Author

Julia Escudero

Browsing

pépite

La vengeance des enfants selon Saïkaly

 

En 2014, Mathieu Saïkali remportait la Nouvelle Star. Ce touche à tout à la musique sensible entre pop et folk a depuis suivi un chemin poétique passant par France Inter pour y animer la chronique “Les Garçons manqués” avec l’écrivain Nicolas Rey et par le théâtre avec la pièce “Et vivre était sublime” prix du public Avignon Off en 2015. En 2016, le voilà de retour dans la musique avec son propre label Double Oxalis. Il y publie en octobre 2019, un nouvel opus, forcément sublime intitulé “Quatre murs blancs” dont trois extraits avaient déjà été dévoilés. Avec sa sensibilité, sa voix à part, le chanteur nous entraîne aujourd’hui dans un tourbillon pop au rythme tribal: “I Don’t Want”. Son clip met en scène six enfants qui décident de jouer aux justiciers le temps d’une journée et d’arrêter avec candeur les adultes au comportements déviants. Aussi beau à voir qu’à écouter ce nouveau titre est à découvrir d’urgence juste ici:

 

Le jeu d’arcade de Camp Claude

 

Nostalgiques des années 90? Camp Claude revient à ses premiers amours: le rock  avec le titre “Dancing Alone” et vous propose un titre qui aurait bien pu faire partie de la bande originale d’un teenage movie de ces années chouchoutes. Si le rock prend ici une couleur pop, l’énorme travail du groupe pour ce clip sont à souligner. En effet ce dernier a conçu un jeu d’arcade en 2D qui permet de prendre le contrôle de la chanteuse Diane Sagnier devenue alors un personnage qui pourrait bien faire partie de l’univers de Mario Kart.  Le clip est un extrait du jeu, porté par la musicienne et inclus, on va quand même le dire, un dinosaure. Fun et couleurs au programme. A noter que le groupe sera en concert le 10 décembre à la Boule Noire de Paris pour défendre son nouvel opus “Double Dreaming” sortie le 8 mars.

 

 

Dites adieu à vos téléphones portables avec Hey Hey My My

 

La vie plastique, les téléphones portables, l’isolement en société derrière un écran, Hey Hey My My dit non à tout ça. De retour avec le titre “Plastic Life”, le groupe force ses acteurs à la digitale detox et détruit ses téléphone portables pour se concentrer sur la vraie vie et à la danse. Le titre dansant s’éloigne des début folk auxquels ils nous ont habitué pour cette fois-ci se promener du côté de la pop et des années 60’s. Cet extrait annonce la sortie d’un nouvel album pour le mois de mars 2020 et un concert à la Boule Noire de Paris le 28 avril 2020. L’occasion de vous rappeler de décoller les yeux de vos smartphones, de regarder autours de vous et d’en profiter pour écouter de la musique et seulement de la musique.

 

Danse hallucinante et nature avec Mokado

Fondé en janvier 2018 par le percussionniste Sylvain Bontoux, Mokado s’inspire des carnets de voyages de son arrière grand-père et imagine les émotions des personnages qu’il y croise pour créer ses mélodies. Claviers électroniques sophistiqués s’ajoutent à des rythmiques savamment travaillées pour créer des mélodies envoûtantes, entêtantes, dansantes, qualitatives, adressées à des oreilles expertes. En attendant la publication d’un premier Ep “Ghosts” disponible le 31 janvier, Mokado dévoile son premier extrait “Afe” et son clip. Tout comme Sia ou Christine and the Queen, le musicien met la danse au centre de sa vidéo, propose de suivre le déhanché graphique de sa danseuse et ajoute au tout un environnement naturel rayonnant. Pour ceux qui tomberont sous le charme un concert est déjà programmé le 26 février 2020 au Popup!

Animaux et sorcellerie avec Clay & Friends

Originaires de Montréal, les cinq membres de Clay and Friends sortiront au mois de janvier un nouvel EP, “Grouillades”. Pour information,le nom Grouillades, emprunté au patois haïtien, englobe le sentiment de bien-être qu’on associe au laisser-aller et la désinvolture face à l’inconnu. Pour le teaser, la formation aux accent hip-hop, funk et pop dévoilent un un clip complètement décalé pour le titre “Gainsbourg”.  Au programme maison de poupées, animaux, déguisements, amour obsessionnel et même une touche de magie. Réputés pour leur bonne humeur et leurs énormes capacités scéniques, les canadiens se produiront au BIS de Nantes le 22 janvier.

Instant découverte avec Berling Berlin

Si ce clip est plus classique, on y voit le groupe jouer son titre avec quelques effets, “Closer” de Berling Berlin a toute sa place dans notre classement histoire de vous proposer une découverte musicale indé et qualitative.  Quatuor franco-uruguayen d’indie rock, le groupe aux mélodies accrocheuses sortait son premier EP éponyme le 15 octobre. Chanté en anglais, français et espagnol, cette jolie galette s’offre des virées cold wave travaillées avec qualité. On pense forcément aux Smiths, qui est objectivement l’un des meilleurs groupes de tous les temps. Berling Berlin en garde cette capacité à passer de la joie à la nostalgie dans un seul titre. La preuve en images.

Course poursuite enragée avec Süeür

Certes, on triche un peu, mais pour Süeür, c’est la moindre des choses. Les nouveaux ovnis rock-hip hop ( qui n’aime pas les étiquettes et qui a bien raison) sortait au mois d’octobre son deuxième clip “En équilibre” après la claque  “MTM (sur ma vie)”. Une vidéo aussi tendue, forte et puissante que le morceau qu’elle illustre. Il y a une part animal dans ce trio porté par ses instruments rythmiques, ses textes à fleur de peau s’inspirant aussi bien, selon leurs propres dires, de Rimbaud que de Booba. Coup de cœur absolu du MaMA Festival, futur succès à prévoir, il était grand temps que l’on vous présente ces musiciens pleins d’énergie. Une claque, dans sa plus belle forme qui sortira sa mixtape en janvier juste après sa date à la Boule Noire de Paris le 23. Immanquable!

Effets vintage sous le soleil de Monte-Carlo avec Pépite

Tout est bon dans le premier album de Pépite, “Virage”. Tout, y compris son nouveau titre intitulé “Monte-Carlo” qui joue comme toujours sur la corde de la nostalgie pour créer de la très bonne chanson française. Tourné sur la route de Corniche entre Nice et Monaco, ce nouveau clip suit dans un premier temps le chemin d’un sac plastique qui vole au vent, un peu comme “American Beauty” avant lui. On y suit ensuite les déambulation de Thomas, le chanteur, en robe de chambre, suite à un mystérieux coup de téléphone, le tout porté par une pop comme toujours époustouflante. A noter que Pépite jouera au Trianon de Paris le 24 janvier.

 

jacques brel alcool
UNSPECIFIED – JANUARY 01: (AUSTRALIA OUT) Photo of Jacques BREL; posed, sitting at table with cigarette (Photo by GAB Archive/Redferns)

La playlist alcoolisée est arrivée!

La musique enivre, s’écoute parfois ivre, est occasionnellement composée de la même façon et de fait, sait parler d’ébriété de bien des manières.

Certes, il faut boire avec modération ( c’est ce qui se dit du moins) mais aussi rendre hommage à ces grands artistes qui n’ont pas eu de modération et sont allés puiser dans cette absence de limites des torrents d’inspiration.

Chaque morceau ci-dessous parle d’alcool, d’excès, d’échappatoire à base d’éthanol, de drogues récréatives, de soirées. Elles sentent bon la débauche et le tabac froid.

L’occasion pour toi d’entendre parler de cuites (et même de quelques débordements du côté des drogues ), de t’identifier à certains titres, de boire un coup, de danser…

Si Renaud fait partie de cette playlist ( difficile de l’en exclure), on a essayé de te proposer une sélection loin des chansons paillardes et la plus variée possible. Du rock au Hip hop en passant par la chanson française et les classiques, tous les registres s’intéressent au sujet.  Au programme Rupert Holmes, Therapie Taxi, Georges Brassens, Casseurs Flowters, Jacques Brel, Oasis, Serge Gainsbourg, Beck, Ozzy Osbourne, Voyou, The Velvet Underground, The Kinks, Lana Del Rey, Sia, Yungblud, Wiz Khalifa, Rose, Odezenne, The Doors, Elton John, Bruce Springsteen, Weezer… et bien d’autres.

L’alcool unis, alors enivre toi de musique, tu pourras même prendre le volant en écoutant cette playlist.

Tchin!

[divider style=”solid” color=”#eeeeee” width=”1px”]

 

La Playlist alcoolisée

 

 

 

Image extraite de l’introduction du film Les Misérables

Dans le cadre du Club 300 d’Allociné, était projeté au Forum des Images, Les Misérables, le premier film de Ladj Ly (du collectif Kourtrajmé) qui avait fait l’ouverture du 72ème Festival de Cannes. Sortant dans les salles le 20 novembre 2019, que vaut le film qui fait tant parler de lui depuis sa présentation sur la Croisette? Critique.

Il y a des films que personne n’attend et qui font tout de suite office de rouleau compresseur, emportant l’adhésion générale sur son passage. Avant de le découvrir, Les Misérables semblait être de ceux là. Ouverture du festival de Cannes et Prix du Jury de ce dernier en mai. Annonce en septembre qu’il sera le représentant de la France lors de la sélection pour les nominations pour l’Oscar 2020 du meilleur film étranger en février prochain. Une véritable success story pour Les Misérables qui a fait beaucoup parler. A tort ou à raison pour le film qui ambitionne de succéder au Indochine de Régis Wargnier, dernier lauréat français de la catégorie en 1993 ?

Les Misérables : De quoi ça parle ?

Copyright SRAB Films – Rectangle Productions – Lyly films

Stéphane (Damien Bonnard, Rester vertical, En liberté!), tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris (Alexis Manenti) et Gwada (Djebril Didier Zonga), deux “Bacqueux” d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone appartenant au jeune Buzz (Al Hassan Ly) filme leurs moindres faits et gestes…

Les Misérables : Est ce que c’est bien ?

Copyright SRAB Films – Rectangle Productions – Lyly films

Les Misérables est un film génial. Voilà. Comme ça c’est dit. Les Misérables est un film génial parce que c’est un film intelligent. La scène d’introduction, qui donne sa très belle affiche au film, nous présente une bande de jeunes préados quittant la banlieue pour aller assister à la finale de la Coupe du Monde 2018 de foot sur un des nombreux écrans présents dans Paris. Moment de liesse populaire, de rassemblement et de ferveur. Le spectateur ne peut être “qu’accroché” émotionnellement, il est à la fois marquant et récent, et un lien va donc se créer avec ce groupe de jeunes avec qui, d’ou qu’il vienne, il partage donc quelque chose. Pourtant à y regarder de plus près, les jeunes ne voient pas vraiment la télévision qui diffuse le match. Ils assistent, en spectateurs, à un mouvement de foule qui s’anime. Dans cette première scène, les enjeux à venir du film sont posés, mais Ladj Ly a fait en sorte de détourner l’attention du spectateur en l’incluant dans un souvenir collectif plaisant.

Venant du documentaire, le réalisateur du film Les Misérables nous pose le cadre de son histoire de manière quasi chirurgicale. Nous débutons donc le film à travers les premiers pas de Stéphane à la BAC de Montfermeil, fraîchement muté de Normandie. Si le personnage est volontairement montré comme ayant de l’expérience, afin de désamorcer le stéréotype du jeune débutant, il lui faut néanmoins appréhender son nouvel environnement. Ce que vont se charger de faire son supérieur, Chris et son collègue, Gwada. L’autre personnage du film par lequel est posé le cadre est celui Buzz est un jeune collégien de Montfermeil. Incarné par Al Hassan Ly, fils du réalisateur, véritable mise en abyme de Ladj Ly lui même, ce dernier ayant  débuté derrière la caméra en filmant les violences policières dans sa cité.  Passionné de technologie mais probablement timide, il se sert de son drone pour observer son entourage à distance. La présentation de Montfermeil se fait donc à distance, le “training day” de Stephane et les survols en drone de Buzz étant là pour nous poser un cadre objectif de la cité.

Une grande partie du film est donc passé à présenter ce qu’est Montfermeil et les différents groupes la composant. Sans jugement mais avec truculence (la découverte du personnage du “Maire”, l’arrivée des propriétaires d’un lionceau qui a été volé), une bonne partie de Les Misérables nous dépeint donc un cadre se maintenant avec un statu quo imparfait ( tout le monde compose avec tout le monde contre mauvaise fortune bon cœur) mais qui existe et semble tenir. Mais nous sommes dans un film et non un documentaire. Le ressort dramaturgique de la bavure, dont le contexte ne sera pas dévoilé afin de ne pas divulgacher Les Misérables, intervient pour dynamiser le récit. Les trois flics vont se déchirer et s’échiner à “rattraper le coup”, non pas de la bavure en elle-même mais du fait que celle-ci ait été filmée (par le drone de Buzz) et pourrait être publiée.

La deuxième partie est donc consacré à voir comment s’agitent en période de crise les différents groupes présentés au début du film : BAC, religieux, trafiquants. Certains cherchent à maintenir le statu quo, d’autres à le modifier… Et quand cette intrigue finit par se résoudre à la fin de cette première journée de Stéphane à la BAC de Montfermeil, on peut rester sur sa faim. Comme lui dit un de ses collègues : “ Tu es là depuis une journée et tu te permets de nous juger?“. Mais (évidemment) tout n’est pas si simple…

Car le véritable tour de force du film Les Misérables se situe dans sa toute dernière partie. Après le premier jour de présentation vient le moment des explications. Car Ladj Ly ne se contente pas d’un état des lieux de la banlieue de 2019 comme, en leur temps avaient pu le faire La Haine ou Ma 6-T va crack-er. Non le réalisateur sonne véritablement l’alarme sur ce qui ne manquera pas d’advenir si la situation reste en l’état. La banlieue ne supportera plus très longtemps le statu quo actuel qui tient vaille que vaille et l’ordre établi risque de voler en éclats sous les coups de butoir d’une génération ne se satisfaisant plus des accords tacites du passé. Pour illustration le personnage d’Issa, blessé au cours d’une bavure, figure métaphorique de la victime des agissements de la société en place, brinquebalé entre les différents acteurs de la cité et utilisés en fonction de leurs intérêts sans que jamais il ne soit véritablement pris en compte. Comme dans Le Bûcher des Vanités, le drame n’est bon qu’à être exploité au lieu d’être considéré.

Et tout va finir par voler littéralement en éclats dans un épilogue sur fond d’émeute de banlieue menée par Issa ou la jeunesse balaye sans distinction les différentes figures d’autorité régissant la cité. Les deux personnages que l’on nous présentait si ce n’est comme innocents, au moins vierges, et qui nous ont servis de guides au début du film sont à jamais changés (Stéphane n’a cessé de monter en pression tout au long du film et démontré qu’il n’est pas si éloigné d’un Chris finalement et Buzz fermera les yeux à un moment fatidique). Avec un final en sorte de huis clos carpenterien ou l’action, la tension et le danger sont parfaitement retranscrites, Ladj Ly démontre avec assurance que le Rubicon est franchi… Et le plan final confrontant deux personnages dans une fin ouverte qui ne peut qu’être bien sombre finit d’asséner ce qui est le véritable coup de poing de l’année cinématographique 2019.

Véritable cri du cœur, Les Misérables fait plus que dresser un constat sur l’état des banlieues en France. Alors, Monsieur le Président, vous en avez pensé quoi vous, des Misérables ?

Fatigués mais heureux, les quatre copains de Last Train n’arrêtent plus de tourner depuis la sortie de leur premier album “Weathering” paru en 2017. De retour en 2019 avec un nouvel opus “The Big Picture”, les rockeurs alsaciens sillonnent les routes de France et peuvent se vanter d’avoir également à leur actif un label Cold Fames, et un festival, La Messe de Minuit.

Si cette nouvelle galette aux couleurs mélancoliques apporte une note de fraîcheur sur la scène rock hexagonale et s’offre le luxe d’être entièrement pensée et de se conclure sur un véritable masterpiece, les musiciens ont beaucoup de choses à raconter. De passage sur Paris avant de faire vibrer un Trianon complet, ils ont fait le plaisir à Popnshot de les rencontrer au court d’une journée bien remplie. Sur les banquettes de train du Ground Control, et avec bonne humeur ils nous ouvrent les coulisses de la création de leur album, parlent d’éducation à la  musique dès le plus jeune âge, reviennent sur leur date au Bataclan, leurs 10 années de collaboration et d’amitié et partagent les morceaux survitaminés qui évoquent leur humeur du moment. Rencontre.