Archive

décembre 2016

Browsing

L’année 2016 s’achève dans quelques heures et il est grand temps (et pas très original) de faire un retour en arrière sur ce qui a pu se passer de marquant ces derniers mois. Pop&Shot vous propose de revenir rapidement sur cinq événements ayant pu marquer avant de souhaiter les meilleures choses pour 2017…

 

Léonardo DiCaprio a (enfin!) l’Oscar

dr
dr

ça avait fini par ressembler à un mauvais running gag : ces dernières années, les cérémonies s’enchaînaient et jamais l’Académie des Oscars ne semblait daigner vouloir accorder un trophée voire même parfois une nomination pour l’ancien bellâtre de la fin des années 90. Pourtant, depuis le tournant insufflé à sa carrière avec sa participation à Gangs of New York en 2002 et le début de sa collaboration fructueuse avec le légendaire Martin Scorsese, il faut dire qu’il mettait toutes les chances de son coté. Shutter Island, The Aviator, Le Loup de Wall Street! Il y eut aussi le remake de Gatsby le magnifique ou bien encore Django Unchained. Pourtant rien n’y faisait. Autant de performances maîtrisés qui auraient valu une statuette. Mais heureusement, comme le dit le dicton, tout vient à point à qui sait attendre et enfin il a fallu que DiCaprio s’engage sur le projet The Revenant mené par le très à la mode Inarritu ( Birdman) pour qu’il puisse enfin recevoir son du. Félicitations Léo!

 

Bob Dylan Prix Nobel de littérature

dr
dr

La nouvelle n’aura pas été acceptée et on entend encore quelques commentaires d’esprits chagrins pour dire que si Dylan a été en mesure de l’avoir pourquoi le regretté Leonard Cohen ou d’autres paroliers ne l’ont pas eu avant lui? C’est mésestimé l’importance capitale qu’aura eu Dylan sur les mentalités à son époque et sur ce qu’il a pu représenter pour sa génération. N’en déplaise à certains, la musique est bien un art majeur et certains textes de chansons rivalisent avec les meilleurs poèmes ou romans. Jouant avec son image, Robert Zimmerman aura poussé la facétie jusqu’à décliner l’invitation à se rendre en Suède et envoyer une autre égérie des années 60-70, Patti Smith le représenter à cette mondanité. Sacré Bob!

 

Coups durs sentimentaux : la fin de Brangelina

dr
dr

haaaan j’te raconte pas!“, “j’aurais bien aimé que tu me raconte!“…. Non on ne tombe pas dans le sensationnalisme et on ne fait pas dans l’actu people pour obtenir du clic, rassurez vous ( c’est prévu pour 2017 ça). Mais force est de constater que la fin du fameux Brangelina marque la fin de ce qui a été le premier couple mythique de ce début du siècle. S’étant rencontrés sur le tournage du moyennasse “Mr and Mrs Smith“, le couple aura ensuite fait parler de lui que ce soit par son glamour, ses adoptions à répétitions, la médiatisation de son mariage…. On avait fini par s’habituer à leur présence, et cela semblait acquis de les voir ensemble… Chaque chose a une fin et concernant le couple Brad Pitt/Angelina Jolie cela semble ne pas s’être passé sans douleur…

 

Suicid Squad : Échec cuisant et déclin d’un système?

dr
dr

Dire que l’on a été déçu par Suicid Squad relève de l’euphémisme. Monument de promotion par excellence, avec sa campagne marketing commencé au moins un an à l’avance, notamment avec le recrutement de Jared Leto pour assurer la succession de feu Heath Ledger, bandes annonces efficaces, promesse d’un ton sombre et désespéré…. Quoi? Sombre et désespéré?
Oui, il faut se souvenir qu’au tout début de la promotion, l’idée du film était de faire un film de super vilains envoyés au sacrifice… Parce que pour Warner et DC, on restait inspiré par le modèle de la trilogie du Dark Knight, qui se prenait (pompeusement) au sérieux. Mais voilà, déboula un petit film qu’on attendait presque pas : Deadpool. Iconoclaste, irrévérencieux, rigolard, ce film au budget modeste comparé aux mastodontes de Marvel comme Iron Man, Thor et autres Avengers vint redistribuer les cartes… Pris de panique, Warner ne voulut pas passer à coté de ce qui ressemblait à une nouvelle mode. Finie l’époque nolanesque, l’heure était à la rigolade… De plus, assez injustement d’ailleurs, Batman Vs Superman, autre mastodonte de Warner n’a pas les résultats escomptés au box-office. Ni une ni deux, Warner change son braquet et Suicid Squad devient censément un film fun et décomplexé. Un peu comme Deadpool, si si on vous promet! Reshoots de dernière minute, coupures nombreuses au montage, le tout pour un résultat… Affligeant. Manquant de sens, bancal, menteur sur la marchandise ( le Joker joue dans le film? Vraiment?), il n’y a pas assez de mots pour qualifier le film de David Ayer… Quand on voit le relatif anonymat avec lequel est sorti Doctor Strange, on peut se dire que 2016 aura peut être vu le début de la fin de la mode du film de super héros tel qu’on a pris l’habitude de le consommer…

 

Les disparus de 2016

Droits : Chris Barker
Droits : Chris Barker

En mettre un en lumière serait indécent pour la mémoire des autres. 2016 aura vu la disparition de nombreuses personnalités de la pop culture contemporaine : Prince, Bowie, George Michael, Carrie Fisher, Harper Lee, Alan Rickman, Michael Cimino, Leonard Cohen ou bien encore Tchernia ou Gotlib plus près de chez nous. Pas un domaine ne semble avoir été épargné et laisse chacun d’entre nous orphelin de plusieurs de ses idoles. Et si l’année 2016 était présenté, il y a environ un an, comme une année de transition et de fin de cycle, au vu de toutes ses disparitions, on peut raisonnablement se demander à quoi ressemblera 2017. Souhaitons en tout cas qu’elle soit meilleure et plus apaisée

 

 

 

Ohoh, it’s the most wonderful time of the year… En tout cas, c’est qui se dit ! Après une longue préparation entre vitrines de noël, course aux cadeaux, matage de « Love Actually », « Krampus » ou même « Bloody Christmas » (ce chouette slasher qu’on vous conseille), il est temps de s’attabler. Cela dit si noël est supposé être un plaisir pour les papilles, c’est aussi l’occasion de faire plaisir à ses oreilles.

Du coup, la team Pop & Shot vous a concocté une petite playlist de noël pour vous faire bouger votre boule pendant les préparatifs. Au programme, des classiques et des plus atypiques pour chanter noël avec les Ramones, Dean Martin, Odezenne et les autres…

Georgia-tous-mes-rêves-chantentNoël est l’occasion de faire rêver petits et grands enfants. Et pour se faire quoi de mieux qu’un conte musical ?

Prix pépite des Moyens (8/11 ans) au Salon du livre de la presse jeunesse de Montreuil, « Georgia: Tous mes rêves chantent » a tout pour plaire. Ce conte musical narré par Cécile de France sort sous la forme d’un livre disque. Au chant, les grands noms se succèdent : Albin de la Simone, Emilie Loizeau, Alain Chamfort, Rosemary Standley, Babx ou encore Pauline Croze.

Résumé officiel:

Georgia, star de la chanson, se souvient… C’était il y a longtemps, dans sa chambre de petite fille : une nuit, elle a entendu un violon, juste là, derrière le mur… C’était Sam, un étrange voisin qui jouait à la lueur des bougies. Mais qui est ce Sam qui voudrait que Georgia chante ? Plus qu’une histoire, Timothée de Fombelle nous offre un conte aux allures de comédie musicale. Avec des personnages hauts en couleur, de ceux qui aident à grandir et à dépasser les plus grandes peurs.”

 

Pour vous faire votre opinion, découvrez la vidéo du titre « Tous mes rêves chantent » interprété par Ben Mazué.

Jeudi 8 décembre, Justice était au Faust pour un Dj Set exclusif chapeauté par Virgin Radio. Quelques semaines après la sortie de leur nouvel album « Woman », le duo français a une nouvelle fois satisfait son public en livrant une performance de très bonne qualité. Voilà trois raisons pour lesquels, si vous n’étiez pas au Faust jeudi soir vous avez raté quelque chose…

 

Droits : Julia Escudero
Droits : Julia Escudero

 

Raison numéro 1 : Busy P et Boston Bun

C’est le lot de toutes les « premières parties », peu importe le domaine ou le style musical. On joue sa partition devant un public arrivant progressivement et étant venu pour quelqu’un d’autre. Parfois, on s’arrange pour arriver pile à l’heure ou la première partie se finit, parfois on ne retient même pas le nom des artistes qui jouent en introduction de ce qu’on est venu voir. Si vous pensez ça des premières parties, Busy P et Boston Bun auront réussi le tour de force de vous faire mentir. Dépassant le simple statut de chauffeur de salle pour Justice, ils ont réussi à capter l’attention du public. Si Justice n’était pas prévu au programme, on aurait même pu regretter qu’ils doivent céder la place si vite…

Raison numéro 2 : Parce que c’est toujours cool d’être privilégié…

Virgin Radio avait fait les choses bien. Jusqu’au dernier moment, l’endroit du DJ Set est resté secret. Du coup, quand on s’avance en milieu de soirée, en direction du pont Alexandre III, on a le sentiment que l’on va assister à quelque chose d’unique et d’être dans une sorte de cercle secret. Et le cadre du Faust renforce le coté privilégié. Si les bords de Seine étaient assez froids jeudi soir, c’était l’exact inverse à l’intérieur du « lieu de vie », tel qu’il est nommé sur sa page Facebook. Une scène au décor aussi simple qu’efficace, tout en longueur. Une programmation de qualité. Tout est réuni pour profiter au maximum de Justice qui est censé arriver aux environs de minuit. En pleine semaine, est ce bien raisonnable ? On finit par rapidement ne plus se poser la question.

DR
DR

 

Raison numéro 3 : Parce que Justice. Tout simplement.

Si on a pu apprécier leurs compères du label Ed Banger, quand Justice arrive dans la place, on sait qu’on va assister à un moment de qualité. Maîtrisant leur set comme les pros qu’ils sont, mettant le feu d’entrée, le public est conquis. Il n’attendait que ça et ne sera pas déçu de bout en bout. Les 60’s comme les 80’s sont convoqués en terme d’influences, les nouveautés ( « Alakazam », « Randy ») comme les classiques ( « D.A.N.C.E. », «  Stress ») sont joués et repris par un public semblant les connaître par cœur. La fin du set va venir d’ailleurs bien trop vite, tellement on aurait pu rester jusqu’au bout de la nuit. La tournée prévue pour l’an prochain arrivera à point nommé pour prolonger le plaisir qu’aura procuré le DJ Set offert par Virgin