maillot Bleu de bon aloi. Les spectateurs étaient conquis et ont passé un excellent moment.

De Mondial, il était encore question quand les Britanniques de Django Django ont proposé à la foule une finale France-Angleterre, sans néanmoins provoquer un grand enthousiasme chez les festivaliers. L’enthousiasme était par contre au rendez vous tout au long de la prestation du groupe de pop-rock psychédélique. Mais les étiqueter de la sorte c’est mettre dans une case un groupe qui en une grosse heure de temps aura embrassé le plus naturellement du monde des influences aussi diverses et variées que le krautrock, la pop mais encore le dancehall ou bien encore l’electro-pop des années 80. Le tout dans une prestation quasi hypnotique qui vous fera inéluctablement perdre les notions de temps et d’espace.

Les festivaliers se seraient-ils trop dépensés devant Roméo Elvis? La Mverte aura harangué la foule du Chapit’O pendant le début de son set pour appeler les spectateurs à se réveiller. Mais c’était principalement un jeu avec les spectateurs, car il aura fallu très peu de temps pour que les spectateurs affluent sous le chapiteau et soient emballés par la prestation électro de La Mverte. Courageuse prestation pour le seul artiste aperçu au festival à être entré sur scène tout seul et à l’avoir plus que tenu pendant une bonne heure. Le public ne s’y est pas trompé en étant plus que réceptif aux sons de l’artiste français. Si son nom évoque la mort, c’est bien des pulsions de vie qu’il aura fait naître autour de sa scène, la nuit étant déjà bien entamée…

A l’autre bout de la Prairie de Terres du Son, sur la scène Biloba, dans une toute autre ambiance, les spectateurs étaient tout aussi euphoriques devant la prestation de Lomepal et de ses textes au verbe riche, en retournant littéralement ce coin de Prairie. Il était tard, pratiquement deux heures, quand les deux publics se sont retrouvés pour le show unique de Yuksek. En effet unique, car friand de collaboration originale, le DJ français s’est associé aux Brésiliens de Fatnotronic pour livrer une prestation colorée et enjouée qui aura bien finit d’ambiancer les festivaliers jusqu’au bout de la nuit sur des rythmes mêlant habilement électro tricolore et rythmes auriverde. La fin d’une excellente deuxième journée de festival Terres du Son!