The Kooks au Zénith de Paris: sex, retour en adolescence and rock’n’roll (reportage)

The Kooks Zenith 2019

Ils étaient attendus. Et pour cause, The Kooks signaient un grand retour sur les ondes avec un nouvel opus « Let’s go sunshine » à l’été 2018 promettant un retour scénique parisien au mois d’avril 2019.

Ce samedi 6 avril, les fans de Luke Pritchard et sa troupe sont venus en masse au Zénith pour applaudir la formation. A tel point que le concert se joue à guichets fermés. Un exploit quand on pense que c’est bien la première fois que les rockeurs se frottent à une si grande scène dans l’Hexagone. Dans la foule on croise des vingtenaires comme des trentenaires lookés, venant de Paris, de toute la France mais aussi de nombreux pays étrangers et espérant vivre un beau moment de live. Il ne seront pas déçus.

Un décors sobre les attend, composé d’un escalier lumineux sur lequel trône la batterie estampillée The Kooks. Il est 21 heures quand le groupe monte sur scène. Pas une minute à perdre, le combo balance d’entrée les première notes du culte « Always where I need to be ». Si en temps normal, la fosse se chauffe plus vite que les gradins, il n’en est rien ce soir. la totalité de la salle s’enflamme à peine les premières notes chantées.  « Sofa song » suit. Le leader de la formation prend entièrement possession de la scène, il sautille, danse, prend la guitare et chante sans jamais oublier de parler avec son audience.  » Sofa’s song » et « Eddie gun » suivent.  » On va jouer de vieux morceaux mais aussi des nouveaux » prévient-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Patricia😈 (@patricia.frs) le

Depuis qu’il a joué aux côté de Mick Jagger, Pritchard lui vole quelques mimiques. Son déhanché, sa façon bestiale d’arpenter une scène. The Kooks a gagné en maturité tout en conservant son énergie rock. Le show, diablement efficace, ne laisse pas de répit au public qui danse volontiers et chante toujours. Puisqu’au delà des capacités de performers indéniables du groupe se cache surtout une véritable communauté, fédérée depuis bien longtemps. The kooks sent bon les souvenirs d’adolescence. Les amours qui semblent durer pour toujours, la routine instaurée par le lycée, les premières soirées, les bières et les gueules de bois qui ne pointent jamais le bout de leur nez. Avec cette fraîcheur des débuts, alors que le slim et le perfecto étaient ce qui se faisait de plus à la mode, le groupe n’a pas pris une ride. loin du show statique d’un live raccord à la note prêt à la version album, le groupe se laisse le droit d’exister sur scène, de sonner différemment. On s’amuse volontiers, et les minutes défilent à tout vitesse. le chanteur échange un temps sa guitare contre un clavier et la setlist s’étoffe:  » She moves in her own way », « Four leaves clover », l’excellent  » The ooh la » qui rappelle à tous ceux qui ont pu l’expérimenter avec l’âge que le monde peut te mâcher et te cracher malgré ton joli manteau. « Pamela », « No Longer » et « Jackie big tits » sont également de la partie.

 

Qu’il serait alors bon de pouvoir arrêter le temps dans cette bonne ambiance, où les franges et les bières sont nombreuses. Viens pourtant le temps des derniers morceaux.  » Do you wanna make love to me? » demande en musique le héros de la soirée. Celles qui ont pu un jour avoir eu l’envie de répondre « oui » ont alors éternellement 18 ans. Il est bien là, le secret de la vie éternelle. Dans un bon morceau de musique de ceux qui ne passent pas de mode, qui ont su unir.

The Kooks invite à allumer la torche des portable le temps d’une ballade en mer sur l’excellent « Seaside ». Le Zénith devient une constellation. Et puis vient le tour du « dernier morceau »: « Junk of the Heart (Happy) ». Histoire de donner raison à la parenthèse du titre, le groupe revient pour un court rappel.

« No Pressure » signe ce retour et est suivi des traditionnels remerciements que l’on peut entendre en live. et pour ce qui est du grand final « Je pense que vous avez deviné » s’amuse le chanteur. C’est bien « Naive » qui conclut la soirée. Les lumières se rallument et pourtant en quittant la salle, le public ne semble pas prêt à repartir pour un nouveau tour de métro, boulot, dodo et autres routines adultes. Alors pour s’en prémunir, de petits groupes sur le chemin qui mène aux transports et même dans le métro continuent de chanter sans fin les morceaux cultes d’une formation qui a laissé une empreinte et continue avec ses nouveaux titres à convaincre ceux et celles qui avec leurs jolis manteaux arpentent les rues du monde, en ayant pu profiter, le temps d’une soirée, d’une bouffée de naïveté salvatrice.

Luke Pritchard Interview The Kooks 2018 Let's go Sunshine

Luke Pritchard, The Kooks : « The Kooks a eu comme une crise de la cinquantaine, nous avons eu du mal a trouver notre direction » (Interview)

Après 4 ans d’attente, The Kooks revient avec un 5ème album, « Let’s Go Sunshine » le…

Feu! Chatterton 2018

Feu! Chatterton: Quelques verres et un moment en studio plus tard ( Reportage)

Nous sommes le 5 février 2018 et c’est un grand jour. Le groupe de Feu!…

Last Train : Les derniers (vrais) rockeurs au Supersonic de Paris – Reportage

Nous avons eu 20 ans. Et lorsque c’était le cas, le rock était à nouveau…

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *