Lola Marsh, un nom qui avait déjà fait couler de l’encre à la sortie de son premier EP. Un nom qui évoquait de bons morceaux, bien interprétés. Une tendance qui nous pouvait que se confirmer, c’était certain.

Le 3 novembre,
les compères menés par la talentueuse Yael  Shoshana et l’inimitable Gil Landau décidaient de ne pas faire mentir ceux qui avaient cru en eux. “Remember Roses” leur premier album est en effet une belle réussite alliant la grâce de Lana Del Rey à la brillante capacité d’écrire de Moriarty. Autant se le dire: c’est un petit bijoux.
D’ailleurs une seule écoute suffit pour me convaincre d’aller faire un tour au concert du groupe prévu pour le 9 novembre à la Maroquinerie. Le live vaut-il l’album? Suspens!

Le jour J, voilà l’équipe de Pop & Shot qui se retrouve en backstages avec le duo créateur de la formation, le temps d’une petite interview. Seulement voilà, pour Yael, la chanteuse l’heure est grave. Elle a oublié sa valise dans son taxi et espère qu’elle lui reviendra à temps pour pouvoir se changer avant de monter sur scène. Si cette situation peut l’angoisser la jolie israélienne en rit volontiers. “Je pourrai porter tes vêtements?” demande t-elle avec humour avant d’appeler une amie parisienne pour lui demander un coup de main.
Qu’importe comment elle a fait, la voilà qui débarque à 21 heures pétante, changée et ravissante, dans le décors fleuri qui servira de scène à Lola Marsh ce soir. Sans pour autant être pleine à craquer, la Maroquinerie de Paris est bien remplie ce soir: le bouche à oreille a fait son travail.

concert lola marsh la maroquinerie 2017

Et c’est une excellente chose puisqu’il faut moins d’un morceau à Lola Marsh pour convaincre de ses incroyables capacités musicales. Chose rare: le groupe joue à la perfection sur scène, à tel point que la version live et la version album des morceaux se ressemblent  comme des jumelles.

A ça près que, la voix de Yael dans ses improbables envolées lyriques se sublime lorsqu’elle chante face à nous. En plus d’une capacité musicale bouleversante, le groupe mise sur la carte de la sympathie et de l’intensité pour servie.
En sortant de la salle plus tard ce jour là, un spectateur parlera même d’un incroyablement moment de partage. Et pour cause, la chanteuse, resplendissante n’hésite pas à interpeller son public. Il ne lui faut pas plus de deux morceaux pour demander à la foule de se rapprocher. La voilà ensuite qui demande au public de siffler un air “Peut-être le connaissez-vous” interroge-t-elle complice. En effet pas besoin de siffloter toutes les notes pour que la foule en chœur reprenne “Wishing Girl”, le single phare de la formation qui a tout d’un tube en puissance à balancer en boucle sur les ondes. “You’re Mine” alors qu’il est facile de penser à un autre immense musicien offert par Israël au monde: Monsieur Asaf Avidan.
Son succès colossal s’adressant à un public mélomane est à souhaiter à Lola Marsh qui en a largement l’étoffe. Mais les interactions ne s’arrêtent pas là, il nous est tour à tour demandé de lever les mains au ciel, d’applaudir en rythme alors que sur scène, la chanteuse impose une voix forte, rayée, douce, sublime et change d’instruments régulièrement:

guitare, ukulélé, tambourins, tous se succèdent dans les main de la maîtresse de cérémonie. A ses côtés Gil, complice, excelle à la guitare.

Les présentations de l’équipe permettent à la salle de s’approprier la dimension de groupe de Lola Marsh. Pourtant, c’est à deux, comme à leurs débuts, qu’ils choisissent de revenir pour leur rappel. La foule est alors invitée à s’asseoir “Imaginez que vous être dans mon jardin” demande la chanteuse, qui nous racontait plus tôt que l’album écrit sur le thème de la nostalgie parle justement de ce petit coin de calme sur terre qui lui est si précieux.La conclusion se fait avec la réunion du combo sur scène et la part belle laissée à la guitare. Après tout, le guitariste n’est-il pas issu de la scène metal, particulièrement friante de solo?
Quelques salutations plus tard et voici notre équipe qui quitte la salle. Laissant un souvenir magique à ceux qui ont vécu ce live. Retenez bien ce nom, Lola Marsh, s’il y a une justice sur cette terre, alors il sera prochainement sur toutes les lèvres. 
Photographie DR Kévin Gombert

MaMA festival 2017: Jour 1, Cabadzi X Blier et autres découvertes en live

« Tu vas au MaMA Festival, tu vas écouter de la musique de bobo » lâchait un…

Festivaliers Rock en Seine 2017 des bubulles?

Rock en Seine 2017: Nos festivaliers ont du talent ( recap photos de votre best off)

Depuis 15 ans Rock en Seine est la grande réunion des parisiens avant la rentrée.…

Green Day : Le rock’n’roll ne nous sauvera peut-être pas mais il vaut la peine de se battre pour lui (Reportage du concert parisien)

Vendredi 3 février 2017, les (très pop) punk rockeurs de Green Day prenaient d’assaut un…

3 Comments

  1. Pingback: Lorène Aldabra : C'est l’Amour Fou à la Scène du Canal ! - Pop & Shot

  2. Pingback: On a rencontré La Piétà: interview, session live et concert

Write A Comment