Tag

idles

Browsing

Pour la reprise progressive des concerts entamée il y a à peine quelques semaines, les deux soirées d’IDLES à l’Élysée Montmartre étaient parmi les plus attendues de la sphère rock. On sait à quel point le groupe anglais de post punk mené par Joe Talbot est taillé pour la scène. On était présent pour la deuxième date. Alors, IDLES en live : still a beautiful thing ?

Un contexte de chaleureuses retrouvailles amorcées par BAMBARA

C’était à Pigalle, dans le quartier foisonnant des salles de concerts, aka l’endroit idéal pour se remettre dans le bain (de sueur). L’Élysée Montmartre, jolie salle refaite à neuf il y a quelques années, accueillait deux soirs de suite, le 28 février et 01 mars, les cinq mecs fous furieux d’IDLES (qui ne l’oublions pas, ont aussi un grand cœur), après des mois et des mois de report. Chanceuse coïncidence, c’était également la première semaine sans masques obligatoires dans les salles.

Heureux du lieu, de l’ambiance, de la bière. De belles retrouvailles. A 20h, Bambara investit la scène. Groupe de post-punk (enfin, de rock quoi) venu de Brooklyn, ils captent l’attention de l’Élysée en un rien de temps. Faut dire qu’ils sont loin d’être des novices. Quatre albums et un EP à leur compteur. Cela donne une première partie pleine de classe et d’agitation. Dans son élégant pull Kashmir, le chanteur étire son wild singing et tient la scène comme un petit prince. Les morceaux défilent dans une force bien mesurée, avec un son plus que correct. De quoi à la fois nous foutre une petite claque et nous laisser le temps d’apprécier le moment. On aura le droit à « José Tries to leave » en bouquet final, histoire de nous asséner le coup fatal. Grand morceau. Groupe à suivre. Rendez-vous le 30 mars 2022 à la Boule Noire.

IDLES prend les commandes 

La suite, vous la connaissez. IDLES est à l’heure. Good point. Les caméras sont prêtes, puisque France Télévisions diffuse le concert en direct. Joe Talbot et ses hommes entrent en scène avec modestie et entament « MTT 420 RR », premier morceau de leur nouvel album Crawler, dont vous pouvez retrouver notre chronique juste ici. Construit comme une belle introduction, faisant écho à « Angel » de Massive Attack, il permet d’ouvrir subtilement le show, et de contraster avec cette image de brute épaisse avec laquelle le groupe aime si bien jouer. Le micro de Joe est réglé pour que sa voix nous tape de pleine face, au point qu’elle écorche presque les oreilles, mais que voulez-vous, c’est IDLES, on est au courant que le chanteur aspire à lui seul une bonne partie de l’identité du groupe. « Are you ready for the storm ? ». Et comment ! Le prédit orage sera instauré par « Car Crash ». Mais bizarrement, ça ne prend que moyennement, surement du fait que le morceau joue sur un rythme assez lourd et particulier, qui fonctionne bien en studio, mais a du mal à s’élancer sur scène. Le moteur ronronne encore.

Le vrai départ se fera sur « Mr. Motivator » qui est une valeur sûre. Ca commence à prendre vraiment et dès lors, ça ne s’arrêtera plus. La suite peut-être facilement imaginée : la salle aura droit à un grand best-of d’1h30 de leur carrière. IDLES pioche dans chaque albums, avec les tubes qui leur appartiennent : « Mother », « Never Fight a man with a perm », « Grounds »… Rien de très surprenant. Le public est friand de cela. Et le groupe a toujours joué avec cette formule. Marché conclu entre les deux.

Crawler préfère la brasse au crawl

Au delà de ce marché pourtant, Crawler donnait l’espoir d’une chose légèrement déviée de ses habitudes. C’est du moins ce que certains pouvaient attendre. Plus fouillé et nuancé, ce dernier album était arrivé à une sorte de paroxysme de leur style, grâce à de jolies compositions et un bon équilibre d’ensemble. Sur scène, on l’attendait beaucoup, avec cette idée que le groupe mettrait l’accent dessus, peut-être pour amener un peu d’inattendu, ou du moins une saveur surprise. Malheureusement, la prestation live entraine IDLES comme un aimant vers l’aspect bourrin et compagnie pour lequel il sont adulés. De ce point de vue, les morceaux de Crawler sont noyés dans l’ensemble, et n’amènent rien de particulier. « When the Lights Come On » et « The Beachland Ballroom » passent au beau milieu comme des étoiles filantes sans que le coup ne soit marqué. Dommage. Et tant pis. Tout est pris au même niveau sans que rien ne se démarque. C’est aux fans de piocher selon leurs goûts personnels. On notera tout de même une sympathique interprétation de « Meds », issu aussi de Crawler, dont les coups fugaces de batterie et de guitare remplissent bien leur rôle. Le morceau éponyme, quant à lui, fait très peu effet. Peut-être parce que Joe Talbot ne tient pas bien son refrain…

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Erwann Mest 💐 (@_kud)

IDLES sous formules mathématiques

Pour le reste, IDLES remplit ni plus ni moins son rôle : énergie boostée, pogos enflammés et morceaux tubesques connus sur le bout des doigts par la salle. Le tout avec un son relativement compressé et très direct, de quoi se foutre les tympans en l’air pour quiconque se trouve dans les axes de réception. Niveau jeu de scène, inutile d’en faire des caisses, Joe Talbot sait y faire en matière de présence, tandis que les fourmis s’agitent beaucoup derrière, au point que le guitariste rejoint la fosse sur un morceau. Rien à redire ici, ambiance et énergie sont menées d’un coup de maître. IDLES détient une belle vitrine à eux cinq. C’est un groupe qui a de la gueule sur scène.

On passe un bon moment certes. Mais quoi de plus ? Tout est mécanique, appris par cœur. Le groupe recrache avec puissance, sans jamais que cette puissance ne prenne aux tripes et n’aille nulle part ailleurs que dans l’attendu. A force, c’est un peu ennuyant, même si on se raccroche toujours aux morceaux les plus revigorants : « Never Fight a man with a perm », « Danny Nedelko », « WAR »… Il faut dire qu’on ne se lassera jamais de ceux-là. Mais dans l’ensemble, IDLES ne décolle jamais tout à fait, et reste dans l’exécution presque minutée des versions studios. Groupe taillé pour la scène qui, à force de taillages, ne laisse plus beaucoup de places ni à la force de l’immédiateté ni à l’excitation de l’inopiné. Nous avons affaire à un bourrinage sous formules mathématiques, c’est à dire l’opposé du chaos. Attention tout de même à ne pas tomber dans les recettes de grand-mère… On ne voudrait pas que Ultra Mono se transforme en Ultra Dodo. Bon, le risque est tout de même faible avec IDLES.

Le dernier morceau, « Rottweiler » laissera toutefois un sentiment positif, grâce à une escalade sonore réussie qui dévie de la version studio. En quelques minutes, les défauts relevés jusque là (c’est lorsqu’on aime que l’on est le plus critique) sont presque pardonnés et revient alors cette folle sensation d’être là au sein d’une foule en transe, devant un groupe qui, somme toute, sera parvenu à s’imposer comme une référence du rock actuel. Finalement, et en y repensant, c’était tout compte fait une belle chose oui…


Idles Crawler

Idles, CRAWLER : Parental Advisory Emotional Content

Qui a dit qu’être punk et avoir des sentiments était incompatible ? Avec leur quatrième…

The Hives @ l'Olympia Paris 2021

The Hives : tout feu, tout punk à l’Olympia de Paris (reportage)

Mercredi 17 novembre 2021, après une journée beaucoup trop fraîche dans la capitale française, le…

[Interview] Fontaines D.C : « Dans la vie de tous les jours, on est des gars très optimistes »

A l’occasion de leur premier concert depuis le confinement, qui eut lieu mercredi 07 octobre…

Le Fort Saint Père ouvrait ses portes ce jeudi 15 août à l’un des festivals les plus rock de tous les festivals d’été : la Route du rock ! Avec sa programmation pointilleuse (certaines éditions plus que d’autres), le festival s’adresse aux amoureux de gratte et de bonne musique, généralement impatients et curieux d’y trouver des concerts intenses et mémorables. Cette année, c’est à de jeunes groupes que la Route du Rock a proposé de monter sur scène (Fontaines DC, Idles, Black Midi…), sans évidemment oublier les têtes d’affiches sans qui il est toujours difficile de séduire totalement le public non averti : Tame Impala, Hot Chip, Metronomy (la pop a manifestement beaucoup de succès). Réparti sur quatre jours (un à la Nouvelle Vague et trois au Fort saint père), la Route du rock 2019 a réellement débuté le jeudi 15 août, où plusieurs concerts étaient attendus au tournant ! On vous fait le point sur cette première soirée au fort.

POND

Il est 18h30. Pond entre sur la scène des remparts (la plus petite des deux scènes, mais tout de même assez grande pour accueillir du monde). Le groupe australien semble attendu, puisqu’une foule s’est déjà formé devant la scène. Pas toujours simple de faire l’ouverture d’un festival, mais Pond n’a peur de rien et ouvre le bal de manière intense. Un son impeccable et des morceaux puissants, quoi de mieux pour se lancer ? Leur pop à caractère bien trempé se propage dans tout le fort et annonce la couleur de la soirée. On attend impatiemment la suite !

FONTAINES DC

19h20. Scène du fort. Les jeunes irlandais, dont l’excellent premier album « Dogrel » est sorti il y a quelques mois, sont décidés à nous en mettre plein les oreilles. Dans la lignée du post punk, leurs morceaux sont courts et s’enchaînent avec fulgurance. Le concert débute relativement calmement, avant de rapidement s’exciter, avec des morceaux comme « Too Real » ou encore « Hurricane Laughter ». Pour couronner le tout, le groupe semble complètement ailleurs, notamment le chanteur qui ne cesse de faire les cent pas sur scène et d’adopter un air d’adolescent égaré. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette attitude a considérablement renforcé leur prestation ! Un certain charme se dégage de cette indifférence, face à leur musique qui elle, fait tout le contraire. Présent, investi et énergique, leur rock a tout pour exciter la foule. Pari réussi pour le jeune groupe. Un bel avenir se dessine devant eux.

IDLES

Il est 20h30. Scène du fort. Idles, groupe anglais au succès croissant depuis un an environ avec la sortie de leur deuxième album « Joy as an act of Résistance », entre sur scène sous l’impatience de la foule qui ne manque pas de faire sentir son excitation. La première chanson donne le ton : le chanteur, chargé comme une pile, semble vouloir casser des gueules (de préférence des gueules de fachos, comme il l’exprime à plusieurs reprises en parlant notamment des connards à la tête du gouvernement de son pays et du Brexit qu’il ne semble pas avoir bien digérer). « Vive la solidarité européenne » scande t’il. Il chante comme une bête et vient taper son micro sur l’ampli pour nous faire entendre deux fois plus fort la musique. Manque de pot, ça ne change strictement rien. Le guitariste lui, en short maillot de bain, est tellement à fond qu’il se jette dans le public dès le premier morceau. Doucement j’ai envie de dire… Tu n’es pas Jimi, ni Jimmy… Montre nous d’abord ton talent, puis ensuite saute nous dessus. Pas l’inverse. Bref, Idles m’embête. J’aime certains de leurs morceaux, j’ai apprécié leur dernier album, mais quelque chose m’a toujours bloqué. Une impression d’entendre toujours la même chose, avec seulement deux ou trois morceaux qui se détachent du lot (« Never Fight a man with a perm » par exemple, ou « Danny Nedelko »), puis une attitude légèrement tape à l’œil, avec un chanteur dont la voix, certes originale, devient rapidement agaçante, même si elle convient relativement bien aux morceaux. Idles me gêne, car j’ai du mal à me faire un avis sur eux. Et ce concert à la route du rock n’a pas arrangé les choses et a confirmé mes impressions : ce ne sont pas des génies, et leur musique risque de s’essouffler rapidement. J’espère me tromper, et je ne manquerai pas d’écouter avec attention leur prochain album qui devrait paraître fin 2019/début 2020.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Un week end calme et reposant – route du rock 2019 @idlesband #routedurock #teufeurs #galettesaucisse

Une publication partagée par (@philibertlf) le

Néanmoins, leur concert fut loin d’être mauvais. Et c’est lorsque Fontaines DC est venu se joindre à eux que le show a pris une autre tournure. Véritable frénésie, les deux groupes nous ont offert un instant de rock mémorable, où tout le monde jouait intensément de son instrument, dans un esprit de cohésion et d’éclate jouissive. Clou du spectacle. Apothéose. Le meilleur moment de la soirée. Dommage qu’il eut été si court. 

TAME IMPALA

22h40. Scène du fort obligatoire pour les Australiens aux millions de fans. La voilà la tête d’affiche de la soirée. Kevin Parker et sa troupe sont mondialement connus depuis quelques années maintenant, et ont un grand succès ici en France. Avec trois albums à leur compteur, dont le dernier « Currents » date d’il y a quatre ans, et un autre album à venir très prochainement, le groupe avait de quoi assurer dignement son show ! Depuis longtemps quelque peu réservé sur ce groupe, n’y trouvant pas forcément le grand talent qu’on ne cesse de leur assigner, je n’avais pas d’attentes particulières concernant leur prestation. Un groupe parmi d’autres, dont les morceaux dernièrement sortis m’ont laissé plus ou moins indifférent. Malgré cela, un souvenir me restait encore en mémoire : leur concert à rock en seine il y a quatre ans de cela, où je les avais trouvé très bons ! Ça n’a pas manqué cette fois encore : ce fut excellent.

Tame Impala est un groupe fait pour la scène. Ils ont les moyens, et ne s’en privent pas. Beaucoup de lumière, beaucoup d’effets psychédéliques, mais surtout un son irréprochable et une excellente maîtrise de leurs compositions dont beaucoup d’entre elles, je suis forcé de l’avouer, sont d’une grande satisfaction. « Let It Happen » (leur meilleur morceau), « Feels like we only go backwards », « Eventually » (leur deuxième meilleur morceau), et évidemment « Elephant » … Autant de morceaux qui m’ont permis de reconsidérer ce groupe avec lequel j’étais fâché depuis quelque temps. La scène sublime les artistes, Tame Impala en est le meilleur exemple. Merci pour ce concert de haute qualité.

BLACK MIDI

00h15. Scène des remparts. Après les étoiles que nous a mis dans les yeux Tame Impala, il fallait bien redescendre sur Terre. Ne vous inquiétez pas, Black Midi en fut chargé. Abrupt, sec et éprouvant, le rock des quatre garçons anglais qui forment black midi, dont le premier album vient de paraître, a tout pour déconcerter le public au premier abord. « Dans quoi je me suis embarqué ? » beaucoup ont dû se demander… Dès le départ, le ton est donné : « 953 » a tout d’un grand morceau et n’a rien à envier aux meilleurs morceaux de hard ou de métal, et il faut avouer que sur scène, c’est quelque chose ! Puissant et sans fin, « 953 » nous offre directement le meilleur de black midi. Le reste vaut-il autant le coup ? Mis à part quelques moments où le temps se fait long et l’ennui tend le bout de son nez, le groupe se voulant probablement trop dans l’excès, ce dernier assure son concert très honorablement. Il faut dire qu’ils ont de quoi nous surprendre avec un premier album aussi risqué qu’étrange. Belle révélation.

Cette première soirée se termine ici, n’ayant pas pu rester au-delà, et ayant donc loupé les deux autres concerts de la soirée, dont celui de Jon Hopkins, sur lesquels je ne pourrais malheureusement rien vous dire.

Quoi qu’il en soit, la Route du rock 2019 a offert une excellente première soirée a son public venu nombreux (à en juger les files d’attentes pour s’abreuver). La qualité des artistes présents atteste de la qualité du festival qui, d’année en année, continue à séduire autant.

Aya Nakamura FNAC LIVE

FNAC Live 2019 : Nouvelle scène et gros succès, le cocktail idéal pour l’été

Chaque année, le Fnac live sonne comme l’arrivée de l’été. Le soleil est là et…

deferlantes 2019

Les Déferlantes Sud de France : on a rencontré l’équipe

Quand on pense à festival ce qui vient à l’esprit en premier c’est les artistes.…

Festivaliers Rock en Seine 2017 des bubulles?

Rock en Seine 2017: Nos festivaliers ont du talent ( recap photos de votre best off)

Depuis 15 ans Rock en Seine est la grande réunion des parisiens avant la rentrée.…