‘ I tell a fly ‘, Le nouvel album de Benjamin Clementine qui renouvèle son génie

benjamin clementine Album I tell a fly 2017

Décidément Benjamin Clementine n’est pas un artiste comme les autres!

Son premier album « At Least for Now », était un véritable OVNI de la scène musicale européenne. Ce qui lui aura value en 2015 une Victoire de la musique et un Mercury Prize.

La listes de ses influences est longue comme le bras. On passe par des artistes comme Claude Debussy, Erik Satie, Leonard Cohen, Léo Ferré, Nina Simone, Jake Thackray, Jimi Hendrix, Serge Gainsbourg, Aretha Franklin, Lucio Dalla, Giacomo Puccini, Luciano Pavarotti, Maria Callas, Georges Brassens ou encore Frédéric Chopin. Ce qui explique la richesse de ses compositions, son empreinte musicale variée et la singularité des sonorités des ses morceaux.

Benjamin Clementine, véritable essayiste musical, sort son nouvel album le 29 septembre 2017.

benjamin clementine Album I tell a fly 2017Et avec ce nouvel opus, Benjamin Clementine arrive à se renouveler et offrir une nouvelle série d’expérimentations qui sortent des sentiers battues. Le premier album évoquait la vie tumultueuse du chanteur, le deuxième est tourné vers l’extérieur, sur son observation du monde et surtout de l’étranger. Son parcours lui fait instinctivement ressentir de la sympathie pour ces personnes. Il évoque la « jungle » de Calais, dans « God save the jungle », et parle d’une autre manière encore des réfugiés dans « The Phantom of Allpoville » ou « One Awkward Fish ».

 

Pour sa deuxième galette Benjamin Clementine a troqué son piano pour principalement jouer avec un synthétiseur. Et pas n’importe quel synthétiseur: un  Fender Rhodes Chroma Polaris. Il aurait découvert cet instrument en écoutant la musique d’Isao Tomita, l’un des pionniers de la musique électronique japonaise et a en a finalement trouvé dans les studio de Damon Albarn lorsqu’il a enregistré « Hallejujah Money » pour le dernier album de Gorillaz. Ce qui donne un coté étrange et hallucinatoire au cet album.

« I tell a fly » est à l’image de son auteur: différent des autres, d’une grande ingéniosité, ouvert et créatif. Un album que tout mélomane se doit d’écouter au moins un fois. Si par contre votre truc c’est plutôt « Despacito », passez votre chemin.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *