Tag

accor arena

Browsing

My Chemical Romance accor arena parisQui l’eut cru ? Alors que les courants pop punk et autres emos semblaient avoir perdu de leur superbe, se contentant de faire plaisir à des trentenaires nostalgiques du bon temps de Jackass et Daria, les voilà qui reviennent sur le devant de la scène. Et pas si discrètement d’ailleurs, Blink-182 est de retour dans les petits bacs du Citadium de Paris, The Offspring n’est plus un gros mot et l’emo personnifié par My Chemical Romance s’offre un bain de foule immense à l’Accor Arena de Paris en ce 1er juin 2022. Une surprise pour ceux qui auraient perdu le fil il y a quelques années. La nouvelle popularité de son chanteur, Gérard Way, créateur des bande-dessinés « Umbrella Acamedy » aurait-elle aidée ? Pas uniquement à en juger par un public beaucoup trop jeune pour avoir connu les débuts du groupe mais néanmoins hautement investi. Ce moment de nostalgie était-il à la hauteur de l’immense salle parisienne ?

Bercy, ton univers impitoyable

Depuis, que l’Accor Arena a changé de propriétaire, la salle a fait peau neuve. Les couloirs y sont impeccables, le staff joue la carte du standing, l’offre alimentaire est plurielle. Pas l’offre du bar pourtant, puisqu’il sera impossible d’y trouver une goutte de vin. Tant pis, le coca, c’est bien aussi. Et puis ça va avec la restauration, des burgers et des pop corns comme au cinéma. Dans ces murs, la notion de concert est bien plus proche  du spectacle que de celle qui touche à l’amour de la musique.  Il faut dire que lieu est rodé à l’américaine et l’entertainement. Et en Amérique, ils sont plus connus pour la bière que le vin n’est-ce pas ?  – mais on peut parfaitement passer une soirée sans vin il va s’en dire, personne n’en avait envie de toute façon. – Il faut ensuite pousser les immenses portes pour prendre place dans des gradins fortement remplis. Pour ceux qui sont en fosse, ce sera une autre histoire. Plus besoin de faire la queue des heures pour s’assurer d’avoir les premiers rangs. Il suffit de payer plus chère, une fosse or. Le charme des dix heures d’attente et du pipi derrière une voiture, c’est fini ! Et la fosse, ce soir, c’est The place to be. Elle est d’ailleurs pleine à craquer pour accueillir My Chemical Romance.

Welcome to the (throw)back parade

L’assistance est plurielle mais elle est dominée par une majorité d’adolescents et de très jeunes adultes. Comme les années 90 avant elles, les années 2000 sont aussi de retour. Elles arrivent, on vous dit, telle une Cassandre des temps modernes. Voilà donc que des mitaines rayées noires et blanches, des baggies et autre larmes dessinées sur les visages à l’eye-liner peuplent la salle. Que d’aventures. Côté scène, le groupe est venu équipé d’un décors qui change de ses premières dates parisiennes lors d’un certain Trabendo, lui aussi au mois de juin mais … 2005. Où est passé le temps ? Un verre de vin pour oublier serait le bienvenu, mais ce ne sera pas pour ce soir.

Le décors donc, est conçu autour d’une forme de ville suite à un apocalypse, avec reliefs, bouts d’immeubles et même quelques détritus en avant scène. Clin d’oeil à l’apocalypse de l’excellent « Umbrella Academy » ? – mais non c’est pour reprendre l’esthétique de « Dangers Days : the True Life of the fabulous kilijoys » dernier album paru en 2010 avant le split et les retrouvailles. Pour le reste, la sobriété est de rigueur. Point de gros effets, la formation mise sur son énergie et ses gros tubes pour séduire. Gérard Way est en grande forme. Adieu les problèmes d’addictions dont il a pu parler à la presse, comme le leader de Sum 41 avant, c’est une nouvelle jeunesse qui l’attend. La foule est en transe, compacte en fosse or, mais aussi en fosse prolétaire. Un rainbow flag est agité et une pancarte, remerciant le groupe d’avoir sauvé la vie de celui qui la tient est brandie. On ne pourra pas enlever à l’ère emo d’avoir su parler à une jeunesse d’intégration, de bienveillance et de santé mentale. Une excellente chose qui fait toujours échos aujourd’hui. Côté gradins, tout le monde est debout dès les premières notes. Le groupe commence fort avec « The Fondation of Decay ».

Teenagers et ceux à qui ça manque

Son rock ne fait pas dans la dentelle, grosses machines, batterie qui tabasse, rythmiques qui cognent et la voix bien connue qui n’a pas changé d’un poil de son leader. Le groupe occupe l’avant-scène, et Way se donne pleinement, bougeant d’un bout à l’autre de la salle. Certes, côté ingé son, les premiers temps sont brouillons, hachés mais le plaisir est là.  Les gros stitres se succèdent issus de la toute la discographie du groupe. « Give’em Hell, kid », « House of Wolves » et surtout l’un de leurs plus gros succès « Na Na Na (Na Na Na Na Na Na Na Na Na) » – heureusement qu’il n’y avait pas de vin, il aurait été difficile de bien compter tous les Na de ce titre. La température monte, et le chanteur est unanime « On vit toujours de beaux moment à Paris mais celui-ci les écrase tous ». Sympa pour ce souvenir d’été en 2005 dans la fosse pas coupée en deux Gérard !  Parce que tout le monde est prêt à chanter fort, le groupe lance « The Black Parade » l’hymne d’une époque.  Qui eut cru que My Chemical Romance rassemblerait les générations ? Alors certes, ce genre de shows joue sur des grosses ficelles qui sont tirées par tous les groupes d’une même époque, des façons de se tenir sur scène, d’aborder l’énergie, mais il est aisé de se laisser prendre au jeu. Le musicien communique volontiers avec la foule « Merci pour tout ce que vous avez fait » et annonce reprendre aussi son premier opus. « Teenagers » suit.  La salle allume les lumières de ses portables et  ne se brûle plus les doigts avec un briquet sur chaque moment émotion. Douce nostalgie de la petite odeur de ton doigt qui sent le poulet rôti. Les portables, ça sert aussi à filmer le concert ou à se filmer en concert.

Il est bientôt 22 heures…

Chacun est un peu acteur de son moment, jouant l’émotion sur les réseaux sociaux, des visages de proches absents ce soir là peuplent les smart phones et ces petits moments de communion semblent bien à propos.  Le leader raconte avoir beaucoup de morceaux sur les vampires -rappelons-nous s’il vous plait que nous parlons d’un  groupe qui a débuté dans une époque pré-Twilight, un peu d’indulgence-  et de lancer « Vampire Money ». Ce qui caractérise  le show c’est son audience réactive. Tout le monde joue le jeu. Perdu dans l’énergie, Ray Toro, s’offre un petit solo en avant-scène. « Helena », l’un des titres les plus connus résonne alors que le son est bien meilleur en cette fin de set et semble moins être passé au hachoir. Il n’est pas encore 22 heures et le concert touche presque à la fin, après tout il y a encore école le lendemain. « Cancer » est joué avant un mini rappelle pour mieux écouter le très attendu « I’m not okay ( I promise) » sur lequel tout le monde chante franchement. C’est sur « The kids from yesterday » dont le titre résonne franchement dans les coeurs d’une partie de l’audience confrontée à son passé que se conclut la performance. 2004, c’était hier non ?


Bambara à la boule noire

BAMBARA : brume épaisse pour rock électrisant (portrait)

Imaginez une nuit d’errance new-yorkaise dans des dédales de rues désertes. Imaginez craindre pour votre…

The Hives @ l'Olympia Paris 2021

The Hives : « Au début, on faisait semblant d’être riches pour embêter les punks » (Interview)

Alors que la pandémie mondiale laisse entrevoir une accalmie, elle permet surtout aux groupes internationaux…

[Interview] Fontaines D.C : « Dans la vie de tous les jours, on est des gars très optimistes »

A l’occasion de leur premier concert depuis le confinement, qui eut lieu mercredi 07 octobre…