Trois nanars de requins qu’il faut absolument avoir vu

Le film de requin, le Saint-Graal du nanar et surtout mon petit péché mignon (j’aime bien cette expression ça fait penser à la nourriture, la nourriture c’est cool). Ce genre sous-estimé et surtout sous-budgété est toujours vu avec mépris par une élite qui ne lui accorderait même pas un petit article. Et pourquoi donc ? Tout parce qu’à chaque visionnage, on se demande si la moitié des rushs ne servent pas en réalité à réalisation d’un mauvais film érotique ? Vraiment, je ne suis pas d’accord. Quand on pense au nombre de véritables mauvais films qui se la jouent « chef d’œuvres intellectuels », les films avec des requins ont eux le mérite d’assumer leur aspect daubesque pour donner naissance à des chef d’œuvres de situations improbables.

Outre des personnages à gros boobs et gros pecs, qui ne font rien qu’à se mettre à poil, la menace elle, ne manque jamais de mordant (hahah- on avait dit pas de jeux de mots).

Bien loin des ennuyeux requins classiques qui nagent dans l’océan de façon flippante avec leurs têtes de tarés prêt à bouffer n’importe quoi même si c’est vraiment dégueulasse, les requins auxquels nous nous intéresseront eux ont une bonne raison d’avoir les crocs. Ouais parce que c’est bien connu, être un requin ne suffit pas. Ce qu’il faut c’est avoir deux têtes par exemple (mais un seul estomac) pour tout bouffer. Si si c’est logique. Bon ok, ok mais si le requin nage dans le sable, hein, Qu’est ce que tu en dis ? C’est normal qu’il aie plus faim que les au… Attends et si le requin est pris dans une tornade qui ravage Los Angeles, et qui ne prend dans son tourbillon ABSOLUMENT aucun autre animal aquatique, juste les requins. Là c’est plus logique ? Si tu commences à reconnaître quelques unes des références ci-dessus tu es quelqu’un de bien. Sinon, a/ t’inquiètes je vais t’éclaircir les idées b/ t’étais où quand « Sharknado » est sorti ? Ce film dans lequel Tara Reid et Ian Zering (Steve de Beverly Hills) tirent sur des requins qui volent puisque pris dans une tornade, mais tombent quand ils se prennent une balle parce que quand même- cohérence- un requin mort ça ne vole pas dans une tornade, allo ?

Vous remarquerez aussi que ce listing ne contiendra pas « Shark Night 3D » (2011), cette grosse déception puisque ce film était loin d’être un nanar. Il était même plutôt bien fait, assez logique, avec un rebondissement final qu’on ne voit pas direct venir. Autant te dire que j’avais bien les boules en éteignant ma télé. Ni « Bait » (2013) qui commet parfois l’erreur de se prendre au sérieux.

Ici il ne sera question que du pire du pire et donc de fait, du meilleur du genre. Allez c’est parti.

  • Beach Shark: les dents de la plage sous ta serviette ( de Mark Atkins)

Attends quoi ? Un requin dans le sable ? Je sais ce que vous vous dites, mais comment quelque chose d’aussi cool peut-il exister ? Cette petite merveille raconte donc l’histoire d’une station balnéaire attaquée par un requin des sables. Être au sec ne sauvera plus la mise à nos héros. D’autant plus que malgré l’attaque de cet animal étrange – pourquoi il peut vivre dans le sable ? Parce que enfin bon si faut en plus trouver des explications crédibles maintenant. Bon ok c’est un tremblement de terre qui libère une créature préhistorique piégé depuis des millions d’années dans le sable. Oui le film de requin aime bien se justifier avec le terme préhistorique, on peut continuer maintenant ?- un investisseur peu scrupuleux décide donc de maintenir le « plus grand festival du monde » à White Sands. L’occasion de donner à manger au dangereux prédateur. Il est important de souligner néanmoins que faute de budget le plus grand festival du monde s’offre à peine quelques dizaine de figurants. De quoi donner naissance à des scènes cultes et à des plans qui ne trompent personne. Et rien que pour ça et son second degré complètement assumé ce nanar vaut vraiment le détours.

  • Ghost Shark : la mort lui a donné un petit creux  (de Griff Furst)

 

Au casting de cet improbable merveille on retrouve la plus si petite Mackenzie Rosman, qui jouait Rosie dans « 7 à la Maison ». Si cet argument ne suffit pas, écoutez plutôt le pitch, de ce petit bijoux : un requin assassiné en début de métrage revient à la vie sous forme de fantôme (oui il est translucide ) et massacre un petit village. Aucun endroit où aller, le prédateur peut surgir de n’importe quelle flaque d’eau. Un groupe d’adolescents tente alors d’arrêter le carnage. En plus d’explications complètement alambiquées sur le pourquoi du comment le requin est revenu à la vie, le film propose une scène absolument jouissive d’attaque de requin lors d’une grande session de lavage de voiture à l’américaine. Ce qui veut bien dire que le requin mange quelqu’un dans un seau ! Un oscar pour Ghost Shark, vite !

  • Avalanche Sharks : la neige c’est comme de l’eau, on voit pas où est le problème ( de Scott Wheeler II)

Difficile de sélectionner une si petite quantités de grands nanars à requins. « Mega Shark vs Giant Octopus » mérite par exemple sa place au classement. Ne serait-ce que, pour avoir donné naissance au commentaire le plus drôle jamais écrit sur une fiche Allociné « Si les frères Lumière avaient su… ». Simplement voilà, il faut savoir donner sa chance au cinéma moins connu et plus intimiste. « Avalanche Sharks » raconte donc l’histoire d’une bande de potes, un peu comme dans « Les Bronzés » qui se font attaqués par des requins des neiges. Non content d’un pitch hilarant, le film propose des scène et des dialogues à couper le souffle… La théorie comme quoi la moitié des rushs servent à des films de c*l semble se valider à son visionnage. On voit bien le réalisateur hurler un petit « Coupé, bon maintenant on va faire deux prises, dans l’une un requin surgit de la neige et te mange, dans l’autre, vous vous envoyez en l’air salement.. » D’ailleurs l’un des couples de protagonistes finit par s’embrouiller sur l’amour que le mec porte aux seins de sa copine. Véridique, c’est en pleurant la perte des dits-seins que le jeune homme ira chercher sa bien aimée. Avec ça si vous n’êtes pas convaincus qu’il faut le voir, c’est probablement que vous n’avez pas d’âme.

En bonus et même si on avait dit trois films de requins, je vous offre quand même la bande-annonce de « L’attaque du requin à deux têtes » avec Carmen Electra qui raconte bien comment une classe entière se fait dévorer sur une petite île par un requin, bha à deux têtes ! Et pour vous vendre encore un peu plus de rêve, sachez qu’il existe également une petite pépite intitulée « Jersey Shore Shark Attack » et qu’il faut absolument la voir…

 

Fans de cinéma d’épouvante? Retrouvez également notre casting de la pire famille du cinéma de genre.

Une réponse to “Trois nanars de requins qu’il faut absolument avoir vu

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *