Archive

mars 2017

Browsing

Alors que pour son édition 2017, le Panic! Reverse vit la fin de sa première phase ( envoi des affiches fictives avant le 2 avril 2017!) , Pop&Shot a rencontré Lionel Le Pallec, coordinateur du festival afin qu’il nous parle un peu plus du projet. Interview.

DR Panic! Reverse le cinéma à l’envers

Comment le festival est né ?

Il est né en 2010, de l’idée de deux brillants Lyonnais qui ont eu une idée de Festival qui s’appelait le Festival à l’Envers. L’idée était d’habiller les cadres d’affiches d’un cinéma en restauration, ils ont fait peindre directement ou coller les grandes affiches en façade du cinéma et ils ont proposé aux réalisateurs d’illustrer ces métrages avec des courts métrages. Puis après, ils m’ont laissé le bébé et j’ai décidé de transposer le festival de Lyon à Paris. Mais vu qu’on peut participer de n’ importe où, on s’en fout un peu. On a changé le nom et on s’est associés à Panic Cinéma. A l’époque c’était une séance de cinéma de genre tous les samedis, maintenant c’est une fois par mois avec Karim Debbache, c’est un chroniqueur et monteur ciné, c’est au Forum des Images. Ça rassemble une communauté de cinéphiles un peu déviants, de tout genre, du polar au porno, en passant par le fantastique et l’horreur. On s’est associés avec eux, pour faire en marge de leur séance une fois par mois un festival une fois par an.

 

Naturellement, Panic! Reverse  s’est donc retrouvé à être un festival associé au genre ?

En fait ça s’oriente tout seul dans le cinéma de genre. Parce que quand tu crées une affiche, tu vas la créer en rapport avec le cinéma de genre. Ça ne sera pas associé à un cinéma plus commercial ou au niveau des affiches tu retrouveras deux têtes de stars de chaque côté sans rien d’autre. Ça s’oriente tout simplement vers le cinéma de genre, avec beaucoup de zombies en ce moment… On reçoit beaucoup de choses étiquetées « genre », parfois à tort ou à raison… Horreur, frissons, amour ou bien parfois grosses conneries, genre « Les nonnes zombies venues de l’Espace » par exemple.

 

Comment on fait pour participer ?

Il y a deux phases. On appelle en début d’année les graphistes, illustrateurs, maquettistes à participer. Ils inventent un titre, l’affiche, ils nous l’envoient avec visuels, crédits, etc… A la fin de ce premier temps, le jury choisit dix affiches. Et ensuite les réalisateurs choisissent et font une bande annonce à partir de l’affiche. Au début, on laissait carte blanche aux réalisateurs, bande annonce ou même court métrage. On a restreint et ça colle mieux : fausses affiches, fausses bande annonces…

 

Comment t’es-tu retrouvé sur le projet ?

Je bossais sur une plateforme de vidéo, je leur ai demandé d’être partenaires, car je trouvais le projet assez cool. Je me suis retrouvé impliqué sur le projet car les deux fondateurs ont fini par lâcher le projet pour des raisons professionnelles.

 

Comment se passe la sélection du jury ?

On essaie d’avoir un jury éclectique, de professionnels évidemment, étant donné que le projet mêle dessin, illustration, graphisme, comédie, production, médias… Cette année, on a Bastien Vivès, à la présidence du jury, un auteur de BD très talentueux. On a Zeynep Jouveneaux, programmatrice au Forum des Images, super salle de ciné qui appartient à la Ville de Paris et qui est dans les Halles…. Alexis Bernier à UFO Distribution. Régis Brochier, rédacteur à nanarland, site sur les mauvais fils sympathiques…… Gilles Stella, co présentateur de Chroma, une websérie sur le cinéma de genre. Auparavant on a eu en membres du jury, Jean Solé, auteur de BD et fondateur de fluide glacial, Julien Séri réalisateur de films, Coralie Trinh Thi

Bastien Vivès, président du Jury 2017
DR Babelio

 

Une fois que les membres sont sélectionnés, comment ça se passe ?

On les réunit en deux fois. Juste après la fin de la première phase, vers le 4 ou le 5 avril, on les réunit pour sélectionner les dix affiches avec un processus de notes, etc… Et ensuite on les réunit, à la fin de la deuxième phase c’est à dire fin septembre ou début octobre. On a pas encore déterminés encore, et dans ce laps de temps, les réalisateurs ont le temps de nous envoyer leurs courts métrages. On les réunit pour le jury vidéo et généralement, on enchaîne pour une raison pratique parce que ça les fait venir deux fois déjà, donc on essaie de ne pas les solliciter trop.

Sur quels critères vous déterminez qui a gagné ?

Ils sélectionnent les affiches selon la qualité, l’originalité et selon aussi, la faisabilité en films. Alors c’est de moins en moins compliqué avec l’évolution de la technique mais en 2010-2011, c’était assez restrictif. Par exemple, maintenant c’est beaucoup plus simple de modéliser des dinosaures en effets spéciaux qu’à l’époque. Evidemment, ça reste beaucoup plus compliqué qu’un film sur un mec qui va aux toilettes, parce que bon, t’as juste besoin d’un mec… et de toilettes !

Le principe, c’est qu’en gros, tu as dix affiches et les réalisateurs choisissent ?

En gros, oui. Les réalisateurs choisissent les affiches en ligne, aussi en expo. Mais notamment chez Potemkine, qui expose tout ce qui est cinoche, librairie, café, c’est près du Canal Saint Martin. C’est là-bas qu’on fait l’expo. On est aussi partenaires du festival BD6né, un petit festival qui se passe dans le 20ème arrondissement et chaque année, ils font du ciné et de la BD qu’ils mêlent…

Est-ce que c’est arrivé qu’une fois un court métrage devienne un « vrai » long métrage ?

C’est arrivé une fois avec Zombin Laden. La bande annonce était super, elle a fait genre un million de vues en un mois.Ce sont des producteurs américains qui ont fait un long métrage en à peine quelques mois, sauf qu’ils l’ont fait sans demander l’avis de celui qui avait fait le court métrage… Ils se sont largement inspirés de sa bande annonce mais lui, il s’en fout complètement.

Zombin Laden
DR Panic Reverse

Quel est ton film préféré ? Et quel film t’a marqué dernièrement ?

Alors c’est Il était une fois la Révolution. Un western de Sergio Leone qui se passe pendant la Révolution Mexicaine…. Sinon, le dernier film qui m’a marqué c’est Her… Super cool. Dur de s’identifier de s’identifier. Super cool Verhoeven. Et là je vais aller voir Grave… Vous l’avez vu ?

 

Oui… Le film est fait pour en discuter, et il reste à voir.
Est ce qu’il y a une affiche, une bande annonce qui t’a dernièrement marqué ?

Oui… Alors Zombin Laden. En même temps, moi j’ai un coup de cœur pour l’humour, j’aime bien les trucs rigolos. On a une team qui s’appelle la Whaat, ils nous font des films depuis deux ans, à se pisser dessus, ils ont fait « No Dick » notamment, l’histoire d’un mec qui n’a pas de bite et qui la cherche car il n’en a plus. Je ne cherche pas à influencer mais les deux fois où ils ont participé, ils ont finis dans le tiercé gagnant.

No Dick
DR Panic! Reverse

Est ce qu’il y a un artiste faisant des affiches qui t’a marqué ?

Justement… Il y a Gilles Vranckx, l’artiste qui a fait L’étrange couleur des larmes de ton corps qui est un affichiste super cool. Sinon, il y a les affiches de Laurent Melki, celui qui a fait toutes les anciennes couvertures de Mad Movies, Freddy,  Vidéodrome, La nuit des morts vivants. Les affiches de Johnny, celles du Cirque Bouglione… On reconnaît bien sa touche. Il y a au final assez peu de films qui essaient de te créer quelque chose, bien souvent ils essaient de te créer quelque chose plutôt que de créer une œuvre. 95% des affiches c’est une image avec une star, un visage, quelque chose de marquant. Il y a Mondo par exemple ou tu vas avoir de fausses affiches de films qui fait quelque chose de vraiment original.
A notre niveau, au niveau des affiches qui sont produites, on va faire un petit shop par exemple sur le site et on va faire quelque chose pour faire en sorte de les vendre car on a beaucoup de demandes.

La magnifique affiche réalisée par Gilles Vranckx
DR

Il y a un prix Univerciné un peu spécial ?

Oui c’est vrai. Car Dailymotion au début nous parrainait, maintenant c’est Universciné.com, on a un prix qui leur est consacré. Ils gagneront pleins de choses mais chez nous il y a pleins de gens qui participent et qui n’ont rien à gagner. C’est vraiment pour le plaisir de créer. Aux affiches, c’est un peu tout le monde qui se disent « tiens c’est marrant »… Mais c’est vrai que c’est sassez éclectique. Ils sont contents, ils sont fans du genre et jouent avec du sang donc sont contents… …

 

Panic! Reverse Reverse, donc ça veut dire à l’envers… Quelle question tu aimerais qu’on te pose ?

Oh là ! Je ne sais pas ! Parce que… Elles étaient bien vos questions ?!  J’aimerais qu’on me demande dans quel endroit on va faire la projection parce que… Pour l’instant je ne sais pas même si j’ai une petite idée en tete…

 

Lundi 27 mars, Linkin Park faisait une surprise de taille à ses fans. Le groupe débarquait en effet dans la toute petite salle du 118, située dans les locaux de leur maison de disque Warner, pour répondre aux questions de leurs admirateurs et des présentateurs Virgin Radio.

C’est sous une lumière brûlante que deux membres emblématiques de la formation Mike Shinoda et Chester Bennington étaient présents. Des spots un peu chauds si l’on en croit les chanteurs. « On pourrait faire cuire un œuf sur ma tête et les micros sont brûlants » s’est amusé à raconter Chester.

Au programme, une ambiance conviviale et proche de la petite foule ainsi qu’un showcase piano voix de 4 chansons.

Le public a ainsi pu se délecter de « Heavy», «Battle symphony» puis des classiques « What I’ve done » et « Burning down ».

Un beau moment presque contrarié par un Chester blagueur qui s’étonnait d’avoir constamment sa “braguette ouverte” ces derniers temps. Sa crédibilité en prend un coup… ou pas, dès que le chanteur se place derrière un micro pour balancer quelques notes, tout le monde est immédiatement happé, fasciné. La voix puissante du musicien est sans comparaison possible l’une des plus belles du rock actuelle. Aussi juste et puissant en live qu’en album, sublimé par le piano de Mike, le chanteur est suivi par les chuchotements d’une foule qui refuse de monter le ton.

Le tout séparé par des interludes de questions/ Réponses tout à fait passionnantes. Côté public les fans de la première heure avaient fait des kilomètres pour vivre ce moment privilégié.

De part et d’autre, certains racontaient venir de Bordeaux ou encore Toulouse alors que d’autres ironisaient “Je viens du 16ème pour ma part.”

Toujours est-il qu’une ambiance particulière régnait dans la pièce. Celle que l’on retrouve lorsqu’une équipe de fans dévouée s’est donnée rendez-vous. Impossible ou presque pour les présentateurs d’apprendre des informations nouvelle à notre assistance tant tous semblaient connaître les faits et gestes de Mike et Chester par cœur. Ainsi lorsque le présentateur Virgin aidé de sa fidèle assistante s’amuse à lancer un jeu entre les compères qui aidés de panneaux doivent dire qui de l’un ou de l’autre est meilleur à telle ou telle activité, la foule répond avec eux.

Impossible vous dites ? Impossible n’est pas Linkin Park puisque les deux musiciens avaient pris le parti de révéler un maximum de nouveautés à leurs fans. Ainsi a-t-on appris que Mike Shinoda s’est déguisé en Teen Wolf lors de l’une de ses soirées qu’il organise chaque année pour Halloween ou qu’il était Bob l’éponge pour son enterrement de vie de garçon. De son côté Chester a confié avoir pleuré comme un bébé devant le film « Logan » racontant avec humour que durant la projection se trouvait à ses côté un pure gangsta américain tatoué accompagné de sa copine … et que lui aussi a fini la séance en larmes.

On apprend également que c’est Chester qui cuisine le mieux, ajoutant qu’il est un “véritable chef” enfin on apprend… voilà une chose que les fans au vue de leurs cries semblent bien savoir tout comme le fait que c’est Chester qui a le plus fait la fête dans sa jeunesse “J’ai assez fait la fête pour chacun d’entre vous” ajoute-il.

Mais c’était aussi l’occasion pour eux de parler du nouvel opus « One more light ».

Parmi les informations à retenir, on apprenait que l’album était baptisé comme l’une de ses chansons pour la toute première fois et que son message principal est le suivant  “Si tout va mal et que tu es au plus bas, reprends toi et bats toi.” L’opus qui a été composé dès que Chester s’est remis de sa blessure au pied qui a « ruiné ma vie! ». L’album en tant que tel parle de la perte, le groupe ayant perdu une amie de longue date travaillant dans leur maison de disque des suites d’un cancer. Voilà pourquoi l’album s’interroge “Est-ce important si une lumière s’éteint au milieu de toutes ces étoiles ?”A cela, Linkin Park répond ” Ça m’importe.”  “Il n’y a rien de plus inspirant que les moments difficiles” explique Chester. Et cet album a été composé autours de difficultés: des pertes, des décès, les séquelles d’une immobilisation. 

 

Mais la nouvelle direction pop, clairement audible lors de cette session acoustique risque-t-elle de desservir le groupe et de « ruiner son héritage ? » C’est Chester qui s’est chargé de rassurer l’assemblée. Il raconte comment sur Internet il découvrait ce commentaire un peu particulier mais qui peut parler à certains férus du groupe. « Celui qui avait écrit ça avait 14 ans. « Meteora » a 14 ans, notre premier album « Hybrid theory » est sorti il y a au moins 15 ans, comment quelqu’un de plus jeune que notre premier album peut-il parler de notre héritage ? » ironise-t-il.

C’est sur une séance de dédicaces, de selfies et de quelques pleurs de joies que s’est achevée cette heure incroyablement dense.

Vivement le 19 mai 2019 qu’on puisse écouter l’intégralité de cette pépite dont les légendaires rockeurs ont le secret !

 

Retrouvez toutes ces informations et suivez encore plus d’actualité, d’infos culture et de buzz sur Actu-Mag!

 

 

Ici, on aime le cinéma de genre, d’ailleurs on aime le cinéma tout court et tout les genres. Pourquoi le préciser? Parce qu’en fouillant la toile pour en savoir plus sur ce fameux « Grave », j’ai pu voir moults avis de chroniqueurs détestant le genre ou même, allez hop, n’ayons pas peur des mots, le cinéma d’horreur.

L’autre raison qui fait que j’évoquerai brièvement cet amour pour ce cinéma particulier est que, « Grave » a été visionné sous le prisme de l’impatience et de la bienveillance. L’ayant raté à Géradmer, c’est bien le premier jour de sa sortie en salles obscures que votre rédactrice s’est jetée dans la salle.

Naïve et pensant encore qu’en France nous pouvions avoir de la curiosité pour un cinéma à part, j’imaginais déjà une salle comble pour cette séance. Et puis bon, c’était bien le cas lors de mon second visionnage de l’excellent « Split » qu’il faut absolument aller voir si ce n’est déjà fait.

« Grave » raconte donc les déboires de Justine (Garance Marillier), jeune surdouée et végétarienne convaincue qui entre en école de vétérinaire. La même que ses parents ont fait et celle dans laquelle elle retrouve sa sœur aînée, Alexia (Ella Rumpf) déjà bien intégrée. Bizutée, Justine est forcée de manger pour la première fois un morceau de viande (un rein de lapin cru qui plus est). Cet incident réveil en elle un appétit dévorant pour la chair humaine.

Véritable bête de festival, « Grave » fait office de premier de classe dans le genre, raflant tous les prix qu’il convoitait un à un. Pourquoi un tel engouement?

Peut-être parce que le film cherche à multiplier les thématiques intelligentes et modernes. A force de métaphores, d’entendus et de sous-entendus, le film finit même par se perdre dans les très nombreuses thématiques qu’il aborde.

Le poids de la famille est pourtant l’un des fers de lance de notre métrage. Justine est poussée. Elle l’est par ses parents, un mère qui impose à ses enfants d’être végétariens et les poussent vers sa propre école. Une sœur présente qui pousse à l’extrême émancipation, apprend à la trop naïve, trop bonne élève trop vierge Justine à s’assumer. Quels sont les véritables choix ici d’une héroïne fragile ?

Vierge vous dites ? « Grave » peut aussi être perçu sous l’œil de la sexualité. Celle du coloc gay de Justine, Adrien ( Rabbah Nait Oufella). Celui qui en parallèle de l’envie de viande humaine poussera notre Justine vers des envies de chair ( non ceci ne compte pas comme un jeu de mots foireux). Et puis hop lâchons-nous (ceci n’est pas un spoiler): c’est lui qui aura cette réplique forte intéressante lorsque Justine commence à se cacher dans son envie de manger de la viande (animale pour le coup) : Justine « Ce sandwich c’est du porc tu sais. », Adrien  (l’acteur qui le joue est d’origine maghrébine) « Oui et alors?» Hop Hop, dehors les clichés.

Un parti pris pro-végétarien

Mais « Grave » est surtout, et contrairement à ce que d’autres pourront dire ça et là, un bon parti pris pour vous inciter à choisir la purée au steak à la cantine. D’entrée un petit débat entre les jeunes étudiants vétérinaires ne laisse d’ailleurs pas de doute à ce sujet. Sous l’œil médusé de ses camarades, l’héroïne défend avec passion que violer un gorille est pour elle un crime aussi grave que le viol d’une femme. Ses camarades sont médusés par ce constat. Et donc manger un homme vous choque à ce point plus que le sort des animaux ?

Du cannibalisme oui mais sous le regard des autres. L’improbable aspect de « Grave » c’est aussi ce regard de l’autre, ce jugement constant que subit notre héroïne, jamais livrée seule face à elle-même dans cette puberté cannibale. Quels que soient ses actes, Justine est toujours regardée et même entourée. Un choix réellement original.

Des métaphores, des métaphores, mais finalement « Grave » c’est bien ou pas ?

« Grave » est surprenant. Surprenant parce que malgré des scènes très dures, il ne bascule jamais complètement dans la violence. Surprenant parce que son pitch promet une violence inouïe mais justifiée sauf que le film n’explose jamais. Ses personnages non plus, quelque part déconnectés de l’horreur. Miroir d’une société ( parce qu’encore une fois le film veut faire passer des messages) ou choix scénaristique? Ce manque de montée passe peut-être à côté de quelque chose.

Sortie de salle, il est possible, comme ce fut le cas pour moi, de retenir les défauts du film. Il n’en est pas exempt tant il veut trop en dire, tant il ne va pas assez loin. Vraiment ? Oui vraiment, certaines scènes prennent certes au tripes, mais le gore, l’ignominie touche surtout au domaine de la fable.

Pourtant, s’il y a tant à en dire c’est surtout parce que les promesses sont là, l’originalité aussi et la capacité à toucher un large public également. Le cinéma d’horreur a la force de pouvoir faire passer des messages forts mieux que n’importe quel autre genre. Comme les contes le faisaient en leur temps avec leurs morales « jeune-filles/ jeunes-hommes ne désobéissez pas sinon voilà ce qui pourrait vous arriver »… La peur, la gêne, le choc sont de bons éléments pour parler morale. Puisque c’est bien en jouant avec les frontières de l’immoral qu’on en comprend le mieux les limites. Et en ça « Grave » est une réussite et un très beau premier né pour sa prometteuse réalisatrice, Julia Ducournau.

Pour en savoir plus: “Grave” est un carton selon les Inrocks.

et la chronique de Première.

 

DR

Au Yoyo, la salle de concert du  Palais de Tokyo, les 24 et 25 mars 2017, se produiront, à l’initiative du célèbre journal féminin  Marie Claire, Peter Doherty, The Shoes  accompagnés  de Broken Back et de petites pépites à découvrir en live ….Qui ça?! On vous dit tout!

Les 24 mars ,l’enfant terrible du rock Peter Doherty tâtera sa guitare en compagnie du combo électro à suivre de près Holy Oysters. Les frenchies proposeront leur son psychédelique et envoûtant pour une soirée mélangeant les univers musicaux.

Le 25 mars, rock et électro se partageront encore une fois la scène.

Les géants de l’électro à l’univers barré The Shoes  apporteront leur touche hyper moderne à la soirée. Un show à ne pas manquer entre folie musicale et jeux de vidéos.  Ils partageront l’affiche avec Kiddy SmileFeynman mais aussi l’incroyable Broken Back, musicien à la voix envoûtante et aux mélodies enivrantes. Son single “Halcyon Birds” a cartonné en 2016 et a notamment fait danser lors des dernières Victoires de la Musique où il a été  interprété en live.

Deux soirées cultes en perspective donc! Il vous est déjà possible de réserver vos places ici.

Pour sa troisième édition, Les Nuits Claires allieront encore une fois éclectisme et programmation de qualité!