Black Panther : Wakanda Forever !

Le voilà enfin ! Black Panther, après une campagne promotionnelle axée sur son aspect communautaire ( un film réalisé par des Noirs avec un casting quasi essentiellement de Noirs), a débarqué en salles le 14 février 2018. Raflant bon nombre de records, Black Panther s’annonce comme un des grands succès de l’année qui débute. Black Panther, le meilleur film Marvel ? Critique.

 

T’Challa et Killmonger luttant pour le trône du Wakanda
Droits réservés : MarvelStudios

Black Panther : De quoi ça parle ?

 

Apparu pour la première fois dans les pages de Fantastic Four #52 en 1966, Black Panther raconte l’histoire de T’Challa, souverain du pays africain (imaginaire) du Wakanda.  Il est aussi le super héros connu comme la Panthère Noire. Black Panther en VO donc. L’Univers Marvel portant vraiment bien son nom et étant maintenant bourré de connexions entre ses différentes franchises, on sait depuis Captain America 3 : Civil War (qui aurait pu tout aussi bien s’appeler Avengers 2.5, tant il a servi à connecter différents persos Marvel comme SpiderMan, Ant-Man, Black Panther au reste de l’Univers Marvel tel qu’il se construit depuis 10 ans maintenant) que le père de T’Challa, le roi T’Chaka est mort dans un attentat au siège des Nations Unies. T’Challa qui portait jusque là le costume de Black Panther doit maintenant relever le plus grand défi auquel il a jamais pu être confronter : revêtir le costume de monarque du Wakanda. Dans le même temps, le marchand d’armes Klaue ( aperçu dans Avengers 2), aidé du jeune chien fou au lourd passé (#mychtèreeeee) Killmonger, cherche à déstabiliser le royaume africain qui depuis toujours cherche à rester à distance des autres nations du reste du monde…

Black Panther : Qu’est ce que ça donne ?

 

Les buzzs, orchestrés pour les campagnes de promotions sur les réseaux sociaux, avec leurs grandes capacités à sur-vendre ( cf Get Out) ou descendre en flèches ( cf Batman Vs Superman), au final, sans vraiment de nuances les films qui sortent en salles, ne facilitent pas vraiment le débat. Tout de suite, on est soit « pour », soit « contre ». Est ce que du coup, en tant que film d’action de super héros, et non en tant que porteur d’intentions aussi nobles soient elles, est il un bon film ? La réponse s’annonce plus mitigée que ce qui aura pu circuler sur le Net ces derniers jours…

@MarvelStudios

Réalisé par Ryan Coogler, talentueux cinéaste de Fruitvale Station, qui s’était déjà frotté au mythe Rocky avec le spin-off/remake Creed, le metteur en scène afro-américain doit se frotter à l’un des plus gros défis d’Hollywood dans les années 2010 : réussir à apporter sa touche dans l’une des plus grosses industries actuelles, l’Univers Marvel. Dès le début, c’est pour de mauvaises raisons que le spectateur va s’accrocher à son siège, la première scène d’action, Black Panther délivrant un convoi de jeunes filles kidnappées par des terroristes est impressionnant d’illisibilité et de mauvais cadrage.

Pourtant avec une triste actualité (Boko Haram et la centaine de jeunes écolières enlevée au Nigéria) faisant écho, il y avait matière, d’entrée de jeu à placer le film sur une dimension politique. Si l’action n’est pas le fort de Coogler (les deux affrontements T’Challa/Killmonger manquent d’ampleur dans leur mise en scène), c’est avec l’aspect politique du film qu’il semble le plus à son aise. Et cela est du au fidèle Michael B. Jordan ( qui jouait déjà dans Fruitvale Station et Creed) qui, encore une fois, crève littéralement l’écran dans le rôle de Killmonger, cousin de T’Challa et prétendant au trône. Ce sont deux visions radicalement différentes qui s’opposent à travers les deux antagonistes du film. Là ou T’Challa ( décevant Chadwick Boseman, alors qu’il crevait l’écran durant son court passage dans Civil War) souhaite que le Wakanda, pays à la technologie ultra développée, reste en retrait du monde, Killmonger souhaite utiliser cette technologie pour mener à bien une révolte globale contre les anciens « colonisateurs ». Martin Luther King vs Malcolm X. L’idée contre l’action. Passionnante opposition et débat d’idée mais qui n’est pas forcément développée, ce qui est dommage, car la principale qualité du film vient de là.

 

Une autre qualité du film est son aspect James Bond-ienne pendant une bonne partie du film. La visite du repaire de la jeune sœur de T’Challa, Shuri (charismatique Letitia Wright), scientifique en herbe, convoque inconsciemment Q et 007. La fameuse séquence du casino coréen est un hommage à la saga bondienne et expose les différents enjeux et motivations des personnages principaux. L’humour est aussi bien dosé, ce qui est assez rare chez Marvel pour le faire remarquer.

Black Panther en action
Droits réservés :; MarvelStudios

Black Panther : Un bon film Marvel ou un bon film tout court ?

 

Au final, pour parler de Black Panther, il faut commencer par nuancer ses propos. Non, le film ne justifie pas la hype démesurée qui l’accompagne. Ce n’est pas le meilleur Marvel qui soit, la faute à un Chadwick Boseman, plus T’Challa que Black Panther qui joue son personnage sans grande flamboyance. Est-il mauvais pour autant ? Non. Loin de là. Convoquant une esthétique flamboyante avec le Wakanda qui mêle très bien la tradition et l’hyper modernité, un drame aux accents shakespeariens (drame familial et mensonge originel teinté de sang) et une interprétation globalement de qualité ( mention spéciale à Michael B. Jordan, Letitia Wright ainsi que Lupita Nyong’o), Black Panther est un très bon divertissement.

Ses intentions sont louables bien que n’allant pas assez jusqu’au bout de leur potentiel ( on aimerait voir plus de ce fameux Wakanda, on aimerait voir les positions opposées de T’Challa et Killmonger plus fouillées) et le tout est bien calibré selon le standard marvelien en vigueur actuellement. Mais dans la double ou triple fournée annuelle auquel nous a habitués la Maison des Idées depuis une petite décennie, force est de constater que Black Panther se situe clairement dans le haut du panier !  Il est aussi à noter une évolution récente chez Marvel de vouloir adopter de subtils touches de nouveauté pour sortir (un peu) de la recette industrielle à laquelle le studio avait pu nous habituer. La preuve avec un Thor 3 (imparfait mais y allant à fond dans le fun) et ce Black Panther. Est ce qu’Infinity War tentera des choses? Réponse dans quelques semaines!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *