On a rencontré La Piétà : session live et une interview mouvementées

Le 16 novembre 2017 j’avais RDV devant « les Etoiles », pour retrouver La Piétà.

A l’entrée de la salle de concert on me dit que La Piétà répète dans la voiture juste à côté. Et en effet je vois deux personnes avec des guitares à l’intérieur.
A ce moment là la première porte de la salle de concert s’entrouvre et une vague de riffs de guitares inonde la rue. On m’explique que les « The No Face » font les balances et qu’on ne s’entend pas à l’intérieur, ce que je crois volontier.
La rencontre se fera à l’étage d’un bistrot voisin. Mais le bruit ne nous quitte pas. A l’étage nous partageons le lieu avec une entreprise en réunion, et le moins que l’on puisse dire c’est que leurs débats étaient animés.

Qu’à cela ne tienne, on garde le cap et on enchaine enregistrement de la session acoustique et l’interview. Malgré quelques interruptions, La Piétà répond à toutes mes questions jusqu’au bout.

Après notre session, je suis invité aux balances. Et le parcours reste semé d’embûches. Un câble manque à l’appel puis un 2ème lâche. Il est tard, les magasins ferment et il faut absolument trouver ce matériel.

Ni une ni deux, on va au Studio Bleu juste à côté, qui gentiment cherche partout de quoi dépanner. Au bout d’un quart d’heure il y a tout ce qui faut.

Une préparation avant un concert riche en émotions. Mais avec le caractère trempé de l’artiste, rien ne l’arrêtera dans sa lancée que ce soit ce soir là ou pour la suite de sa carrière.


 

20 heures pétante: La Piétà entre en  scène

Concert de la Piétà aux Etoiles de Paris 2017
Les premières parties, ça captive peu les foules. En moyenne les premières parties, on attend qu’elle finissent. Elle a beau chanter qu’elle est « la moyenne à peine », la Piétà fait mentir ces généralités. La féline chanteuse déboule avant No Face pour tout chambouler et ce dès 20 heures sur les planches des Etoiles. A quoi s’attendre quand on va voir la Piétà en live? A être complètement retourné. Bha oui, on est en 2017 et pourtant, il est encore possible d’être choqués. Choqués dans le bon sens du terme. Un live de la chanteuse, c’est une claque. De celles qui réveillent, de celles qui prouvent que l’art peut encore faire réagir, de celles qui prouvent que la découverte fait du bien.

La voilà arborant son masque de chatte entourée de musiciens également cachés sous des masques de chats. Le sien est blanc, les leurs sont noir. Là voilà maintenant qui fait chanter la salle, des mots sexués et des mots crus. De vrais mots, des textes qui tordent le tripes. Nouveaux chapitre qui s’ajoutent à  l’oeuvre littéraire de la Piétà, le 3 et le 4 promettent d’être aussi fort que le 1 et le 2. Si quelques uns chantent sur « La Moyenne », la salle hyper réactive s’approche de la scène, hypnotisée. « Elle chante vraiment ces mots là? » interrogent les regards. Qui est cette mystérieuse musicienne? T’inquiète en exclusivité la voilà qui fait sauter le masque de chat, découvrant un visage doux derrière des propos durs. « J’aime pas les gens » ose-t-elle chanter. Ah oui mais les gens eux rendent l’inverse.

Sans dessus dessous, ils entrent dans la danse folle qui leur est proposée. Ils vivent le live. Et notre petit chat pas si domestique aussi. A tel point que, et c’est du jamais vu pour une première partie, elle se retrouve en fin de set allongée sur le sol, au milieu de la foule. Elle la prend à partie en se jetant sur les membre de l’audience qui chantent maintenant ses hymnes, elle se roule par terre à bout de souffle. C’est ainsi qu’on finit ce trop court spectacle, sans voix mais le sourire aux lèvres. Alors comme ça, on peut encore innover en 2017?

 

Report: Julia Escudero

Photo, vidéo, montage, interview: Kévin Gombert

 


 

Découvrez notre interview et la session live.


Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *