Author

Julia Escudero

Browsing

C’est au MaMA Festival 2018 que l’on découvrait avec joie la tornade Coco Bans. La chanteuse blonde à l’énergie folle s’était avérée être l’une des plus belles découvertes de cette édition passée et avait su enflammer la Boule Noire. Au programme de cette prestation : de la pop très bien faite, de l’humour, une maîtrise totale de la scène, un charme incontestable et une tornade qui avait su embraser jusqu’au spectateur le plus réticent de l’assemblée.

Après un aussi beau moment, il paraissait évident qu’il faudrait suivre Coco Bans de près. Et pour cause la chanteuse américaine peut se targuer d’avoir un CV des plus impressionnant : elle a collaboré avec Lil Wayne, Julian Perretta, Fakear ou encore Kiddy Smile… Originaire de l’Iowa, c’est en France qu’elle pousse sa carrière de musicienne. Après le MaMA, un Printemps de Bourges 2020 (certes confiné et donc en ligne) vient confirmer l’intérêt évident que lui porte la profession. Elle ajoute du français à ses compositions et même une reprise de Noire Désir « Le Vent nous portera » à son répertoire. Son nouvel EP « Aka Major heartbrek : the beginnning » est disponible à compter du 22 janvier. Parmi les six très beaux titres qui le composent, on découvre avec plaisir une pépite : « Being Brave is Stupid » en featuring avec Von Pourquery.


Being Brave is Stupid : une pépite entre pop et chanson

Le rap avait souvent utilisé ce registre : une voix féminine enivrante, un refrain doux et sophistiqué porté par des lyrics chanté par un rappeur au ton grave. « Stan » d’Eminem à ce titre est aujourd’hui un morceau culte. Oui mais pourquoi se contenter du rap pour jouer de cette corde et pourquoi la voix féminine serait-elle la moins présente du titre ? Coco Bans casse ici les clichés en habitant de bout en bout ce nouveau titre à la mélodie forte et au refrain construit, travaillé et accessible à tous. Et puis, il existe bien des façon de parler sur un morceau. Gainsbourg en avait adopté une forme sensuel naviguant entre chant et phrasé. Avec une voix posée, grave et magnétique Von Pourquery lui emprunte ce registre pour mieux se l’approprier. Il répond ainsi à Coco Bans qui sublime un riff aérien et signe ici avec douceur une oeuvre majeure qui semble tout droit sortie d’une rêve. Prête aux expériences variées, la chanteuse ose et innove : des enregistrements ambiants d’un site chantier de construction, des guitares acoustiques et même une impro d’enfant au glockenspiel viennent sublimer le morceau avec délicatesse et discrétion.

Quant à l’histoire de sa création, le titre a été écrit au cours d’une nuit d’insomnie. Après avoir regardé quelques Ted talk sur l’infidélité, la chanteuse a une vision : celle d’une femme seule dans les restes d’une ville dévastée par la guerre. Elle doit choisir : rester et tenter de réparer les dégâts ou fuir. Voilà une métaphore qui pourrait bien parler à plus d’une personne : ruines sentimentales, ruines professionnelles, ruines d’une santé mentale qui se perd. 2020 n’aura laissé sur sur sillage que des ruines qu’il faudra ou non reconstruire. La plus belle manière de faire ces choix se fera toujours en musique. En voilà une jolie preuve.


Duo-luke-pritchard-ellie-rose
Duo – crédits photo : Josh Kern

Luke Pritchard, vous le connaissez déjà puisqu’il s’agit du chanteur du célèbre groupe de rock britannique The Kooks. Marié à la sublime et talentueuse Ellie Rose, le musicien décide en 2020 de se lancer dans un tout nouveau projet en couple cette fois, baptisé DUO. Le 18 décembre ces amoureux fous dévoilaient leur premier album, une ode poétique et rock à la pop française à la cinématique encrée, aux guitares élégantes et à la sensualité à fleur de peau. Un jeu de séduction en musique magnifique, coup de coeur d’une fin d’année qui avait besoin de faire rêver. C’est sur Zoom, au réveil avec un thé chaud dans la main que le charmant couple a donné rendez-vous à l’équipe de PopnShot, deux ans après une rencontre parisienne avec le leader des Kooks. Un moment pour parler de musique, d’industrie musicale et de ses abus de pouvoir, de culture, de crise du Covid, d’amour et de scène française. Interview.

PopnShot : Bonjour, comment ça va ce matin ?

Luke Pritchard: Très bien et vous, c’est une belle matinée froide ici à Londres et à Paris ?

PopnShot : TouT va bien, nous n’avons plus besoin d’utiliser d’attestations de déplacement pour sortir en ce moment c’est déjà un début …

Luke Pritchard: Des attestations ? Vous avez un rationnement avec un nombre d’attestations limitées par jour c’est ça ?

PopnShot : Non pas du tout, on jure juste sur l’honneur qu’on sort pour une bonne raison.

Luke Pritchard et Ellie Rose: Vraiment ? (rires)

PopnShot : Mais revenons plutôt à l’actualité qui nous intéresse aujourd’hui, celle de la sortie de votre tout premier album. « Duo » est sorti en deux temps, un premier Ep, puis un second et enfin l’album constitué de ces deux entités. Comment le décririez-vous ?

Ellie Rose : Nous voulions créer une histoire d’amour en trois partie. le premier Ep regroupe les premiers morceaux que nous avons écrit. Globalement lorsque nous nous sommes rencontrés. le second a été écrit un peu plus tard alors que l’album lui a été fini durant le premier confinement.Ce sont les trois étapes de notre relation amoureuse.

PopnShot : Comment ça marche de travailler en couple ? Est-ce que vous vous compléter sur la création ?

Luke Pritchard: Parfois oui. C’est quelque chose que je recommanderai à n’importe qui de travailler avec son partenaire.

Ellie Rose: moi pas (rires).

Luke Pritchard : Il y a des hauts et des bas mais la musique est une expérience psychique de haut niveau donc quand on travaille là-dessus ensemble ça vous rapproche. Evidement on a des moments plus compliqués mais dans l’ensemble on s’est beaucoup amusés.

PopnShot : Si vous deviez vous décrire mutuellement avec un morceau de n’importe quel artiste, lequel choisiriez-vous ?

Luke Pritchard : « I’ll be seeing you » ( de Françoise Hardy et Iggy Pop Ndlr) parce que c’est un standard et un classique du jazz.

Ellie  Rose: Et j’aime Velvet Underground « I’ll be your Mirror ».

On a voulu parlé de ces hommes terrifiants de l’industrie musical et leur dire de partir.

PopnShot : Pour cet album vous vous êtes inspirés de la musique française des années 60. Pourquoi cette période artistique vous a-t-elle cette importance pour vous ?

Ellie Rose : Le pourquoi est une bonne question. Je pense que nous aimons l’aspect théâtral et décadent de cette période. On écoute beaucoup de Françoise Hardy, de Jane et Serge … Je pense aussi que la musique est très liée avec les films et que la pop française des années 60 a une belle esthétique qui fait rêver.

Luke Pritchard : Les arrangements y sont décadents et luxueux mais ils sont amusants, invitent au jeu. C’est une chose que nous aimons tous les deux dans cette scène. On s’est aussi inspirés de la scène française moderne qui a beaucoup de niveaux d’écriture.

Ellie Rose : Oui, les français le font mieux!

PopnShot : Vous avez un morceau intitulé « Lolita, no ». En France, la chanteuse Alizée chantait un morceau qui s’appelait aussi « Moi…Lolita » et comme France Gall quand elle chantait «Les sucettes à l’anis », elles étaient de très jeunes-filles qui ne comprenaient pas le caractère sexuelle des paroles qu’elles chantaient. Musicale on a souvent joué sur ce paradoxe sensualité, naïveté. Est-ce également une forme qui vous intéresse ?

Ellie Rose : La chanson d’Alizée est en fait l’une de mes chansons préférées (Luke la chantonne Ndrl). Le clip c’est un peu comme emmener sa petite soeur en boite et c’est tellement cool. Mais notre titre à nous est moins une histoire de candeur sexualisée puisque je ne suis plus une adolescente et aussi parce que c’est une histoire inversée. C’est d’ailleurs pour cette raison que Luke dit « Lolita, no ». C’est l’opposée de ce type d’histoires.

PopnShot: Cette fois c’est la femme qui domine …

Ellie Rose : Exactement, c’est moi qui prend le dessus et qui rejette Luke.

on a été maltraités par certaines personnes et ça nous fait du bien de pouvoir sortir au grand jour et d’en parler en musique.

PopnShot : Est-ce que ça fait écho aux mouvements féministes actuels ?

Ellie Rose : Honnêtement ça parle de l’industrie musicale. J’ai grandit dans cette industrie, j’y suis depuis que je suis très jeune. Et quand on s’est rencontrés avec Luke nous étions à l’opposé. Si j’entrais dans une pièce les choses se seraient passées très différemment que lorsque Luke entrait dans une pièce remplie de professionnels de la musique. On a voulu parlé de ces hommes terrifiants de l’industrie musical et leur dire de partir.

DUO
pochette d’album de « DUO »

PopnShot : La première chanson de l’album « Don’t Judge » est supposé être un doigt d’honneur aux personnes qui jugent, qui critiquent, c’est également l’ouverture de l’album. Que pouvez-vous nous dire sur ce titre ?

Luke Pritchard : Les paroles de celle-ci ont été écrites par Ellie. Et c’est un peu dans le même esprit. Lorsque l’on s’est connu notre couple n’a pas vraiment été soutenu par les gens autour de nous, on se sentait exclus. Cette chanson peut parler à beaucoup de monde, ça peut parler d’un coming out homosexuel par exemple. Ce titre est un mantra qui dit aux gens de se mêler de leurs affaires.

Ellie Rose : Et puis on a été inspiré par beaucoup de nos rencontres. On rencontrait des gens, on leur décrivait ce qu’on ressentait. J’ai par exemple parlé à un ami gay qui m’a dit ‘je ressens la même chose’. Lui aussi ne veut pas qu’on le juge.

Luke Pritchard: Les paroles que se soient les refrains ou les couplets jouent sur la perception des gens. On leur dit qu’ils devraient s’intéresser plus à leur propre vie. C’est une forme de combat, on a été maltraités par certaines personnes et ça nous fait du bien de pouvoir sortir au grand jour et d’en parler en musique. Mais on a aussi fait cet album pour nous, pour s’amuser.

PopnShot : Vous avez un titre intitulé « The French House » qui est aussi le nom du pub dans lequel vous vous êtes rencontrés. Est-ce que ce titre est particulièrement intime ?

Ellie Rose : Cette chanson parle de chercher sa moitié.

Luke Pritchard : Faire des choses banales devient particulièrement beau quand on est amoureux. Mais oui on s’est rencontré dans ce petit pub qui s’appelle le French House, un endroit très sympa. Ils ne servent que des demis de bière, ce qui est très sophistiqué puisque les pintes deviennent chaudes avant d’avoir pu les boire en entier.

Ellie Rose: On n’a même pas pu y entrer en fait. Le lieu était tellement plein qu’on s’est retrouvé devant. On est resté dehors (rires). Mais la devanture est vraiment jolie, bleue et ancienne.

Luke Pritchard : C’est là que j’imagine que l’on se retrouvera quand on sera morts. C’est morbide (rires). Notre musique a vraiment été inspirée par la scène française donc c’est un beau moment, un clin d’oeil sur l’album.

que le gouvernement aille se faire foutre, les gens veulent de la musique dans leur vie!

PopnShot : Cet album est une grande lettre d’amour. Finalement qu’est-ce que l’amour pour vous ?

Luke Pritchard : C’est aussi difficile à décrire que la vie je pense.  Mais tu sais le reconnaître.

Ellie Rose : C’est quelqu’un qui sort les poubelles pour toi.

Luke Pritchard : C’est le boulot des hommes selon elle.

Ellie Rose : Non ce n’est juste pas mon boulot.

Luke Pritchard : C’est surtout se préoccuper plus d’une personne que de soi-même. Mais c’est très profond, il y a beaucoup de formes d’amour. C’est une question complexe.

PopnShot : La crise du Covid est une véritable catastrophe pour l’industrie culturelle et en particulier musicale en France, comment vivez-vous ça au Royaume-Unis ?

Ellie Rose : Des choses tristes se sont passées cette année, pour nous comme pour tout le monde mais nous avons eu beaucoup de chance parce qu’on vit ensemble, que nous avons fait un album. C’était une chance pour nous comme pour notre entourage puisque nos proches étaient impliqués dans la conception de l’album. Ça nous a tenu occupés et c’est d’autant plus important alors que l’industrie musicale souffre beaucoup. Et pour toi Luke ça t’a permis de faire une pause dans des tes tournées …

Luke Pritchard : C’est un congés sabbatique forcé. C’est très triste de ne pas jouer en live, de ne pas pouvoir écouter de musique en live. On voudrait tourner pour promouvoir notre album mais d’un autre côté on a été tellement entourés. Il y a tant de gens qui ont voulu se joindre à nous, nous aider. L’album s’est conçu comme un patchwork, on avait 4 titres avant le premier confinement. Mais ce confinement nous a forcé à écrire l’album. Malgré tout on aimerait que le gouvernement soit plus présent, nous aide plus. Je ne sais pas si c’est pareil en France mais ici on a un problème profond avec le gouvernement qui n’aide pas les arts. Et c’est un très mauvais message à envoyer aux gens puisqu’ils ne se contentent pas de ne pas aider l’art financièrement, ils disent que l’art ne sert à rien. Moi je pense qu’il compte tellement et que c’est important de se le rappeler … Avec tout ça, qu’ils aillent se faire foutre, les gens veulent de la musique dans leur vie. HAHAHAH


Alors que l’horrible année 2020 touche enfin à sa fin, voici que débarque la période de Noël ponctuée de ses films doux et naïfs. Pas de chef d’oeuvre au programme, c’est évident mais après des mois d’informations difficiles, de moments douloureux, de sentiment de perdre pieds, de pertes de repères, du moral, de proches, de foi en la vie, on peut bien avoir envie de regarder quelques nanars plein de bons sentiments et ce sans prise de tête. C’est donc ce qu’on a fait, pour ne penser surtout à rien du tout. Et si le miracle de Noël a opéré reposant enfin nos cerveaux endoloris, on en a profité pour vous faire un petit guide pratique des films proposés par le géant du streaming : Netflix. Si on ne peut pas jamais parler de grands films dans le registres, et d’ailleurs personne n’est là pour ça, les métrages qui suivent auront au moins l’avantage de vous détendre et peut-être de vous amuser si vous les regardez avec un oeil moqueur. A noter qu’on ne peut que regretter l’absence totale d’intrigues LGBTQAI+ dans les histoires d’amour racontées à Noël. Il va falloir penser à avancer de ce côté. En attendant, paillettes, joie, repos, alcool, chocolat chaud et gros repas sur vous…

Les Chroniques de Noël 1 et 2 : madeleine de Noël

Si la plupart des films de noël sont un amas de clichés sur la romance et l’accomplissement personnel hors du travail, ce « Chroniques de Noël » change la donne en mettant en scène une aventure épique réalisée par deux enfants avec le Père Noël. Et ça, ça rappelle les films des années 80/90 à la « Maman, j’ai raté l’avion » ou encore « Les Goonies » qui créaient des aventures épiques plus proches du dessin animé que du film pour adultes.  Sorti en 2018 le premier métrage suit les aventures de Teddy et Kate Pierce, orphelins de père et frère et soeur à la mauvaise entente, qui se retrouvent embarqués dans le traineau d’un Père Noël bien différent des légendes. Ils doivent l’aider à sauver Noël avant qu’il ne soit trop tard. La suite elle s’avère être une bataille au Pôle nord avec un elfe dissident C’est Kurt Russell qui campe ici le rôle de Santa Claus, dans une version non bedonnante et plus rock’n’roll qu’à l’accoutumé. Certes empli de clichés parfois un peu gênants, notamment sur les passages chantés, ces péripéties sont bien distrayantes et évoquent un véritable retour en enfance sans aucun besoin de réflexion.  Pour le clin d’oeil, c’est Goldie Hawn (la véritable épouse de Kurt Russell à la vie et la mère de Kate Hudson) qui campe le rôle de la Mère Noël un peu hallucinée qui laisse un enfant effectuer seul une mission des plus dangereuses dans le deuxième volet de cette série qui se déguste au chaud comme une madeleine de Proust.  Avec cet esprit 90’s qui vous donnera l’impression de regarder un film d’une autre époque réalisé avec les moyens actuels (enfin ceux de Flash dans l’idée, faut pas non plus s’emballer), ce métrage est l’un des plus sympathiques disponibles sur Netflix en cette fin d’année.

Note globale : 8/10   – Taux de sucre d’orge : 6/10 

comédie romantique de Noël

 

A Christmas prince : le plus cliché (1,2,3)

Il avait fait beaucoup parlé de lui lors de sa sortie en 2018. Et pour cause, « A Christmas Prince » réuni en trois films tous les clichés du registre pour une bonne dose de sucre qui fait plaisir en cette période estivale. Au casting on retrouve Rose McIver que vous avez pu voir à l’affiche de la (mauvaise mais tellement agréable à regarder) série « IZombie ». Ici on ne lésine sur rien : le prince d’un pays imaginaire célibataire qui tombe follement amoureux de la journaliste sous couverture venue chercher un scoop. La petite soeur espiègle et handicapé, le roi (lion) décédé laissant son trône à un prince pris aux doutes entre son deuil et son futur règne, la reine mère sympathique et même quelques enquêtes et complots au château comme dans tous les meilleurs contes pour enfants sont de la partie. Alors certes, l’épanouissement de l’héroïne consiste à abandonner tous ses repères, son travail de journaliste se transforme à mesure des films en un emploi de blogueuse qui se contente de raconter sa vie (mais avec beaucoup de sérieux hein?), l’amour c’est avant tout le mariage puis le bébé (comment être épanoui(e) sinon ?) et on a même droit à une scène de bal avec le pimpage d’Amber la protagoniste en robe longue qui devient de fait magnifique dès qu’elle l’enfile  (Dans « Pimp my ride » sur MTV ils lui auraient collé des écrans de télé partout pour un même résultat) face à un prince au caractère inexistant et de moins en moins existant à mesure des suites. Mais, il faut avouer qu’à grossir le trait comme ça, on ne peut que savourer ce plaisir coupable où les sentiments sont plus lourds que le combo foie gras, saumon, dinde aux marrons, double bûche et pas glacée on y va à la louche. La trilogie idéale pour la soirée du 25 décembre histoire de dessouler et péniblement digérer les repas des deux jours qui précèdent. A noter que la « princesse » fait une apparition dans le deuxième volet de « La Princesse de Chicago », clin d’oeil à la « Inception ».

Note globale : 8/10 – Taux de sucre d’orge : 10/10

A CHRISTMAS PRINCE Bande Annonce VF (2017) NETFLIX

Noël à Snow Falls : The Simple Christmas

Vous vous souvenez de « The Simple Life » quand Paris Hilton et Nicole Richie allaient vivre en milieu rurale pour se moquer du décalage entre les héritières et les personnes qui les hébergeaient ? Globalement « Noël à Snow Fall » part du même postulat : l’héritière d’un grand groupe de jouets qui vaut des millions de dollars, le papa qui va partir à la retraite et lui laissera les clés du business si elle prouve qu’elle peut retourner dans le petit village où tout à commencer pour apporter des lettres destinées à l’autre créateur de l’énorme entreprise. Elle prend donc le bus, débarque en talons dans la neige avec ses 4 valises, s’habille en petite tenue légère dans la neige et découvre les vraies valeurs de la vie, comprendre les vrais gens et l’aide à autrui. Au passage, elle tombe amoureuse de l’aubergiste du coin qui a du mal à se remettre d’une rupture et justifie sa débauche de fêtarde par un passé douloureux parce que l’alcool c’est mal m’voyez, personne ne boit autre chose que du chocolat chaud s’il est sain d’esprit c’est connu. Et d’ailleurs qu’est ce qu’ils peuvent en boire des chocolats chauds dans ces films de Noël, c’est improbable. Le final laisse sur tout un tas de questions notamment concernant celles des relations longues distances tout en s’offrant la présence d’Andie MacDowell qu’on pensait oubliée et sans carrière aujourd’hui, ce qui confirme cette impression. Certes dégoulinant de principes et cherchant à tirer la larme facile, ce film reste un moment agréable dans les catégorie nanars de Noël en plus la ville s’appelle Snow Falls, rien que pour avoir osé y penser, ça vaut le visionnage.

Note globale : 7/10 –  Taux de sucre d’orge : 10/10

NOËL À SNOW FALLS Bande Annonce VF (2017)

the Holiday Calendar : Où est le calendrier ?

Sorti en 2018, « The Holiday Calendar » a eu la bonne idée de mettre à son affiche la sublime Kat Graham que vous connaissez surtout pour son rôle de Bonnie dans « Vampire Diaries« , le personnage qui meurt globalement toutes les saisons pour mieux revivre dans la saison suivante en toute logique. A priori d’ailleurs, la logique d’un scénario n’est pas un critère de choix pour notre actrice qui campe ici le rôle d’une photographe dont la carrière ne décolle pas. Alors que son meilleur ami qui a un crush secret et vraiment discret sur elle, revient d’un tour du monde, son grand-père lui offre un calendrier de l’Avent magique dont les cases sont en fait une fenêtre sur son coeur. L’idée de traiter pour une fois d’un métier artistique et de ses déconvenues peut sembler pertinent tout comme le fait de, pour une fois, ne pas se contenter d’un casting intégralement blanc , voilà pour les points forts du film. Mais qui dit petit film de noël dit toujours gros défauts, ceux-là sont encore nombreux. A commencer par cette histoire de calendrier qui prédit l’avenir et qu’on voit à peine dans le film. Les étapes passent trop vite et oublient de donner de la matière aux spectateurs qui ne s’attachent à rien. La magie qui devrait pourtant être présente n’est pas vraiment de la partie alors qu’on peine à comprendre les motivations des personnages. Alors certes, on n’attend pas grand chose d’un téléfilm de noël mais bon un peu de magie ne ferait pas de mal. Reste à se dire que l’happy end est plutôt bien fait et pour une fois ne fait pas la distinction gênante entre la carrière de l’héroïne et sa vie sentimentale.

Note globale : 5/10 / taux de sucre d’orge : 7/10

THE HOLIDAY CALENDAR Bande Annonce VF (2018) Romance

L’ambassadrice de noël : la gênance

Imaginez le tableau : on parle de films de Noël et s’il est bien une chose qui est au coeur de ce genre de métrages y compris sur la plateforme de streaming, c’est bien l’amouuurrr ( dans son sens le plus hétéronormé  hein).  Le but de ces films c’est donc bien de faire se rencontrer deux personnes qui réalisent que l’amour c’est plus important que de bosser et que les factures on s’en fout. Et bien dans la catégorie, celui-ci entre dans le top du panier du pire du pire. Un architecte surbooké reçoit pour la première fois chez lui pour les fêtes sa famille : comprendre sa gentille mère qui veut le caser, son père qui à priori n’a aucune réplique pendant 1h30 de film, sa soeur, son époux et son adorable nièce de 17 ans qui a un rêve (comme Raiponce).  Désemparé il embauche la décoratrice de fêtes de son entreprise et lui demande d’organiser une semaine de noël parfaite pour sa famille. La suite vous l’imaginez, les deux héros vont tomber amoureux sous l’oeil bienveillant de la famille intrusive mais supposée attachante. Sauf que : la meuf n’a en réalité que trois idées pour garder l’esprit de Noël une semaine entière et encore les plus bateaux (en moins de 10 minutes, nous en avions bien plus qu’elle en tête), la petite nièce timide décide d’abandonner les grandes études pour apprendre le chant parce que voilà elle chante juste à priori pour faire sa vie dans une chorale, les tourtereaux remettent en question toute réussite professionnelles parce que les vraies valeurs c’est de faire des choses à petite échelle quitte à tout planter dans un pays où il n’y a pas de chômage (ça peut être vrai mais une carrière ne devrait pas être constamment diabolisée) et enfin et cerise sur le gâteau la famille s’attache beaucoup mais alors beaucoup trop à l’ambassadrice. Topo en fin de métrage arrive une scène hyper gênante où tout le monde débarque chez elle pour fêter noël et lui balance un bon gros « Tu fais partie de notre famille maintenant que tu le veuilles ou non ». Vous vous connaissez depuis une semaine, il s’agirait de se détendre, les films d’horreur commencent avec les mêmes répliques…

Note globale : 4/10 – on s’attendait à rien et on a quand même été déçu / Taux de sucre d’orge : 8/10

Christmas Made to Order | Trailer (2018) | Alexa PenaVega, Jonathan Bennett, JoMarie Payton

A Cinderella Story CHRISTMAS WISH : aller au bout de son sujet

Ce qu’on attend des films dont parle cet article, ce n’est pas qu’ils soient bons mais qu’ils aient une saveur d’enfance et qu’ils assument d’être de petits plaisirs coupables. Finalement c’est comme pour les nanars de requins, personne n’attend un chef d’oeuvre, non, ce qu’on veut voir c’est un sujet complètement assumé en passant par toutes les pires idées possibles. Et bien en voilà un qui réussi haut la main ce pari. A « Cinderella story » comme son nom l’indique ré-écrit l’histoire de Cendrillon à la sauce moderne. La méchante belle-mère est là tout comme les horribles soeurs. La Cendrillon de Netflix, elle, rêve de devenir chanteuse, en attendant sa majorité et d’arrêter d’être maltraitée par sa belle-famille, elle travaille comme petit lutin dans un parce de Noël où elle chante. C’est là qu’elle rencontre le prince, héritier d’une grosse fortune qui joue le Père-Noël dans ce même parc appartenant à son père (parce que pourquoi pas finalement, la logique hein ho c’est surfait).  Il tombe amoureux d’elle malgré le fait qu’il ne la voit jamais sans son déguisement et ne sait donc pas à quoi elle ressemble. Oui et on le comprend, elle porte une perruque rose et de fausses oreilles. Oui c’est tout. Le mec si on le parachute en 2020 avec le port du masque, il va payer sa galère. Mais bon, l’histoire d’amour de ce conte moderne et plein de chansons de pop stars est présente tout comme la super copine marraine et même un chien handicapé. C’est plein de pralines et forcément ça fait le boulot attendu.

Note globale : 9/10 – Taux de sucre d’orge : 10/10

A CINDERELLA STORY CHRISTMAS WISH Trailer (2019) Teen Romance Movie

Broadcasting Christmas : le retour des années 90

Les téléfilms de Noël c’est aussi l’occasion de retrouver les stars de notre enfance et de se rendre compte qu’ils ont vieillis, que nous aussi, qu’ils n’ont pas eu de carrière mais que tant pis. La preuve d’ailleurs avec ce Broadcasting Christmas qui regroupe et Dean Cain (Superman dans Loïs et Clark) et Melissa Joan Hart (Sabrina l’apprentie sorcière). Tous deux journalistes (enfin vite fait ça fait du sujet de presse régionale qui n’intéressent personne mais bon c’est du reportage), ces deux ex amoureux se retrouvent en compétition pour co-animer une matinale très regardée aux Etats-Unis et allez pourquoi faire dans la dentelle dans le Monde même, voilà les USA c’est le Monde, c’est connu. En sort un film sans enjeux, qui oublie un peu Noël par moment mais vise toujours à trouver l’amour et à s’accomplir professionnellement et humainement. Tout y est prévisible et cliché donc il n’est pas nécessaire de toute suivre à la minute, difficile de ne pas comprendre ce qui se passe. Pour autant, ce petit film sans saveur se regarde tout seul, c’est comme manger une pizza de super-marché finalement, ça passe et ça reste un petit plaisir difficile à justifier.

Note globale 6/10 – taux de sucre d’orge : 7/10

Broadcasting Christmas | Trailer 2016 | Melissa Joan Hart, Dean Cain, Jackée Harry, Cynthia Gibb

Jingle Jangle : boite à musique

Envie de croire en un peu de magie et de retrouver des films pour enfants dans cette sélection ?  Jingle Jangle pourrait presque être ce qu’il vous faut. On y suit un conte pour enfants magique lu par une mamie à ses petits-enfants juste avant Noël. C’est pourtant au coeur du récit d’un inventeur, le meilleur inventeur de jouets qui soit, arnaqué par son associé et perdant alors tout, que se déroule notre histoire. Magie, jouets vivants et très jolis décors sont de la partie et donnent à cette fable une touche bien au-dessus du simple téléfilm réalisé en deux deux l’été avec beaucoup de fausse neige. Le soin du détail donné aux effets visuels est hypnotisant et en ça, le film est une petite réussite. Reste quand même à se rappeler ses nombreux défauts : la récurrence absurde de ses moments chantés façon comédie musicale. La première fois, un peu comme dans un Disney, on peut se dire, si on aime le registre que c’est plutôt bien fait et que les chorégraphies sont travaillées. Et puis… le premier morceau ne finit jamais. Et voilà que quelques minutes plus tard débarque le deuxième, tout aussi long et le troisième. A force, on perd pieds dans l’histoire au grès de titres pas forcément cultes qui contrairement à ceux de Disney n’arrivent jamais à se terminer. La personne en charge de la bande-originale voulait à priori vraiment s’approprier le moment et refusant de laisser la place aux autres et a choisi de faire des chansons de 10 minutes chacune à coup de « Et j’ai pas fini ». Ou alors c’est simplement le sentiment que ça donne. Dommage, le reste est plutôt joliment mis en scène et l’histoire fait écho aux contes de notre enfance.

Note globale : 7/10 – Taux de sucre d’orge : 7/10

Jingle Jangle : Un Noël enchanté | Bande-annonce officielle VF | Netflix France comédie romantique de Noël

Dash et lilY : la série qui remonte le niveau

On va tricher un peu cette fois puisque si Dash et Lily est bien une romance de Noël Netflix, il ne s’agit pas là d’un film mais bien d’une mini-série qui ne devrait, normalement, ne pas avoir de suite. Alors bon, quelque part une mini-série c’est un peu un film long et ça compte. Loin des autres films souvent à petits budgets dont nous avons pu vous parler, la série, elle a de nombreuses qualités est s’avère plus à la page que le reste du catalogue Netflix. on y suit le blasé Dash qui tombe amoureux de l’atypique et humaine Lili qu’il ne connait pourtant pas, au grès d’échanges dans un carnet et de jeux grandeur nature dans New-York. Non seulement cette histoire d’amour adolescente évoque avec douceur le meilleur des teen movies des années 2000 mais aussi des romans jeune public. Si tout est simple et léger, les scènes sont joliment écrite et transportent dans un monde où les correspondance existent et sont empreintes d’histoires à raconter. Bien que toujours au second plan on notera la présence du frère de Lili et de son compagnon qui apportent une toute petite touche de diversité aux stéréotypes des films de noël. On attend toujours le film qui mettra en vedette une histoire d’amour queer pour les fêtes qu’on s’entende mais c’est un timide début. Pour le reste, la série se regarde avec facilité sans donner l’impression d’avoir été écrite à la va vite sans aucune forme de réflexion. Dash et Lili est de loin la meilleure chose que l’on peut vous recommander cette année pour vous mettre dans l’esprit de Noël.

Note globale : 10/10 – Taux de sucre d’orge : 7/10 et une pointe d’acidité, la formule idéale.

Dash & Lily | Official Trailer | Netflix comédie romantique de Noël

Bonus : Klaus, si tu veux regarder un vrai bon et beau film de Noël

Si ce petit guide pratique s’aventure plutôt du côté des joyeux navets de Noël et des comédies romantiques à regarder sans penser, on a jugé utile d’y glisser on vrai bon conseil. Klaus est donc un bonus, presque hors sujet mais absolument indispensable pour les fêtes. Ce dessin-animé poétique raconte les frasques d’un grand héritier de la Poste, habitué à se la couler douce aux frais de son papa. Pour lui apprendre la vie, ce dernier l’envoie dans le cercle Arctique pour un an, là il devra travailler et s’il n’y arrive pas : plus d’héritage. Là-bas, tout n’est que désolation, froid et guerre de deux familles. Il rencontre finalement un homme des bois, Klaus et avec lui petit à petit crée le mythe du Père-Noël changeant à jamais la vie des habitants de l’île. Et c’est bien à un véritable voyage magique qu’invite le réalisateur Sergio Pablos à travers ce conte noir pas forcément destiné aux enfants. Désespoir et beauté se côtoient dans cette réussite intégrale, pleine de messages inspirant. Bien écrite, peuplée de personnage qu’on aurait pu découvrir dans un Tim Burton de la grande époque, cette frasque surprend de bout en bout et se déguste alors que le Noël 2020 pourrait bien avoir le goût doux-amère de la première partie de ce métrage poignant. L’émotion est maîtrisé, les références et explications très joliment amenées. Rien n’est forcé, tout coule de sens, s’additionne parfaitement. La lumière vient de la noirceur, un acte désintéressé en appelle d’autres rappelle le film. Dans une période où il est de plus en plus difficile d’avoir foi en l’humain, Klaus devient un visionnage essentiel. Joyeuses fêtes, malgré tout.

Note globale : 10/10

Klaus | Bande-annonce VF | Netflix France

Midnight CassetteVoix envoûtante et grave s’invitent dès les premières notes du nouveau titre de Midnight Cassette.  Comme dans un conte l’incroyable chanteuse  Amy Winter épaulée par  les doigts de fée de ses musiciens et acolytes originaires de Lyon, la belle commence son histoire dans une murmure qui interpelle immédiatement l’oreille. Difficile de ne pas se laisser bercer par cette voix suave à mesure que cette pop onirique  s’invite et s’épaissit.

Un conte à la mélancolie bien tranchée comme le prouve la rythmique lancinante des couplets. Le refrain lui se fait ritournelle et convoque la joie tout en gardant cet esprit féerique propre à Midnight Cassette. Le groupe s’est formé suite à la rencontre de quatre musiciens qui se retrouvent dans leurs projets communs : Electric Mamba, Electric Safari, Brainbow et Gloria. Ce nouveau morceau est le second publié par le groupe et témoigne de grandes capacités musicales et  s’avère être un véritable univers coup de coeur qui ne demande qu’à s’étoffer.

Le clip s’inscrit dans la même lignée et suit le parcours d’une princesse moderne et esseulée. Poésie et humour s’y côtoient avec délicatesse. Un premier album « Castle of my heart » sera publié le 4 décembre. Un joli bijou 9 titres où rythmiques et percussions s’emballent, où la pop aérienne se sublime et prend des accents tantôt dansants tantôt apaisants aidés par un clavier maîtrisé.

Une véritable pépite à écouter en boucle en leur souhaitant de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’albums.


Découvrez le clip de « Castle of my heart »