Author

Louis Comar

Browsing

Le 26 mars 2021, le groupe de pop français L’impératrice a dévoilé « Tako Tsubo« , son deuxième album. Alors qu’ils effectuent un marathon de prestations lives décoiffantes à travers toute la France, Flore Benguigui et Charles de Boisseguin se sont entretenus avec Pop & Shot

Quelques heures avant leur concert au Printemps de Bourges 2021, au coeur du bruyant espace interview du festival, les deux compères se livrent avec beaucoup de franchise sur leur nouvel album, le marché de la musique et leurs engagements.

Flore et Charles du groupe L'Impératice
Flore et Charles de L’Impératice

marquer encore le coup en montrant qu’on arrive à exister

Le 26 mars dernier vous avez sorti « Tako Tsubo », est-ce que vous pouvez nous en parler, comment vous le décrivez ?

 

Charles : Déjà c’est notre deuxième album, c’est toujours le plus difficile à sortir je trouve. Parce que le premier c’était assez spontané, on voulait explorer le format chanson. Avec le deuxième, l’idée c’était de créer vraiment une rupture par rapport à ce qu’on a fait avant. Une rupture à la fois dans le fond, dans le message, dans les textes, parce que « Matahari » était un disque très « hors sol » qui jouait beaucoup sur la sonorité des mots, les images, l’univers un petit peu flou mais poétique, etc. Maintenant, l’idée c’est d’être un peu plus utile, plus conscient dans la façon dont on  parle de certaines choses. Rupture aussi dans la composition, l’arrangement, le style de morceaux. Il y a beaucoup de « breaks », avec des changements de direction dans les morceaux, c’était une envie de se diversifier et d’illustrer le propos du titre « Tako Tsubo ». C’est un album qui a beaucoup plus de concept que « Matahari ». C’est aussi un album sur lequel on a décidé d’assumer beaucoup plus nos influences, là où on était très franco-français, assez pop française sur l’album précédent, là on explore beaucoup plus le hip-hop, la soul, le funk, le jazz, les couleurs harmoniques ont changé, tout a un peu changé, même la production.

 

Flore : Je rajouterai aussi une rupture dans la production, l’enregistrement de l’album. « Mathari » c’est un album qui avait été enregistré live, alors que « Tako Tsubo » c’est un album qui n’a pas du tout été enregistré en live et qui en plus a été extrêmement retravaillé par Charles pendant le premier confinement. On avait tout enregistré avant, sauf « Submarine » qui a été enregistré pendant le confinement. C’est donc une autre approche, on est allé beaucoup plus dans les détails, on s’est penché sur les moindres petits détails dans l’album.

 

Charles : On a essayé d’aller beaucoup plus loin dans le process, on a essayé de faire attention à tout, parce qu’on a eu le temps de le faire.

 

Flore : Alors que d’habitude on n’a jamais le temps !

 

Charles : Je dirais aussi que c’est un album hors format par rapport à ce qui se fait maintenant. C’est toujours une fierté, on n’essaye pas d’être différents, je pense qu’on l’est de base par nos influences, en étant un groupe. L’idée, c’est de marquer encore le coup en montrant qu’on arrive à exister en sortant des sentiers battus, c’est ce qui rend le groupe pérenne. (Ndrl : Cela va bientôt faire 10 ans que le groupe existe)

les gens ne veulent pas se mouiller à signer un groupe

Justement, dans « L’équilibriste » vous dites « J’aurai voulu être un rappeur, ou musicien d’ordinateur » « Un disque d’or en moins d’une heure ». Est-ce que vous trouvez ça plus facile de faire comme tout le monde ? Le « succès facile »

 

Flore : C’est très ironique, je me moque dans ce morceau.  L’idée ce n’est pas de tirer dans les pieds de nos confrères. Non seulement nous sommes un groupe, mais en plus on est signé en indé chez Microqlima et c’est génial. Je pense que pour rien au monde on changerait notre modèle et on n’a pas envie d’être des rappeurs. Mais c’est que l’on ne vit pas la même chose que des types qui sortent des productions comme ça, qui sont signés en major. Nous, on a beaucoup plus d’étapes à passer, on fait beaucoup plus les choses nous-même, un peu avec des bouts de ficelle parfois, c’est beaucoup de travail. Le fait d’être un groupe c’est de plus en plus rare, parce que ça coute beaucoup plus cher. Donc les gens ne veulent pas se mouiller à signer un groupe alors qu’ils peuvent signer un chanteur ou rappeur solo qui leur coutera beaucoup moins cher.

On disait ça dans le morceau pour se moquer, mais au fond on est très bien dans ce qu’on est. Ce qui fait notre force avec L’Impératrice c’est qu’on se sent tous à notre place là où on est et il n’y en a aucun qui a envie de faire sa carrière solo, en tout cas pour l’instant (rires). On est une vraie équipe très soudée, on est vraiment une famille quoi.

ce système ne laisse pas la possibilité à de jeunes artistes de se diversifier

Charles : Je reviens sur cette idée d’ironie. C’est plus une façon de pointer du doigt les tendances et cette façon dont les médias vont essayer de prolonger à chaque fois ces tendances, les nourrir jusqu’à les épuiser. Il ne suffit pas d’une grande culture musicale ou socio-culturelle pour remarquer que tout est cyclique. On pointe du doigt ce système qui ne laisse pas la possibilité à de jeunes artistes de se diversifier, parce que y a un message très clair qui est donné par ces tendances : si tu veux marcher faut rester dans la tendance et pas faire autre chose. Et c’est dommage.

en tant qu’artiste indépendant on devrait boycotter Spotify

Dans une interview, vous disiez que « la manière de consommer de la musique avait beaucoup changé », est ce que cela influe votre manière de faire de la musique ?

 

Flore : Je ne sais pas si ça influe ce que l’on fait, évidement la manière de consommer la musique a changé, les gens n’écoutent pas les albums en entier par exemple. Le streaming fait que les gens écoutent le top 5 d’un artiste, un morceau, un single, mais pas un album dans sa totalité. Alors que nous par exemple on a fait un album concept (« Tako Tsubo ») où tout est lié, tout se répond, donc si on avait composé un album en fonction de comment le public consomme la musique on n’aurait pas fait ça.

 

Charles : On aurait sorti des EP, on aurait sorti des morceaux par deux ou trois tous les deux mois.

Flore : Avec un gros clip à chaque fois ! Nous, on ne compose pas en fonction de ça, sinon on se serait perdu.

soit tu prends le train en marche soit tu te fais rouler dessus.

Charles : Ça me fait penser au patron de Spotify (Ndrl : Daniel Ek) qui a décidé de mieux rémunérer les artistes les plus prolifiques, et il encourage à ça. Il va réorienter les versements en fonction des artistes qui vont sortir le plus de disques par an car c’est ça qui va alimenter et créer de la nouveauté sur la plateforme. En soit c’est dégueulasse comme système et d’ailleurs en tant qu’artiste indépendant on devrait boycotter Spotify pour cette raison-là. On ne le fait parce que c’est bien plus fort que nous. Mais on est dans une tendance où il y a des espèces de gros tracteurs qui avancent et qui te roulent dessus, soit tu prends le train en marche soit tu te fais rouler dessus. On a quand même décidé de sortir un album, ce qui est complètement illogique en 2021 comme format.  Mais traditionnellement, les médias veulent des albums pour pouvoir en parler, le public veut un objet aussi.

Flore : Il y avait vraiment une cohérence entre tous ces morceaux de « Tako Tusbo », ça aurait été absurde d’en sortir qu’une poignée…

Charles : Tu ne vends pas un bouquin par chapitre sur un an par exemple.

Flore : Par exemple on a un amour pour le vinyle, c’est quelque chose qui pousse à écouter les albums en entier.

Charles : Mais il y a une démarche différente. Les gens font la démarche d’acheter un vinyle. Tu sais pourquoi tu y vas, c’est un objet qui prend de la place chez toi, un objet auquel tu donnes une place de choix. Avec Spotify on t’a suggéré un morceau, tu n’y portes pas la même attention. Par exemple, je n’ai pas du tout le même rituel avec un vinyle qu’avec un album digital sur Spotify.

Sur « Tako Tsubo », je voulais raconter des choses

Vous parlez aussi d’engagement, vous êtes plus engagés sur cet album, est-ce que c’est une sorte de maturité qui vous le permet enfin ? Est-ce que c’est quelque chose que vous vouliez faire avant ? Des idées qui sont venues dans le groupe au fur et à mesure ?

Flore : Non, ce n’était pas quelque chose qu’on voulait faire avant. Justement, avant on était très clair sur le fait qu’on voulait rester en retrait et on voulait faire des chansons qui sonnent. J’ai commencé à écrire en français quand on a fait « Matahari », donc je n’étais pas à l’aise avec l’idée de raconter des choses, je voulais plutôt que ça sonne et que ça groove. Ça allait beaucoup plus avec l’utilisation de ma voix qui était beaucoup plus utilisée comme un instrument à cette époque. Sur « Tako Tsubo », je voulais raconter des choses, c’était un vrai parti pris que les textes aient du sens. C’est le travail avec Fils Cara qui m’a permis ça, il m’a apporté beaucoup lui, qui, en tant que rappeur a l’habitude d’avoir du son et du sens alors que moi je n’avais que du son.

ça brouille les pistes.

Vous parliez du vinyle tout à l’heure. Pour « Tako Tsubo », la pochette a été faite par Ugo Bienvenu. Qu’est-ce qui vous a plu dans cette identité graphique, pourquoi ces trois personnages ?

Charles : Ugo nous avait contacté il y a longtemps à l’occasion du festival d’Angoulême, il avait proposé de nous dessiner pendant qu’on jouait, mais finalement ça ne s’était pas fait. Il n’était pas encore très connu à cette époque, c’est d’ailleurs à ce festival là qu’il a gagné le grand prix pour sa bande dessinée « Préférence Système ». On l’a relancé plus tard parce qu’on voulait échanger avec lui du format de la pochette de l’album, on trouvait que c’était une

Tako-Tsubo_L'impératrice
Tako Tsubo – L’impératrice

bonne manière d’aller voir quelque chose de différent. Ugo a un univers qu’on aime beaucoup, un peu science-fiction, rétro futuriste. Il a donc eu l’idée d’illustrer l’album en représentant les trois Moires. Avec ces personnages de la mythologie grecque, il y a une métaphore du fil de la vie, avec une des Moires qui tisse le fil, une qui le déroule et une qui le coupe. Ugo trouvait ça assez malin d’illustrer l’album comme ça, sachant que « Tako Tsubo » c’est un album de rupture.

 

Flore : Ce que je trouve intéressant c’est que ça brouille les pistes, encore. Déjà qu’on est six, on s’appelle L’Impératrice, les gens ne savent pas si c’est une personne, six personnes, etc. Et là le fait de mettre trois personnes sur la pochette, je trouve ça chouette, ça offre des couches de lecture différentes, ça brouille les pistes.

 

« Tako Tsubo » c’est le syndrome des cœurs brisés, vous parlez aussi de burn-out. Est-ce que c’est quelque chose que vous avez aussi dans la musique, parce y a beaucoup d’artistes qui parlent de burn-out dans la musique, de difficultés.  Est-ce que c’est quelque chose que vous vivez aussi ?

Flore : Évidement que c’est quelque chose que l’on vit, on travaille beaucoup et le fait que l’on fasse beaucoup de choses nous-même ça nous surcharge. Par contre ne n’était pas du tout ça qu’on voulait exprimer dans l’album. Le « Tako Tsubo » c’est vraiment un truc qui touche des gens, mais c’est pas la même chose, c’est plus une émotion trop intense.

 

Merci !

 


Grandma's Ashes - Daddy Issues
Photo : Angela Dufin

Avec leur premier EP « The Fates »  sorti en janvier 2021, les Grandma’s Ashes ont déjà de belles choses à proposer.  Pour continuer à emmener leur public dans leur univers à la fois stoner, goth et absurde, elles dévoilent le clip de « Radish Cure » le deuxième titre de l’EP à avoir droit à sa vidéo.

 

 

Ceux qui ont eu la bonne idée d’acheter le vinyle du groupe ont pu découvrir la recette magique de cette cure de radis glissée dans la pochette. Pour les autres il faudra se contenter de l’atmosphère si particulière de ce clip déroutant. Dès le début, le décors est planté : boule à facettes, corps allongé sur un canapé, ballon à la « Ça » de Stephen King et des radis un peu partout. Mais quelle est donc cette obsession du trio pour le radis ? L’intro du morceau se colle parfaitement à l’image. Basse, guitare et batterie semblent jouer chacune de leur côté des sons expérimentaux semblables à une sorte d’échauffement.

À l’instant où le corps allongé commence à se réveiller, la mélancolique voix d’Éva vient se poser sur la musique. Alors que l’homme reprend ses esprits, chaque ingrédient du morceau s’accorde enfin pour lancer pleinement « Radish Cure ». Dans ce titre, il est seulement mardi et pourtant la gueule de bois se fait déjà ressentir, le réveil est difficile mais le rythme du morceau, assez lent, s’adapte bien à ce mood. Dès qu’il se met debout, l’homme cherche à retrouver ses esprits, il explore l’environnement qui l’entoure, essaye de comprendre ce qu’il s’est passé. Le sol est jonché de radis et il les inspecte tel un enquêteur afin de résoudre la situation mystérieuse dans laquelle il se trouve.

C’est alors que tels des démons, les trois Grandma’s Ashes se mettent à lui scander/chanter au visage « Radish Cure is for the weak ». À partir de ce moment le morceau s’emballe, tout va beaucoup plus vite, et le clip n’est plus uniquement centré sur l’homme, mais aussi sur ses démons : les Grandma’s Ashes.

Le trio emmène alors l’homme et le spectateur dans une descente aux enfers guidée par la musique et l’image. Dans un calme déconcertant, la bande accompagne cet homme fuyant ses démons à un rythme effréné par des riffs percutants. Mais cette fuite semble veine et la situation à laquelle l’homme tente d’échapper s’avère éternelle, un peu comme les paroles de cette chanson qui résonnent encore dans les tête bien après que le morceau soit fini.

Avec ce titre clipé, les Grandma’s Ashes montrent beaucoup de choses, mais il ne faut pas se tromper. Ici, ça ne parle pas gueule de bois ou bien de remède de grand-mère, le groupe de rock stoner s’exprime plutôt sur l’addiction et la difficulté d’en sortir. Le tout est savamment orchestré dans ce titre très bien maitrisé musicalement. L’écoute de « Radish Cure » n’est pas de tout repos mais elle en vaut la chandelle.

 


Aller en festival,  on en  avait perdu l’habitude depuis  plus d’un an et demi. Bien heureusement, cette disette a pris fin cette semaine grâce au Printemps de Bourges. Les organisateurs ont travaillé d’arrache-pied pour prévoir une version « allégée » du mythique évènement : moins de 1000 personnes dans les salles, masques obligatoires sur tout le site et concerts en configuration assise distanciée. Ce ne sont donc pas les meilleures conditions pour profiter d’un concert, mais si c’est pour voir de la musique live, on fera avec.

 

En ce vendredi ensoleillé, c’est sous la tente des (W)inouïs du Printemps de Bourges que l’après-midi commence. Le meilleur des jeunes talents musicaux est là pour faire vibrer les spectateurs confortablement assis à leurs chaises, face à leurs tables… Pirate et son hip hop survolté lancent les hostilités et se donnent à fond tout au long des 30 min qui lui sont accordées. Les textes, en hommage aux banlieues ou sous forme de déclaration d’amour à leur mère prêtent à sourire de temps en temps, mais regorgent de sincérité.

 

 

Après 5 minutes de pause c’est Euteika qui monte sur scène. Dans un registre similaire à son prédécesseur, le jeune homme livre une prestation pleine d’énergie. Est-ce que c’est une mode ou pas, mais il est important de souligner que ces deux premiers Inouïs de la journée sont entrés sur scène cagoulés. Pourquoi ?  On ne sait pas, surement pour donner un style ou bien en hommage au public masqué qui sait ?

 

 

Rien ne ressemble à la vie d’avant dans ce Printemps de Bourges 2021, le site a été largement réduit pour se concentrer en un petit amas de salles proches les unes des autres. Certaines manquent cruellement au décors alors que  les restrictions ont forcé les organisateurs à réinventer et adapter le festival. Pourtant le plaisir de se retrouver, d’écouter enfin de la musique et de se sentir vibrer sous les boom boom incessants des basses est plus fort que tout. Plus fort même que les nombreuses demandes de rester assis. Les concerts debout, ce sera pour le 30 juin, une date si proche qu’on pourrait presque la toucher du doigt. C’est peut-être pour cette raison d’ailleurs que certains artistes osent demander à son public de se lever, de danser devant sa chaise. Il serait aisé de penser, « danser dans le calme » finalement. Sauf que ce calme, plus personne n’en veut et que doucement mais sûrement, le printemps réchauffe les coeurs à mesure que les heures défilent et que les lives gagnent en intensité.

 

À 18h, après une très sympathique entrevue avec L’Impératrice, il est déjà temps de s’enfermer dans l’Auditorium pour le mystérieux concert de S+C+A+R+R. La scénographie du groupe est impressionnante : un énorme totem de projecteurs trône au milieu de la scène, entouré par deux draps blancs servant d’écrans, le tout derrière 3 postes d’instruments habillés avec du matériel informatique.

 

 

L’entrée sur scène du groupe repéré et produit par Dan Levy (The Dø) est aussi surprenante qu’intrigante. Le chanteur arrive en fauteuil roulant, poussé par un autre membre du groupe. Ils sont trois et tournent le dos à l’audience pendant l’entièreté du premier titre. L’ambiance musicale est particulièrement entrainante et le groupe arrive à dégager une aura digne des plus grands. La distance que le trio a réussie à créer ne dure pas bien longtemps. En effet, au début du premier titre, la chute d’un clavier l’oblige à reprendre son morceau, coupant net l’ambiance qu’ils avaient créée.

Dès le deuxième titre, le chanteur se lève de sa chaise roulante pour se mettre face au public. Comme s’il était possédé, il ne s’est pas arrêté une seule fois de danser pendant tout le show.

Ce concert, impressionnant par la musique, la technique et la mise en scène, réussi à mettre tout le monde d’accord.

 

Quelques minutes après c’est au tour de la tête d’affiche de l’Auditorium de faire son apparition. L’Impératrice vient défendre son nouvel album pendant les 50 min qui lui sont accordées. Les six membres ont plaisir à retrouver la scène et communique cette envie au public qui se lève dès le deuxième titre pour danser. La maitrise technique du groupe impressionne et chaque titre est justement interprété. L’Impératrice dégage une énergie solaire tout au long de sa performance. Le sourire de sa chanteuse aux cheveux bleus, Flore Benguigui, y est sûrement pour quelque chose. A moins que la construction réfléchis de son dernier opus « Tako Tsubo » ne soit la clés du succès. Si les six membres du groupe prennent le temps de penser leur projet comme un objet entier et varié sur album, ils en font autant sur scène. Ainsi chaque titre dévoile un univers bienveillant où même ceux qui ne savent pas danser sont invités à le faire. Danser évidement, pour reprendre l’esprit des publicités pour les boissons alcoolisés, en faisant attention à sa santé et dans le plus grand respect des gestes barrières.

 

 

Il est désormais temps de se diriger vers le palais d’Auron pour voir les têtes d’affiches de la journée. Sur le chemin il est possible d’apercevoir J-Silk interprétant sa new soul devant le public du French Vip, petit espace réservé aux professionnels.

J-Silk-Printemps_de_Bourges-2021
Photo : Louis Comar

 

Au même moment Sébastien Tellier fait vibrer les murs d’un palais d’Auron complet et conquis. L’électro pop de l’artiste français semble ravir la foule en particulier au moment de « La Ritournelle », titre phare du musicien.  Reste néanmoins à regretter que le morceau iconique soit interprété dans sa version la plus instrumental avec un seul passage du célèbre couplet.  La scénographie est très travaillée et donne une esthétique sophistiquée au concert.

 

 

Juste avant le concert de Philippe Katerine, le groupe Belge Annabel Lee se présente au (W)Inouïs pour faire une démonstration de son talent. Cela fait du bien de retrouver une formation rock sur cette scène où le genre n’avait pas été très représenté en début de journée. L’esprit punk de ces amoureux des Distillers et de Nofx transparait dans les riffs pourtant power pop qu’ils distillent. La belle bande de pote sait s’entourer d’une atmosphère bon enfant qui cache un beau travail de composition. Audrey Marot, la pétillante chanteuse de la formation pourrait bien marcher sur les traces de son idole Brody Dale grâce à son débit vocal et son jusqu’au boutisme scénique. La comparaison vocale s’arrête néanmoins là, notre Inouï ayant un timbre plus aérien qui confère à une pop accessible.

 

 

Retour au palais d’Auron pour terminer cette journée aux côtés de l’acteur et chanteur Philippe Katerine. L’entrée sur scène de l’artiste, comme tout le concert, est à son image : décalée. Il passe en revu ses meilleurs tubes et les titres de son nouvel album pour le plus grand plaisir du public. Certains diront que ce show comme toujours barré sera le cachet de vitamine C dont ils avaient besoin pour reprendre des forces après les mois de confinement. Comme toujours avec la star c’est une explosion de bonne humeur, d’exubérance qui lui donnent la fougue nécessaire pour que le kitch devienne de bon goût.

 

 

Ce vendredi du Printemps de Bourges marque le retour des festivals en France. Malgré les restriction, qui, il faut l’espérer seront bientôt un mauvais souvenir, ce sont les retrouvailles qui marquent ce retour en festival.  La présence du soleil malgré l’annonce de pluie diluviennes pourrait d’ailleurs bien être un signe. Et si le temps tournait ? Pour les artistes présents aussi émus que leur public de communier à nouveau, on ne peut que le souhaiter de tout coeur. Le Printemps en été a encore deux belles journées à nous offrir.


We Hate You Please Die - Can't Wait To Be Fine
We Hate You Please Die – Can’t Wait To Be Fine

La bonne nouvelle du jour vient de Normandie et c’est We Hate You Please Die qui l’apporte avec le clip de « Can’t Wait To Be fine ». Le tout nouveau single du groupe, annonciateur d’un deuxième album pour le 18 juin.

C’est un titre résolument rock que nous propose ici le quatuor. Il est accompagné d’un clip engagé qui raisonne avec la période actuelle où le groupe y fait part de son ras le bol, son envie d’aller mieux, son envie de temps meilleurs.

Ce morceau est incroyablement bien construit autour de moments calmes et de déferlantes d’énergie. C’est d’ailleurs sur un bon rythme que la musique commence accompagnée de la vidéo réalisée par Gaëlle Manach. La bande danse au milieu d’un cercle lumineux et au son d’un trio guitare, basse, batterie très entrainant. Puis la voix grave de Raphaël entre en scène pour lancer complètement ce morceau. Tout d’un coup tout se calme, le temps semble suspendu comme si le groupe prenait sa respiration avant de repartir de plus belle sur un rythme effréné. Ce schéma, la formation va le répéter pendant tout « Can’t Wait to Be Fine », et c’est l’ingrédient qui fait que l’on ne va pas voir le temps passer sur ce titre de 6 minutes.

 

 Une énergie communicative

We Hate you please die
crédits: Lucie Marmiesse

Chaque passage plus calme est une montée en puissance vers une éruption d’énergie terriblement communicative. Le contraste entre le début du clip et la fin est frappant. Au commencement, bien que le groupe soit ensemble en train de danser ou bien allongé, il semble y avoir un manque, une certaine lassitude à l’image du chanteur sur son vélo d’appartement.  Chaque membre du groupe parait déconnecté, voir presque seul, en tout cas un mal-être se ressent.

C’est au bout de plus de deux minutes qu’un changement commence à arriver, il s’installe crescendo au rythme de la musique, chacun commence à se libérer petit à petit, puis c’est l’explosion. Sur ce parking, toute l’énergie retenue sort d’un coup à la manière d’un exutoire.

Une revendication si simple de vouloir aller bien, mais pourtant si importante et rare en cette période

Tout se mélange, les instruments, les voix, les gens. Ce titre prend un tournant de révolte et les paroles une revendication que l’on a envie de scander avec les rockeurs normands. Une revendication si simple de vouloir aller bien, mais pourtant si importante et rare en cette période.« Can’t wait to be fine » se termine sur un cri de rage et de soulagement, avec l’impression d’avoir dit ce que l’on avait sur le cœur. Ça y est on peut aller bien, profiter du temps, de ses amis, de se rassembler à l’image des dernières secondes de la vidéo.

Avec ce nouveau titre We Hate You Please Die frappe fort et montre que l’on peut s’attendre au meilleur pour ce nouvel album à paraître. « Can’t Wait To Be Fine » est une explosion d’énergie et fait le plus grand bien en ce moment. La formation normande maîtrise à la perfection l’architecture de son single et nous emmène faire un tour de montagne russe bien trop court mais particulièrement bon.