Tag

trabendo

Browsing

Slift – Le rock est mort, un thème récurent depuis des années. Quinze ans plus tôt, la jeunesse arborait des patchs Punk is not dead sur des sacs customisés pour prouver le contraire. En 2022, le combat pourrait être similaire et comme à chaque fois un souffle punk (pop, post, pre) porte un public fan d’un courant alternatif qui reprend une réelle ampleur. Comme bien souvent la vague du renouveau est venue d’Angleterre, la France elle n’est pourtant pas en reste. Les pépites se multiplient, toutes hallucinantes de modernité, de fraîcheur et de sincérité. Ce mardi 3 mai au Trabendo de Paris est d’ailleurs bien là pour prouver ce constat.

You Said Strange : un premier shoot de psyche

You said strange au trabendo
You said strange au trabendo Kevin Gombert©

C’est  You Said Strange qui ouvre le bal avec leur sonorités psychédéliques. Le Trabendo a déjà bien commencé à se remplir. La terrasse pourtant ouverte n’accueille que peu de spectateurs tous baignés dans le jus. Certains s’accrochent à un premier rang sans barrière qui pour quiconque connait un peu la salle évoque autant de souvenirs douloureux que de lives de qualité. La sauce prend particulièrement bien et s’étoffe même en live. Avec un rock qui balaye les années 6O et apporte une touche 90’s au programme, ces originaires de Giverny percutent d’emblée. Leur rock solaire se densifie, s’étoffe alors que le quatuor prend le tout avec beaucoup de sérieux. Pas de temps pour blablater avec le public, seul le son compte. Impossible de détourner les oreilles pendant ce set plus long qu’une première partie traditionnelle qui ne lasse pas. Le groupe peut aussi bien prendre d’assaut les têtes d’affiches grâce à une maturité bien sentie et un set aussi psyché que maîtrisé.

SLIFT : pilule de bonheur et grosses basses

Il est 21 heures 10 lorsque SLIFT prend d’assaut le Trabendo. Dehors, il fait encore jour. La terrasse permet de capter les dernier rayons de soleil en sirotant une bière. Preuve de la qualité de la formation, les excellents We Hate You Please Die sont de la partie avec deux de ses membres dissimulés dans le public. Le début ne laisse en rien présager de la fin. D’ailleurs les premières minutes du concert s’ouvrent sur un moment d’électro à l’intensité poignante. Avec un jeu d’écran en noir et blanc qui voit tourner une sphère de plus en plus rapidement, le titre s’accélère pour atteindre la puissance narrative d’un certain « Stress » de Justice en fin de course. Il n’en faut pas plus, la salle est chauffée à bloc. Les premiers rangs se tassent, les cris accueillent nos trois musiciens.  D’emblée, toujours aidés par leur écran, les compères envoient un rock à la violence sauvage qui flirte avec le metal. Les enceintes hurlent et crachent, le moment est épais, l’atmosphère lourde. Désireux d’exploiter leur dernière galette parue en janvier 2022 « Levitation Session », la troupe enchaine ses titres. Ce sera d’ailleurs le maître mot de la soirée alors que 6 morceaux sur 8 seront ainsi interprétés. En live, les musiciens se donnent pleinement, sans trop gesticuler, ils étirent leurs compositions, font la part belle aux guitares et au synthé.

Le concert se déroule en chapitres, moins bourin, le second se fait plus psyché. Garage, à la pointe de ce qui se fait de mieux en matière de rock, le groupe est l’étendard d’une scène indé française qui a tout pour rayonner à l’internationale et marquer les esprits. Avec l’ampleur qu’on lui connait, le Trabendo devient un club londonien, un lieu de découvertes et d’émerveillements, plus encore, un lieu où le lâcher prise est maître. A la batterie, Canek envoie ses coups avec précision. Alors que les rythmiques s’envolent, le musicien garde un stoïcisme  percutant. Loin d’être une démonstration physique aux allures de grand sportif, il préfère la précision tout en prenant le temps de contempler le public. Chaque titre se déploie et vient entraîner dans sa folle danse jusqu’au spectateur le plus réticent de l’assistance. Les musiciens jouent entre eux, pour eux avant tout. Derrière ses cheveux longs, Rémi à la basse et à la voix garde son regard fixé sur ses amis. Son plaisir est palpable, entier, non feint. Une certaine timidité à regarder la foule suinte de sa prestation, seul Jean (guitare, synthé, voix) capte son attention. C’est ce qui ressort d’ailleurs globalement de ce concert. Les trois ne communiquent que peu avec le public et il faudra attendre que le set soit presque terminé pour qu’un vague « merci » soit adressé à l’audience. S’il est de coutume plaisant de voir un groupe qui communique plus volontiers avec le public, toute l’énergie est donnée dans la composition instrumentale. Sur la terrasse un spectateur s’extasie, « C’est vraiment un bon concert, ça fait du bien après le COVID ». Un constat qui semble partagé par une assistance à la dominante masculine qui pogote à chaque fois que les guitares s’aventurent dans de sombres contrées.

Un public sous extas

L’acidité des titres fait ensuite place à un Doom metal criant. En cours de théâtre, autrefois, on enseignait aux étudiants un jeu de confiance. Le principe, fermer les yeux et se laisser tomber sur un autre étudiant, lâcher prise en étant persuadé d’être rattrapé. Alors que les slams sont nombreux et que tour à tour des membres du public se jetent dans la foule, il est aisé de penser à ça. Comme la notion d’une masse, vibrant en commun, invite à une confiance telle que tout danger parait abstrait. Quelques ratés sont là, une chaussure se place dans un visage, le slam étayé par un peu d’air guitare s’arrête plus vite que prévu. Mais comme lors d’un plongeons dans une piscine, nos rockeurs en redemandent encore et encore. « Si vous êtes trop serrés ici, c’est que les meilleurs places au fond sont disponibles » indique un panneau. Là haut, alors que la salle est bien pleine, on hoche la tête avec détermination. Sans se regarder pourtant, les membres du public vibrent à la même fréquence et parlent la même langue. Il reste un titre et le public est en effervescence. Des cheveux bleus naviguent au dessus de la foule, les premiers rangs collés les uns aux autres vibrent en choeur. Un dernier merci et le groupe quitte la salle. Là au milieu de foule, reste l’image qui pourra le mieux définir ce moment vécu. Deux converse qui applaudissent portées dans les airs.

Slift au Trabendo
Slift au Trabendo Kévin Gombert©

Fontaines D.C : fièvre dublinoise au Bataclan

Au beau milieu de leur tournée européenne pour A Hero’s Death, reportée depuis maintenant deux ans et…

We-Hate-You-Please-Die_Interview

We Hate You Please Die : « On est pas « No Futur », on est « Happy end ». » (Interview)

Les quatre rouennais de We Hate You Please Die ont dévoilé leur deuxième album « Can’t…

[Interview] The Murder Capital : « Notre album est un endroit où l’on se rend pour contempler toutes les émotions que l’on ressent quand on a peur »

A l’occasion de leur venue dans la capitale pour leur troisième concert parisien au Nouveau…