Tag

écrivain

Browsing

florian zeller aux oscarsFierté nationale, notre Florian Zeller, nous rapporte des Etats-Unis (où il n’a pas pu se rendre Covid oblige mais l’idée est là…), non pas un mais deux Oscars pour son film “The Father”.  Ce premier long-métrage à la réalisation  est adapté de sa pièce de théâtre “Le Père” datant de 2012.  C’est donc l’Oscar de la meilleure adaptation que remporte notre frenchie et celui du meilleure acteur pour l’excellent Anthony Hopkins.

S’il est toujours plaisant de voir que nos stars nationales remportent un succès international et se voient consacrer lors d’une cérémonie prestigieuse comme les Oscar, la victoire de Zeller, résonne tout particulièrement pour l’auteure de ces lignes. Il faut dire que parmi tous les arts, la littérature est peut-être ce qu’il y a de plus intime. La lecture, se vit et se ressent seul, elle invite à l’imagination. Ainsi l’univers crée par l’un, prend un tout autre visage dans l’esprit de celui qui s’y laisse prendre au jeu.  Une relation, quelque part à sens unique se dégage de la découverte d’un roman alors que celui qui l’écrit invite à ses réflexions personnelles et à ses déambulations.  C’est tout particulièrement vrai pour l’univers de Florian Zeller, sa plume vive et à fleur de peau. Et tout particulièrement vrai pour moi qui ai passé mes 20 ans à lire ses lignes.

En attendant de pouvoir enfin se rendre dans un cinéma comme d’autres pays à travers le Monde ont eu la chance de le faire., nous vous invitons donc à la lecture de ses écrits à ardeur. Voilà pourquoi.

Avant l’Oscar, les mots

C’est certainement par le théâtre que Zeller est devenu l’homme à connaître. En 2004, il signait sa première pièce d’une longue série “L’Autre”. De ce côté là, notre homme est particulièrement prolifique, pas moins de 12 pièces écrites et montées en 17 ans. De quoi s’attirer les grâces de Broadway et se glisser derrière la caméra. C’est pourtant par l’écriture d’un roman qu’il fait ses débuts. L’incroyable “Neiges Artificielles” publié en 2002 chez Flamarion. Probablement l’une de ses oeuvres les plus abouties. Suite à la perte de sa relation avec Lou, le narrateur y cherche l’amour, son sens, lui-même, au gré de déambulations parisiennes, d’introspections blasées, de la découverte de ce que devient la blancheur une fois que la neige a fondu. les chapitres y sont courts, précis, agrémentés de citations de Nietzche, Rimbaud ou Louis XVI. Il donne d’ailleurs à ces courts extraits un sens nouveau, le sien appliqué à ses déboires et ses réflexions. Ce qu’aura par ailleurs fait cet écrit sur ma propre existence. Sa plume est acérée comme une lame de rasoir, les mots y sont justes et puissants, tout ici ne traite que de l’émotion. C’est d’ailleurs au cours de son tout dernier chapitre qu’il touche le plus, se détachant de la naïveté de l’enfance, l’ébranlant follement en mettant en perspective les mensonges que l’on sert aux enfants à ceux que l’on peut se raconter adulte. Notre auteur fait un bien cruel Père-Noël mais un narrateur hors-pair dans lequel il pourra être facile de s’identifier si votre coeur souffre lui-même d’une désillusion critique.

En 2003, il publie, le magnifique “Les Amants du n’importe quoi”.  Le lecteur y assiste impuissant à la destruction d’une histoire. Celle de la douce, fragile et modulable Amélie, prête à aimer et à s’attacher et de Tristan, coureur de jupon invétéré qui pourtant aime l’idée d’aimer. Pris dans cette relation dont il souhaite se détacher, dans ses remords et ses craintes, il hésite, se questionne. Tout comme Amélie et ses angoisses. Les certitudes apprises par la société sur le couple sont finalement bien peu de choses face aux doutes et incertitudes. Et si l’herbe était plus verte ailleurs ? Et si, le couple était un enfermement ? Doit-on douter dans les bras de notre conjoint ? En quelques pages seulement, notre écrivain sublime ces sentiments, rend son histoire vraie, tangible et douloureuse.  Il y expose avec brio, les démons de ces trentenaires, des aspirations de vie qui n’ont pas été ou ne sont pas, les passions qui se crées et leurs noirceurs. Les deux être paumés que l’on suit sont décrits avec poésie comme toujours sous la prose de Zeller.

S’en suit avec rapidité, “La Fascination du pire” qui est publié en 2004.  Tout en gardant ses thématiques centrales, entre autre le désir, l’écrivain y renouvelle son registre. En effet, en retrouvant, à l’ambassade de France au  Caire, des lettres égyptiennes sur la sexualité de Gustave Flaubert avec des jeunes filles nubiennes, le narrateur s’interroge sur comment conjuguer Islam et sexualité. Il suit un autre écrivain rencontré dans l’avion obsédé par ses désirs sexuels et sa quête de femmes faciles. Cet ouvrage gagne en reconnaissance : prix Interallié et une sélection pour le prix Goncourt. De prime abord, il traite d’un sujet qui ne cesse d’alimenter le débat public : la place de la femme dans l’Islam. Finalement 10 ans plus tard, il reste toujours aussi moderne. Sauf que, l’auteur ne s’arrête en réalité pas là et sous couvert d’une lecture approfondie questionne surtout sur le monde occidental qui croit en sa supériorité et s’interroge de façon bien superficielle sur une culture qui n’est pas la sienne et qu’il regarde de haut. Au détour d’interrogations, il parle de frustrations, de différences et tend un miroir glaçant à ceux qui le lisent.

Nous parlions enfance avec le dernier acte de “Neige  Artificielle”, voilà que Zeller s’y penche à nouveau en 2006 toujours avec l’amour de ses classiques littéraires. En effet, avec “Julien Parme”, notre auteur écrit son “Attrape coeur” de  J.D Salinger à la française. On y suit la fugue d’un adolescent, alors que la narration à la première personne est particulièrement juste. L’égocentrisme de l’adolescence, ses rêves et envies d’écriture, ses difficultés à trouver sa place. Au cours de son périple, notre héros abandonnera les restes de son enfance, se confrontera aux prémices de l’amour, sa rébellion  et cherchera à se découvrir. Un bel hommage à l’oeuvre culte de Salinger qui loin d’en être une simple copie française crée un personnage touchant, vrai et passionnant.

C’est finalement en 2012 qu’il publie son tout dernier roman avant de se livrer uniquement au théâtre et donc à son passage au cinéma.  Vient donc “La jouissance” publié chez Gallimard. Comme souvent avec ses écrits, il s’agit là plus d’une réflexion sur la société qui nous entoure à travers le prisme du couple que d’un véritable roman. L’histoire est prétexte pour l’auteur à raconter ce dont il est témoin à travers son cercle amical. Ses amis trentenaires qui se séparent peu de temps après avoir eu des enfants. La différence de la perception amoureuse à travers les genres y est mise en avant. Tout comme dans “Les Amants du n’importe quoi”, l’écrivain tient à parler de l’enfermement que peut représenter le couple, surtout pour celui qui voudrait satisfaire tous ses désirs. Sait-on encore faire des enfants ? Sommes nous encore prêt à faire les sacrifices que cela implique ? Les nouvelles générations sont-elles devenues trop égocentriques, trop tournées sur elles-mêmes et leurs plaisir pour placer leur enfant au centre de leurs priorités ? A travers les personnages de Pauline et de Nicolas, l’auteur tend à répondre à ses questions. Il s’interroge sur la jouissance de l’individu au coeur de toutes ses préoccupations et dépeint un portrait bien sombre de ses contemporains.

Littérature contemporaine et spectacle vivant

Ces cinq livres constituent une part de votre bibliothèque idéale. Lisez les, appropriez les vous, ils sont d’excellents compagnons de vie. Avec sa plume moderne, sa capacité à mettre des mots sur les vies et les désirs de ses contemporains, Florian Zeller s’est révélé être un partenaire littéraire de choix pour toujours se questionner. Par le théâtre, sa plume à la fois sensible, vive et vraie a su faire vivre les maux quotidiens et leurs donner un voile poétique qui ne peut que toucher. Son “The Father” dépeint la trajectoire d’Anthony, un homme de 81 ans  dont la réalité, les repères, l’esprit se brisent sous ses yeux et celle d’Anne, sa fille, qui tente de l’accompagner dans ce chemin.  Avec la capacité de narrateur de Zeller, sa faculté à comprendre les sentiments de ses personnages, il n’y a pas à douter du chef d’oeuvre qui attend le spectateur. Il faudra s’armer de patience pour le découvrir en salles obscures mais nul doute que le jeu en vaille la chandelle. En attendant vous pouvez regarder ici sa bande-annonce puis mettre de côté vos smartphones et autres ordinateurs pour vivre un véritable moment d’évasion et de réflexion, les yeux dans les yeux avec un livre et l’odeur de son papier.


Falling Viggo Mortenser

Falling de Viggo Mortensen : Vieillesse = Naufrage ? / Etre adulte c’est pardonner à ses parents

Dans le cadre du Club 300, Falling nous a été présenté en avant première au…

Green Book 2018 film

Green Book, Viggo Mortensen et Mahershala Ali percutants dans un road-trip drôle et émouvant.

Premier film écrit et réalisé sans son frère Bobby, Peter Farelly, le réalisateur de Four…

Interview, Franck Ruzé, auteur « Frédéric Beigbeder m’a dit s’être branlé 12 fois sur le début de mon livre « 666 » » (Partie I)

Franck Ruzé, auteur complètement génial des brillants « 666 » ou encore « L’Échelle des sens » captive à…