La Maison Tellier : les frères indomptables se produisaient à Paris cette semaine

La Maison Tellier au Trianon 15 mai 2019

©Carolyn.C-Tous droits réservés

Le Trianon de Paris accueillait ce mercredi 15 mai les frères Tellier, unis dans le
monde de la musique sous le chaleureux nom « La Maison Tellier ». Cela fait quinze ans
qu’ils défendent énergiquement sur scène et en studio leur univers musical n’ayant jamais
cesser d’évoluer au fil des années. Leur dernier projet, sorti en mars dernier, s’appelle
« Primitifs Modernes » et les frères étaient bien décidés à nous dévoiler toute sa force et son
émotion sur scène.

Mais avant leur apparition, le groupe avait invité Emily Marsh pour assurer la
première partie du spectacle. Seule, vêtue d’une chemise blanche et d’une guitare, la jeune
femme a interprété plusieurs chansons de son répertoire. D’une présence envoutante, dotée
d’une voix affirmée et d’un son de guitare accrocheur, Emily Marsh a réussi, en l’espace
d’une demi-heure, à nous séduire entièrement, maitrisant à la perfection tous les aspects de
son univers musical. Sur la dernière chanson, elle demande au public : « vous embrassez le
premier soir ? ». Quelqu’un répond « même avant ! ». La salle est déjà enthousiaste et, pour
sûr, prête à embrasser l’ultime morceau de la chanteuse. La première partie se clôture sur une
note agréable, et, quand les lumières se rallument, le public a doublé. Les frères ne devraient
plus tarder.

La Maison Tellier au Trianon 15 mai 2019

©Carolyn.C-Tous droits réservés

20h45. Pile à l’heure. Des ombres avancent sur la scène. Le décor est simple,
reprenant la pochette de « Primitifs Modernes » : une vieille télévision avec une main
lumineuse sur l’écran, qui n’est pas sans rappeler Videodrome (1983) de David Cronenberg,
film dans lequel une hallucination donne à voir au personnage principal l’étirement d’un écran
télévisuel par un corps, lui donnant du relief. Alors que les membres présents sur scène, à
savoir le guitariste (Raoul Tellier), le bassiste (Alphonse Tellier) et le batteur (Alexandre
Tellier), s’installent et se préparent, une voix nous parvient. Ce n’est pas celle du chanteur.
C’est une voix enregistrée, semblable à celles que l’on entend généralement dans les films
spatiaux (tels que 2001, High Life, Solaris…), une voix énigmatique qui nous plonge
directement dans un univers fait d’éclairages sombres et de mystères. Souhaitent-ils nous
envoyer dans l’espace ? On trépigne d’impatience.

La Maison Tellier au Trianon 15 mai 2019

©Carolyn.C-Tous droits réservés

Les membres déjà sur scène entament alors à eux trois un morceau du nouvel album :
« Fin de race », dont la première partie est constituée d’un riff de guitare planant. L’intensité
grimpe au fur et à mesure tandis que l’arrivée du chanteur se fait attendre. Quand ce dernier
apparaît enfin, on sait que le concert peut réellement commencer. Les instruments baissent
d’un volume ou se coupent, et laissent place à la voix mélancolique d’Helmut qui entame les
paroles de la chanson. « Fin de race » se poursuit, avec l’intensité d’un début de concert, où le
public respire savoureusement l’atmosphère mise en place par le groupe, parmi l’excitation
commune.
Helmut prend la parole. Il sera bavard tout du long de la soirée. C’est leur première
fois au Trianon nous dit-il, et comme toutes les premières fois, cela risque d’être parfois maladroit. On ne leur en voudra pas. Le plaisir de jouer dans cette salle à Paris se lit dans le
ton de sa voix, et il ne manquera pas de le rappeler plusieurs fois au cours du concert. C’est en
plus l’anniversaire d’Alexandre Tellier, le batteur. Personne dans la famille n’a eu le droit à
un cadeau aussi magique qu’une soirée comme celle-ci, lui glisse-t-on en rigolant.

La Maison Tellier au Trianon 15 mai 2019

©Carolyn.C-Tous droits réservés

Helmut Tellier nous annonce ensuite qu’ils sont ici pour nous présenter leur nouvel
album, dont ils semblent fiers (et ils ont de quoi !), mais ne négligeront pas pour autant leurs
anciennes compositions. Leur mission est claire : transformer ce mercredi soir en samedi soir.
Autant l’annoncer d’avance : c’est une mission réussie. Plus que cela même. Cette soirée ne
s’est pas seulement transformée en samedi soir, mais en tous les jours de la semaine, au
travers desquels l’émotion, la beauté, le calme, la danse et la frénésie se mélangent et
fusionnent pour construire un ensemble cohérent, porteur de diverses sensations.
Assurée par des chansons telles que Ali ou Les Apaches, deux morceaux de leur
nouvel album, l’excitation pure était bel et bien au rendez-vous, celle qui fait frétiller de
satisfaction le public en lui faisant délivrer ses plus beaux mouvements de corps à l’écoute
d’un rock tonique. La prestation des musiciens, après qu’Helmut eut quitté la scène l’espace
de quelques minutes pour laisser le devant de la scène à ses frères, ne nous a également pas
laissé indifférent, notamment par son impressionnante montée en puissance.
Au milieu de cette énergie débordante, le groupe a su par ailleurs nous offrir des
instants d’apaisement. C’est le cas par exemple avec la magnifique « Exposition Universelle »
(chanson présente sur l’album Beauté pour tous, 2013), jouée par Helmut, Raoul et Léopold
Tellier (trompette), et dont la douceur d’interprétation a su ravir un public également désireux
d’entendre certaines mélodies du passé, lui permettant aussi de se rendre compte que le
groupe n’a rien perdu de sa force tranquille. La voix du chanteur nous atteint directement,
notamment grâce à une très bonne qualité sonore (autant le micro que les instruments), et cela
encore plus sur l’un des derniers morceaux, qu’il décide d’interpréter seul sur scène, guitare à
la main. « Haut, bas, fragile » (album Avalanche, 2015) est l’un des moments les plus
poignants du concert, où tout le monde reprend en chœur les paroles clôturant une chanson
lourde en émotions : « la joie du simple fait de vivre ».
« On a souvent été qualifiés de groupe depressivocool » nous dit Helmut au milieu du
concert. Ils semblent assumer ce titre sans quelconque amertume, et en rigolent
chaleureusement, s’amusant même à décrire les types de public qu’ils retrouvent dans leurs
concerts (public longue mèche, public courte mèche, public bourré…). Le public parisien les
réunit tous, s’amusent-t-ils à dire.
Le chanteur ajoute ensuite que « Les Primitifs Modernes » est un album sur
l’adolescence, avant de décrire le phénomène du « dernier choisi » dans les équipes de sport
au collège/lycée, contre lequel il se positionne en mentionnant une adolescente qu’il a jadis
connu, souvent victime de cette humiliation silencieuse, et qu’il souhaite retrouver durant
cette tournée. On lui souhaite bon courage. Tout ce discours pour introduire « Laisse les
dire », le sixième morceau percutant du dernier album, l’une des plus fortes et intimes
performances de la soirée.

La Maison Tellier au Trianon 15 mai 2019

©Carolyn.C-Tous droits réservés

Les morceaux de l’album s’enchaînent durant tout le concert, de « Chinatown » au
tout début de la soirée à la chanson titre de l’album dans la deuxième moitié du concert, en
passant par la sublime « Prima Notte ». Après 1h30 de show intense, un rappel est forcément
demandé. Le groupe revient pour quelques morceaux, terminant par la deuxième partie de la
dernière chanson de l’album : « Les Sentinelles » (le morceau est divisé en deux), clôture
parfaite d’une soirée enivrée musicalement parlant. Après une photo, les frères quittent
définitivement la scène, leurs t-shirt probablement humides suite à cette danse de longue
durée. On espère seulement que celui de Raoul Tellier, arborant la mythique pochette de
l’album « Marquee Moon » de Television, n’a pas endommagé les télévisions.
Humble, honnête et généreux, le concert de la Maison Tellier nous a offert presque
deux heures de show parfaitement maitrisé, où chacun semblait ravi d’être présent, autant le
public que les musiciens. A la fois vibrante et touchante, cette famille musicale est, comme l’a
dit le chanteur, maintenant une horde. Une horde ne risque pas de s’essouffler de sitôt.
« Primitifs Modernes » a encore bien des choses à nous révéler…

Corine printemps de bourges 2019

Printemps de Bourges 2019 J4: Dernière folie printanière avant le final

Côté pro il y a presque un goût de fin le samedi au Printemps de…

The Kooks Zenith 2019

The Kooks au Zénith de Paris: sex, retour en adolescence and rock’n’roll (reportage)

Ils étaient attendus. Et pour cause, The Kooks signaient un grand retour sur les ondes…

Feu! Chatterton affirme sa singularité au Zenith de Paris (Report)

Jeudi 24 janvier 2019, Feu! Chatterton pose ses valises au Zenith de Paris le temps…

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *