Archive

août 2021

Browsing

Le 24 septembre 2021, J-Silk sera de retour avec un troisième EP intitulé “Dreaming Awake’. Le duo franco-britannique en profitait pour distiller une new soul voluptueuse, aérienne, joviale et plurielle alors que la voix puissante de sa chanteuse Joanna Rives donnait le ton tout en se faisant gage d’une qualité indéniable. Les notes aux couleurs suaves y ont une place dominante tout comme les rythmiques travaillées. Le duo avait teasé ce retour dans les bacs à l’équipe de Popnshot au court d’un entretien sous le soleil du Printemps de Bourges. Un moment emprunt de tendresse et de complicité qui représente bien l’entente artistique et la dualité de ce groupe soudé.  A noter que le groupe se produira en concert parisien le 16 septembre aux Trois baudets.

 

J-Silk_Interview
J-Silk au Printemps de Bourges – Droits : Louis Comar
PopnShot : Votre single “Dreaming Awake” parle d’insomnie. Comment avez-vous choisi d’illustrer ce vécu à travers votre musique ?

Louis Gaffney / J-Silk  : Ce morceau vient d’un texte de mon grand-père qui est un artiste français. “There is always someone asleep, someone awake, someone dreaming to sleep, someone dreaming awake.” On a trouvé cette dernière phrase cool et Joanna a écrit son texte en partant de cette phrase.

Joanna Rives / J-Silk : Moi j’avais écrit un texte qui s’appelle “Sleeping Awake”, Louis a fait le lien avec son grand-père. De là on a essayé de construire un texte autour de l’insomnie parce que nous avons tous les deux des soucis pour dormir.

Louis Gaffney : Et c’est aussi devenu le nom de notre EP.

P&S : Le morceau est très aérien et dénote avec vos précédents titres. Comment avez-vous composé cette texture musicale qui représente si bien l’insomnie ?

LG : On a d’abord fait la prod, on avait le son et puis ensuite Joanna s’est demandée ce que ça lui inspirait et elle est partie dans sa composition.

JR : Oui, c’est ça. On n’a pas toujours les mêmes fonctionnements dans la composition, dans l’écriture, dans le processus artistique. Cette fois ça partait d’une production de Louis et moi. Pour la voix, on voulait quelque chose de clair, de lumineux, de fragile… avec la basse, ses pédales et ses textures, ça donnait quelque chose d’un peu vaporeux.

J-Silk_Interview
J-Silk_ Droits : Louis Comar
P&S : Ce nouvel EP, vous avez pris le temps de le travailler et de le sortir. Comment s’est passé le cheminement de composition ?

JR : Le processus remonte à bien deux ans. On devait le sortir l’année dernière, il était prêt depuis quelques mois avant.

LG: On a fait beaucoup de studio, on a aussi fait beaucoup de sessions à la maison pour tester des choses.  On a testé des acoustiques, des électros, des morceaux qu’on a composé mais pas sortis. Du coup en septembre on va sortir 7 nouveaux titres.

JR: On a souhaité aller plus loin que sur les deux précédents EP en terme d’écriture : on utilise l’écriture automatique. On a poussé sur les retours, on a travaillé avec une amie anglaise de Manchester qui nous a aidés sur certains détails, sur les accents. Elle est venue en studio, ce qu’on ne faisait pas avant. En terme musical, Louis a beaucoup produit. On a fait beaucoup d’allers-retours. On a un titre en français pour la première fois. On a essayé beaucoup de choses.

PnS : Composer en français vous donne-il le sentiment de plus vous dévoiler sans la barrière de la langue ?

JR : Nous on écoute beaucoup de musique anglaise. Et moi j’ai vécu en Angleterre. C’est naturel pour nous d’écrire en anglais. Mais c’est un bel exercice pour nous le français. Disons qu’on ouvre une porte, pour nous au début ça partait d’une blague. On était en studio avec Louis et il me met le casque et me dit ‘Allez improvise’. Du coup j’ai commencé à chanter en anglais, français et espagnol. Et puis on l’a fait écouter à des copains qui nous ont dit ‘Mais pourquoi pas ?’.  Et ils préféraient la version française. C’est un peu plus difficile parce que c’est nouveau et parce que c’est un autre exercice, ce ne sont pas les mêmes codes d’écriture en français et en anglais, les intonations changent.

PnS: Louis est anglais, Joanna est française. Est-ce que vous partagez les mêmes influences ?

LG : J’essaie de trouver une chanteuse que Joanna ne connaisse pas. J’essaie vraiment mais elle a toujours un temps d’avance sur moi sur ce sujet. On écoute vraiment la même chose.

JR : On partage même nos shamy tracks ! (rires) Dès qu’on a débuté, on a eu une vraie accroche musicale dans les influences, dans les goûts.  On a une vraie sensibilité commune.

PnS : Tu parlais des chanteuses que tu connais, l’une d’entre elle est très importante pour toi : Amy Winehouse. Quelle image as-tu d’elle ?

JR : Au delà du personnage et de la chanteuse, moi j’ai commencé par la guitare, et je ne chantais pas. Et quand j’ai découvert cette artiste, j’ai été très touchée par sa sensibilité. Elle amenait beaucoup d’émotions et ça m’a donné envie de chanter. J’ai commencé à fredonner ses chansons et puis c’est là que j’ai vraiment eu envie de m’y mettre. Amy Winehouse, elle représente ça pour moi. C’est très symbolique pour moi.

PnS : Vous avez beaucoup parlé de la thématique du passage à l’âge adulte. Pourquoi est-ce important pour vous ? 

LG : Je suis papa depuis 10 mois et l’âge adulte, je le sens bien. (rires) C’est difficile de se trouver, ça prend du temps artistiquement comme en tant que personne.

JR : J’ai toujours dit que je voulais pas grandir. Déjà petite, je disais, je veux rester un bébé et je vais essayer d’en rester un encore longtemps.

J-Silk_Interview
J-Silk_ droits : Louis Comar
PnS : Il a y une véritable dualité dans votre musique. Est-ce quelque chose que vous travaillez ?

JR : Je ne sais pas si on le travaille consciemment. On travaille beaucoup en binôme donc le duo est là et il est porté par chacune de nos personnalités. Personnellement j’ai aussi une forme de dualité, de mélancolie autant que de positivité. Il  a toujours cette question du verre à moitié plein et à moitié vide. J’en parlais déjà dans “It’s up to you”. Je suis aussi très indécise. Le rêve, la réalité … que se soit dans les paroles, la production, la manière de chanter. On le voit quand on compare “Dreaming awake” et “Bring me joy”.

PnS : Vous vous décrivez comme issus du courant new soul. Pour vous il y a un nouvel âge de la soul ?

JR : En France, je ne sais pas si c’est vrai.

LG : Si parce qu’il y a une grosse scène r’n’b qui revient. On n’est pas vraiment dedans mais ces courants se rejoignent. Et puis il y a la futur soul avec des groupes un peu plus jazz qu’on écoute beaucoup.

JR : La new soul c’est plutôt hybride : du hip hop, du jazz. On le dit parce qu’il faut mettre des mots pour catégoriser les projets. Nous sommes très portés par la scène anglaise. Quand on compose on se pose pas ces questions. Il faut du liant dans l’esthétique d’un projet mais c’est plus une base qu’on aime.  On est en train de casser les codes des genres.


Flore et Charles du groupe L'Impératice

L’Impératrice : “En tant qu’artiste indépendant on devrait boycotter Spotify” (Interview)

Le 26 mars 2021, le groupe de pop français L’impératrice a dévoilé “Tako Tsubo“, son…

Philippe_Katerine-Printemps_de_Bourges-2021

Printemps de Bourges 2021 (25/06/2021) : Entre valeurs sûres et découvertes (Reportage)

Aller en festival,  on en  avait perdu l’habitude depuis  plus d’un an et demi. Bien…

Alerte découverte ! Trois EPs à écouter d’urgence

En ce début année 2020, alors que les futures floraisons artistiques attendent patiemment (du moins,…

 

 

 

Lulu Van Trapp … Vous voyez les années 80 ? Vous voyez la fougue d’un groupe de punk de banlieue ? Un avatar créé de toute pièce au nom enfantin et presque scandinave ça ne vous dit rien ? Et bien Lulu Van Trapp c’est tout ça – et tellement plus. Repérés par le programme Avant Seine du festival Rock en Seine, ce quatuor de rock, pop, soul, r’n’b… (la liste est encore bien longue) originaire de St-Ouen(sur-Seine) a un (très réussi) album en poche et une tournée française en cours. Un must de la scène émergente à écouter d’urgence.

Lulu Van Trapp - Les Mots d'Amour

Mais Lulu Van Trapp qu’est-ce que c’est ?

J’ai hésité à succomber à la comparaison (très tentante) aux Rita Mitsouko. Et, bien que la ressemblance soit en effet frappante, la jeune composition est unique en son genre et ne peut se voir réduire à une similitude. Il y a évidemment ce charme désuet de la synth-pop des 80’s et cette voix au timbre si particulier, mais les Lulu ont leur propre univers. Un monde baroque et sans limite dans lequel ils ne se refusent rien. Les titres de leur premier LP (I’m not here to save the world) s’enchaînent à un rythme effréné et survolent une multitude de styles musicaux. La musique de Lulu Van Trapp est effusive et infinie. Aucune frontière à l’originalité: les titres sont en français ou en anglais, doux ou rapide comme l’éclair, nostalgique ou des plus moderne. La liberté que s’octroient les musiciens dans leurs compositions est un atout majeur et un parti pris ambitieux qui se concrétise avec maîtrise dans les dix titres de leur album.

D’où viennent les Lulu Van Trapp ?

LULU VAN TRAPPInitialement, il y avait Rebecca (chant, synthés) et Maxime (chant, guitare) et leur groupe de punk énervé : La Mouche. A cette époque, les musiciens s’auto-produisaient et n’ayant pas de manageur.se, Rebecca y remédia en inventant le personnage de Lulu Van Trapp. La jeune artiste répondait alors sous cette identité au téléphone et ainsi, d’une manageuse artificielle naquit une super-héroïne abstraite.

Et alors que La Mouche s’essouffle, Maxime et Rebecca souhaitent laisser davantage de place aux textes et à la douceur dans leur chansons. Les premiers titres de Lulu apparaissent et tout s’enchaine très vite par la suite. Devant jouer en première partie de FAIRE à la Maroquinerie, les deux acolytes recrutent Manu (basse) et Nico (batterie) et après quelques répétitions, ça y est Lulu Van Trapp est prêt. Tout ça s’est déroulé en 2017. En 2021, ils font partie du Club Avant Seine. Et en octobre ils seront en tête d’affiche à la Maroquinerie (le 7 pour être précis). Plus rien ne peut les arrêter maintenant.

Pourquoi il est essentiel de les écouter ?

Tout simplement parce que c’est génial. Non mais sérieusement, aucune chanson ne se ressemble et elles sont pourtant toutes cohérentes. La voix de Rebecca est maîtrisée et tout à fait singulière. La thématique principale des compositions est l’amour, et celle-ci est abordée avec finesse et poésie, ne débordant pas dans la niaiserie d’un poète improvisé. Les mots d’amour est l’exemple parfait: ce titre est kitsch à souhait et charmant, mais toujours très intelligent. Les textes sont réussis, l’instru aussi, et tout ça au profit d’un univers réfléchi et plaisant. Leur Brazil est une superbe porte d’entrée dans ce monde de fantaisies et est particulièrement réussie. Honnêtement, si je ne vous ai toujours pas convaincu d’aller les écouter, je ne comprends plus rien ! Plus sérieusement, les Lulu Van Trapp sont talentueux et très prometteurs, et il serait vraiment dommage de passer à côté de cette pépite.


wolf alice

Wolf Alice “Blue Week-End” : Maîtrise et réussite pour un des meilleurs albums de 2021 

Si nous nous adonnions à la fâcheuse tâche de la comparaison, nous pourrions dire que…

Martin Luminet Monstre

Martin Luminet : ” Pour moi la colère est une forme de lucidité” (interview)

Le 4 juin sort le premier EP de Martin Luminet, “MONSTRE”, qui sera accompagné du…

Grandma's Ashes - The Fates

“The Fates” : les Grandma’s Ashes dans la cour des grands avec leur premier EP

Le premier EP des Grandma’s Ashes est un condensé de ce que ce trio francilien…