Terres du Son est un festival à part, surtout dans le cœur des Tourangeaux, alors raconter l’édition 2017 qui s’est tenue le week-end du 7 au 9 juillet sur le site du Château de Candé, c’est partager une expérience hors du temps mais aussi un petit bout du Val de Loire.

 

Terres du Son c’est avant tout l’histoire d’une bande d’amis, de passionnés de musique, de 1400 bénévoles réunis autour d’un grand projet, de 12 années de programmation éclectique et familiale, de positionnement éco-responsables. Terres du Son c’est plus qu’un rendez-vous annuel, c’est une grande réunion de la famille de la musique et de la culture Populaire autour d’une envie commune : le partage de certaines valeurs.

 

2017 ne fait pas exception à la règle, et marque même l’approfondissement de quelques-unes des portes ouvertes ces dernières années par les organisateurs. Car le festival se veut résolument tourné vers la nature, à commencer par son nom  ou encore son magnifique site au beau milieu de la forêt. Le développement durable est au centre de l’évènement. Il y a bien sûr les conférences et les discussions sur l’écologie, les stands d’association de défense de l’environnement. Mais Terres du son ne se contente pas de simple parole et prouve son investissement par des actes. Ainsi, au village gastronomique, vos plats seront accompagnés de couverts et serviettes entièrement recyclés. Vous trouverez très régulièrement des poubelles de tri, des cendriers visibles aisément de loin. Et tout cela est encadré par la “brigade zéro déchet”, des bénévoles armés de pistolets à eau arrosant les pollueurs dans une ambiance bonne enfant et pédagogique sous le soleil caniculaire. Et le résultat est là ! Tout au long de ce week-end, l’herbe est restée vierge du moindre mégot de cigarette ou du moindre emballage vide et il faut admettre que c’est extrêmement agréable.

 

 

Mais TDS c’est aussi un engagement à l’accessibilité pour tous. C’est ainsi que l’on aperçoit des colonnes vibrantes, des bénévoles sachant signer en langage des signes, des parkings, toilettes, comptoirs abaissés pour les personnes handicapées à mobilité réduite. Un dispositif a également été mis en place pour l’accompagnement de personnes malvoyantes ou aveugles. Un partenariat avec l’association “Qu’esthandi” permet l’accueil de personnes atteintes de déficience intellectuelle. Mais l’engagement ne s’arrête pas là et concerne également la santé en général avec des espaces destinés aux femmes enceintes et jeunes mamans, des casques antibruit distribués aux enfants et des bouchons d’oreilles aux adultes le désirant.

 

TDS est donc une véritable expérience et comment mieux vous la raconter qu’en se mettant dans la peau d’un tout jeune festivalier ? En suivant ses premiers pas qui le mènent du parking (ou du camping) jusqu’à la prairie et à la scène principale… TDS c’est exactement ça : une ballade bucolique au gré des vents et des courants musicaux, mais aussi des bonnes odeurs de nourritures et des fous rires de toutes les générations présentes sur le site. Parce qu’avant de découvrir le domaine de Candé à proprement parler, le visiteur va tout d’abord découvrir les murs du château. Magnifique bâtisse du XVIe siècle qui accueille dans ses jardins l’éco-village accessible gratuitement à tous. Petits et grands y trouveront leur bonheur au gré des stands hétéroclites de nourriture, d’artisanat et de jeux, mais aussi des conférences et des initiations (yoga, danse…). Un très beau programme pour profiter des espaces verts et ombragés. Petit coup de cœur pour la production locale de Fondettes, La Petite Fève venue en voisine, qui nous a permis de nous restaurer bio et végé en soutenant les petits producteurs de la région (que dis-je ! de la métropole !).

 

 

Ensuite, empruntant un sentier au milieu de la petite forêt de Candé, le visiteur chanceux pourra rejoindre la fameuse Prairie de Terres du Son, rendez-vous de tous les artistes et de tous les aficionados de musique ! Sur la scène Propul’son, il pourra découvrir des jeunes et moins jeunes talents régionaux, telles les Sœurs Moustache que nous avons eu la chance de rencontrer  et qui proposent un univers drôle et burlesque ! Mais la Prairie c’est aussi de petites caravanes de bonheur à l’image de la Charcuterie Musicale tenue par quelques copains et proposant des quizz musicaux ! Ce qui pourrait passer pour anecdotique reflète en réalité toute la saveur de TDS : la musique sans se prendre trop au sérieux ! Entre fou-rires, tubes des années 1980, parties de danse endiablées et déguisements, le DJ sait attirer les foules et les garder près de lui à coup de nostalgie. Il est remplacé le dimanche par un compatriote de l’humour qui permet à tous les festivaliers de se challenger au karaoké ! Si les artistes en herbe profitent de la caravane high-tech pour pousser la chansonnette, les autres foulent le parquet provisoire installé à même l’herbe pour se déhancher sur des titres souvent iconiques. En un mot comme en cent, la bonne humeur est toujours au programme de Terres Du Son !

 

 

Attrapant une petite bière locale au passage, le festivalier averti pourra finalement atteindre le cœur de la prairie. Bravant le soleil et la chaleur parfois, la pluie et le risque d’orage sinon, il aura sous les yeux les trois plus grosses scènes du Festival. Le Chapit’ô ravira les amateurs d’artistes moins connus mais non moins talentueux et originaux. Mais ce sont Ginkgo et Biloba qui, nous devons le concéder, rassemblent le plus les foules. Il faut dire que l’on s’y sent bien sur ce grand carré d’herbes, qui, à toute heure, a proposé de magnifiques prestations. De grands noms sont sur toutes les lèvres, Tété, Imany, et autres Morcheeba, mais ce qu’il faut retenir de la programmation de Terres Du Son c’est son parti pris : éclectisme et diversité !

écrit par Lucie LB et Jérémie V.

Write A Comment