Tag

Album

Browsing

Midnight CassetteVoix envoûtante et grave s’invitent dès les premières notes du nouveau titre de Midnight Cassette.  Comme dans un conte l’incroyable chanteuse  Amy Winter épaulée par  les doigts de fée de ses musiciens et acolytes originaires de Lyon, la belle commence son histoire dans une murmure qui interpelle immédiatement l’oreille. Difficile de ne pas se laisser bercer par cette voix suave à mesure que cette pop onirique  s’invite et s’épaissit.

Un conte à la mélancolie bien tranchée comme le prouve la rythmique lancinante des couplets. Le refrain lui se fait ritournelle et convoque la joie tout en gardant cet esprit féerique propre à Midnight Cassette. Le groupe s’est formé suite à la rencontre de quatre musiciens qui se retrouvent dans leurs projets communs : Electric Mamba, Electric Safari, Brainbow et Gloria. Ce nouveau morceau est le second publié par le groupe et témoigne de grandes capacités musicales et  s’avère être un véritable univers coup de coeur qui ne demande qu’à s’étoffer.

Le clip s’inscrit dans la même lignée et suit le parcours d’une princesse moderne et esseulée. Poésie et humour s’y côtoient avec délicatesse. Un premier album “Castle of my heart” sera publié le 4 décembre. Un joli bijou 9 titres où rythmiques et percussions s’emballent, où la pop aérienne se sublime et prend des accents tantôt dansants tantôt apaisants aidés par un clavier maîtrisé.

Une véritable pépite à écouter en boucle en leur souhaitant de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’albums.


Découvrez le clip de “Castle of my heart”


Chris Garneau

Chris Garneau: “La peur que notre gouvernement ne devienne fachiste est un bons carburant artistique et poétiques” (Interview)

  Le chanteur américain Chris Garneau a profité de l’automne pour dévoiler deux nouveaux titres…

3 artistes folk / rock français qui sentent bon l’Amérique fantasmée

Qui a dit que seule l’Amérique était capable de produire des musiciens aux voix aussi…

BLACK LILYS

Sélection découvertes: 7 artistes français d’indie pop dont vous allez être fous

Nos artistes français ont du talent. Si la pluralité musicale se retrouve souvent du côté…

 Le duo que forme Frederico Pellegrini et Eric Pifeteau, deux ex membres du groupe de rock français The Little Rabbits formé à la fin des années 80, n’a rien de conventionnel. Les deux compères explorent depuis 2013 des contrées intimes et secrètes du paysage musical français. Leur musique est à leur image de couple excentrique : animée, moderne et déterminée, elle procure un sentiment de satisfaction intense. C’est en février prochain que sortira leur deuxième album : « AF ». Et autant le dire d’emblée, c’est très probablement le meilleur album français que vous entendrez cette année. Oui, nous ne sommes qu’en janvier, mais il faut bel et bien l’avouer, la claque monumentale qu’est ce nouvel album aura du mal à trouver rude concurrence en face.

 Fidèle à leur style unique, qu’ils ont su faire évoluer pour aujourd’hui atteindre des sommets, French Cowboy and the One nous invite à un périple musical pour le moins qu’on puisse dire intense. Dès le premier morceau, on y ressent une impeccable maîtrise. La production est d’abord ce qui saute aux oreilles. Rugueuse et électrique, elle donne tout son sens à d’excellentes compositions, aussi bien envoutantes qu’éprouvantes. Les sonorités utilisées, pour certaines déjà connues, sont ici revisitées selon une vision charnelle. La musique s’en prend à nous, elle nous rentre dedans, elle s’empare de nos corps, tantôt elle nous caresse avec vivacité (QVVDM ou DANSER) et tantôt elle nous plaque au sol sans concessions (Excel). L’urgence de la vie se joue dans nos oreilles (« embrasse-moi vite »), et le morceau VIVRE en est d’ailleurs le plus bel exemple. Cela donne lieu à une expérience agitée.

 

Des inspirations notables

 Certains motifs sonores récurrents sont repris au profit de grands morceaux, et les incombe de transmettre à travers eux une certaine histoire de la musique, aussi bien rock qu’électro. C’est ainsi que l’on retrouve des échos de plusieurs groupes ou artistes : on peut y entendre Kraftwerk mélangé à du Brian Johestown Massacre en passant par du Suicide. Les paroles ainsi que la manière de chanter peuvent parfois rappeler Philippe Katerine, Bashung ou Jean-Louis Murat, mais à faibles réminiscences. Car il existe une véritable identité propre qui appartient à ce duo : un phrasé généralement sec et abrupt, peu chanté, une voix provocatrice qui éveille nos désirs, ainsi qu’une constante proposition instrumentale. Tout cela donne naissance à des morceaux riches et passionnels, qui gagnent en intensité dès lors qu’ils parviennent à nous envahir.

 

Une œuvre complète et constante

 L’album prend sens dans son intégralité, et ne baisse jamais de niveau. Lorsque l’on écoute des excellents premiers morceaux d’un album, quel qu’il soit, on a toujours peur d’être déçu par la suite, que le reste ne soit pas aussi bon et que l’album disparaisse aussi vite qu’il est apparu. « AF » est loin de cela. Le groupe place d’ailleurs selon moi les meilleurs morceaux en seconde partie (QVVDM atteint des sommets, et TASAIME propose une terrible ligne de basse répétitive qui nous colle à la gorge). La répétition est un des points clés du groupe, qui en joue pour imposer sa force créative, entêtante et endiablée. L’ambiance parfois apocalyptique, mélangée à la sensualité des paroles et des sonorités, permet de créer une atmosphère oppressante, de laquelle on parvient difficilement à se détacher !

 

Une perle rare

Les œuvres musicales françaises comme celle-ci sont rares, et démontrent toute l’ingéniosité d’artistes malheureusement trop peu reconnus. « AF » est un appel sincère à la création et à l’élévation musicale. On y ressent tout le travail qu’il a fallu fournir pour arriver à ce splendide résultat final. Que ce soit au niveau de la production assez fascinante ou des compositions de haut niveau (EMBRASSE, VIVRE, AVANT, DANSER…), l’album est précis, concis et direct, à l’image des titres de ses chansons, presque tous composés d’un seul mot. La pochette, amusante, est la couverture trompeuse d’un secret bien gardé. Dès lors que vous trouvez la clé, il faut avoir la tête vide et être prêt à la surprise. J’espère que vous le serez en février.

 

Préparez-vous bien

Tout est dit, ce nouvel album est une perle rare, qui mélange les styles avec brio, et qui invente le sien grâce à un talent irréfutable. Et qu’est-ce que ça fait du bien ! « AF » constitue donc l’apogée d’un groupe qui, même s’il n’est pas aussi productif qu’on le voudrait, poursuit son épopée musicale sans jamais perdre le sens ni la pertinence de leur art.

 

Tracklist :

01 – DISCO FLASH
02 – EMBRASSE
03 – SERRER
04 – VIVRE
05 – AVANT
06 – IN UTERO
07 – QVVDM
08 – EVEL
09 – PAC
10 – TASAIME
11 – DANSER

 

Alerte découverte ! Trois EPs à écouter d’urgence

En ce début année 2020, alors que les futures floraisons artistiques attendent patiemment (du moins,…

Nos 100 meilleurs albums de la décennie

  Le voici, le voilà, notre classement des meilleurs albums de la décennie ! Après…

Nos 25 meilleurs albums de l’année 2019

    2019 se termine à peine que nous avons déjà établi notre liste des…

I AM STRAMGRAM 2018 album tentacles
DR I AM STRAMGRAM

Gagnant de l’édition 2016 du Prix Ricard, I AM STRAMGRAM a sorti il y a peu son premier album “Tentacles”. Ce qui nous a donné l’occasion de le rencontrer pour deux sessions acoustiques et une interview.

 

I Am Stramgram. Voilà un artiste qu’il faut suivre de près.

 

Et pour le lieu, nous avons choisis la plus grande bibliothèque d’art privé de Paris histoire de mettre dans l’ambiance du concert qu’il allait donné juste après au musée Eugène Delacroix.

 

I AM STRAMGRAM nous a interprété “Safes” l’un des singles de son dernier opus, mais aussi un morceau inédit: “Wooden Gun”. Un morceau très doux, superbement interprété dans ce cadre chargée en histoire qu’il faut absolument découvrir.

 

Pour l’interview nous avons laissé I AM STRAMGRAM prendre une photo de ce qu’il voulait pour qu’il nous parle ensuite de lui à travers cette image.

 

Mais rien que de visionnez les vidéos ci dessous pour en savoir plus!

 

Interview - I Am Stramgram - Pop & Shot
I Am Stramgram - Wooden Gun - Session Acoustique Pop & Shot
I Am Stramgram - Safes - Session Live Pop & Shot
Hotel pour la sortie de room 102

Hotel: “Room “102”: c’est comme ça que Gainsbourg commandait ses pastis” Interview

Le 30 mars 2018, le duo Hotel revenait dans les bacs avec un nouvel album…

Naya: Découvrez la très jolie session acoustique de “Girl on the Moon”

  Lorsque l’on rencontre Naya, ce que l’on voit c’est avant tout une jeune fille…

On a rencontré La Piétà : session live et une interview mouvementées

Le 16 novembre 2017 j’avais RDV devant “les Etoiles”, pour retrouver La Piétà. A l’entrée…

le groupe Her

Ceux qui ont assisté aux concerts de Her avaient déjà entendu cet hymne fin, puissant et raffiné. C’est en effet ce dernier que le groupe de Victor Solf utilise pour ouvrir ses spectacles. Aujourd’hui “We Choose” a officiellement été intronisé par la formation qui en fait le premier single extrait de son premier album à paraître le 30 mars 2018, “Her”.

Le morceau en lui-même traite de la dissolution des Popopops, le premier groupe ayant uni Victor Solf et Simon Carpentier, les deux moitiés de Her. Pourtant la disparition de Simon, des suites d’un cancer à seulement 27 ans, donne au texte un tout nouveau sens. Il y est question de force de continuer et de foie en l’avenir. Des notions qui aujourd’hui résonnent avec force.

Comme l’explique Victor via son compte Instagram, “We choose” est en outre le premier morceau co-écrit par le duo. Si le sortir seul était un véritable challenge pour lui, il voulait néanmoins rendre un bel hommage à son ami. C’est chose faite.

Côté clip, Her ne déçoit pas en illustrant son titre white soul avec élégance. On y retrouve le chanteur dans une vidéo poétique en noir et blanc où les mouvements du corps se fondent dans un décors d’une beauté froide. Un moment intense et sublime tout comme la musique crée par un duo dont la puissance musicale est intemporelle.

Découvrez le sans plus attendre.

 

A noter que Her s’offrira une tournée française à compter du mois de mars 2018. Point d’orgue de cette dernière: un Olympia de Paris le 25 avril. Il sera également possible de venir les applaudir Rennes, Grenoble, Nancy ou encore La Rochelle.

Retrouvez notre report de Rock en Seine 2018, le premier concert de Her suite au décès de Simon.