Top Films 2017 : les films les plus marquants de l’année

2017 s’achève et comme chaque année c’est l’heure des bilans… Pop&Shot vous propose un Top Films 2017 avec les 5 films les plus marquants. Seulement un Top 5 ? On a un peu trichés, tant l’année a été riche en œuvres marquantes, vous allez voir… 

Top Films 2017 : 5 – War of the Planet of the Apes ( Matt Reeves)

DR Century Fox

La saga-nouvelle génération de la Planète des Singes aura définitivement été une des bonnes surprises de ces dernières années. En pleine mode des remakes des grands films hollywoodiens d’antan ( Ben Hur par exemple, rien que pour mettre un malaise), la planète des singes, dès son premier épisode aura mis en avant deux qualités principales : un respect du matériel d’origine (non renié contrairement à la version de Tim Burton au début du siècle) et une profonde tendresse, voire même « humanité ». Très rares sont les personnages de la trilogie à être manichéen (à part peut etre le personnage fanatique de Gary Oldman dans le 2, encore que…). Et voici donc cette Planète des singes : Suprématie surgir au beau milieu de l’été pour un résultat plus qu’à la hauteur. Convoquant à la fois les codes du western, du film de guerre et du péplum, on se dit qu’en d’autres temps et avec d’autres technologies, c’est Charlton Heston qui aurait pu jouer César, tant le personnage incarné avec brio par Andy Serkis ( à quand un Oscar pour un acteur en motion capture?) rappelle les personnages épiques des grands péplums d’antan comme Ben Hur, Les Dix Commandements, Spartacus ( oui c’est Kirk Douglas qui joue dedans et non Heston), etc… Le face à face avec le personnage de Woody Harrelson ( qui mine de rien se taille une riche collection de seconds rôles de luxe après ses apparitions dans les sagas Hunger Games et dans le futur film sur Han Solo) est riche et complexe. Un grand film « à l’ancienne » comme on en fait plus avec un indéniable savoir faire et une générosité rare.

 

Top Films 2017 : 4 – Split ( M. Night Shyamalan)

La claque du début d’année. On vous en parlait longuement à l’époque de son visionnage à Gérardmer. Avec le recul l’impression ne s’est pas émoussée et on peut légitimement pousser une gueulante en voyant que ni James Mc Avoy ni Anya Taylor-Joy, les deux crevant littéralement l’écran en incarnant leurs personnages de schizophrène serial killer avec une vingtaine de personnalités bouillonnantes et celle d’une « final girl » comme on en voit rarement. Un Shyamalan ressuscité, une interprétation de haute volée, un suspense haletant et un biscuit pour fan geek en post générique qui a fait rugir de plaisir toute la salle… Une belle surprise pour un très bon film.

 

Top Films 2017 : 3 – ça ( Andy Muschietti)

Casting des enfants de ça le film 2017

L’adaptation du roman de Stephen King semblait doublement impossible. D’une part, la structure du livre, faite d’aller-retours quasi constants entre deux époques, donnait toute sa richesse et sa complexité au récit. Mais elle risquait de perdre un spectateur lambda ( le cœur de cible d’un studio qui vise toujours à ce qu’une oeuvre soit la plus accessible au plus grand nombre). D’autre part, la mini série des années 90 avec l’interprétation cabotine de Tim Curry en Pennywise a acquis un statut culte (largement surestimé mais ceci est une autre histoire) et collait de près au roman. Muschietti (un des réalisateurs à suivre du moment) a tranché dans le vif : une oeuvre en deux parties, une dans le passé , une dans le présent (même si on devrait retrouver le Club des Ratés dans le deuxième épisode), la partie de l’enfance relocalisée dans les très hypes années 80. Et le résultat est plus qu’à la hauteur! On avait pas vu une bande d’enfants aussi convaincants depuis… Stand By Me? Les Goonies? La créature Pennywise a un excellent maquillage et est très bien interprétée par Bill Skarsgard. Une chouette adaptation, pas parfaite, mais qui aura eu le mérite de remettre sur le devant de la scène une forme de cinéma d’horreur/cinéma de genre grand public. Et ça ce n’est pas rien, quand on voit comment le genre peut être malmené actuellement…

 

Top Films 2017 – 2 ex aequo : A Sicilian Gost Story (Antonio Piazza, Fabio Grassadonia) / A Ghost Story ( David Lowery)

Image de A Sicilian Ghost Story

Ces deux pépites, découvertes au PIFFF de cette année, ont en commun une sensibilité à fleur de peau renversante et la thématique du deuil. Le deuil d’un amour, c’est (entre autre) l’une des thématiques de ces deux œuvres. Le processus de deuil d’un premier amour disparu dans des circonstances troubles dans A Sicilian Gost Story, superbe drame sur la fin de l’enfance avec une pointe de fantastique en arrière plan qui n’est pas sans faire penser The Reflecting Skin, le chef d’oeuvre de Philip Ridley ( Heartless). Le processus de deuil…d’un fantôme prenant des proportions et abordant des sentiers si riches et si complexes, ou l’on voyage à travers le temps, on parle philosophie et sens de la vie, sans jamais quitter l’emplacement de la maison du couple Casey Affleck/Rooney Mara, bercé par la sublime musique de Daniel Hart. Deux pépites qui ne seront pas forcément en haut de l’affiche mais qui méritent amplement que l’on vante toutes leurs qualités.

La bande annonce de A Ghost Story

 

Top Films 2017 – 1 – Baby Driver ( Edgar Wright)

baby-driver-affiche

baby-driver-affiche

Le gros coup de cœur de cette année. Grandement encensé au moment de sa sortie, le film d’Edgar Wright est un modèle de maîtrise technique et artistique. Avec le temps, il pourra rentrer dans l’histoire comme un des derniers films ou aura joué Kevin Spacey avant un bon bout de temps. Parvenant clairement à ses fins, Wright réussit le tour de force de mettre en scène le film de ses rêves, à savoir une histoire guidée par la musique. Et quelle bande son! Le film le plus enthousiasmant et dynamique de l’année. Et de loin!

Top Films 2017 : On aurait pu vous parler de…

Comme dans tout classement, il y a toujours des oublis, des envies de modifications, etc… Comme on ne peut pas être exhaustifs, les films suivants méritaient aussi d’être mentionnés dans cet article : Grave, un bon film de genre tricolore, ce qui est assez rare pour le noter. Okja, un bon film tant dans la forme que dans le fond ( écologique et politique). Shin Godzilla, un film de monstres qui vous en apprend énormément sur les ramifications gouvernementales japonaises, et dans lequel la France a un rôle déterminant (sisi!). Enfin, 2017 aura vu deux suites prometteuses et réussies à leurs manières bien différentes. Blade Runner 2049 et Star Wars VIII : The Last Jedi, qui feront l’objet de futures conversations de fan ont su réussir le double tour de force de s’inscrire dans des univers ayant marqués le paysage cinématographique contemporain et de proposer quelque chose d’original par rapport à leur matériel d’origine. On vous en parlera prochainement!

La bande annonce du très bon Grave

Bonne année 2018 !!!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *